La justice de Dieu manifestée par le sang de Jésus

Publié le par louis trifault

 

 

Verset de base. Lévitique 17-11 Car la vie de la chair est dans le sang. Je vous l’ai donné sur l’autel, afin qu’il servent d’expiation pour vos âmes.

 

Citons encore Deut 12-23 Seulement gardes toi de manger le sang, car le sang, c’est la vie, et tu ne mangeras pas la vie avec le sang.

-Lévi 17-14 car la vie de toute chair, c’est son sang qui est en elle. C’est pourquoi j’ai dit aux enfants d’Israël : Vous ne mangerez le sang d’aucune chair, car la vie de toute chair c’est son sang

La vie est dans le sang. Elle n’est pas seulement dans le sang, mais dans le sang par l’Esprit :

-Psaumes 104-30 Tu envoies ton Esprit et ils sont créés. Nous avons été créé à l’image de Dieu. Donc la vie de Dieu est en nous. Il est le Dieu de la vie, l’origine de toutes vies. Il ne peut que donner la vie. Nous venons de Dieu c’est pourquoi  nous sommes des êtres vivant avec la vie de Dieu en nous par son Esprit avec le sang pour le corps. Dieu dit à celui qui verse le sang je lui redemanderai son sang. D’où la loi sang pour sang, vie pour vie.( voir Genèse 9-4 5 6 )

-Romains 6-23 dit : le salaire du péché c’est la mort ; nous pouvons en conclure que pécher c’est perdre la vie. Perdre la vie, sur le plan spirituel, équivaut à répandre son sang, c’est perdre Dieu. Être coupé Dieu

Par le péché je perds la vie, donc je répands mon sang et Dieu me redemande mon sang. Mais je ne peux satisfaire sa loi puisque je suis mort. C’est pourquoi il faut que quelqu’un d’autre agisse en ma faveur devant Dieu. Il est nécessaire que quelqu’un d’autre obéisse à cette loi à ma place. Pour deux raisons :

1.   Afin que la justice de Dieu soit satisfaite

2.   Afin que je retrouve la vie, car j’ai été créé pour vivre.

Selon la loi la mort résulte de la conséquence du péché. Afin d’obtenir le pardon et l’expiation, il devient indispensable de sacrifier la vie d’un substitut, volontaire, de même nature que moi. Comme nous le dit Hébreux 9-22 : Sans effusion de sang il n’y a pas de pardon. Donc du sang doit couler pour que je sois pardonné et que je retrouve la vie

C’est ainsi que les Hébreux devaient verser le sang dans lequel se trouve la vie. C’est pour cette raison qu’ils devaient verser le sang d’un animal chaque fois qu’ils commettaient un péché, pour leur rappeler ainsi que le péché causait la mort

D’autre par la loi, en demandant d’offrir un animal, apprenait aux Hébreux qu’ils devaient payer un certain prix pour obtenir l’expiation .le péché correspond à une infraction avec une peine à payer .L’animal devait appartenir à la catégorie des animaux purs, c'est-à-dire qu’on pouvait le manger. Aucun animal impur ne pouvait être accepté pour le sacrifice. De plus, c’étaient tous des animaux domestiques. Pour qu’il y ait un réel sacrifice la part de l’Israélite, il fallait que l’animal lui appartienne en propre et qui aurait pu lui servir de nourriture. Ce qui n’aurait pas été le cas avec un animal rapporté de la chasse dont l’offrande n’aurait rien coûté. 

L’offrant de l’animal l’égorgeait lui-même, le saignait, le dépouillait, le coupait en morceaux et non le sacrificateur. C’est à dire qu’il devait y avoir une parfaite identification entre l’animal et l’offrant. Cela nous annonce tout ce que Jésus allait vivre comme victime expiatoire.Si nous nous identifions à l’offrant cela nous démontre, en réalité, que Jésus a été fouetté, cloué sur la croix et mis à mort par chacun d’entre nous.

 

Origine du péché : genèse 3

  

Dieu avait dit à l’homme en le plaçant dans le jardin d’Eden : Tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras certainement. Genèse 2-17. Dieu parle de la mort spirituelle .la mort physique n’est qu’une conséquence ou une résultante de la mort spirituelle.              

 

Après la chute, Adam et Eve ont connus qu'ils étaient nus et ayant cousus des feuilles de figuier, ils s'en firent des ceintures. La bible nous parle de leur nudité spirituelle. Adam et Eve ont ensuite connu la peur de la nudité devant Dieu et se sont cachés.

Accusé par leur conscience, propre justice (bien et mal) ils ont connus la peur, la honte, le rejet, la culpabilité, le sentiment d’injustice puisqu’ils s’accusent l’un l’autre et même Adam rend responsable Dieu de la tragédie dont lui-même est un des deux auteurs.

