A quelles sources puises tu tes forces pour vaincre ? (suite)

Publié le par louis trifault

 Actes 6.9-10 : « Quelques membres de la synagogue dite des Affranchis, de celle des Cyrénéens et celle des Alexandrins, avec des juifs de Cilicie et d’Asie, se mirent à discuter avec lui (Etienne).

Mais ils ne pouvaient (Ischus) résister à la sagesse et a l’Esprit par lequel il parlait. 

La nous voyons Etienne, avec l’ « Ischus » de Dieu dominer, résister à tous ses adversaires. De nouveau, nous assistons à un combat spirituel enterposé à travers les hommes, entre l’esprit religieux qui anime ces juifs et le Saint-Esprit dont était revêtu Etienne. Ces juifs n’avaient pas l’ « Ischus » pour résister. Comme ils n’admettaient pas leurs échecs, ils résolurent de lapider Etienne. C'est-à-dire qu’ils menèrent un combat contre la chair avec l’ « Ischus » naturel pour évacuer un sentiment d’échec ou de domination.

Un jour, un scribe pose cette question à Jésus : « Quelle est le premier de tous les commandements.

Marc 12.29 : Jésus lui répondit : « Ecoute Israël, le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur ; et tu aimeras la Seigneur, ton Dieu, de toute ton âme, de toute ta pensé et de toute ta force (Ischus). La encore nous avons besoin de l’ « Ischus » de Dieu pour l’aimer de tout notre être. Nous avons besoin de son « Ischus » pour dominer mes pensées, de toute son âme et de toute sa force (Ischus), et aimer son prochain comme soi même, c’est plus que tous les holocaustes et tous les sacrifices. Le programme donné par Jésus est vaste. Qui peut se venter d’avoir ses pensées toutes orientés, soumises à Jésus. Aimer Dieu que l’on ne voit pas semble facile à dire. Mais Jésus ajoute une clause supplémentaire : Aimer son prochain comme soi même. Aimer une personne sympathique semble normal et agréable. Aimer une personne grincheuse, amère demande beaucoup plus d’efforts. L’ « Ischus » de Dieu est indispensable pour dominer tous les sentiments négatifs qui se manifestent en nous dans de telles circonstances.

Hébreux 9.16-17 : Car là ou il y a un testament, il est nécessaire de la mort du testateur soit constatée. Un testament, en effet, n’est valable qu’en cas de mort, puisqu’il n’a aucune force (Ischus) tant que le testateur vit. Donc c’est par sa mort et sa résurrection que nous sommes devenus héritiers de Dieu.

Et dans cet héritage, nous y retrouvons l’ « Ischus » pour donner la capacité de dominer sur toute force, mensonge, ruse dont nous sommes environnés par le monde des ténèbres.

C’est la raison pour laquelle nous devons connaître Jésus, c'est-à-dire avoir une relation intime. Le monde des ténèbres sait si nous avons une intimité avec Jésus, une obéissance à la parole.

Actes 19.13 : « Quelques exorcistes juifs ambulants essayèrent d’invoquer sur ceux qui avaient des esprits malins le nom du Seigneur Jésus en disant : je vous en conjure par Jésus que Paul prêche ; l’esprit malin leur répondit : je connais Jésus et je sais qui est Paul, mais qui êtes vous ? Et l’homme dans lequel était l’esprit malin s’élança sur eux, se rendit maître de deux d’entre eux et les maltraita (Ischus) de telle sorte qu’ils s’enfuirent de cette maison nus et blessés. Là encore, nous constatons combien il est important d’être revêtu de l’(Ischus) de Dieu pour dominer sur le monde des ténèbres. Ceci est vrai pour les anges également.

Apocalypse 12.7 & 8 : « Il y eu guerre dans le ciel, Michel et ses anges combattirent contre le dragon. Et le dragon et ses anges combattirent, mais ils ne firent pas plus forts (Ischus) et leur place ne fût plus trouvée dans le ciel.

