parabole du filet ou la parabole de la fin du monde

Publié le par louis trifault

La parabole du filet ou la parabole de la fin du monde

 

 

 

 

Matthieu 13.47 à 51 :

Le royaume des cieux est encore semblable à un filet jeté dans la mer et ramassant des poissons .de toute espèce.

Quand il est rempli, les pêcheurs le tirent ; et, après s’être assis sur le rivage, ils mettent dans des vases ce qui est bon, et ils jettent ce qui est mauvais. Il en sera de même à la fin du monde. Les anges viendront séparer les méchants d’avec les justes.., et ils jetteront dans la fournaise ardente, où il y aura des pleurs et des grincements de dents.

Avez-vous compris toutes ces choses ? oui, répondirent-ils

C’est la troisième et dernière parabole donnée par Jésus à ses disciples.

Nous voilà arrivés à la fin des temps, au temps de la dernière moisson ou la dernière pêche.

Pour conserver une vue d’ensemble sur les 6 paraboles précédentes, récapitulons en quelques lignes le point déterminant de chacune :

-         La première parabole, le temps des semailles, nous a été présenté pour nous inviter à nous poser la question : quel terrain suis-je ? le 1er, le 2ème, le 3ème ou le 4ème c’est à dire le bon.

-         Dans la deuxième, Jésus nous amène à découvrir que Dieu a un ennemi qui sème de l’ivraie dans le champ de Dieu, le monde Ce champs, c'est nous et le monde entier qui est a sauver.

Dans l’explication donnée en privé à ses disciples, Jésus révèle que maintenant, dans le deuxième stade, il sème des hommes et des femmes à travers le monde: le blé.

-         La troisième parabole, à travers le grain de sénevé, nous voyons les oiseaux du ciel, ou agents du diable, se tenir non plus à l’extérieur du royaume, mais à l’intérieur en venant s’y nicher et l’infecter de leurs crottes.

-         La quatrième parabole, ou du levain,  nous apprend à discerner les fausses doctrines qui sont semées pour remplacer la parole de Dieu, enlever la direction du Saint Esprit. A travers ces 4 premières paraboles nous constatons combien le diable et ses agents sont actifs pour infiltrer le royaume de Dieu et tenter de le faire échouer.

-         Dans la cinquième parabole, ou du trésor caché, nous revenons à Genèse 3 : la famille de Dieu qui est arrachée du cœur de Dieu par son adversaire, le diable. Dieu ne renonce pas à se créer une grande famille avec les âmes volées.

Jésus Christ, l’agneau immolé dès la fondation du monde, offre sa vie en rançon pour racheter tous ces hommes et toutes ces femmes captifs ou kidnappés par le diable.

-         Sixième parabole ou la perle de grand prix : comme Dieu a donné une épouse au premier Adam, il veut en donner une au deuxième, c’est à dire Jésus. Nous avons découvert la perle de grand prix ou l’épouse et le prix payé par Jésus.

 

Que nous dit cette septième parabole ?

Pour Dieu c’est le temps de la dernière moisson ou dernière pèche.

1-  Le temps de séparer le blé de la paille ou de toutes impuretés est arrivé. Matthieu 3. 12. Il a son van à la main ; il nettoiera son aire, il amassera son blé dans son grenier, mais il brûlera la paille dans un feu qui ne s’éteint point.

2-  C’est le temps de séparer les bons poissons et de jeter les mauvais.

-         Bon = précieux, utile, excellent dans sa nature et ses caractéristiques, et donc bien adapté à ses fins. Beau en raison de sa pureté de cœur et de vie, et donc digne de louange.

-         Mauvais = pourri, corrompu par quelqu’un  et plus bon à l’usage, également : abominable, d’où abomination.

