La puissance de la parole de Dieu manifestée

Publié le par louis trifault

                   

L'ouragan fait rage. Au milieu de ce désert glacé, une petite maison préfabriquée résiste courageusement à la tempête.

Dans cette petite maison d'une seule pièce, Jean est assis à une table.

Il suce machinalement son crayon et murmure:

-- A quoi bon!

Le vent qui hurle dehors domine son découragement.

A quoi bon de s'évertuer à apporter l'évangile aux esquimaux qui vivent dans ces contrées!

A quoi bon leur parler de l'amour de Jésus!

A quoi bon traduire, comme il est en train de le faire, l'évangile dans leur langue! Jean songe tout en continuant à sucer le bout de son crayon.

Au début les esquimaux l'ont écouté mais leur curiosité s'est vite transformée en haine.

Jean se rappelle sa dernière visite au village esquimau. Il se souvient comment face à l'hostilité qu'on lui a manifestée, il a dû s'enfuir. Il lui semble entendre encore siffler à ses oreilles le harpon que Kayarnac, le chef lui a lancé et qui s'est planté si près de son pied.

Mais alors que la tempête fait rage, Jean perçoit d'autres bruits. On dirait un claquement, puis le jappement d'un chien.

Puis tout à coup, la tempête entre dans la petite pièce en même temps que Kayarnac qui pousse la porte du pied et entre en même temps que six de ses hommes armés jusqu'aux dents.

Jean  sursaute d'abord puis baissant la tête comme absorbé par son travail, il remet silencieusement sa vie entre les mains de son Sauveur.

Les hommes de Kayarnac ont envahi la petite pièce. Ils fouillent tout, déroulant le sac de couchage de Jean et renversant ses provisions. La tête baissée sur sa feuille, comme absorbé par sa traduction, John continue à prier son Seigneur. Il sent Kayarnac dans son dos. Il sent son regard sur son papier.

Saisissant rudement la feuille, le chef demande brusquement:

-- Qu'est-ce que c'est?

Tant bien que mal Jean essaye d'expliquer que c'est une feuille de papier et que les petits dessins noirs sont des mots qui ensemble veulent dire quelque chose.

Il se rend compte que Kayarnac fait un gros effort pour comprendre. Le papier passe de main en main.

-- Alors, déclare le chef, ce papier retient ce qu'on lui dit et peut parler.

Jean, n'osant tourner la tête, acquiesce.

Pris d'une inspiration subite, Kayarnac commande:

-- Fais parler le papier

John lit alors la portion de l'évangile qu'il est en train de traduire:

"Et quand ils furent venus au lieu appelé Crâne, ils le crucifièrent là et les deux malfaiteurs, l'un à la droite, l'autre à la gauche. Et Jésus dit: Père, pardonne-leur car ils ne savent ce qu'ils font."

Il s'arrête. Doit-il continuer? L'ouragan hurle toujours au dehors, pourtant dans la petite pièce est tombé un silence impressionnant. Les hommes se sont arrêtés de fouiller et se sont rapprochés de la petite table.

-- Continue, demande Kayarnac

"Or il était la sixième heure et il y eut des ténèbres sur tout le pays jusqu'à la neuvième heure; et le soleil fut obscurci..."

Cette fois, Jean s'arrête. Il n'a pas traduit plus loin. Il se tourne alors vers Kayarnac. Son visage est étrangement sérieux et dans ses yeux, John croit voir briller une larme.

Kayarnac déclare d'une voix rauque:

-- Moi aussi je voudrais apprendre à connaître Jésus.

Dehors le vent se déchaîne. Mais qu'importe la tempête. Kayarnac et ses hommes se sont agenouillés. Ils ont demandé au Seigneur Jésus de devenir leur Sauveur. Et parce que Jésus est venu sur la terre pour sauver ce qui était perdu, il a effacé tous leurs péchés.

Jean comprend alors son erreur. C'est de la Parole de Dieu que ces hommes avaient besoin. Ce que ses paroles, à lui, n'ont pas réussi à faire la Parole de Dieu l'a opéré dans ces hommes rudes.

 

 

<>

Publié dans Parolevivante

Commenter cet article