As-tu déjà été piégé par un scandale ou une offense ?

Publié le par louis trifault

 

 

 

 

Matthieu 18 : à ce moment, les disciples s'approchèrent de Jésus, et dire : qui donc est le plus grand dans le royaume des cieux ?

 Jésus, ayant appelé un petit enfant, le plaça au milieu deux, et il dit : je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n'entrerez pas dans le royaume des cieux.

C'est pourquoi, quiconque se rendra humble comme ce petit enfant sera le plus grand dans le royaume des cieux. Et quiconque reçoit en mon nom un petit enfant comme celui-ci, me reçoit moi-même.

Mais, si quelqu'un scandalisait un de ces petits qui croit en moi, il vaudrait mieux pour lui qu’ont suspende à son cou une meule de moulin, et qu'on le jette au fond de la mer.

Malheur au monde à cause des scandales ! Car il est nécessaire qu'il arrive des scandales ; mais malheur à l'homme par qui le scandale arrive ! Si ta main ou ton pied sont pour toi une occasion de chute, couple-les et jette-les loin de toi ; mieux vaut pour toi entrer dans la vie boiteux ou manchot, que d'avoir deux pieds ou deux mains et d'être jeté dans le feu éternel. Et si ton œil est pour toi une occasion de chute, arrache le et jette le loin de toi ; mieux vaut pour toi entrer dans la vie, n'ayant qu'un œil, que d'avoir deux yeux et d'être jeté dans le feu de la géhenne.

Dans ce passage de l’évangile, Jésus nous donne plusieurs points importants :

-       La nécessité de se convertir

-       Devenir comme un petit enfant

-       Se rendre humble

-       Recevoir dans le nom de jésus

-       Malheur par qui le scandale arrive

-       Si ton pied ou ta main sont pour toi une occasion de chute, c'est-à-dire sont pout toi objet de scandale ou de chute, coupe les ou jette les loin de toi.

-       Jésus nous dit qu’il est nécessaire que des scandales arrivent

 

Luc 17 -- 1 : Jésus dit à ses disciples : il  est impossible qu'il n'arrive pas de scandale. Mais malheur à celui par qui ils arrivent. !

Matthieu 18 -- 7 : malheur au monde à cause des scandales, car il est nécessaire qu'ils arrivent, mais malheur par qui le scandale arrive.

Si ta main au ton pied sont pour toi une occasion de chute, coupe les et jette les loin de toi. Mieux vaut pour toi entrer dans la vie boiteux ou manchot, que d'avoir deux pieds ou deux mains et d'être jeté dans le feu éternel.

Il est nécessaire que l'offense arrive, mais malheur à celui qui est à l'origine de cette offense. C'est une semence tellement puissante que l'ennemi utilise pour la planter dans le cœur des gens.

L'offense à un objectif très spécifique : produire la mort. Précisons tout de suite que la Parole dit : malheur à celui par qui le scandale arrive, mais la parole déclare également coupable la personne qui reçoit l'offense, c'est un péché que de recevoir l'offense. Dieu déclare coupable celui qui reçoit l'offense.

Reconnaissons encore, avant de commencer le développement : tous un jour, nous avons été offensés, mais nous avons également tous été offenseur. Dans le monde il n'y a pas une catégorie d'offenseur et de l'autre côté des offensés. Donc la parole de Jésus, est accompagnée de deux sentences ; malheur à celui par qui le scandale est pour nous aussi, même s'il nous arrive d'être offensé.

--  voici quelques définitions de l'offense :

Selon le Petit Robert : occasion de chute et scandale ont la même racine, un mot grec : scandalon qui signifie : une trappe, un piège, un obstacle, une pierre d'achoppement, qui sème la dissension (c'est être en désaccord, provoqué une division violente ou profonde : exemple de Paul et Silas au sujet de Barnabas Actes 15- 39)

Occasion de pécher qui incite les autres à se détourner de Dieu, le péché commis par celui qui incite et nous offense, et celui qui se laisse entraîner.

-- le mot contraire c'est : édification.

-- définition selon le Petit Larousse : indignation qui produit une action coupable, offensés, et ceci pour que nous tombions, pour que nous nous laissions prendre par rapport à l'offense. Et nous entraîner dans la chute, que nous sortions du chemin de Dieu de la vie. Le diable cherche qui il va dévorer... Il  me cherche. Il va se lever contre nous. Il est décidé à ce que nous ne parlions jamais l de Dieu.

