SUIS-JE DE LA GENERATION DES OUTRES NEUVES. ?

Publié le par louis trifault

 -Luc chapitre 5 v 36 à 39 : Jésus dit aussi une parabole :<< personne ne déchire d'un habit neuf un morceau pour le mettre à un vieil habit; autrement, il déchire l'habit neuf, et le morceau qu'il en a pris n'est pas assorti au vieux.

Et personne ne met de vin nouveau dans de vieilles outres; autrement, le vin nouveau fait rompre les outres, il se répand et les outres sont perdues.

Mais il faut mettre du vin nouveau dans des outres neuves.

Et personne, après avoir bu du vin vieux, ne veux du nouveau, car il dit : LE vieux est bon>>

La parabole nous parle des vieilles outres et des outres neuves. Rappelons qu'une parabole illustre une histoire prise dans le monde naturel, pour nous aider à nous élever dans le monde spirituel. Les outres nous parlent de récipient destinés à recevoir et à contenir un liquide: vin, huile, lait, eau.

Cette parabole nous dit que Jésus distingue deux sortent d'outres, les vieilles et les neuves. Chacune présente un usage différent. Les anciennes représentent un cœur hostile à l'enseignement de Jésus et à la vie de l'Esprit. Les nouvelles nous donnent un exemple de cœur accueillant à l'enseignement de Jésus et à la vie de l'Esprit.

 

-Tout d'abord posons nous la question : Quand la génération des outres neuves a-t-elle commencé ?

 

Lors du premier miracle de Jésus aux noces de Cana, que nous trouvons dans l'évangile ch.2-versets 1 à 11, Jésus n'a pas demandé de remplir d'eau les fûts et récipients à vins vides mais des jarres d'ablution, c'est à dire, d'un emploi ou d'un usage vil ou impur aux yeux des juifs.

Les récipients à vin vides représentent, ou symbolisent les systèmes religieux, sans vie, de l'époque (ils n’ont plus de vin). Ce sont les vielles outres. Par les vieilles outres, Jésus, dénonce tout le système religieux est sclérosé établi par les scribes et les pharisiens. C'est également vrai pour tout système religieux de notre époque, établi sur des rites, légaliste et qui cherche à gagner ou obtenir la faveur de Dieu par des œuvres.

Les jarres d'ablution, remplies d'eau, qui va être transformée miraculeusement en vin, vont devenir les outres neuves que désire Jésus. Ces outres neuves nous parlent de tout homme ou femme qui va accepter l'enseignement de Jésus et d'y obéir.  Car Dieu choisi selon 1 Corinthiens ch. 1 v 27 à 29 : Car Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages. Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes. Et Dieu a choisi les choses viles du monde qu'on méprise, celles qui ne sont point, pour réduire à néant celles qui sont, afin que personne ne se glorifie.

Hébreux 9- 9-10 nous annonce un temps de réformation: C'est un symbole pour le temps présent; il signifie que les dons et sacrifices présentés ne peuvent rendre parfait sous le rapport de la conscience celui qui rend ce culte;

ils étaient avec les aliments, les boissons et les diverses ablutions, des ordonnances charnelles, imposées seulement jusqu'à une réformation.

Réformation = restaurer aux conditions normales quelque chose qui a été cassé, défait, qui est difforme ou a besoin d'un redressement complet.

voilà ce qu'a accompli Jésus, lors des noces de Cana, en abandonnant les vieilles outres et en choisissant des jarres d'ablution pour opérer le miracle de l'eau changée en vin.

Le vin annonce la vie de l'Esprit qui doit se manifester dans la vie de tous croyants en Jésus. Sans l'oeuvre du Saint-Esprit un chrétien devient vite légaliste, religieux, privé de la grâce. L'usage des jarres d'ablution, par Jésus, ouvre la porte de l'évangile à nous païens qui n'étions pas du peuple de Dieu, sans Christ, privés du droit de cité en Israël, étrangers aux alliances de la promesse, sans espérance et sans Dieu dans le monde.

Mais maintenant, en Jésus-Christ, nous qui étions jadis éloignés, nous avons été rapprochés par le sang de Christ. Ephésiens 2-12 et 13.

 

- Quand devient-on une outre neuve ?

