Suis je comme un thermostat ou comme un thermomètre ?

Publié le par louis trifault

 

 

-Définition de thermostat : un appareil ou dispositif qui permet d'obtenir une température constante dans une enceinte fermée en interrompant l'arrivée de la chaleur, quand une limite supérieure de température est atteinte et en la rétablissant pour une limite  inférieure. Le thermostat permet également, dans une enceinte de libérer une source de chaleur, quand la température ambiante est trop faible par rapport à un réglage, afin d'avoir une température stable.

Donc le thermostat est en quelque sorte un régulateur, un stabilisateur de température positive. Il ne connaît pas de température négative.

-Définition du thermomètre : un instrument pour déterminer la température d'un corps, la température diurne ou nocturne grâce à la dilatation ou à la contraction d'un liquide (Mercure, alcool) constamment ce liquide soit se dilate  ou se contracte  en fonction de la température ambiante. Il est soumis à son environnement, de ce fait il indiquera soit des températures positives ou négatives. Et le passage de  l'une à l'autre peut être très rapide.

Nous pouvons appliquer la définition de ces deux instruments à nos vies : soit connaître la stabilité et émettre l'influence du thermostat autour de nous. Sans être tantôt positif ou tantôt négatif comme le thermomètre, c'est-à-dire subir en bien ou en mal les événements de notre environnement, de notre caractère, de nos émotions,  etc..

Nous allons illustrer cela par des exemples  tirés de la Bible :

-Jean huit : alors  les scribes et les pharisiens amenèrent une femme surprise en flagrant délit d'adultère, et la plaçant au milieu du peuple, ils dirent à Jésus : Maitre, cette femme a été surprise en flagrant délit d'adultère. Moïse, dans la loi nous a ordonné de lapider de telles femmes : Et toi que dis tu donc ?

Ils disaient cela afin de l’éprouver, dans le but de pouvoir l'accuser. Mais Jésus, s'étant baissé, écrivait avec le doigt sur la terre. Comme ils continuèrent à l'interroger, il se releva et leur dit :

 Que celui qui est sans péché jette la première pierre contre elle. Et s'étant baissé de nouveau, il écrivait sur la terre. Quand ils entendirent cela, accusé par la conscience, ils se retirèrent un à un, depuis les plus âgés jusqu'au dernier ; et Jésus resta seul avec la femme qui était là au milieu. Alors s'étant relevé, et ne voyant plus que la femme, Jésus  lui dit : femme, où sont tes accusateurs ? Personne ne t’a t’il condamnée ?

Elle ne répondit : non Seigneur. Et Jésus lui dit : je ne te condamne pas non plus ! Va, et ne pèche plus.

Dans ce passage de l'Évangile nous découvrons trois catégories de personnes :

1 -- la femme adultère qui symbolise un type de thermomètre.

2 -- les scribes et les pharisiens symbolisent un type de thermostat ou plutôt de faux thermostat.

3 -- Jésus symbolise le vrai thermostat, le thermostat de Dieu entre les mains du Saint Esprit.

1-pourquoi la femme dite adultère est telle un type de thermomètre ?

Cette femme est en quête d'amour, elle a faim d'amour. Elle ne commet pas l'adultère seule mais avec un homme qui peut changer. Dieu dans sa grâce, a voulu qu'une joie intense soit partagée entre les partenaires d'une étreinte amoureuse. Que cela soit pratiqué dans le cadre du mariage ou non. Toutefois dans le cadre du mariage c’est une bénédiction. Hors du mariage cela ouvre une porte à des esprits de ténèbres, c'est pourquoi dans l'Ancien Testament cet acte était sanctionné par la lapidation.

Cette femme n'a trouvé qu'un ou des hommes qui s'intéressent à son corps. Elle en éprouve une joie passagère. Le thermomètre de ses émotions et de son coeur passe de zéro à 50 momentanément.  Mais tout cela est de courte durée. Rapidement le thermomètre redescend à zéro.

C'est cela que cherche le diable à nous faire vivre : l'instabilité, la déception, et même cette situation peut amener une femme à chercher à se venger des hommes. La haine entre dans sa vie, l'adrénaline monte vite... La température du thermomètre monte jusqu'à 100 et même il arrive qu'il explose. C'est ce que notre adversaire cherche, à nous faire perdre le contrôle de nous-mêmes. Cette fois-ci cette femme est prise ou surprise en flagrant délit. La voilà dans la peur, l'angoisse, la culpabilité, là honte, elle connaît le sort qui lui est destiné : la mort par lapidation.

 Elle se retrouve au milieu d'une foule qui la pointe du doigt et même crie sur elle. Elle est pleine de remords et se dit : si seulement je n'avais pas fait cela, pourquoi je me suis laissée  attirer dans cette pratique condamnée par Dieu.

Pendant l'adultère la température de son thermomètre était montée à 80 ou même 100, maintenant elle est descendue à -20 et ou -30 puisqu'elle s’attend à la mort. Déjà, elle connaît le froid de la mort, du tombeau.

2-les scribes et les pharisiens symbolisent un type de faux thermostat ou plutôt de thermostat diabolique.

Leur désir ou leur motivation, en amenant cette femme devant Jésus, ce n'est pas dans le but d'extraire, d'éliminer le péché, d’ôter le péché d'Israël, le peuple de Dieu.

