comment vivre les bénéfices du pardon dans ma vie

Publié le par louis trifault








 

Que faire si vous ressentez encore de l’amertume ?

Priez pour cette personne, car vous ne pouvez avoir du ressentiment contre quelqu’un pour qui vous priez. En priant l’Esprit de Dieu qui est un esprit de pardon, remplace votre cœur d’amour et de miséricorde et en chassera toute l’amertume. Rappelez-vous une fois que vous aurez pris la bonne décision, le Saint-Esprit influencera aussi vos sentiments. Mais si vous attendez de bons sentiments pour prendre une décision, vous n’en prendrez jamais.

 

 

 

COMMENT PARDONNEZ ?

 

 

(Colossiens 3 :12-13) Ainsi donc, comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés, revêtez-vous de sentiments de compassion, de bonté, d’humilité, de douceur, de patience. Supportez-vous les uns les autres et si l’un a sujet de se plaindre de l’autre, pardonnez-vous réciproquement. De même que Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi ? « Je pardonne, mais je n’oublie pas ! » Voilà une expression souvent entendue ou que nous avons dite nous-même. C’est une caricature du pardon, le pardon superficiel, humain, qu n’a rien à voir avec le vrai pardon divin. Beaucoup disent qu’ils ont pardonné, mais tout leur comportement prouve le contraire. Un tel pardon laisse le cœur dans l’amertume et la rancune. Il ne va pas à la racine du mal. Il est aussi grave de mal pardonner que de ne pas pardonner du tout. Nous sommes appelés à pardonner comme Christ nous a pardonné.

 

 

Les différentes étapes à franchir pour plaire à Dieu, qui nous libère et libère les autres

 

        1) Savoir demander pardon lorsqu’on a tort

Matthieu 5 : 23-24 : Si tu présentes ton offrande à l’autel et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l’autel, et va d’abord te réconcilier avec ton frère, puis présente ton offrande. Notre devoir est de chercher la réconciliation dans un premier temps et dans le deuxième, il ne nous reste qu’a remettre la situation au Seigneur sans nous laisser culpabiliser inutilement.

 

        2) Savoir demander pardon dans un bon esprit

Avant d’aller trouver votre frère, il vous faut veiller à l’esprit dans lequel vous allez demander la réconciliation. Vous serez exigeant envers vous-même, sans essayer de vous blanchir. Vous savez que vous avez tort, acceptez-en tout le blâme. N’essayez pas d’expliquer pourquoi les choses en sont arrivées là. Reconnaissez vos fautes et soyez rempli d’amour. Ne ressemblez donc pas à ceux qui viennent vous demander pardon, mais qui vous laisse en définitive l’impression que c’est vous qui êtes en faute. Le ton de leur voix ou leur attitude vous font sentir que si vous n’étiez pas aussi hypersensibles, vous n’auriez pas réagi comme vous l’avez fait. Veillez donc à notre attitude et ne faisons pas croire à notre frère qu’il est aussi fautif.

 

        3) Savoir pardonner en cherchant à comprendre

Nous pardonnons beaucoup plus facilement si nous cherchons à comprendre les raison qui ont motivé certains actes. Il y a toujours une raison, et si nous la connaissons, nous agirons différemment à l’égard de notre prochain. Une personne qui semble exigeante et accaparante ayant tendance à exploiter les autres, cherche peut-être désespérément de l’affection et de la compréhension.

 

        4) Savoir pardonner en cherchant à oublier

Pour pardonner vraiment apprenons à oublier. Notre mémoire à la mauvaise habitude de se rappeler ce qu’il faudrait oublier et d’oublier ce qu’il faudrait retenir. Lorsque quelqu’un nous a fait du mal, nous disons souvent, à tort « je n’oublierais jamais ce qu’il m’a fait ». Nous ranimons toutes ces choses et de ce fait, le mal s’incruste et s’aggrave. Ne faisons jamais de telles déclarations. Ne permettons pas à nos pensées de ruminer ces problèmes. Attention ! Oublier n’est pas « avoir un blanc », une sorte d’amnésie qui efface notre passé. Une expérience douloureuse peut nous revenir en mémoire, mais elle ne nous fait plus mal, nous ne le revivons plus. Le pardon a enlevé l’aiguillon et nous pouvons nous en souvenir sans ressentir de l’amertume ou de la rancune. Nous sommes libres de notre passé.