 

Quand nous mourrons à nous-mêmes et décidons de changer de vie, c'est à dire à la nouvelle naissance. Quand nous ouvrons notre coeur à Jésus et que nous l'acceptons comme Seigneur de notre vie. Pour qu'il y ait une outre neuve, il faudra toujours qu'il y ait une mort, un renoncement. Certes il faudra beaucoup de travail avant d'être utilisé comme une outre neuve mais ce n'est pas notre affaire. Il nous est tout simplement demandé de renoncer à nos vies et d'accepter ce que Dieu veut faire par le Saint-Esprit dans chacune de nos vies.

Toutefois n'oublions pas que sans l'œuvre accomplie par Jésus à la croix ce ne serait pas possible. Il a fallu qu'il renonce à sa vie, meurt et ressuscite, afin, que nous aussi nous mourrions à nous même, pour naître de nouveau ou de la vie de l'Esprit. (Selon Jean 3 à 11 tel que Jésus l'explique à Nicodème)

 

- Regardons dans le naturel comment se fabrique une outre neuve :

 

Au temps de Jésus, les outres étaient fabriquées soit avec une peau de chèvre, de mouton, de vache ou de chameau selon la taille de l'outre voulue. Donc un animal devait mourir ou être sacrifié pour fabriquer une outre neuve. La tête était coupée à la hauteur du cou afin qu'il devienne le bec verseur. Tout l'intérieur de l'animal était vidé par cette ouverture sans déchirer la peau. Ensuite la peau était retournée, l'intérieur était amené à l'extérieur pour être exposé au soleil pendant 3 mois, afin que toutes les graisses et les lambeaux de chairs soient éliminés. Sinon ces lambeaux de chair et graisses se seraient transformés en putréfaction, et tout le contenu aurait été contaminé, inutilisable. Ensuite la peau était mise dans l'eau pendant plusieurs semaines et c'est ce séjour dans l'eau qui lui donnait toute sa souplesse. Retirée de l'eau sans être utilisée elle perdait rapidement sa souplesse.

Comme il faut beaucoup d'eau pour traiter les peaux, c'est pour cela que ce genre d'activité est effectué en bordure de rivière. Les Actes nous parlent de Simon le corroyeur dont la maison était établie au bord de la mer. Il fabriquait des outres.

 

- Maintenant regardons sur le plan spirituel

 

Jean chapitre 2 v 7 Jésus dit : "remplissez d'eau ces vases. Ils les remplirent jusqu'au bord". Ici, l'eau symbolise la parole de Dieu. Le nouveau né spirituel afin d'avoir toute la souplesse que Jésus désire, doit être rempli de la parole avec l'aide du Saint-Esprit. C'est ce qui fait la différence entre les vieilles outres qui refusaient la parole de Jésus (ou les pharisiens) et les outres neuves qui l'acceptent. L'outre neuve doit être exposée à la lumière de Jésus. Toute influence de la chair doit disparaître de la vie de ce croyant. C'est de cela que nous parlent les lambeaux de chair et les graisses arrachées de la peau dans le naturel.

Dans le naturel, les outres étaient  utilisées pour contenir de l'eau, du lait, du vin, de l'huile, ... . Jésus déverse dans ses outres la parole, la miséricorde et la bénédiction, l'œuvre du Saint-Esprit : l'onction.

 

-Pourquoi Jésus dit : pas de compromis entre vieilles outres et les outres neuves ?

 

La première parabole, où le vieil habit évoque le temps de la loi, l'habit neuf le temps de grâce. Ils sont incompatibles. Le mélange de la loi et de la grâce porte atteinte aux deux. Une pièce d'étoffe prise sur un habit neuf abîme celui-ci et n'est pas assorti au vieux, ni par sa résistance ni par son aspect. Pour Jésus il n'est pas question de "christianiser" le judaïsme. La chair et la loi vont ensemble. Il est impossible de mélanger grâce et loi, justice de Dieu et justice des hommes. Mais la grâce et l'Esprit vont ensemble.

 

- Romain ch 8 v 5 à 8 :  ceux, en effet qui vivent selon la chair s'affectionnent aux choses de la chair, tandis que ceux qui vivent selon l'Esprit s'affectionne aux choses de l'Esprit.

Et l'affection de la chair, c'est la mort, tandis que l'affection de l'Esprit, c'est la vie et la paix.