En français courant Apo 22.15, nous lisons : « mais hors de la ville, les êtres abominables (ou les chiens) ceux qui pratiquent la magie, les gens immoraux, les meurtriers, les adorateurs d’idoles et tous ceux qui aiment et pratiquent le mensonge. »

3-  C’est le temps de séparer les méchants d’avec les justes. (verset 49)

Nous voyons à nouveau que cette tâche sera réservée aux anges.

Qui sont les méchants ? Qui sont les justes ?

-         Méchants = puissance du malin, mauvais, d’une nature ou d’une condition mauvaise. Le méchant, la définition biblique, c’est une personne chez qui l’on ne trouve pas d’humilité, pas d’amour de la vérité, pas de crainte de Dieu.

Job 21.14 et 15 nous donne une bonne définition du méchant. Ils disaient pourtant à Dieu : « Retire-toi de nous, nous ne voulons pas connaître tes voies. »

Qu’est-ce que le TOUT-PUISSANT pour que nous le servions ? Que gagnerons nous à lui adresser nos prières ?

Donc le méchant c’est toutes personnes qui rejettent Dieu pour vivre sa vie au gré de ses désirs. Psaume 119. 155 le salut est loin du méchant.

-         Justes = qui observent la loi divine, ceux dont les pensées, les paroles, les actions sont entièrement conforme à la volonté de Dieu.

Egalement : approuvé ou accepté de Dieu.

 

4-  C’est le temps de la séparation de l’ivraie du blé comme Jésus l’annonce dans Mt 13.39 à 43. Jésus laisse le blé et l’ivraie croître ensemble, mais au temps de la moisson qui représente la fin du monde, le Fils de l’Homme enverra ses anges, les moissonneurs arracher l’ivraie et la jettera au feu. De même, ils arracheront du royaume de Dieu, tous les scandales et ceux qui commettent l’iniquité et les jetteront dans la fournaise ardente, afin que les justes resplendissent comme le soleil dans le royaume de leur père.

 

 

La séparation vient du cœur de Dieu à cause de sa sainteté :

La sainteté c’est la nature même de Dieu. Toute sainteté vient de Dieu. Il est saint, non simplement pour lui-même, mais également pour la communiquer. En hébreu deux mots sont employés pour désigner ces deux actions ou états.

Quadowsh = sainteté de Dieu, c’est l’adjectif qui désigne l’état, la nature de Dieu. Séparer du mal, mis à part des ténèbres, ce qui sort du profane, désigne le Saint. Tu es le Saint de Dieu, dit un démon à Jésus (Mc 1 : 2-4).

Quadash = désigne 1) le verbe : l’action de sanctifier et 2) l’action de mise à part pour un service, consacrer.

-         Dieu sanctifie en communiquant sa sainteté

-         Dieu demande la mise à part, nous avons à manifester par une réponse personnelle notre acceptation ou à répondre favorablement à l’invitation de Dieu. Dans ces définitions nous retrouvons la véritable signification de bon et de méchant dont parle cette parabole du filet. Les bons sont ceux qui acceptent et manifestent le désir d’être sanctifié par ce Dieu saint. Les méchants, au contraire, nous les trouvons parmi ceux qui refusent la sanctification, la mise à part du monde et de ses œuvres de ténèbres.

-          Prenons deux versets du livre du Lévitique qui vont nous permettre de situer dans le contexte de la parole cet adjectif et le verbe : quadowsh et quadash.

-         Lévitique 19-2 Soyez saints (quadowsh), car je suis saint (quadowsh), moi l’Eternel votre Dieu

-         Lévitique 21.8 : Soyez saint (quadowsh), moi l’Eternel qui vous sanctifie (quadash) c’est à dire qui vous met à part pour vous donner ma nature. Encore une fois disons-le, Dieu ne communique sa nature qu’à ceux qui l’acceptent pour ceux qui refusent leur destinée éternelle sera l’étang de feu ou la fournaise ardente, là où il y aura des pleurs et des grincements de dents.