-- définition selon la bible : scandalon : partie du piège où l'on dispose soit le morceau de gruyère ou de la viande pour attirer, inciter à rentrer dans le piège. Signifie également : appât.

Poser une pierre d'achoppement ou un obstacle sur le chemin sur lequel un autre peut trébucher et tomber, offenser et attirer a péché.

Nous en avons un exemple avec Jésus et Pierre en Matthieu 16 -- 22 et 23 : Jésus vient de déclarer qu'il doit monter à Jérusalem pour y mourir. Pierre qui vient d'avoir une révélation sur l'identité de Jésus : tu es le christ, le Fils du Dieu vivant !

-- Pierre, ayant pris Jésus à part, se mit à le reprendre, et dit : à Dieu ne plaise ! Seigneur cela ne t'arrivera pas.

Verset 23. Version parole vivante : mais Jésus, se retournant, lui dit : va-t’en ! Arrière, tentateur, porte-parole de Satan ! Tu me tends un piège ! Tu veux me faire hésiter sur le chemin à prendre et me détourner de celui que Dieu a fixé pour moi, car tu vois les choses du point de vue des hommes et non celles de Dieu.

L'offense c'est une arme puissante que le diable utilise pour la planter dans le cœur des gens. Il s’en délecte.  Il tient l'offenseur  dans ses griffes et pousse l'offensé à tomber dans son piège.

L'offense amène le ressentiment dans le cœur de celui qui la reçoit.

Le ressentiment produit une racine d'amertume et qui va amener ensuite la mort. Le ressentiment produit le manque de pardon, qui produit l'amertume, qui elle-même va produire la haine, la colère, le désir de vengeance, ensuite la mort spirituelle, la maladie, le rejet, la pitié de soi, la susceptibilité, la persécution.

L'offense est un hameçon caché qui va nous agripper. C'est comme un piège à souris, où le gruyère et bien visible, mis en évidence, et le piège est derrière, caché, et au moment où la souris arrive pour manger le fromage, paf ! ! ! Le piège se déclenche et c'est la mort. Beaucoup de gens tombent dans le piège de l'ennemi et mange l’appât en recevant l'offense, et ils sont ensuite emprisonnés.

Nous devons tout faire pour éviter ce piège.

Maintenant posons nous la question comment je réagis par rapport à une offense ?

L'ennemi va utiliser des personnes, souvent nos proches, nos meilleurs amis, ou une autorité pour nous piéger. C'est le meilleur instrument qu'il a, et il sait parfaitement qui utiliser pour nous   offenser, ceci pour que nous tombions, pour que nous nous laissions prendre par rapport à l'offense et nous entraîner dans la chute. Pour que nous sortions du chemin de Dieu ou de la vie. Le diable cherche qui il va dévorer ... Il nous cherche. Il va se lever contre nous. Il est décidé à ce que nous ne parlions jamais de Dieu.

Nous avons la responsabilité d'éviter ce piège ou d'en sortir si nous sommes tombés, si nous avons trébuché.

-- Timothée 2 -- 26 : et que, revenu à leur bon sens, ils se dégagent des pièges du diable, qui s'est emparé d'eux pour les soumettre à sa volonté.

Si je puis dire : je suis offensé, cela équivaut à dire : je suis soumis à la volonté du diable.

Pourquoi Jésus nous dit-il : il est nécessaire qu'il arrive des scandales, c'est-à-dire que des pièges soient placés sur notre voie, au risque de nous entraîner dans la chute, et même d'être emprisonné ? Ou disqualifié ?

-1  Pierre 1 -- 6 et 7: c'est là ce qui fait votre joie, quoique maintenant, puisqu'il le faut, vous soyez attristés pour un peu de temps  diverses épreuves. Afin que les épreuves de votre foi, plus précieuses que l'or pur, périssable (qui cependant été éprouvé par le feu) ait pour résultat la louange, la gloire et l'honneur, lorsque  Jésus-Christ apparaîtra.

Dieu nous éprouve par des afflictions, des épreuves, des tribulations qui peuvent survenir par l'offense. Dieu veut nous purifier comme l’or par le feu de l'épreuve.

-- 2 -- Matthieu 3 -- 12 : Jésus a son van à la main, il nettoiera son aire, Et il amassera son blé dans son grenier, mais il brûlera la paille dans un feu qui ne s'éteint point.

