Avons-nous reçu la puissance du Saint-Esprit ? comme Jésus

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Avant de quitter son trône de gloire, Jésus vivait dans une communion parfaite avec le Saint-Esprit et son Père.  Sur terre, il a appris à obéir au Saint-Esprit et à se laisser conduire par lui.

Il (Jésus) répondit ce n'est pas à vous de connaître les temps ou les moments que le Père a fixés de sa propre autorité (Exousia) mais vous recevrez une puissance (Dunamis) le Saint-Esprit survenant sur vous ; et vous serez mes témoins à Jérusalem, en Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre.                                                                                                     Actes 1 : 7 et 8 

Le mot puissance utilisé dans ce verset est le mot grec « Dunamis », qui donne la racine des mots : dynamique, dynamo, dynamite. Et c'est le mot le plus fort pour désigner la puissance en grec.

« Dunamis » signifie : pouvoir miraculeux, abondance, grande habilité, force, pouvoir d’accomplir des miracles, être capable, avoir les moyens, la force.

Jésus lui-même a dû recevoir, être revêtu de cette puissance (Dunamis) avant de commencer son ministère. Lui-même a reçu la puissance (Dunamis)  du Saint -Esprit.

Jésus rempli du Saint-Esprit, revint du Jourdain, et il fut conduit par l’Esprit dans le désert.Luc 4 : 1  

Ensuite, dans ce récit, nous voyons Jésus tenté par le diable et à la troisième tentative, il met son adversaire en fuite : Jésus lui dit : Retire-toi, Satan ! Car il est écrit : Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul.  Alors le diable le laissa.                     Matthieu 4 : 10 et 11b

Voilà comment Jésus sortit de cette épreuve : Jésus revêtu de la puissance (Dunamis) retourna en Galilée et sa renommée se répandit dans le pays d'alentour.                 Luc 4 : 1 4

Tirons une première conclusion

Jésus a reçu cette puissance (Dunamis) du Saint-Esprit. Pour cela Jésus a dû accepter d'obéir en se soumettant à la loi, afin de recevoir le baptême de Jean ou le baptême de  repentance, comme s'il avait été un homme pécheur.

Il a obéi au Saint-Esprit en se laissant conduire au désert et en acceptant de jeûner pendant quarante jours. Il a dû affronter le diable et sortir vainqueur de cette confrontation, pour être revêtu de la puissance (Dunamis) du Saint-Esprit. Il s’est pleinement identifié à chacun d’entre nous.

Tout de suite, nous constatons que la puissance reçue par Jésus, lui a été donnée pour combattre le diable et ses œuvres.

Lorsque le Saint-Esprit descendit sur Jésus, il fut rempli par la puissance (Dunamis) de Dieu.

Jésus va, tout au long de son ministère, manifester cette puissance (Dunamis) pour guérir les malades, délivrer les captifs.

Ce mot (Dunamis) apparaît pour la première fois dans les Evangiles dans le verset suivant : Ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du malin. Car c’est à toi qu’appartiennent, dans tous les siècles, le règne, la puissance (Dunamis) et la gloire. Amen                    Matthieu 6 : 13

Nous le trouvons pour la dernière fois à la fin du livre de l’Apocalypse : Après cela, j’entendis dans le ciel comme la voix forte d’une foule nombreuse qui disait : Alléluia ! Le salut, la gloire, et la puissance (Dunamis) sont à notre Dieu.                         Apocalypse 19 : 1

Dans ce verset, nous constatons que gloire et puissance sont associées.

L’Evangile est une puissance : Car je n’ai point honte de l’Evangile : c’est la puissance (Dunamis) de Dieu pour le salut de quiconque croit, du Juif premièrement, puis du Grec.Romains 1 : 16

Voici quelques exemples de la puissance guérissante de Jésus

Or, il y avait une femme atteinte d'une perte de sang depuis douze ans. Elle avait beaucoup souffert entre les mains de plusieurs médecins, elle avait dépensé tout ce qu'elle possédait, et elle n'avait éprouvé aucun soulagement, mais était allée plutôt en empirant. Ayant entendu parler de Jésus, elle vint dans la foule par derrière, et toucha son vêtement. Car elle disait : Si je puis seulement toucher ses vêtements, je serai guérie. Au même instant la perte de sang s'arrêta, et elle sentit dans son corps qu'elle était guérie de son mal. Jésus connut aussitôt en lui-même qu'une force était sortie de lui; et, se retournant au milieu de la foule, il dit : Qui a touché mes vêtements ? Marc 5 : 26 à 34

Le mot utilisé (force) dans ce verset est le mot grec « Dunamis ». Cette femme, quand elle toucha Jésus, reçut la « dynamite» du Saint-Esprit et sa maladie disparut.