 

 

        5) Savoir pardonner immédiatement

Apprenons à pardonner avant que le mal ne s’aggrave. Et pardonnons avant qu’on vienne nous demander pardon. Faire comme Jésus qui a offert son pardon avant même que l’homme ne le lui demande. Il priait : « Père, pardonne-leur ».

 

        6) Savoir pardonner continuellement

Pardonnons 70 x 7. Etant au bénéfice d’un pardon continuel de la part de Dieu, nous devons à notre tour pardonner sans cesse. Mais comment ? En réalisant que pour un pardon complet, nous devons considérer notre frère comme s’il ne nous avait jamais rien fait de mal. De cette façon, chaque nouvelle offense sera la première, et notre pardon aussi illimité que le pardon de Dieu.

 

        7) Savoir pardonner définitivement  

Pardonnons et ne revenons plus sur ce qui a été pardonné ! Hélas, combien de fois nous semblons vouloir pardonner, mais continuons à faire des reproches. Veillons donc à ce que notre pardon soit totalement désintéressé et offert sans conditions.

 

        8) Savoir pardonner en priant

Rappelons-nous que c’est en priant pour ses ennemis que Jésus à pardonné, sur la croix. A notre tour, prions nous aussi pour ceux qui nous ont offensé et cela pour plusieurs raisons. En priant :

-       nous ne pouvons critiquer la personne pour laquelle nous intercédons.

-       Nous recevons de Dieu la force de pardonner, car c’est dans la prière que notre esprit de pardon sera renouvelé.

-       Nous améliorons la communion les uns avec les autres.

-       Nous apprendrons à renoncer à nos droits et à désirer davantage la bénédiction de ceux qui nous ont offensés, que la nôtre.

-       Nous serons réellement libérés de toute amertume, capable d’apporter la libération, le pardon aux autres.

 

 

 

DELIVRANCE DU RESSENTIMENT

 

 

 

(Ephésiens 4 : 1-3) je vous exhorte donc, moi, le prisonnier dans le seigneur, à marcher d’une manière digne de la vocation qui vous a été adressé, en toute HUMILITE et DOUCEUR, avec PATIENCE, vous supportant les uns les autres avec AMOUR, vous efforçant de conserver l’unité de l’esprit par le lien de la paix.

L’Apôtre Paul mentionne quatre qualités essentielles que le Christ veut produire dans nos vies, pour nous délivrer du ressentiment et d’expérimenter des relations harmonieusement entre chrétiens au sein de l’Eglise.

 

        1) L’humilité   

    L’humilité nous préservera de l’influence néfaste du ressentiment et contribuera à l’épanouissement de nos relations réciproques. Quels sont les caractéristiques ?

 

a)  L’humilité chrétienne puise sa source dans le connaissance de soi-même.

Un homme humble est un homme conscient de sa propre indignité. La chose la plus humiliante dans ce monde est de se découvrir tel que l’on est. La véritable humilité apparaît lorsque nous nous voyons tels que nous sommes, avec nos faiblesses, notre égoïsme et nos échecs.

       

b)  L’humilité chrétienne se réalisera lorsque nous comparerons notre vie avec celle de Christ

Tout dépend donc avec qui nous nous comparons, si nous nous mesurons avec quelqu’un d’inférieur, nous en tirons de l’orgueil. Mais si nous nous comparons au modèle parfait de Jésus-Christ, tout orgueil disparaitra immédiatement.

 

        2) La douceur

La douceur, elle aussi, nous préservera de l’influence néfaste du ressentiment et contribuera à l’épanouissement de nos relations réciproques. Le mot a un sens précis : l’homme qui manifeste la douceur est celui qui se laisse contrôler et discipliner par Dieu. Un homme plein de douceur est celui qui étant entièrement soumis à son maître Jésus-Christ, sera maître de lui-même de ses passions.