Par cette question posée à Adam par Dieu : Où es tu ?il faut comprendre : où est tu spirituellement ? Qu’as-tu fait ? Dieu connaissait la situation, donc la réponse. Seulement Dieu invitait Adam à reconnaître sa désobéissance et à plaider coupable. Au de cela il prend attitude d’accusation : c’est…. Il veut lui-même couvrir son péché. Nous aussi combien de fois nous voulons couvrir nos propres péchés en accusant les autres ou en disant si j’ai péché…je te demande pardon. La réalité est toute simple : j’ai péché, je le reconnais et je plaide coupable pour être délivré, pardonné. Trop souvent nous avons recours à la propre justice. Rappelons nous ce que nous avons dit plus haut. Le péché nous amène à la mort. Alors posons nous cette question : comment un mort peut-il produire une propre justice ou des œuvres d’expiation ou de rachat. Nous sommes souvent animés par l’inconscience, l’aveuglement et l’orgueil dans nos propres vies. La propre justice n’est rien d’autre que du bricolage d’amateur, un peu de verni sur un mort pour lui redonner l’apparence de la vie. La propre justice dégage l’odeur de l’enfer, de la mort .Elle est insupportable pour Dieu et il s’en détourne. IL en est de même pour ceux qui pense ou cherche à obtenir la faveur ou le pardon de Dieu par les indulgences. Dieu exerce sa justice avec miséricorde, amour, mais jamais  par indulgence, encore moins avec des indulgences achetées à prix d’argent.

Regardons ce que dit la bible sur la propre justice, Es 64.5. Nous sommes tous comme des impurs. Et toute notre propre justice est comme un vêtement souillé. Nous sommes tous flétris comme une feuille. Et nos crimes nous emportent comme le vent. Nos péchés nous emportent loin de la face de Dieu

Dans la Bible, le vêtement représente un symbole de justice.

Nul ne peut paraître nus devant Dieu :

2 Co 5.3. Si du moins nous sommes trouvés vêtus et non pas nus.

Ap 3.18. Venez à moi, acheter des vêtements blancs afin que la honte de votre nudité ne paraisse pas.

Ap 16.15. Heureux celui qui veille et qui garde ses vêtements afin qu'il ne marche pas nu et qu'on ne voit pas sa nudité.

Ge 3.21. Dieu a pourvu à la justice ou nudité d'Adam et Eve, en les vêtant d'un habit de peau (1er sacrifice, sang versé, préfigure le sacrifice de Jésus).

 

2 sortes de justice :

1)  La justice des hommes qui fait payer à chacun toutes infractions. Chacun est livré à son  sort après. Toutefois le casier judiciaire reste souvent affecté ou porte mention des peines subies ainsi que de leurs causes

2)  La justice de Dieu qui ne tient point le coupable pour innocent et qui punit l'iniquité des pères sur les enfants jusqu'à les 3 ou 4 générations, Exode 20-5. Mais pardonne l'iniquité, la rébellion, le péché, par le moyen de la substitution (animaux, Jésus ensuite). Dieu dans son amour nous relève ensuite (justice et miséricorde) par sa justice, il fait payer. Dans sa miséricorde il accorde le pardon et la réconciliation entre lui et l'homme, entre l'homme et lui par le moyen de la foi dans le sacrifice de Jésus.

Romains 6-23 :Car le salaire du péché , c’est la mort ; mais le don gratuit de Dieu , c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur.

Devant Dieu nous sommes tous transgresseurs de la loi Tous nous sommes nés dans le péché. Psaume 51-7 à 9 : Voici je suis né dans l’iniquité, et ma mère m’a conçu dans le péché. Mais tu veux que la vérité soit au fond de mon cœur : Fais donc pénétrer  la sagesse au de dans de moi !

Purifie moi avec l’hysope, et je serai pur ; lave moi, et je serai plus blanc que la neige.

Dieu  donne une loi pour nous faire prendre conscience que nous sommes pécheurs. La loi a été comme un précepteur ou un maître d’école pour  nous conduire à Christ, afin que nous soyons justifiés par la foi. Galates 3-27 la loi est spirituelle donc sainte, mais nous nous sommes devenus charnels. De ce fait la loi est hors de notre portée et la loi dit : maudit celui qui n’accomplit pas la loi ou qui pèche ne serait ce qu’un seul commandement.

Romains 5- 13 à 15

Romains 3-9 à 20  le péché est un empire. Tous nous sommes pêcheurs, tous nous avons besoin de la justice de Dieu, donc du sang pour obtenir le pardon. Romains 3- 21 à 23

Avec Dieu, par le sang de Jésus et le don de la grâce notre casier judiciaire céleste devient vierge. Esaie : 1-18 venez et plaidons dit l’Eternel. Si vos péchés sont comme le cramoisi, ils deviendront blancs comme neige. S’ils sont rouges comme la pourpre, ils deviendront comme la laine.

