Comment sommes-nous remplis du fruit de justice ?

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

 

La justice nous vient par Jésus.

Jésus dit : l'œuvre de Dieu, c'est de croire en celui qu'il a envoyé.

                                        Jean 6 : 29

La Bible nous demande de croire dans l'œuvre accomplie par Jésus sur la croix, à l’échange divin de la croix ; alors nous porterons et nous serons remplis de ce fruit de justice.

Sur la croix, Jésus a été crucifié dans le corps de péché ou de la mort. La vieille nature ou la nature déchue, adamique a été mise à mort et ensevelie avec Jésus. Jésus est ressorti vivant du tombeau, dans son corps de ressuscité ou de nouvelle création.  La création actuelle disparaîtra, roulée comme un vieux manteau et livrée aux flammes. Alors une nouvelle terre et un nouveau ciel apparaîtront.

 

Jésus a déjà revêtu son corps de ressuscité pour cette nouvelle création. Il est le premier né d’entre les morts : la tête. Nous, nous sommes le corps. Donc, si la tête est déjà ressuscitée, le corps, aussi est destiné à connaître la résurrection.

 Déjà, dès maintenant, il nous offre, par la foi, de devenir une nouvelle création en échange de notre vieille nature. Nous recevons sa nature de ressuscité, notre nouvelle nature. Plus tard, notre corps aussi  ressuscitera.

 Si quelqu'un est en Christ Il est une nouvelle création. Les choses anciennes sont passées. Voici toutes les choses de ce sont devenus nouvelles.

                              2 Corinthiens 5-17

 

Si quelqu'un est en Christ « il est une nouvelle création » et non  pas une nouvelle créature. La nature de la nouvelle création à venir, Jésus nous l’offre maintenant. Les choses anciennes ou la nature pécheresse appartiennent au passé. Si nous le croyons et nous nous en emparons par le moyen de la foi, nous le verrons s'accomplir dans nos vies.

C'est la même situation avec le péché et sa puissance. Elle a été anéantie à la croix et mise au tombeau : la nature pécheresse et ses fruits. Puisque Jésus a dépouillé les autorités et les dominations, Il a cloué, à la croix, le document accusateur (la loi) qui nous condamnait.

 

 Trop souvent, notre compréhension se limite aux fruits du péché, c'est-à-dire à la partie visible du péché : la colère, l'orgueil, la méchanceté. Nous ignorons l’arbre qui produit ces fruits. Jésus a porté et vaincu les deux : l’arbre qui représente la puissance du péché puisqu'il en  a désarmé l'auteur, et les fruits du péché, par son obéissance jusqu'à la mort.

 Il a expié, payé notre rançon ou dette. Alors, vivons en qualité de juste et de saint et non plus comme des pécheurs graciés.

 

Jésus a agi de même avec la honte  (la nudité, la pauvreté, l’abandon) : elle a été crucifiée (Jésus était nu sur la croix) et mis au tombeau. Jésus est ressuscité glorieux, par la puissance de la gloire du Père.

Selon la Bible nous sommes appelés à marcher de gloire en gloire, à nouveau en Jésus, dans la nature de la nouvelle création.

 La voie de la gloire nous était fermée, maintenant à nouveau elle est ouverte.

 

Jésus s’est aussi chargé de la maladie. Il a pris sur lui non pas les maladies, mais la maladie et son origine. Tout cela a été crucifié et mis au tombeau avec le corps adamique. La maladie était liée à la nature adamique. Maintenant, cette nature est morte ainsi que la maladie qui s'y était attachée par le péché. Aujourd’hui Jésus nous offre la guérison par ses meurtrissures.

 

 Vivons nous vraiment dans la nature du ressuscité?

 

 Il n'est pas dit que nous ne connaîtrons plus la maladie tant que nous vivrons dans notre corps actuel, notre tente. Aujourd’hui considérons la maladie comme une intruse, dans notre nouvelle nature, et dont l'auteur est vaincu et désarmé.

 Ainsi donc, comme une seule offense la condamnation a atteint tous les hommes, de même par un seul acte de justice la justification qui donne la vie s'étend à tous les hommes.

Car, comme par la désobéissance d'un seul homme, beaucoup ont été rendus pêcheurs, de même par l'obéissance d'un seul beaucoup seront rendus juste.