 

Habacuc 1.13 nous dit : Tes yeux sont trop purs pour voir le mal, et tu ne peux regarder l’iniquité. Aucun péché, aucune iniquité ne peut subsister dans la présence de Dieu. Il est séparé de toute œuvre du diable. Jésus l’a expérimenté, quand selon Mt 27.46, sur la croix il s’est écrié : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? (ou rejeté, ou pourquoi t’es-tu détourné de moi). Sur la croix, Jésus s’est fait péché à notre place. Son Père s’est détourné de lui tellement il était devenu souillé. En quelque sorte il est devenu un méchant. Selon Esaïe 53.9, on a mis son sépulcre parmi les méchants.

 

La séparation ou mise à part dans l’Ancien et le Nouveau Testament :

La première séparation entre la sainteté de Dieu et le péché s’est opéré dans le ciel à cause de la rébellion de Satan, nommé Astre brillant ou fils de l’aurore auparavant.

Ez 28.17 et suite : Ton cœur s’est élevé à cause de ta beauté, tu as corrompu ta sagesse par ton éclat, je te jette à terre, je te livre en spectacle aux rois. Par la multitude de tes iniquités, par l’injustice de ton commerce, tu as profané tes sanctuaires, je fais sortir du milieu de toi un feu qui dévore. Je te réduis en cendre sur la terre, aux yeux de tous ceux qui te regardent. La Bible nous apprend qu’un tiers des anges ont suivi Satan dans sa révolte.

A partir de cet événement le péché, l’iniquité, la rébellion se sont multipliés sur toute la surface de la terre. Le déluge en a résulté. Noé et sa famille qui ont été trouvé juste aux yeux de Dieu ont été sauvés. Noé avait choisi de se mettre à part pour Dieu. La Bible nous dit qu’il avait une crainte respectueuse de Dieu.

Les exemples se succèdent constamment avec le peuple d’Israël nous en citerons un seul : Josué 7.1. Lors de la conquête de la ville d’Aï, Acan prit des choses dévouées par interdit. Et la colère de l’Eternel s’enflamma contre les enfants d’Israël et Acan et sa famille furent lapidés et brûlés au feu.

Maintenant écoutons ce que nous dit le Nouveau Testament à travers la bouche de Paul :

-         Ph 2.15 et 16a : Soyez irréprochables et purs, des enfants de Dieu irrépréhensibles au milieu d’une génération perverse et corrompue, parmi laquelle vous brillez comme des flambeaux dans le monde.

-         2 Corinthiens 6 : 17-18 : Sortez du milieu d’eux et séparez-vous dit le Seigneur, ne touchez pas à ce qui est impur et je vous accueillerai. Je serai pour vous un père, et vous serez pour moi des fils et des filles.

 

Jésus n’a pas échappé à la mise à part ou sanctification :

-         en Jean 10.36 : Jésus nous dit qu’il est celui que le Père a mis à part pour sa mission. Celui que le père a sanctifié et envoyé dans le monde.

-         Jean 17.19 : Jésus se sanctifie (ou met à part) pour nous afin que nous soyons sanctifiés par la vérité, sa parole est la vérité.

-         Matthieu 4 : 3 à 11 : Jésus ne s’est pas laissé corrompre par le diable qui l’a tenté à 3 reprises. Jésus en est sorti vainqueur en employant l’épée de l’Esprit : la parole de Dieu. Jésus se présente comme notre modèle. Sa victoire nous rend vainqueur si nous marchons dans la voie ouverte par Jésus.

 

Dans une première conclusion, concernant cette première partie, imaginons que nous sommes un poisson capturé dans ce filet de la dernière pêche ou moisson. Quelle sera ma destinée ? Est-ce que je suis dans la catégorie des poissons qui vont être mis dans des vases pour être conservé ? Si oui, pourquoi ? Où est-ce que je suis dans la deuxième catégorie, c’est à dire ceux qui seront jetés ? Si oui, pourquoi ? A suivre

 

 

Commenter cet article