L’ « Ischus » permet d’avoir une grande efficacité dans la prière :

Jacques 5.16 : « Confessez donc vos péchés les uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris ». La prière agissante du juste a une grande efficacité (Ischus).

Efficacité signifie : capacité de produire le maximum de résultat avec le minimum d’effort, de défense.

 Avoir un pouvoir montré par des faits extraordinaires, avec la force pour vaincre sur les forces du mal, être capable de résister, oser employer, manier le pouvoir, être en bonne santé, être robuste, grande efficacité dans la prière.

Contraire = impuissance devant une solution.

L’ »Ischus » donne l’autorité dans la prière, donne une percée dans les lieux célestes. Bien sûr accompagné de la foi, l’ « Ischus » permet de dominer sur les situations et de voir les fruits.

En résumé, nous pouvons dire que le fait de dominer sur l’adversaire et ses œuvres ne résulte pas seulement d’une action à mener dans un combat. Mais cela se prépare en se formant, en s’édifiant, en apprenant à connaître les ruses, les stratégies de l’ennemi. Il nous faut évaluer sa force, espionner son camp. Comme une armée en guerre envoie des espions pour connaître les positions de l’adversaire ; posons-nous encore cette question : dois-je entreprendre le combat seul ou en groupe ?

Meilleure sera notre formation, meilleur sera le succès.

Retenons ce principe : se former c’est prévoir.

Sachons prévoir en alignant nos vies sur la parole de Dieu. Ayons une relation intime dans le lieu secret à l’écoute du Saint-Esprit ; ajoutons à cela une bonne dose de foi, et même de jeûne. Sachons qui nous sommes en Jésus. Vivons dans la victoire de Jésus…dans le plus que vainqueur qu’il nous a acquis.

Sachons qui est réellement l’adversaire de Dieu et le notre : un archange dépouillé de son autorité usurpée (Exousia), volée à Adam et Eve.

Colossiens 2.15 : « Il (Jésus) a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrés publiquement en spectacle, en triomphant d’elles sur la croix.

Dans le naturel, un soldat doit se préparer à combattre. Il apprend à connaître les différentes armes mises à sa disposition ou qu’il devra utiliser. Il devra également apprendre le maniement de ces armes et l’usage qu’il peut en faire. Il reçoit une formation spécialisée soit pour le combat de montagne ou de plaine ou dans les airs ou sur mer.

Timothée 2.4 : «  Il n’est pas de soldat qui s’embarrasse des affaires de la vie(…) s’il veut plaire à celui qui l’a enrôlé ».

IL en est de même pour nous ; Jésus veut nous enrôler dans son armée céleste. Donc abandonnons toutes armes naturelles c'est-à-dire de la chair, pour combattre avec les armes spirituelles que Jésus nous propose ; ainsi nous lui serons agréables, et nous gagnerons des victoires pour sa gloire.

Jésus nous pousse et nous invite à aller de l’avant avec l’équipement reçu ! Exousia, Dunamis, Energea, Kratos, Ischus.

Jésus a d’abord envoyé les 12 puis les 70, maintenant cet envoi  est pour tous les chrétiens du monde entier.

Non seulement Jésus donne l’équipement, mais également une stratégie :

Luc 10.3 : « Partez, voici je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups »

Jésus ne veut pas que nous soyons dépendants de nos propres forces.

Luc () 4 : « Ne portez ni bourses, ni sac, ni soulier et ne saluez personne en chemin »

Jésus sait que beaucoup se laissent détourner par de vaines discussions charnelles ou se laissent entrainer dans des voies qui nous sortent du chemin de la vie, se laissent séduire par de faux prophètes, ou se laissent distraire et c’est la perte de zèle, du feu, de l’onction, de la lumière et ils trouvent la mort.

Nous en avons un exemple dans 1Roi 13 au temps du roi Jéroboam, roi d’Israël. Il se rebella, s’éleva contre l’Eternel en pratiquant des actes qui étaient strictement réservés aux sacrificateurs.