                             Romains 5 - 18 et 19

 

« Tout est accompli » ; cette affirmation c'est la raison pour laquelle Jésus ne doit plus mourir. C’est pourquoi cessons de nous considérer comme des pécheurs graciés  vivant encore dans la nature déchue, c'est-à-dire simplement comme des sauvés de la mort éternelle ; sinon jamais nous ne rentrerons dans la révélation de cet échange et encore moins nous en vivrons.

 Nous n’expérimenterons d’aucune manière la vie d’un juste ou d'un saint.

 Nous continuerons à  produire des efforts pour ne plus nous mettre en colère, pour ne plus connaître le rejet ou l'échec... Nous jeûnerons, nous demanderons la prière, nous suivrons des conférences, des cures d'âme. En aucun cas nous serons remplis du fruit de justice qui consiste à croire l'échange que Jésus nous propose à la croix.

Nous ne vivrons pas de gloire en gloire même si nous proclamons ce verset. Notre bouche le proclamera avec notre tête, et non avec notre  cœur comme la Bible le demande.

 

 Quel est vraiment le coeur de l'Évangile ?

 

Nous le trouvons dans ce verset déjà cité:

 Celui qui n'a pas connu le péché il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu.

                                     2 corinthiens 5-21

 Ici, nous avons la description de l'échange divin.

 

 Qu'est-ce que l'échange divin ?

 

Il peut être résumé de la manière suivante : Dieu prit tout le mauvais de nos vies et celui qui nous était destiné à cause de nos péchés et de notre nature pécheresse et le mit sur Jésus. Dieu prit tout le bien, qui était destiné à la vie d'obéissance irréprochable de son Fils et il nous l'offre gratuitement lorsque nous mettons notre foi en celui-ci.

 

1- Jésus prit sur lui notre châtiment, il nous offrit la rémission de nos péchés.

 

Il faut distinguer la rémission du pardon.

-Le pardon : lorsque qu'une personne nous pardonne, elle « oublie » les torts que nous lui avons causés, mais  ils   restent inscrits dans sa mémoire, dans notre mémoire.

-La rémission : lorsque le péché est remis, toute évidence de son existence est totalement effacée : Dieu oublie. La rémission nous est donnée par le sang de Jésus qui efface nos péchés.

 

2-Jésus a pris nos maladies et nos souffrances, et nous donne en échange guérison et santé

 

 Lui qui a porté nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts à nos péchés nous vivions pour la justice : lui par les meurtrissures duquel nous sommes guéris.

                                         1 Pierre 2  - 24

Dieu a pris les malédictions  de nos vies, la souffrance et la maladie, pour les placer sur Jésus. En échange, il nous offre la bénédiction, la guérison et la santé. Car Dieu veut que nous restions en bonne santé et c'est dans sa nature de guérir les malades.

 

3-Jésus a enlevé nos péchés pour nous offrir sa justice

 

 Le jour du Grand pardon ou de la fête de l'expiation,  le souverain sacrificateur utilisait deux boucs.

-Le premier bouc était sacrifié et son sang était répandu dans le lieu très saint par le souverain sacrificateur qui aspergeait le propitiatoire (lieu ou Dieu nous est favorable) afin d'obtenir le pardon des péchés.

-Sur le deuxième, le souverain sacrificateur imposait ses mains pour lui transmettre les péchés du peuple.

 Ensuite, ce bouc était envoyé mourir dans le désert, emportant les péchés loin de la face de Dieu. Cet acte symbolise l'œuvre de Jésus sur la croix qui a  été fait péché pour nous. Il meure en dehors des remparts de la ville de Jérusalem

Retenons bien que la justice de Dieu se manifeste par le don volontaire de la part de Jésus. Puis, Dieu nous accorde toute sa justice, celle que Jésus nous a obtenue. Si nous le croyons et l'acceptons, nous ne serons jamais plus justes que maintenant.

 

4-Jésus nous offre sa vie en échange de notre mort

 

 Car le salaire du péché c'est la mort mais le don gratuit de Dieu c'est la vie éternelle en Jésus-Christ, notre Seigneur.

                                Romains 6 – 23

 

-Qu'est-ce que la mort ?

 

Elle est d'abord spirituelle avant d'être physique. La mort spirituelle consiste à être séparé de Dieu éternellement et ne pas avoir la vie de Dieu en nous maintenant.

-Qu'est-ce que la vie ? C'est avoir la vie éternelle, c'est-à-dire la vie de Dieu en nous dès aujourd'hui et pour toujours. Elle se nomme «  zoé» lorsque nous acceptons Jésus dans notre vie. La vie de Dieu nous est transmise dans notre esprit.  Notre esprit est ramené à la vie par la véritable vie de Dieu.