 

 

        3) La patience

De même la patience nous préservera de l’influence néfaste du ressentiment et contribuera à l’épanouissement de nos relations. Deux pensées se dégagent de cette vertu :

 

                a) Un homme patient est un homme déterminé à ne jamais se laisser détourner, prêt à persévérer jusqu’au bout en vue d’obtenir la récompense. Cela veut dire de ne jamais admettre la défaite, quelles que soient les circonstances ou les apparences les oppositions ou les découragements. Elle persévère avec ténacité jusqu'à la fin. L’apôtre en faisait une marque distinctive dans son ministère, quand il dit (2 Corinthiens 12 :12) Les preuves de mon apostolat ont éclaté au milieu de vous par une patience à toute épreuve, par  des signes, des prodiges et des miracles.

 

                b) Un homme patient est un homme ayant la possibilité de se venger ou de rendre la pareille, mais qui refuse de le faire. C’est une attitude qui supporte insultes et préjudices sans se laisser gagner par l’amertume ou la rancune. C’est l’état d’esprit qui permet de supporter sans s’irriter, les personnes les plus désagréables.

 

        4) L’amour

Pour finir, l’amour aussi nous préservera de l’influence néfaste du ressentiment et contribuera à l’épanouissement de nos relations. Quelques qualités de l’amour selon la parole de Dieu :

 

                a) Aimer, c’est donner sans chercher à recevoir (Luc 6 : 27-36), « Amour » (agape) au sens originel du mot veut dire, avoir une disposition de cœur telle que nous ne ressentons aucune amertume et aucun désire de nous venger, quelle soit l’opposition, mais que nous rechercherons toujours le plus grand bien de tous. C’est une disposition qui témoigne q’une irrésistible bienveillance et qui, injuriée, ne rend point d’injures et maltraitée ne fait point de menaces (1 Pierre 2 : 23) Ceci nous montre clairement, que l’amour chrétien n’est pas sentimental. L’amour divin (agape) n’est pas uniquement une question d ‘émotion, mais surtout de volonté. C’est la capacité et la détermination d’aimer ceux qui nous sont désagréables et antipathiques, et ceux qui ne nous aiment pas ou qui nous méprisent.   

          

                b) Aimer c’est aussi discipliner quelqu’un et ne pas le laisser  faire tout ce qu’il veut (Hébreux 2 : 5-11) En laissant faire une personne ce qu’elle veut, pourrait être la pire des choses pour elle. Ce ne serait pas une manifestation d’amour de notre part, mais plutôt un acte d’inconscience ou de lâcheté.    

 

                c) Aimer, c’est dire la vérité. Selon 1 corinthiens 13 : 6 l’amour se réjouit de la vérité. L’amour et la vérité sont donc inséparables. Malheureusement beaucoup essayent de les séparer. L’apôtre Paul nous dit de prêcher la vérité dans la charité (éphésiens 4 : 15) L’amour sans vérité est un amour sentimental, faible humain et instable qui conduit à la confusion, à la séduction et aux fausses doctrines. La vérité sans l’amour nous conduit au légalisme, à la dureté et produit en nous un esprit de condamnation et d’hypocrisie. La vérité et l’amour engendrent l’unité de l’église en Christ, la croissance de chacun et l’édification du corps de Christ, en vue de parvenir à une maturité et un plein épanouissement de notre personnalité, selon le modèle de Christ. (Éphésiens 4 : 13-16) Il faut du courage pour prêcher la vérité dans l’amour et affronter ainsi l’opinion des gens. Aimer quelqu’un ne signifie pas être toujours d’accord avec lui. Aimer quelqu’un c’est lui donner ce dont il a besoin et non ce qu’il désire, au risque d’être rejeté. 2 corinthiens 12 : 15  Pour moi, je suis prêt à donner joyeusement tout ce que j’ai. Je me sacrifierais moi-même tout entier pour le bien de nos âmes, même si, en vous aimant davantage, je devais être moins aimé de vous.

 

Ces 4 grandes vertus de la vie chrétienne aboutissent à  un cinquième point : LA PAIX, qui sera le produit de relations harmonieuses entre frères.

 

 

Comment conserver cette unité ?

 

Il n’y a qu’un chemin : la crucifixion du moi, car chacune des 4 vertus citées demande cette crucifixion. Aussi longtemps que notre moi occupe la place centrale, le pardon et l’unité de l’esprit ne pourront jamais pleinement se manifester. Quand le moi est crucifié, que Christ et sa parole prennent la place centrale et que nous commençons à nous pardonner les uns les autres, la paix et l’unité de l’esprit se réaliseront pleinement dans l’Eglise.  

Commenter cet article