Que symbolise le linge ou voile sur le visage de Lazare à sa sortie du tombeau

Publié le par louis trifault


Que symbolise le linge ou le voile sur le visage ?

La tradition, la religion, la culture, l'éducation etc. tout  voile cache  le visage, couvrent les yeux pour nous maintenir dans l’obscurité, par la mort. Que peut-on voir dans un tombeau ou sous un voile ? Qu'il soit physique ou  spirituel.

-2 Corinthiens 4-3-4 : si notre évangile est encore voilé il est voilé  pour ceux qui périssent, pour les incrédules dont le dieu de ce siècle à aveuglé l'intelligence, afin qu'ils ne voient point briller la splendeur de l'évangile de la gloire de Christ, qui est l’image de Dieu. Jésus est venu pour que le voile disparaisse :

2 Corinthiens 3-14 : Ils sont devenus dur d'entendement car jusqu'à ce jour, le même voile demeure quand ils font la lecture de l'Ancien Testament, et il ne se lève pas, parce que c’est en Jésus qu’il disparaît. C'est ce que nous dit l’évangile de Matthieu quand Jésus est sur la croix. Jésus poussa grand cri et voilà ce qu'il s'est produit.

Matthieu 27-50 : Jésus poussa un grand cri, et rendit l'esprit. Et voici, le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en  bas, la terre trembla, les rochers se fendirent, les sépulcres s’ouvrirent, et plusieurs corps des saints qui étaient mort ressuscitèrent.

Dans le temple, le voile, fermait la partie du lieu très saint, le lieu où se tenait la présence de Dieu. Avec le voile déchiré, Dieu manifeste qu'il veut se révéler à tous, par l'œuvre accomplie par Jésus à la croix.

Le voile nous cache la lumière. Jean 8 – 12 : Jésus dit : je suis la lumière du monde. Donc le voile cache la lumière de Jésus et l’amène au tombeau, c'est-à-dire dans le néant.

Maintenant laissons nous interpeller par le Saint-Esprit. Que veut-il nous dire, dans la résurrection de Lazare et sa mise au tombeau, ainsi que des bandes et du voile ?

Tous nous avons reçu des promesses de Dieu, des prophéties, des dons, des talents, des capacités, les dons du Saint-Esprit. Quand avons-nous fais ? Lorsque nous recevons des promesses de Dieu, nous sommes dans la joie, mais avec le temps qu'en advient-il, au-delà des mois, des années qui passent.

 Y croyons-nous encore ?

Souvent nous les avons ficelés, ligotés,  par l'incrédulité, le découragement, voir le mépris, la négligence, l’hostilité de l’entourage. Est-ce que cela les a conduits au tombeau et  à la fermeture de ce dernier avec une pierre ?

Ou bien avons nous laisser le doute nous envahir ?

 Les paroles prophétiques qui nous ont été données venaient elles de Dieu ou étaient-elles de l'homme ? Peut-être même que nous avons bien entendu, bien compris, bien reçu, cru, mais nous sommes parti dans l'accomplissement avant d'avoir reçu le »kairos » de Dieu et nous avons rencontré l'échec. Souvenons-nous que Jésus a attendu deux jours après avoir reçu la parole du Père avant de partir dans l'accomplissement. Pourtant c'était la vie de son ami Lazare qui était en danger. Jésus aurait pu se laisser dominer, dirigé par ses émotions et bondir pour secourir son ami. Non sagement, il s'est fait obéissant, et il a marché dans la victoire promise par son Père.

Quelles attitudes adopter, si nos promesses, paroles prophétiques sont dans l'oubli, dans le tombeau, par le découragement, la lassitude, l'incrédulité, le doute, à cause de la confusion ou le tourment ou les moqueries des personnes qui sont autour de nous ?

Jésus dit à chacun d'entre nous :

 

Je suis le même hier aujourd'hui éternellement, retire la pierre qui ferme le tombeau, sors en les promesses, remets les devant moi toutes tes promesses. Avant, commençons par nous humilier pour notre manque de foi, notre découragement, et de nous être laissé submerger par le doute, ou même l'incrédulité .Dieu, lui, n'oublie jamais sa parole.

Esaie : 55- 10 à 11 : comme la pluie et la neige descendent des cieux, et ne retournent pas sans savoir arroser, féconder la terre, et les germes et les plantes, sans avoir donné de la semence aux semeurs, et du pain à celui qui mange. Ainsi en est-il de ma parole, qui sort de ma bouche : elle ne retourne point à  moi sans avoir exécuté ma volonté, et accomplit mes dessins.

Psaumes 65-10 et suite : tu visites la terre et lui donne l’abondance, qui la comble de richesse, le ruisseau de Dieu est plein d'eau ; tu prépares le blé quand tu la fertilises ainsi  en arrosant ses sillons, en aplanissent ses mottes, tu la détrempes par des pluies, tu bénis son germe.