Citons encore psaume 103-12 Autant l’orient est éloigné de l’occident, autant il éloigne de nous nos transgressions.

Enfin souvenons nous que le diable agit toujours au niveau des interdits de Dieu.

 

 

I – DANS L'ANCIENNE ALLIANCE

 

Pourquoi étudier  les sacrifices demandés sous l’ancienne alliance alors que vivons sous la nouvelle alliance.

1.   Jésus n’est pas venu abolir la loi mais pour l’accomplir : Mathieu 5-17 Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes ; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir.

2.   La loi tu ne tueras pas ou tu n’adoreras pas d’autre Dieu existe toujours

           Chaque aspect des sacrifices du Lévitique annonce ce que Jésus va                           accomplir d’où l’importance de l’étudier

Image la roue du loto : résultat = par chance. Avec Dieu tout est donné par grâce et programmé dès la fondation du monde. Dieu a tout réalisé avant que j’existe. Il nous a aimé le premier. Jésus est mort pour nos nous alors que nous étions encore pécheur : romains 5-6 à 10

 

 

La loi annonce que le sang devait être versé seulement pour les péchés commis involontairement. Pour les péchés volontaires la sanction c’était la mort

Hébreux 10-28  Celui qui a violé la loi de Moïse meurt sans miséricorde, sur la déposition de deux ou trois témoins.

Vengeur du sang et ville refuge : Nombres 35-19-21-24-27 seul la mort du souverain sacrificateur permettait d’obtenir la libération, la délivrance. Seul la mort de notre souverain sacrificateur, Jésus, peut nous obtenir le salut, la vie éternelle

 

Lév 4. Le sacrificateur pour son propre péché et le péché dont il avait rendu le peuple coupable il devait offrir un jeune taureau sans défaut en sacrifice d'expiation. Sans défaut, c'est-à-dire qu'il est à l'image de la parfaite innocence de Jésus qui a porté nos péchés à notre place.

Sacrifice d'expiation : la justice de Dieu demande qu'il y ait purification du péché. Le sacrificateur pose sa main sur la tête de l'animal, c'est-à-dire qu'il transfère son péché à l'animal. (Comprenons bien le sens de l’imposition des mains : transmission et identification) Il devait s’identifier à l’animal qui allait mourir à sa place. Mais l’animal n’en n’avait pas conscience, il mourrait ignorant. De plus l’animal n’avait pas la capacité d’offrir son corps comme le fit Jésus Hébreux 10-5-6-7-Mais tu m’as donné un corps ; tu n’as agréé ni holocaustes ni sacrifices pour le péché. Alors j’ai dit : Voici je viens pour faire, ô Dieu, ta volonté.

Le taureau devient péché, il reçoit la punition c'est-à-dire la mort à la place de l'homme et la justice de Dieu est satisfaite. Le sacrificateur prend du sang du taureau et l'apportera dans la tente d'assignation, avec son doigt, il fera sept fois l'aspersion devant le voile, c'est-à-dire devant l'Eternel. Seul un sacrificateur était mandaté de porter le sang devant l’Eternel. Toute désobéissance à cette loi était sévèrement punie par l’Eternel lui-même : Le roi Ozias en a fait la douloureuse expérience. 2Chroniques 26 16-21

Tout cela est écrit pour nous montrer que personne ne peut accéder à Dieu sans Jésus :

 

1.   l’Agneau de Dieu qui a versé son sang librement et par amour

2.   Notre souverain sacrificateur qui seul a porté son sang dans le tabernacle céleste pour obtenir notre réconciliation avec le Père

Le taureau est une image de labeur et de force : service et puissance de Jésus

 

Si c'est toute l'assemblée qui a péché involontairement

Il doit être offert un jeune taureau

 

L'expiation est nécessaire au pardon. Lév 4.20. Le sacrificateur fera de ce taureau comme du taureau expiatoire, il fera de même, c'est ainsi que le sacrificateur fera pour eux l'expiation et il leur sera pardonné. (Couverture seulement).

 

Si c'est un chef :

Un bouc  devait être sacrifié

Quelqu'un du peuple : une chèvre femelle : image de la soumission et de l’Esprit d’obéissance de Jésus.

Si c’est une personne pauvre : un agneau ou un oiseau : image de l’innocence et de la douceur de jésus.

Ces animaux deviennent péchés et sont punis de mort par substitution. Ils deviennent expiation, réconciliation.

