Parabole de l'ivraie et du bon grain (2 eme partie)

Publié le par louis trifault

2) Maintenant regardons l’application de cette parabole dans l’apocalypse :

 

A - Lettre adressée à l’Eglise de Smyrne : Ap 2 : 8-11

Ecris à l’ange de l’église de Smyrne : Voici ce que dis le premier et le dernier, celui qui était mort, et qui est revenu à la vie : je connaît ton affliction et ta pauvreté (bien que tu sois riche), et les calomnies de la part de ceux qui se disent Juifs et ne le sont pas, mais qui sont une synagogue de Satan.

Ne crains pas ce que tu vas souffrir. Voici, le diable jettera quelques uns d’entre vous en prison, afin que vous soyez éprouvés, et vous aurez une tribulation de dix jours. Sois fidèles jusqu’à la mort, et je donnerai la couronne de la vie.

Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux églises : Celui qui vaincra n’aura pas à subir la seconde mort.

Il peut sembler étonnant que Jésus donne un complément  à ces 7 paraboles du royaume par les 7 lettres adressées à 7 églises différentes, 30 ou 40 années plus tard et annonce les difficultés que va connaître l’Eglise à travers les siècles.

Jean 16 : 12 nous le révèle de la bouche même de Jésus : « J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter (ou recevoir, ou comprendre) maintenant ». Jésus ne nous confie pas des choses que nous ne pouvons assimiler. Nous devons apprendre des vérités élémentaires avant d’en recevoir de plus profondes.

 

B - Quelques réflexions concernant le livre de l’apocalypse.

Ap 1 : 1, nous lisons : « Révélation de Jésus-Christ ». C’est donc un livre rempli de révélations concernant la personne de Jésus-Christ et les évènements de la fin  et non pas un livre annonçant des catastrophes comme le monde le croit ou le pense.

- Apocalypse, en grec, apocalupais = dévoilement.

Nous ne savons de Dieu que ce qu’il veut bien nous révéler de lui.

- Apocalypsis = action de dévoiler, de faire connaître ce qui était caché ou inconnu.

- Apocalypse en latin = révélatio

- Apocalypse = révélation en anglais

Au début de chacune des 7 lettres, Jésus révèle un aspect différent de sa  personnalité.

« Aujourd’hui : voici je suis le premier et le dernier, celui qui était mort et qui est revenu à la vie ». Il apporte un réconfort à ceux qui affrontent la mort.

La révélation que Jésus donne de lui-même à cette église correspond à l’essentiel de son message.

L’église de Smyrne connaît l’affection, la calomnie, la souffrance. Quelques uns vont connaître la prison, la tribulation.  L’histoire locale nous apprend qu’un des premiers responsables de cette église, Polycarpe, est mort en martyr pour ne pas renier sa foi en Jésus. Jésus lui-même a subit et connu tout cela : le rejet, l’affliction, la calomnie, la souffrance et la mort. Aujourd’hui il se présente en vainqueur comme celui qui est revenu à la vie, pour encourager cette église qui vit la persécution.

Jésus n’adresse aucun reproche à cette assemblée mais plutôt un encouragement avec tendresse à la persévérance : « sois fidèle jusqu’à la mort et je te donnerai la couronne de vie Jésus ». Ceci annonce que cette assemblée va être éprouvée par une tribulation de 10 jours. Combien de temps représente 10 jours ? C’est difficile à dire. En fait, Jésus annonce davantage que cette mise à l’épreuve sera de courte durée et qu’il maîtrise cette situation, Lui, le premier et le dernier et rien n’échappe à son contrôle. Les croyants sont alors encouragés à demeurer fidèles jusqu’à la mort, c'est-à-dire à être prêt de mourir plutôt que de renoncer à leur foi en Jésus. La couronne de vie, récompense spéciale réservée aux martyrs, leur est promise.

Par qui cette église est-elle persécutée ? Connaît-elle la tribulation ? Par ceux qui se disent juifs et ne le sont pas mais qui sont une synagogue de Satan. Voilà l’œuvre de l’ennemi qui sème l’ivraie à travers des Juifs affirmant être le peuple choisi de Dieu. Par leur conduite ils montrent qu’ils sont une synagogue de Satan. C’est Jésus qui le dit.