Dieu demande au prophète d’aller annoncer à ce roi son jugement. Le roi s’élève contre le prophète. Conséquences : une des mains du roi devient sèche et l’autel s’écroule. Alors que le prophète se dispose à retourner chez lui, le roi l’invite à manger. Ce qui lui avait été interdit par Dieu. Le roi voulait lui faire manger de sa nourriture impie.

Ensuite le prophète doit retourner chez lui par un autre chemin.

Un homme prophète, l’invite à venir manger chez lui, en prétextant qu’un ange lui a parlé de la part de l’Eternel en lui disant : »ramènes-le chez toi. » Il accepte, ensuite il reprit son chemin de retour. Là il fût rencontré par un lion qui le tua et déchiqueta son corps. S’il n’avait pas désobéi, il serait passé avant l’arrivée du lion et l’Eternel cessa de veiller sur ses voies.

Ensuite Jésus nous demande de donner gratuitement ce que nous recevons. Jésus nous le donne gratuitement :

Actes 3 : Pierre et Jean se rendent au temple après la pentecôte ; un homme boiteux de naissance se tient à la porte dite la belle pour recevoir l’aumône de ceux qui rentraient. Il demande l’aumône à Pierre et Jean qui lui disent : Regardes-nous !…. Il s’attendait à recevoir quelque chose. Pierre lui dit : je n’ai ni argent, ni or ; mais ce que j’ai, je te le donne : Au nom de Jésus-Christ de Nazareth, lèves-toi et marche.

En le prenant par la main droite, il le fit lever… d’un saut il fût debout et se mit à marcher.

Ne négligeons pas les dons que nous avons reçus ou recevons.

1 Timothée 4.14 : « Ne néglige pas le don qui est en toi et qui t’a été donné par prophétie avec imposition des mains de l’assemblée des anciens »

Même il nous est demandé de réanimer le don de la flamme reçue :

Timothée 1.6 : « C’est pourquoi je t’exhorte à réanimer la flamme du don (ou des dons) de Dieu que tu as reçu par l’imposition des mains de l’assemblée des anciens.

Que faisons-nous de ces pouvoirs ? La mission et le message auront des conséquences éternelles.

Apocalypse 2 .26 : «  A celui qui vaincra, et qui gardera jusqu’à la fin mes œuvres, je donnerai autorité (Exousia) sur toutes les nations. 

Ceux qui donnent ce qu’ils ont reçu, et vivent selon l’enseignement reçu, apporteront une grande joie à Jésus :

Luc 10.17-21 : « Les soixante dix revinrent avec joie, disant : Seigneur, les démons mêmes nous sont soumis en ton nom. 

Jésus leur dit : « Je voyais Satan tomber du ciel comme un éclair. A ce moment même, Jésus tressailli de joie par le Saint-Esprit, et Il dit : Je Te loue Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as révélés aux enfants. Oui Père, je Te loue de ce que tu l’as voulu ainsi.

Notre vie peut être comparée au développement d’un arbre, un pommier par exemple. Il est constitué de nombreuses racines, d’un tronc et de nombreuses branches. Son développement est conditionné par la qualité du terrain. De la qualité de ses racines va dépendre le développement de ses branches, et de la qualité de son enracinement résultera la résistance à la tempête.

Ces enseignements que nous venons de voir : Exousia, Dunamis, Energeia, Kratos, Ischus nous sont donnés pour fortifier la qualité de nos fondations, de nos racines. Certes nous sommes plus enclins à rechercher le développement de nos branches (c'est-à-dire la partie visible de notre personnalité) que nos racines. Là nous nous trompons d’objectif. Dieu s’occupe de la partie visible de notre être même, Il taille les branches : Jean 15.2 : « Il émonde le sarment afin qu’il porte davantage de fruits et retranche tout sarment qui ne porte pas de fruit. »    

Commenter cet article