Ceux qui étaient tourmentés par les esprits impurs étaient guéris. Et toute la foule cherchait à le toucher, parce qu’une force (Dunamis) sortait de lui et les guérissait tous.                                         Luc 6 : 19

Là encore nous trouvons le mot grec « Dunamis » pour force. La puissance de Dieu qui était en Jésus était si réelle qu'il pouvait la sentir le quitter pour aller vers les malades et les guérir.

Jésus veut que nous recevions cette puissance (Dunamis) afin de guérir les malades. Car l'évangile du royaume de Dieu ne consiste pas simplement en paroles.

L’apôtre Paul, encourageait les chrétiens de Corinthe à bâtir leur foi dans le « Dunamis » de Dieu : Afin que votre foi soit fondée non selon la sagesse des hommes, mais  sur la puissance  (Dunamis)  de Dieu.        1 Corinthiens 2 : 5

La même puissance (Dunamis) de guérison qui était en Jésus, coulait également par les mains de Paul. La puissance de guérison de Dieu était tellement agissante et puissante (Dunamis) dans la vie de Paul, qu'elle était transmise à des mouchoirs et transportée dans une autre ville ; placés sur les malades, ils étaient guéris instantanément : Et Dieu faisait des miracles extraordinaires par les mains de Paul, au point qu'on appliquait des linges et des mouchoirs qui avaient touché son corps, et les maladies les quittaient, et les esprits malins sortaient. Actes 19 : 11 et 12

 L'apôtre Paul nous dit que nous reconnaîtrons les vrais croyants par la puissance (Dunamis) qui se dégage de leur vie et les faux par l’absence de puissance (Dunamis): Sache que dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles. Car les hommes seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, hautains, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, irréligieux, insensibles, déloyaux, calomniateurs, intempérants, cruels, ennemis des gens de bien, traîtres, emportés, enflés d'orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu, ayant l'apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force (Dunamis). Eloigne-toi de ces hommes-là.                                             2 Timothée 3 : 1 à 5

Cette puissance (Dunamis) était manifestée  par tous les apôtres et même dans la vie d’Etienne qui servait aux tables: La Parole de Dieu se répandait de plus en plus, le nombre des disciples augmentait beaucoup à Jérusalem et une grande foule de sacrificateurs obéissaient à la foi. Étienne plein de grâce et de puissance (Dunamis) opérait des prodiges et des miracles parmi le peuple.                                                  Actes 6 : 7 et 8

Dieu a manifesté sa toute-puissance (Dunamis) envers nous qui croyons et en ressuscitant Christ du tombeau : Et quelle est envers nous qui croyons l'infinie grandeur de sa puissance (Dunamis) se manifestant avec efficacité par la vertu de sa force. Il l’a déployée en Christ en le ressuscitant des morts, et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes. Au-dessus de toute domination, toute autorité (Exousia), de toute puissance (Dunamis) de toute dignité et de tout nom qui peut être  nommé, non seulement dans le siècle présent, mais encore dans le siècle à venir.                         Ephésiens 1 : 19 à 21 

 En quoi cela me concerne-t-il ?

Certains disent :

« Oui je sais que cette puissance « Dunamis » était en Jésus et qu’elle était manifestée également chez les apôtres, Pierre, Jean, Paul. Qu’ai-je à faire avec tout cela, moi qui ne suis qu’un croyant ordinaire ?  Si j'ai cette puissance ou Dunamis en moi, pourquoi je ne fais pas l’expérience des miracles ou des guérisons dans ma vie ?... »

Nous pouvons être comme des personnes assises dans l'obscurité, dans une pièce équipée d'électricité, sans le savoir. Il faut qu'un interrupteur soit installé et actionné pour que la pièce soit éclairée.

Pour nous chrétiens que représente cet interrupteur ? La foi.

Jésus précise les conditions à remplir pour voir cette puissance (ou Dunamis) agir en nous : Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru, en mon nom, ils chasseront les démons, ils parleront de nouvelles langues, ils saisiront les serpents, s’ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera pas de mal, ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guéris. Marc 16 : 17 et 18

Conclusion : la première condition à remplir consiste à croire dans le nom Jésus, c'est-à-dire être soi-même sauvé. Alignons  nos vies sur les paroles de Jésus et mettons-les en pratique,  soyons nous-mêmes baptisés dans le Saint-Esprit. Allons prêcher, annonçons la Parole et croyons que Jésus travaille avec nous en confirmant sa parole. Comme Jésus,  tenons-nous dans l'obéissance et soyons conscients que tout cela nous est donné par grâce.

 

 

Publié dans Identité en Jésus

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article