parabole de l'ivraie et du bon grain

Publié le par louis trifault

LES PARABOLES DU ROYAUME II

 

 

Rappelons notre verset de départ : Mt 6-33 « Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu et toutes ces choses vous seront données par-dessus ».

Souvenons nous que Dieu veut guérir en nous la vision que nous avons du royaume.

Mt : 13 : 24 à 30 (l’ivraie et le bon  grain) Jésus leur proposa une autre parabole, et il dit : le royaume des cieux est semblable à un homme qui a semé une bonne semence dans son champ. Mais pendant que les gens dormaient, son ennemi vint, sema de l’ivraie parmi le blé, et s’en alla.

Lorsque l’herbe eut poussé et donné du fruit, l’ivraie parut aussi. Les serviteurs du maître de la maison vinrent lui dire : Seigneur, n’as-tu pas semé une bonne semence dans ton champ ? D’où vient l’ivraie ? Il leur répondit : c’est un ennemi qui a fait cela. Et les serviteurs lui dirent : Veux tu que nous allions l’arracher ?

Non, di il, de peur qu’en en arrachant l’ivraie vous déraciniez en même temps le blé. Laissez croître l’un et l’autre jusqu’à la moisson, et, à l’époque de la moisson, je dirai aux moissonneurs : Arrachez d’abord l’ivraie, et liez là en gerbes pou la brûler, mais amassez le blé dans mon grenier.

 Et 13 : 36 à 43 = explication de la parabole : Alors il renvoya la foule, et entra dans la maison. Ses disciples s’approchèrent de lui, et dirent : expliquent nous la parabole de l’ivraie et du champ. Il répondit : Celui qui sème la bonne semence, c’est le Fils de l’homme ; le champ, c’est le monde ; la bonne semence, ce sont les fils du royaume ; l’ivraie ce sont les fils du malin.

L’ennemi qui l’a semée, c’est le diable ; la moisson, c’est la fin du monde, les moissonneurs, ce sont les anges. Or, comme on arrache l’ivraie et qu’on la jette au feu, il en sera à la fin du monde. Le Fils de l’homme enverra ses anges, qui arracheront de son royaume tous les scandales et ceux qui commettent l’iniquité : et ils les jetteront dans la fournaise ardente, où il y aura des pleurs et des grincements de dents. Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père. Que celui qui a des oreilles pour entendre entende.

 Voici une définition du mot parabole : une histoire terrestre avec un sens spirituel

 

                                     

1)  Evolution depuis la première parabole : le temps des semailles.

 

Rappelons qu’un seul terrain ou cœur a accueilli correctement la parole de Dieu ou cette graine incorruptible. Souvenons nous aussi que dans la lettre adressée à l’église d’Ephèse, par Jésus, le premier danger qui guette le croyant, c’est la perte du premier amour pour Jésus. Quand l’amour nous quitte, la joie  diminue et fini par disparaître. Sans l’amour la paix nous quittera également. Sans l’amour la foi n’a plus de racine, elle perd son fondement. Il en est de même pour la maîtrise de soi et tout le fruit de l’Esprit.

 

A - Aujourd’hui, dans cette nouvelle parabole, Jésus nous fait passer à un stade supérieur.

Ce n’est plus la parole qu’il sème dans son champs, le monde, mais des hommes et des femmes qui en accueillant la parole, sont devenus une semence : des fils et des filles du royaume de Dieu. Des fils et des filles qui portent un germe de vie. Jésus étant le germe en eux : des hommes et des femmes nés de nouveau.

Esaie 4 : 2. « En ce temps là, le germe de l’Eternel aura de la magnificence et de la gloire et le fruit du pays aura de l’éclat et de la beauté ».

Donc, Jésus sème a travers le monde, c'est-à-dire partout où il y a des êtres humains à arracher des griffes du diable, des hommes et des femmes qui lui appartiennent.

Jean 15 : 16  « Ce n’est pas vous qui m’avez choisi ; mais moi je vous ai choisis, et je vous ai établis afin que vous alliez et que vous portiez du fruit ».

Cette parabole montre ce que la parole du semeur a engendré.

1 Pierre 1 : 23. « Puisque vous avez été régénéré, non par une semence corruptible, mais par une semence incorruptible, par la parole vivante et permanente de Dieu ».

 

B  - Dieu a un ennemi

Dieu a un adversaire, le diable, qui s’emploie à faire échouer le plan de Dieu. Dès Genèse 3, cela nous est montré par la tentation d’Eve.

- Rusé = sournois, il introduit le doute : Dieu a-t-il réellement dit ?

- Menteur : vous ne mourrez point. Il fait Dieu menteur.

- Il entraîne dans la désobéissance, la rébellion.

En Jean 8 : 44, Jésus nous dit, ou plutôt il dit aux pharisiens qui se déclarent pour Dieu (et non à des gens du monde) : vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement (il veut tuer Jésus), et il ne se tient pas dans la vérité parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fond ; car il est menteur et le père du mensonge.

Jésus, dans cette parabole, compare l’œuvre du diable et celle de ceux qui le servent, à de l’ivraie.