La Bible ne dit que nous sommes le champ de Dieu et ouvrier avec lui, donc nous sommes responsables de la qualité du terrain, de notre cœur, qui reçoit la parole de Dieu. C'est à nous de choisir si notre cœur va devenir une bonne terre accueillant la parole de Dieu,  ou si notre cœur est un cœur ou la parole de Dieu ne peut pénétrer. À ce moment-là, c'est facile pour les oiseaux de proie de venir manger la semence. Le but de Dieu,  c’est que sa parole qu'il nous donne soit comme une semence sur laquelle nous devons veiller.

 

Dieu nous dit que sa parole ne retourne point vers lui ;  sans avoir accompli ce pourquoi il l’envoie. Il est nécessaire de donner certaines précisions. Voici une image qui aide à comprendre : toute parole qui sort de la bouche de Dieu et que nous appliquons dans nos vies se transforme en un fleuve de vie, qui lave, désaltère, fortifie, fait croître, transforme etc. les paroles que nous laissons tomber ou oublions, elles se transforment en un courant d'eau qui s’en va directement dans une bouche d'égout... Ou le tombeau comme la parole reçue par Jésus et transmise à l'envoyé des sœurs de Lazare.

Demandons pardon à Dieu pour toute négligence, tout mépris. Certains disent : si ces paroles sont de Dieu elles  se réaliseront. Oui c'est vrai, mais pas sans notre participation. Il faut  nous lever et nous mettre en action avec le rhéma et dans le kairos de Dieu.

Voici un merveilleux témoignage qui le prouve :

Mamadou Kambiri est un pasteur au Burkina Faso. C'est un merveilleux homme de foi. Le 07-12-2007 il apprend par téléphone qu'un petit-fils vient de naître aux USA où vit sa fille. L'accouchement s'est bien passé. Deux jours après, le 9 décembre un nouveau coup de fil lui annonce que sa fille vient de décéder à la suite d'une crise cardiaque. Spontanément Mamadou Kambiri reçoit une pensée forte du Saint- Esprit lui disant : cela ne sera pas pour la gloire de Satan. En recevant ce message il demande que le corps de sa fille ne soit pas enterré. Il aurait pu prendre l'avion et partir  immédiatement afin de prier pour la résurrection de sa fille. Mais le Saint-Esprit lui demande d'attendre jusqu'à ce qu’il  reçoive le kairos de Dieu. C'est-à-dire le 15 décembre, pendant cette semaine d'attente, plusieurs fois il reçoit des appels téléphoniques du directeur de la clinique où se trouve le corps de sa fille : lui disant que c'était insensé, peine perdue, que les appareils sophistiqués, modernes qui étaient branchés indiquaient une mort certaine. Il n'y aurait aucun recours, de toute façon si sa fille devait revenir à la vie, elle serait comme un légume.

Mamadou Kambiri,  est demeuré dans la paix, la foi  jusqu'à son départ aux USA. Donc le 15 décembre il est arrivé aux USA. Avant de se rendre dans la clinique où reposait le corps de sa fille, il est passé dans une église ou il a célébré un culte.  Le soir il s'est retrouvé dans la chambre de sa fille, son corps était tout difforme, mais toujours appareillé. Les médecins lui ont demandé de se rendre à l'évidence : ici nous ne sommes pas en Afrique, tous nos appareils nous montrent qu’il n'y a plus de vie.

Mamadou Kambiri et son gendre, Bible en main, ce sont mit à tourner autour du lit en proclamant la parole de Dieu. En même temps il disait au Saint-Esprit : tu es la, c'est toi qui est l'auteur de la vie, c'est toi qui vas redonner vie à ce corps. Quelques jours après Mamadou Kambiri ordonne que toutes les machines soient débranchées. C'est à partir de ce moment-là que le Saint-Esprit a commencé à agir. Progressivement la vie est revenue, et  le 3 janvier 2008 quand Mamadou Kambiri a repris l'avion pour retourner au Burkina Faso, sa fille était complètement rétablie.

Ce témoignage ressemble fort à la résurrection  de Lazare. Ce n'est pas étonnant puisque  Jésus est le même hier, aujourd'hui, et éternellement.

Vous pouvez retrouver ce merveilleux témoignage, intégralement, de la bouche même de Mamadou Kambiri sur le site : WWW : centreréveil. com. Ce message a été donné pendant la conférence du Saint-Esprit le 4 octobre 2008.

Commenter cet article

Marc et Jocelyne 18/12/2008 15:56

Wouah!!!!!!!Quel superbe predication sur le voile explication simple et remplie de verites. Sois Beni Louis pour ces predications elle nous font du bien.Quel merveilleux temoignage de foi et de la puissance du St Esprit tu nous donnes avec celui de Mamadou Karambiri. Nous ne dirons qu une chose: Que tous genoux flechissent devant le ROI des ROIS, devant sa Puissance, sa Magnificence, Il est GLORIEUX, alors oui abaissons nous devant Sa Majeste, Louange et adoration à Notre Jesus, IL EST VIVANT et nous proclamons qu Il est le meme qu hier , aujourd hui et ETERNELLEMENT !!! GLOIRE a l Agneau de DIEU ALLELUIA!!!!!!! Amen