Est tu l'homme ( ou la femme) le ( ou la)plus riche de la terre

Publié le par louis trifault

 

Est tu l’homme (ou la femme) le plus riche de la vallée ?

 

Devant la fenêtre de sa chambre à coucher, monsieur Godard s'étire. Oui, vraiment, il a très bien dormi. Là-bas, derrière les montagnes, le soleil vient de sortir, et la journée s'annonce superbe. Jamais monsieur Godard ne s'est senti plus en forme, jamais la vie ne lui a semblé plus belle. Et pour bien commencer sa matinée, il fait seller son cheval pour faire le tour de l'immense domaine dont il est le riche propriétaire.

Bientôt le voici à cheval dans la fraîcheur du matin, admirant fleurs et arbres sur les feuilles desquelles la rosée n'a pas eu le temps de sécher. Son cheval foule une herbe qu'on sent épaisse. Le regard du cavalier se perd dans l'immense vallon. Tout ceci est à moi, pense-t-il non sans fierté. Tout là-bas, il aperçoit le vieux Hans, son fidèle fermier. Il a déjà fauché et est assis à l'ombre d'un grand arbre. Monsieur Godard lance sa monture dans sa direction.

-- Ohé, Hans, comment allez-vous aujourd'hui? Mais Hans, au lieu de répondre, le visage baissé semble parler tout seul. Ce n'est que lorsqu'il entend le cheval juste à côté de lui que Hans tressaille et se redresse.

-- Oh, excusez-moi, monsieur, je ne vous avais pas entendu arriver... Faut dire que je deviens sourd...

-- Pourtant vous avez toujours votre bon sourire heureux.

-- Heureux, ah monsieur! Comment ne le serais-je pas. J'ai tant de raisons de l'être. J'ai tout ce qu'il me faut, un toit, une bonne nourriture, c'est plus que ce que possédait mon Sauveur quand il était sur la terre. D'ailleurs c'est justement Lui que je remerciais, pour la nourriture qu'Il me donne. Monsieur Godard jette un coup d'œil sur le pauvre casse-croûte de Hans qui est étalé sur l'herbe: un morceau de fromage et trois tranches de pain de seigle.

C'est donc pour cela que Hans remercie son Dieu. Monsieur Godard ne peut s'empêcher de penser à sa salle à manger, sa vaisselle en cristal, son couvert d'argent qu'en ce moment même on doit installer pour son prochain repas. Mais le vieux Hans continue:

-- Oh, monsieur, j'ai fait un rêve étrange cette nuit. J'ai rêvé du ciel, c'était magnifique, et puis j'ai entendu une voix qui disait: "L'homme le plus riche de la vallée mourra cette nuit" après quoi je me suis réveillé.

Monsieur Godard a de la peine à cacher le malaise que lui apporte ce rêve étrange. L'homme le plus riche de la vallée... c'est lui, bien sûr... Et, lorsque sur son cheval, il quitte Hans, il se sent beaucoup moins bien qu'il y a un instant.

-- Bah! je ne vais tout de même pas me gâcher ma journée à cause du rêve de ce vieux fou... Mais a-t-il vraiment le coeur en bon état? N'aurait-il pas de la fièvre, il sent comme un malaise... Aussi écourte-t-il sa tournée pour rentrer dans sa magnifique demeure. Pendant que quelqu'un conduit son cheval à l'écurie, monsieur Godard monte l'escalier monumental qui conduit à la porte d'entrée. Il se sent nerveux, inquiet, préoccupé, et à vrai dire plus très en forme.

L'homme le plus riche de la vallée mourra cette nuit... Cette parole de Hans l'inquiète. Aussi la première chose qu'il fait en rentrant, c'est de décrocher le téléphone:

-- Allô, docteur Dubois, oui, ne pourriez-vous pas passer cet après-midi... Non, je ne suis pas malade, mais venez quand même ... oui, un contrôle de mon état général. A tout à l'heure, docteur!

Pendant le début de l'après-midi, monsieur Godard n'arrive à s'intéresser à rien. Il tend l'oreille, attendant le fameux coup de sonnette qui amènera le médecin. C'est en plus un de ses bons amis, que monsieur Dubois, à lui il pourra se confier.

Dring...! Ah, le voilà!

-- Entrez, monsieur Dubois. Je suis bien heureux de vous voir. Monsieur Dubois dévisage son interlocuteur.

-- Eh bien, monsieur Godard, vous avez excellente mine, ne me dites pas que vous avez besoin d'un médecin. Le visage du riche propriétaire se rembrunit.

-- Pourtant, si vous vouliez bien m'ausculter et me dire ce que vous pensez de ma santé. Le docteur s'exécute. Sortant son stéthoscope, il examine minutieusement son patient. L'examen terminé, il lève les yeux sur le visage anxieux de monsieur Godard.

-- Je crois que vous n'avez jamais été aussi bien portant. Mais dites-moi donc ce qui vous tracasse, ce qui ne va pas.

-- Eh bien, c'est mon fermier, le vieux Hans, qui m'a bien alarmé ce matin, il m'a dit qu'il a rêvé... que l'homme le plus riche de la vallée allais mourir cette nuit.

-- Ha! Ha! Ha!, Mon pauvre ami, et c'est cela qui vous tourmente?