 

C - Qu’est ce que l’ivraie ?

C’est une plante de la famille des graminées, c'est-à-dire de la même famille que le blé (ray-grass). L’ivraie produit une graine toxique : un poison mortel. D’autre part, il empêche le blé de se développer normalement en épuisant le sol. Au départ, l’un et l’autre sont identiques. La différence apparaît à la moisson. L’ivraie dresse fièrement son épi, signe de l’orgueil : semence du diable, destinée au feu de la destruction. Le blé ou son épi, ploie, s’incline sous le poids du fruit qu’il porte, comme un homme qui se prosterne devant Dieu pour lui rendre toute la gloire du fruit qu’il porte. Son fruit va demeurer éternellement.

Les hommes et les femmes que Jésus sème deviennent la lumière du monde, le sel de la terre. Les fils du malin s’emploient à obscurcir cette lumière et affadir le sel ou à annuler l’action de l’un et de l’autre.

 

D - Comment est-ce possible ?

Verset 25 « Mais pendant que les gens dormaient, son ennemi vint, sema de l’ivraie parmi le blé, et s’en alla ».

Donc la cause nous la trouvons dans le sommeil où le manque de veille. C’est pourquoi Jésus nous ordonne avec insistance, dans Marc 13 : 33-37 (4 fois en 5 versets) : veillez et priez, car il n’est pas possible de dissocier l’un de l’autre.

Mt 26 – 41, Jésus dit à Pierre, Jacques et Jean, dans le jardin de Gethsémané avant son arrestation : « veillez et priez, afin que vous ne tombiez pas dans la tentation, l’esprit est bien disposé mais la chair est faible ».

3 fois Jésus va demander à ses 3 apôtres de veiller et de prier avec lui mais à 3 reprises il les trouve endormis ; car leurs yeux étaient appesantis. Ceci n’est pas écrit, toutefois nous pouvons croire que s’ils avaient obéis à Jésus, ils ne l’auraient pas abandonné lors de son arrestation.

1 Pierre 5-8 nous recommande : « Soyez sobres. Veillez ! Votre adversaire, le diable rode comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera ». Non pas celui qu’il veut, mais celui qui est mal affermi dans la parole de Dieu ou qui ne veille pas, c’est-à-dire celui qui n’est pas vigilant ou qui ne monte pas la garde.

Ephésiens 5-14 « Réveille-toi, toi qui dors. Relève toi d’entre les mort et Christ t’éclairera ». Celui qui dort (spirituellement) est considéré comme couché avec les morts. La lumière de Christ n’éclaire que les vivants (relevés).

                

E - Exemples des œuvres du diable ou fruit de l’ivraie.

La capacité de tromperie de Satan est si grande que les fils du malin (l’ivraie) s’imaginent souvent être les fils du royaume (blé). Satan sème l’ivraie, c'est-à-dire les “fils du malin” qui se font passé pour les fils du royaume de Dieu. Leur apparence est tellement semblable à celle des vrais fils qu’à la fin seul les anges seront en mesure de les identifier. Citons quelques exemples que nous trouvons aujourd’hui :

-        les mormons

-        les témoins de Jéhovah

-        toutes les sectes qui utilisent la bible, (Exemple : nous avons tous connu l’église Céleste = message d’un ange).

-        Etc.

Extérieurement rien ne les distingue de la véritable Eglise… Beaucoup se présentent comme chrétiens, le salut est annoncé, ou plutôt, un certain salut. La bible est présente, mais pas en premier ni comme l’unique livre contenant la parole de Dieu. Deux ou trois livres passent avant, souvent ce sont les écrits des personnes qui ont reçu une vision, une vision d’ange, ou une soit disante révélation d’un verset de la bible. Un Jésus est annoncé, fils de Dieu mais ce n’est pas Jésus-Christ de Nazareth, le Jésus de la bible. Pour les uns il est le frère de Satan, pour les autres il est le fils de Dieu au même titre que vous et moi, mais pas Dieu. Il en est de même pour l’esprit avec le Saint-Esprit.

Bien sur Satan cherche à semer l’ivraie non seulement dans le monde, le champ de Dieu, mais également dans la véritable Eglise, ainsi que dans nos vies.

 

F - Pourquoi faut-il attendre pour arracher l’ivraie ?

Matthieu 13 : 40. Jésus annonce que cette séparation est réservée aux anges qui arracheront de son royaume tous scandales ainsi que ceux qui commettent l’iniquité.

Jean 3 : 17 nous dit : « Dieu n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’il juge le monde mais pour que le monde soit sauvé par lui ». Jésus est mort pour tous les hommes, même ceux que l’on considère comme de “ l’ivraie ” actuellement, car tous sont appelés au salut.

Dans sa sagesse Dieu sait qu’il ne peut confier cette séparation aux hommes. Pourquoi ?

Les guerres religieuses se multiplieraient. Les (iques) ne peuvent accepter que les (istes) parviennent au salut ou inversement. La bible ignore ces termes ainsi que Jésus semble t’il. Il nous parle des fils du royaume ou des fils du malin.

 

Commenter cet article