Car l'affection  de la chair est inimitié contre Dieu, par ce qu'elle ne se soumet pas à la volonté de Dieu et qu'elle ne le peut même pas.

Or, ceux qui vivent selon la chair ne sauraient plaire à Dieu.

Romain ch 8 v 13 et 14 :  Si vous vivez selon la chair, vous mourrez; mais si vous vivez, par l'Esprit, vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez.

Car tout ceux qui sont conduits par l'Esprit de Dieu sont fils de Dieu.

Deuxième parabole : c'est une folie de vouloir mettre du vin nouveau dans de vieilles outres devenues rigides ou ayant perdu leur élasticité. La fermentation du vin nouveau crée une pression que les vieilles outres ne peuvent supporter, elles éclatent en se rompant, le vin est perdu.

La tradition, les rites sont trop rigides pour contenir la joie, l'exubérance, le dynamisme de la vie dans l'Esprit.

Troisième parabole : affirme que personne après avoir bu du vin vieux ne préfère du nouveau, car il dit : Le vieux est bon. Elle démontre par là que naturellement, les hommes sont réticents à renoncer à l'ancien pour le nouveau, au religieux pour la vie de l'Esprit, à l'ombre pour la lumière.

Facilement nous nous installons, nous nous figeons dans nos attitudes, attitudes nouvelles = béatitudes.(Nous allons développer ceci plus loin)

 

-Quelques caractéristiques des vieilles outres.

 

Voici des exemples que dénonce Jésus dans les évangiles:

Mathieu chapitre 6 v 16 : Lorsque vous jeûnez, ne prenez pas un air triste, comme les hypocrites, qui se rendent le visage tout défait, pour montrer aux hommes qu'ils jeûnent. Je vous le dis en vérité ils ont leur récompense.

-Mathieu chapitre 6 v 5 : Lorsque vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites qui aiment prier debout dans les synagogues et aux coins des rues, pour être vus des hommes, je vous le dis en vérité, ils ont leur récompense.

-Mathieu chapitre 6 v 2 : Lorsque tu fais l'aumône, ne sonne pas de la trompette devant toi, comme font les hypocrites dans les synagogues et dans les rues, afin d'être glorifiés par les hommes. Je vous le dit en vérité, ils ont leur récompense.

-Marc chapitre 2 v 16 : Les scribes et les pharisiens, le voyant manger avec les publicains et les gens de mauvaise vie, dirent à ses disciples : pourquoi boit-il et mange-t-il avec les publicains et les gens de mauvaise vie ? . Les scribes et les pharisiens posent des questions et demandent des comptes à Jésus sur sa manière d'annoncer la bonne nouvelle du royaume.

Actualiser cela équivaut à dire : pourquoi évangélisez vous les clochards, les prostituées, les voleurs, les assassins en prisons ? .

-Jean chapitre 12 v 42 : même parmi les chefs, plusieurs crurent en lui; mais, à cause des pharisiens, ils n'en faisaient pas l'aveu, dans la crainte d'être exclus de la synagogue. Ils sont plus attachés à leur réputation qu'a Jésus.

-Marc 3 : Ils aiment plus les règles du sabbat que de faire le bien, par exemple, guérir un malade.

-Mathieu chapitre 15 v 14 : laissez-les, ce sont des aveugles qui conduisent des aveugles; si un aveugle conduit un aveugle, ils tomberont tous les deux dans une fosse.

-Jean chapitre 8 v 37 : Je sais que vous êtes la prospérité d'Abraham; mais vous cherchez à me faire mourir, par ce que ma parole ne pénètre pas en vous.

-Luc chapitre 15 v 29 : Mais il répondit à son père : voici, il y a tant d'années que je te sers, sans avoir jamais transgressé tes ordres, et jamais tu m'as donné un chevreau pour que je me réjouisse avec mes amis. C’est un esprit de mercenaire : travailler en attente d'une récompense.

Jésus dit encore que la vieille outre c'est du sel qui a perdu sa saveur, elle a pour père le diable, selon Jean 8-44.

Tue les prophètes, vit dans le passé, la vieille outre est desséchée, …, accompli des rites, rejettent toutes œuvres nouvelles de l’Esprit, ne se laissent pas reprendre, croient tout savoir. ( A suivre)

 

 

Publié dans Parolevivante

Commenter cet article