Sous une apparence de régulateur des bonnes mœurs, d'observateurs de la loi et même de défenseur de la loi qui leur a été confiée. Ils ne cherchent que des occasions pour faire tomber Jésus, le prendre en défaut. Même ils sont capables, par exemple de provoquer un adultère afin d'avoir « une pièce à conviction » pour provoquer Jésus. Ils veulent faire de Jésus un thermomètre qui va s'aligner, qui va prendre leur température :

 Moïse, dans la loi, nous a ordonné de lapider  de telles femmes : et toi qu'en dis-tu ?

 Si Jésus s'aligne sur ces propos, la femme va être lapidée et Jésus va rater sa mission : il n'est pas venu pour juger mais « ôter » le péché, lui l'agneau de Dieu.

En fait ces scribes ces pharisiens qui se veulent être des régulateurs ou des thermostats, ne sont que des manipulateurs entre les mains de l'esprit religieux, l'orgueil. Ils sont même capables de pré fabriquer de faux témoins pour manipuler la foule. Matthieu 26-59 à 61: les principaux sacrificateurs et le sanhédrin cherchaient quelque faux témoignage contre Jésus suffisant pour le faire mourir. Mais ils n'en trouvèrent point. Quoique plusieurs faux témoins se soient présentés. Enfin, il  en vint deux qui dire : celui-ci a dit : je peux détruire le temple de Dieu, et le rebâtir en trois jours. Voici le résultat :

Quelques instants après la foule criaient devant Pilate : crucifie-le... Deux jours avant cette même foule criaient : Hosanna, béni soit celui qui vient au nom du Seigneur !

En fait ces scribes et ces pharisiens qui se prennent pour des thermostats ne sont que des thermomètres aveuglés par le diable, et des agents de sa stratégie de mort. C'est pourquoi Jésus leur dit : Jean 8-44 : vous avez pour père le diable qui est meurtrier depuis le commencement et le père du mensonge. Les faux thermostats inspireront la peur, le contrôle, ils s’établissent eux-mêmes.

3-Jésus le vrai thermostat :

 Jésus ne se laisse pas troubler par l'ambiance, l'effervescence qui règne autour de lui « il ne prend pas la température du moment, ou de la circonstance. Non, Rien

Alors que les scribes et les pharisiens le mettent au défi deux fois. Ils cherchent à l'éprouver pour l'accuser. Avant de répondre  Jésus se baisse et écrit avec le doigt sur le sol, il ne se laisse pas atteindre par la pression. Le thermostat de Dieu est bien réglé .Lorsqu'il se relève, simplement il donne une réponse  déconcertante : que celui d'entre vous qui est sans péché jette  le premier la pierre contre elle

-Jean 8 --9 quand ils entendirent cela,  accusés par leur conscience, ils se retirèrent un à un, depuis les plus âgés jusqu'au dernier. Et Jésus resta  seul avec la femme qui était là au milieu. Certainement que la foule était en suspens pour connaître la fin de la situation, nous l'avons par les paroles de Jésus : femme où sont ceux qui t’accusaient, personne ne t’a t’il condamnée ?

 Elle répondit : non seigneur. Et Jésus lui dit : je ne te condamne pas non plus : va et ne pèche plus.

Retenons bien ceci,  en fait le seul qui avait le pouvoir de lui jeter la pierre, c'est Jésus car il était le seul à être sans péché, et il ne l'a pas fait. Car sa mission nous la trouverons dans Jean 3-17 :

Dieu en effet, n'a pas envoyé son fils dans le monde pour qu’il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.

 Jésus est vraiment le seul thermostat entièrement sous le contrôle du Saint Esprit. Lui seul est venu pour apaiser la colère de Dieu à cause du péché.

-- prenons un autre exemple biblique : Nombres 11 -- 14 : le ramassis de gens qui se trouvait au milieu d'Israël, fut saisi de convoitise, et même les enfants d'Israël recommencèrent à pleurer et dire qui nous donnera de la viande à manger ?

Nous nous souvenons des poissons que nous mangions en Égypte et qui nous coûtaient rien, les concombres, les melons, les poireaux, les oignons, des aulx. Maintenant notre âme est desséchée : plus rien, nos yeux ne voit que de la manne.

Ramassis= populace et même racaille, la racine de ce mot est de. Appartient à Apollon, dieu païen outil le soleil.

Résumons la situation : le peuple hébreu, adorateur du vrai Dieu, avait accepté de marcher avec des adorateurs du dieu Soleil, et ces adorateurs du dieu Soleil en contaminaient le peuple hébreu, par la convoitise et les regrets pour la nourriture d'Égypte. Ce qui enflamma la colère de Dieu contre son peuple.

Attention à ces personnes avec qui nous accepteront de marcher dans la vie. Nous pouvons devenir comme elles, des thermomètres, et agir comme elles. Cela peut nous couper de Dieu, nous mettre dans une situation de péché, et nous rendre hostile à Dieu. Ce sont les enfants de Dieu, les enfants du royaume de Dieu qui doivent libérer la température du royaume : l'ambiance, l’amour du Père, la compassion et surtout ce ne sont pas  ceux qui mettent du bois sur le feu.

Proverbes 26 -- 20 : faute de bois le feu s'éteint.

En faisant sortir son peuple de l'esclavage d’Egypte, Dieu, le prépare  à devenir un thermostat, un modèle pour les nations. Mais à cause des murmures et de la convoitise d'un ramassis de peuples qu'Israël avait accepté dans son campement, Le peuple Hébreux n’a plus été capable d'apprécier les bénédictions de Dieu.  Et la colère de Dieu s'enflamma contre Israël. Ce peuple était appelé à devenir un thermostat mais il est devenu un thermomètre.

Attention à ce que nous écoutons, qui nous fréquentons. ( A SUIVRE)

Commenter cet article