Par le feu de l'épreuve, Jésus veut nous détacher des choses de la terre et brûler tout ce qui est de la paille dans nos vies.  Tous ce qui est passager ou frappe le l'œil.

-- 3 -- Jésus dit de lui-même : l'adversaire n'a rien en moi. C'est-à-dire n'a aucune semence en moi, ni aucune partie si petite soit-elle dans mon cœur, dans émotions, mes sentiments, mes pensées, ma volonté, mes motivations. C'est la raison pour laquelle Jésus n'a jamais reçu l'offense, même injurié, moqué, maltraité, frappé, trahit. Jésus était vraiment une bonne terre, le  quatrième terrain de la parabole.

 Nous sommes tous appelés à vivre cela. Même si notre cœur est comme le quatrième terrain de la parabole, il y a encore des parties plus ou moins grandes qui sont dures comme le chemin du premier terrain, d'autres comme le sol qui est peu profond ou d'autres qui sont envahies par des épines. C'est dans ces endroits de notre âme que le diable a prise dans nos vies et que nous sommes susceptibles de recevoir l'offense.

 Comme Jésus était mort à lui-même. Chaque épreuve vécue avec Dieu doit nous aider à mourir à nous-mêmes et  nous ne réagirons plus à l'offense. Car le diable ne  peut avoir d’emprise dans nos vies que la Où le royaume de Dieu n'est pas implanté, ou ne porte pas de fruit pour le Royaume. Dans ces endroits de notre âme, la lumière de Dieu ne brille pas. Ce sont des endroits incultes pour le Royaume.

 Quand nous parlons de mort à nous-mêmes, nous ne parlons pas de l'anéantissement de la personnalité comme chez les bouddhistes. Mais plutôt de la mort aux œuvres de la chair qui sont :

 La débauche, l'impureté, le dérèglement, l'idolâtrie, la magie, les rivalités, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les définitions, les sectes, leur vie, l'ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous l'ai dit avance, comme je l'ai déjà dit, ceux qui commettent de telles choses n'hériteront point du royaume de Dieu.

 Par l'épreuve de Dieu veut éliminer toutes ces choses de nos vies. Mais cela dépend de notre attitude devant l'épreuve et la manière avec laquelle nous réagissons face à l'offense. Dieu teste notre degré de maturité.

-- il y a deux catégories de personnes offensées :

 

-- 1 celle qui sont injustement offensée, et la c'est encore plus dure à vivre et çà peut nous détruire beaucoup plus facilement :

 Un jour nous avons appris, mon épouse et moi, qu’un pasteur de la ville désirait nous voir. Nous nous sommes rendus chez lui. Là Il nous il nous a maudits, il nous a dit que nous étions destinés à l'enfer. Mon épouse  s'est mise à genoux en lui demandant pardon pour le mal ou le tort que nous lui aurions causé inconsciemment. Non je refuse le pardon dit-il.

Aussitôt, en rentrant chez nous, nous nous sommes mis à genoux en demandant pardon pour le mal que nous aurions pu faire à ce pasteur. Nous l'avons pardonné ainsi que sa famille. Nous avons refusé de recevoir cette offense et brisé les paroles de malédictions. Nous l'avons béni et pendant un an nous avons prié pour lui en demandant à Dieu de le bénir dans son ministère et que des âmes continuent d'être sauvées à travers son ministère. Un an après, environ, son église fermait.

 

-- 2 deuxième catégorie : les personnes qui pensent avoir été injustement visées par l'offense, en le croyant elles le deviennent. Souvent cela survient à la suite d'événements imaginaires ou non fondés:

-- dans l'assemblée, il me semble que l'on tient plus facilement compte de l'avis des autres que des miens.

-- ou le pasteur accordé des responsabilités à des plus jeunes dans la foi, alors que moi j'ai 20 ans de conversion.

-- aujourd'hui je n'ai pas aimé le regard ou le geste d'une personne envers moi.

-- on ne m'a pas prévenu du changement de programme pour la prochaine réunion, cela doit vouloir dire que je ne suis pas attendu à .cette réunion.

-- depuis que j'ai raconté mes problèmes à un tel ou une telle, il ou elle semble m’éviter c'est qu'il ou qu'elle m'a jugé ou trahi. Il ou elle a dû parler contre moi depuis, je le vois bien, il ou elle est mal à l'aise devant moi. Je ne me confierai plus jamais à personne.

Il existe au moins trois attitudes devant l'offense :   A suivre)

Commenter cet article