 

Smyrne (aujourd’hui Izmir, réputée pour ses figues) signifie amer ou myrrhe. La myrrhe est une résine amère, utilisée pour embaumer le corps en tant qu’antiseptique. Donc c’est un symbole de la mort et représente la nécessité de passer par la mort, de mourir à soi même. Souvenons-nous que les rois mages avaient offert de la myrrhe à Jésus.

Smyrne  était sous occupation de Rome qui exigeait l’adoration envers son empereur. Il y a alors, dans cette ville, deux temples importants : celui de Zeus, dieu de la foudre, dieu important pour les grecs, et que les romains appellent Jupiter. Et Cybèle, la déesse de la fécondité avec toutes ses perversions sexuelles. Rien d’étonnant qu’une synagogue de Satan s’y soit ouverte et persécute les chrétiens. Tout ceci représente encore l’ivraie semée dans le champ de Dieu, lui qui en est le créateur.

 

Jésus attire encore notre attention sur deux points dans son message :

a)                Verset 9, « Je connais ta pauvreté, bien que tu sois riche ». Jésus sait que cette église est réputée pour être pauvre en bien matériel, mais riche en possessions éternelles, semblable à Jésus qui sur la terre, n’avait pas d’endroits où reposer sa tête.

b)               Verset 11, « Celui qui vaincra n’aura pas à souffrir la seconde mort », c'est-à-dire la mort spirituelle qui est la destinée de l’ivraie car elle  sera jetée dans la fournaise ardente où il y aura des pleurs et des grincements de dents (Mt 13 : 42.) / Ap 20 : 6, « Heureux et saints  ceux qui ont part à la première résurrection ! La seconde mort n’a point d’emprises sur eux ; ils seront sacrificateur de Dieu et de Christ, et ils règneront avec lui pendant mille ans ».

Remarquons enfin que chaque lettre débute avec la parole de Jésus, et se termine par la voix du ST-ESPRIT qui vient confirmer la parole de Jésus : « que celui qui a des oreilles entende ». Jésus ne parle jamais sans le ST-ESPRIT.

 

C - Quelles applications tirer de tous ces avertissements ?       

Nous, occidentaux, nous avons une pensée linéaire de la vie. Notre vie commence au point A et se termine au point B : entre les 2, une ligne droite se déroule à travers les événements successifs de notre vie.

Tandis que les orientaux ont une pensée en spirale et montante, de la vie. Pour eux, la vie se déroule comme un escalier tournant qui s’élève constamment. Ceci nous donne l’impression de toujours revenir au même point. Ce n’est vrai qu’en parti. A chaque retour nous gagnons un étage. Notre vue sur les événements change, nous prenons de l’altitude. Ainsi chaque événement doit nous rapprocher de Dieu et nous donner de la maturité. Notre mentalité devient une mentalité de gagnant, de domination sur les événements.

De même, en Dieu il y a les 2 manières de penser donc il y a 2 manières de voir les différents événements touchant ces 7 églises.

 

a)  La pensée linéaire, par l’histoire, nous apprend ceci :

-        Ephèse représente l’église du 1er siècle.

-        Smyrne, l’église du 1er au 4ème siècle qui a connu les persécutions sous les empereurs romains.

-        Thyatire, du 16ème siècle au 17ème siècle.

-        Philadelphie, du 18ème au 19ème siècle.

-        Laodicée, église des derniers jours.

 

b)  La pensée en spirale :

Elle nous apprend que le message de Jésus est pour chaque église de tous les temps et pour nous aujourd’hui. Jésus nous met en garde chacun d’entre nous aujourd’hui. Tous nous devons entendre ce que l’Esprit nous dit :

- Garde le premier amour.

- Reste fidèle jusqu’à le mort.

- Refuse le compromis.

- Garde toi de l’impudicité et de Jézabel.

- Réveille-toi et vis.

- Conserve ce que tu as.

- Ouvre la porte de ton cœur et laisse Jésus réanimer ton premier amour.

Commenter cet article