Je suis noire, mais belle me dit Jésus

Publié le par louis trifault

Je suis noire, mais belle me dit Jésus

 

 

 

 

Cantique des cantiques, 1 : 5-6 "Je suis noire, mais je suis belle, filles de Jérusalem, comme les tentes de Kédar, comme les pavillons de Salomon. Ne prenez pas garde à mon teint noir, c'est le soleil qui m'a brûlée.

Les fils de ma mère se sont irrités contre moi, ils m'ont fait gardienne des vignes. Ma vigne à moi, je ne l'ai pas gardée".

 

La dernière fois, nous avons laissé la Sulamithe dans les appartements resplendissants de beauté, de lumière, du Roi Jésus. Dans la présence de Jésus, la Sulamithe découvre la réalité de son cœur, de son âme, de sa vie. Elle se découvre noire, mais belle. Cela peut paraître contradictoire ?

Il y a dans ces paroles deux parallèles :

 

1)                       Dans la présence de Jésus, elle voit tout ce qui n'est pas correct dans sa vie.

2)                       Malgré cela, elle ne se condamne pas, ne se culpabilise pas. A cause de l'amour prodigué par Jésus, elle se voit belle. C'est ce que nous allons développer.

 

      I - Je suis noire comme les tentes de Kédar.

 

Les tentes des bédouins du désert de Judée sont construites ou recouvertes de peaux de chèvres à long poil noir. Même exposées au soleil brûlant, l'intérieur de ces tentes reste sombre.

"Kédar" (en hébreu) = sombre. Devant la lumière de Jésus, la Sulamithe voit l'intérieur de son cœur : il est sombre comme l'intérieur des tentes de Kédar. L'intérieur nous parle du cœur de l'Epouse, c'est-à-dire de chacun d'entre nous qui avons accepté Jésus comme Seigneur de notre vie. Oui, il y a encore des zones sombres dans notre cœur : à cause du doute, de la culpabilité qui nous atteint si facilement, de rébellion ou de rejet. Ces zones sombres de notre cœur peuvent provenir de la mauvaise connaissance de la parole de Dieu, de l'amour de Dieu, etc... , de nos anciens péchés pour lesquels le diable nous accuse encore, de besoin de guérison émotionnelle ou de délivrance.

 

"Kédar" a une autre signification que nous lui donnons avec le mot "quadar" = affligé, noircir, troubler, tristesse, triste, pleurer, être sombre, morne, obscurcir, assombrir.

 

Le Ps 38.7, nous en donne un exemple : "Je suis courbé, abattu au dernier point, tout le jour, je marche dans la tristesse".

 Oui dans la présence de Jésus nous pouvons vivre cela! Souvenons-nous que l'Epouse a demandé à Jésus de l'entraîner dans sa chambre royale. L'Epouse s'aperçoit qu'il y a dans sa vie de la tristesse. Elle est affligée. Elle vit des situations qui obscurcissent, assombrissent sa vie, voire même, elle en verse des larmes.

Qu'est-ce qui provoque cela ? Les brûlures du soleil, c'est-à-dire les épreuves de la vie, l'irritation de ses frères qui l'ont faite gardienne de leurs vignes. Mais la sienne, elle ne l'a pas gardée. Le peu d’estime qu’elle a d’elle-même assombrit sa vie. Elle découvre que dans son coeur il y a encore des influences de sa nature adamique. Voilà ce dont elle prend conscience en présence de Jésus. Nous aborderons ces sujets plus loin.

Je suis noire, elle ne fait pas allusion à la race noire. Noire, ici, ne désigne pas la couleur, mais une autre signification qui nous est donnée à travers le grec : être troublée, se tenir dans la pénombre, comme dans la petite aurore. Cela veut dire que pour sa vie, la Sulamithe, jusqu'à maintenant, elle manquait de discernement pour sa vie.

Elle vivait dans la pénombre. Tout d'un coup sa vie prend un sens. Les yeux de son cœur s'illuminent. Elle comprend qu'elle a une destinée, un but à atteindre, une mission à remplir. A partir de maintenant, elle va chercher sérieusement la priorité de sa vie : être l'épouse de Christ.