-- Oui, c'est cela, vous riez, mais très honnêtement, moi, j'ai peur.

-- Bon, écoutez, voilà ce que je vous propose. Vous allez rester toute la soirée dans votre salon, vous allez chasser ces idées noires, et, tenez, pour vous distraire, je me propose de passer la soirée avec vous.

-- Bien volontiers, docteur, nous souperons ensemble, et nous causerons toute la soirée.

La nuit tombe bientôt sur l'immense domaine, et sur le beau logis de monsieur Godard. Monsieur Dubois essaie, par sa conversation enjouée, de distraire son hôte. La lourde horloge, là-bas, de l'autre côté du salon sonne neuf coups, neuf heures... La bonne humeur de monsieur Dubois est communicative. Monsieur Godard se détend, il pense moins à Hans, son vieux fermier. Dix heures trente...

-- Monsieur Dubois, ne voulez-vous pas passer la nuit ici? Il est tard, et je serai bien heureux de vous savoir sous mon toit.

-- Si vous voulez, mais surtout, ne vous inquiétez pas.

L'horloge vient à peine de sonner onze heures, que la sonnette de la porte de la maison retentit. Monsieur Godard sursaute et se lève comme un ressort.

-- Qui est là! Il se précipite vers la porte, suivi du docteur, et ouvre: devant la porte, se tient un paysan, chapeau bas.

-- Qu'y a-t-il?

-- Oh, monsieur, je viens simplement vous dire que le vieux Hans... vient de mourir...

Monsieur Godard reste interdit. L'homme le plus riche de la vallée? C'était donc lui. Regagnant le salon, il pense à son vieux fermier, à son bout de fromage, mais à son sourire tellement heureux; Bien sûr, il possède lui, monsieur Godard, un immense domaine, mais Hans ne possède-t-il pas le ciel?... Son regard se promène sur les objets qui remplissent son salon. Ses tapis coûteux, son mobilier rare, ses tapisseries de prix... Combien cela lui paraît fade en comparaison du trésor de Hans: la vie éternelle, un Sauveur!

oui, l'homme le plus riche de la vallée est mort cette nuit, mais cette richesse, monsieur Godard désire maintenant la posséder aussi.

Et toi, es-tu riche quant à Dieu?

Jésus est venu sur la terre nous apporter le salut, la vie éternelle. Son sang précieux a coulé aussi pour toi.

Possèdes-tu ces trésors? Ils peuvent être à toi maintenant, en croyant en Jésus qui t'a aimé jusqu'à mourir sur la croix pour te sauver.

Cette histoire est une des paraboles de Jésus. Bien aimé lecteur ou lectrice, tu peux la retrouver dans la bible, et notamment dans l’évangile de Luc 16-19 à 31 elle pour titre : L’homme riche et Lazare

Il y avait un homme riche qui était vêtu de pourpre, et de fin lin, et chaque jour menait joyeuse et brillante vie. Un pauvre, nommé Lazare, était couché à sa porte, couvert d’ulcères, et désireux de se rassasier des miettes qui tombaient de la table du riche, et même les chiens venaient encore lécher ses ulcères.
 Le pauvre mourut, et il fut porté par les anges dans le sein d’Abraham. Le riche mourut aussi, et il fut enseveli.
Dans le séjour des morts, il leva les yeux, et tandis qu'il était en proie aux tourments, il vit de loin Abraham et Lazare dans son sein, aie pitié de moi, et envoie Lazare, pour qu’il trempe le bout de son doigt dans l’eau et me rafraichisse la langue ; car je souffre cruellement dans cette flamme.
Abraham  répondit : mon enfant souviens-toi que tu as reçu tes biens pendant ta vie, et que Lazare a eu les maux pendant la sienne ; maintenant il est ici consolé et toi tu souffres. D'ailleurs, il y a entre nous et vous un grand abime, afin de que ceux qui voudraient passer d'ici  vers vous, ou de là vers nous ne puissent le faire. Le riche dit : je te prie donc  père Abraham  d’envoyé Lazare dans la maison de mon père, car j'ai cinq frères. C’est afin qu'il atteste ces  choses, afin qu'ils ne viennent pas aussi dans ce lieu de tourments.
 Abraham  répondit : ils ont  Moïse et les prophètes ; qu’ils les écoutent. Et il dit : non père Abraham mais si quelqu'un vient des mort va vers eux, ils se repentiront.  Et Abraham lui dit : s'ils n'écoutent pas Moïse et les prophètes, ils ne se laisseront pas persuader même si quelqu'un  des morts ressuscitait.

Notons ici que Jésus ne condamne pas la richesse et les biens de ce monde, mais le mauvais emploi et l’attachement de nos cœurs que nous pouvons y mettre. Ils peuvent être une idole entre Dieu et nous. Donc n’en tirons pas une conclusion simpliste : le riche n’est pas condamné à cause de sa richesse et le pauvre, sauvé à cause de sa pauvreté.  Il y aura des riches de sauvés et des pauvres ( selon la définition du monde) qui seront condamnés. Dieu regarde au cœur de chacun ,et lui seul est capable de lire ce qu’il y a dans nos cœurs.

 

 

 

 

 

Publié dans Parolevivante

Commenter cet article