Remarque : Il n’est pas possible qu’un animal puisse servir de substitut ou de représentant personnel pour la mort de quelqu’un. L’animal qu’il offrait n’avait aucune compréhension du bien et du mal ; il n’était pas vraiment représentatif : ‘’ Il n’est pas possible que le sang des taureaux et des boucs puissent effacer les péchés’’ (Hébreux 10-4) De plus la vie de l’animal lui était volée. Le don de son sang n’était pas volontaire. Il nous fallait un substitut volontaire, sans péché et décide, qui choisisse de devenir péché à notre place

Alors si l’animal ne pouvait servir de substitut ou de représentant, pourquoi les Juifs devaient-ils offrir un animal en sacrifice pour leurs péchés ? Paul résume les réponses à cette questions dans Galates 3-24 la loi était notre précepteur ou maître d’école pour nous amener à Christ. L’animal que l’on offrait en sacrifice pour le péché devait être sans tache et sans défaut. Cela devait représenter le futur et véritable sacrifice de Jésus l’Agneau de Dieu. L’animal était accepté comme sacrifice pour le péché dans la mesure où il annonçait le futur et parfait sacrifice de Jésus à venir plus tard

 

Une fois par an : le grand jour des expiations.

Lévitique 16 : 6 et 11. Le souverain sacrificateur devait offrir son taureau expiatoire pour lui et sa maison. Il devait être pur pour se rendre dans le lieu très saint, sinon il risquait la mort. Il devait porter le sang et en faire l'aspersion avec son doigt sept fois devant le propitiatoire (couvercle de l'arche). Lieu très saint où se tenait la présence de Dieu.

Lévitique 16 : 7-8. Deux boucs.

L'un est égorgé. Lévitique 16.15. L'autre est chassé dans le désert. Azazel ?

Bouc émissaire = personne sur laquelle on fait tomber la faute des autres. Le bouc sur lequel est tombé le sort Azazel sera placé devant l'Eternel, afin qu'il serve à faire et qu'il soit lâché dans le désert. Lévitique 16.10 / Lévitique 16 : 20-22

1)  Le sang du bouc égorgé ne pouvait que couvrir les péchés.

2)  Le bouc égorgé préfigurait Jésus dans sa mort expiatoire, satisfaisant pleinement aux exigences de la sainteté et de la justice de Dieu : 2 Colossiens 5.21 : "Celui qui n'a pas connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions justice de Dieu".

Le bouc dans le désert représente l'œuvre rédemptrice de Jésus qui emporte, enlève, ôte nos péchés hors de la face de Dieu, aussi loin que l'orient est éloigné de l'occident. Ce bouc préfigure la mort de Jésus hors du camp ou de la ville rejeté par les hommes, abandonné par Dieu.

 

        C'est le sang qui fait l'expiation.

Lévitique 17.11. Car la vie de la chair est dans le sang. Je vous l'ai donné sur l'autel afin qu'il serve d'expiation pour vos âmes, car c'est par la vie que le sang fait l'expiation. Car c'est le sang qui fait l'expiation pour l'âme. Bible anglaise.

Lev 17-11 Car la vie de la chair est dans le sang. Je vous l’ai donné sur l’autel afin qu’il serve d’expiation pour vos âmes, car c’est par la vie que le sang fait l’expiation.

Ce verset est très important, il nous apprend et contient beaucoup de point précieux.

1.   La vie se trouve dans le sang, c’est le siège la vie.

2.   pour l’expiation et le rachat, le sang, n’exprime sa pleine valeur, que s’il coule sur un autel, c'est-à-dire s’il est offert en sacrifice.

3.   Dieu nous dit je vous l’ai donné sur l’autel à travers le don de Jésus.

4.   Ce n’est pas le sang circulant dans les veines qui est important, mais seul le sang répandu sur l’autel est efficace pour l’expiation des péchés.

La valeur du sang répandu sur l’autel dépend de la valeur du donneur ; autrement dit la valeur du sang de Jésus (don de Dieu) est plus importante que la valeur du sang des animaux.

L’animal ne pouvait satisfaire pleinement la justice de Dieu. Citons quelques points :

1.   Seul le plus proche parent pouvait exercer le droit de rachat : Lévitique 25-25 Ruth 3-2-9-11-12 et4-1

2.   Pour être notre plus proche parent Jésus s’est fait notre frère. Hébreux 2-11 et 12

3.   La substitution devait être volontaire

4.   Le salut vient des juifs Jean 4-22

L’animal ne pouvait répondre à aucun de ces critères, de même qu’aucun souverain sacrificateur humain n’avait la capacité de s’élever dans les lieux célestes et paraître devant Dieu et purifier le tabernacle céleste.

 

Publié dans Le bénéfice du sang

Commenter cet article