 

"Je suis belle comme les appartements de Salomon". Imaginons les demeures que Jésus nous prépare dans les lieux célestes. Jean 14 : 2.3. Imaginons toutes les tentures multicolores du palais royal de Salomon. La Sulamithe se voit aussi belle. Pourquoi ? Elle a le cœur de Jean, l'apôtre de Jésus qui se présente "comme celui que Jésus aime". Pourtant, dans sa vie, il y a des imperfections. Avec son frère Jacques, Jésus les nomme : Boanergés = fils du tonnerre. Un jour, Jean demande à Jésus, l'autorisation de faire descendre le feu du ciel sur les Samaritains qui refusent d'accueillir Jésus, parce qu'il se rend à Jérusalem. Les Juifs et les Samaritains ne se parlaient pas.

Pensons à la beauté du lieu très saint, à l'or, aux tentures, l'argent, l'airain, les étoffes teintes en bleu, en pourpre, en cramoisi, de fin lin, du poil de chèvre, les peaux de béliers teintes rouges. Tout cela symbolise, sur le plan spirituel des réalités qu'ils seraient intéressants de développer. Seul les sacrificateurs ou souverains sacrificateurs avaient la possibilité d'admirer ces merveilles. Aujourd'hui, cette possibilité est offerte à l'Epouse ou chacun d'entre nous. Mais il faut rentrer dans le lieu saint. Rester à l'extérieur, c'est ne voir que les tentes noires. Notons que le beau signifie également grâce, être gracieux

 

Pourquoi Jésus nous voit beau ?

 

1) A cause de l'œuvre accomplie par lui à la croix. 2 Co 5.21. Celui qui n'a point connu le péché (Jésus), il (Dieu) l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions justice de Dieu, en lui (Jésus).

Notre beauté vient de son don merveilleux de justice que nous nous approprions lorsque nous croyons. Jésus nous voit beau, non pas à cause des œuvres que nous accomplissons pour lui, mais à cause de ce qu'il a accompli pour nous et fait pour nous par le St Esprit.

Sommes-nous prêts à nous tenir dans la présence du Roi Jésus. Nous avons un roi qui a abandonné sa beauté pour prendre notre défiguration. Esaïe 52.14. De même qu'il a été pour plusieurs un sujet d'effroi, tant son visage était défiguré. Tant son aspect différait de celui des fils de l'homme.

 C'est à travers le sacrifice de Jésus que nous sommes rendus beaux à ses yeux. Sur les vêtements que nous achetons, est attachée l'étiquette désignant le pays où il a été fabriqué "Made in Corea", ou Chine, ou Germany.

 Le vêtement de justice dont nous sommes revêtus porte également la marque de son créateur : fabriqué dans les lieux célestes, réservé pour l'Epouse de Christ.

 

2) Jésus voit en nous un esprit bien disposé qui dit "oui" à Dieu. A cause de l'œuvre du St Esprit dans nos vies et de notre désir de lui obéir, Jésus nous voit beau à ses yeux. Jésus nous définit toujours par notre esprit bien disposé et non par la maturité ou l'immaturité de notre âme.

Nous, souvent, nous nous évaluons à travers les réussites ou les échecs de notre âme, c'est-à-dire de la chair. Jésus regarde au cœur et à l'esprit. Jésus sait que notre amour est fluctuant, à cause des événements favorables ou défavorables que nous vivons ou traversons. Au-delà de nos échecs, Jésus voit la beauté de sa vie qui se forme en nous. Nous pouvons échouer, cela nous affecte, décourage même, mais Jésus ne rejette jamais un cœur brisé : Ps 51.19. Comparaison avec l'embryon et le bébé naissant, nous, nous regardons à l’embryon, Jésus voit la beauté du bébé naissant, même en regardant l’embryon

 

3) Jésus nous voit beau à cause des passions de Dieu pour nos vies. Dieu est plein de passions pour chacun de nous à cause de ses projets, de ses plans d'amour pour nos vies. Et cela nous rend beau à ses yeux. Dieu ne se décourage jamais à cause de nos échecs. Souvent nous nous disqualifions, nous nous mettons sur la touche, sortons nous même du terrain de jeu. Mais Dieu nous voit toujours beau, car souvent c'est quand nous voulons tout abandonner à cause de nos échecs que lui peut intervenir.

Dans un échec, c'est le moment de rester en Jésus car sa beauté va nous laver, et dans sa présence nous allons recevoir sa gloire comme Moïse. Son visage était tellement beau, après avoir passé 40 jours sur la montagne dans la présence de Dieu, qu'il était obligé de mettre un linge sur son visage pour ne pas éblouir les Israélites. (A suivre)

Commenter cet article