 

5- Jésus prit notre pauvreté pour nous offrir son abondance

 

À la croix, Jésus a touché toutes nos situations humaines. Jésus a pris sur lui notre pauvreté. Voici une définition de la pauvreté :

 Tu  serviras, au milieu de la faim, de la soif, de la nudité et la disette de toutes choses, tes ennemis que l'Eternel enverra contre toi. Il mettra un joug de fer sur ton cou, jusqu'à ce qu'il t’ait détruit.

                        Deutéronome 28 : 48

Selon ce verset,  la pauvreté se définit en quatre points :

1-la faim

-2 la soif

-3 la nudité

-4 le manque absolu

Toute personne qui connaît ces 4 points est d'une pauvreté absolue.

 Ceci est l'œuvre complète de Jésus sur la croix. Il a pris notre pauvreté afin que nous recevions l'abondance. Nous précisons que Jésus n’a pas prit seulement notre pauvreté morale, financière ou naturel, mais également notre pauvreté spirituel.

À la croix, Jésus a connu la faim, la soif, la nudité, le manque absolu. Il a abandonné toutes les richesses de son Père pour lui obéir jusqu'à la croix. Maintenant notre devoir, c’est d'utiliser l'abondance de Dieu pour enrichir le monde.

 

5-Jésus nous offre de partager sa gloire en échange de notre honte

 

Ayant les regards sur Jésus, qui suscite la foi et la mène à la perfection, en échange de la joie qui lui était réservée, il a souffert la croix, méprisé l'ignominie (ou la honte) , et c'est assis à la droite du trône de Dieu.

                                          Hébreux 12-2

Jésus, sur la croix, n'est pas venu seulement à la rencontre de nos problèmes spirituels, physiques et matériels, mais également de nos peines émotionnelles.

La honte est une des émotions qui affecte l’humanité. La honte représente la souffrance que Jésus a connu, lorsqu'il était cloué nu sur la croix.

 

6-Jésus prit notre rejet et  Dieu nous accepte dans sa famille

 

 Et vers la neuvième heure, Jésus s'écria d'une voie forte : Eli, Eli lamas sabachtani ? C'est-à-dire : mon Dieu, mon Dieu pourquoi m'as-tu abandonné?

                                      Matthieu 27 : 46

Auparavant, jamais Jésus n'avait appelé son Père « DIEU ». D’habitude, il l'appelait toujours son   Père. Jésus s’est senti abandonné par lui.

 

Qu’est ce que la honte ?

 

La honte, c’est un sentiment d’inutilité, d’indignité.

Grâce à l'esprit d'adoption, maintenant nous avons le privilège de pouvoir appeler Dieu : « Père » « Abba »

 Et vous n'avez pas reçu un esprit de servitude pour être encore dans la crainte, mais vous avez reçu un esprit d'adoption, par lequel nous crions : « Abba ! Père ! »

                                            Romains 8-15

 

7-Jésus prit la malédiction, il nous offre sa bénédiction

 

Christ nous a racheté de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous, car il est écrit : maudit est quiconque est pendu au bois. Afin que la bénédiction d'Abraham ait pour les païens son accomplissement en Jésus-Christ, et que nous recevions par la foi l'Esprit qui avait été promis.Galates 3- 13 et 14

 

 Les grandes lignes de la bénédiction sont contenues dans Deutéronome 28 : 2 à 14 qui nous donne la victoire, l’abondance, la fécondité et la faveur de Dieu. La faveur de Dieu représente l’intérêt que Dieu porte pour les choses les plus petites de nos vies. La bénédiction de Dieu dans nos vies résulte de ses promesses et de l’obéissance à sa parole.

Les grandes lignes des malédictions son contenues dans Deutéronome 28 : 15 à 68. Toutes résultent de la désobéissance à la parole de Dieu.

Sur la croix, Jésus  a pris toutes ces malédictions sur lui afin de nous offrir sa bénédiction.

 

8- Jésus a repris la clé du séjour des morts

 

Je suis le premier et le dernier, et le vivant. J’étais mort ; et voici, je suis vivant aux siècles des siècles. Je tiens les clés de la mort et du séjour des morts.

                            Apocalypse 1 : 18

 

9- Jésus a abandonné sa situation de Fils pour que nous devenions fils et fille adoptifs.

 

 Existant en forme de Dieu, n’a point regardé son égalité avec Dieu comme une proie à arracher, mais il s’est dépouillé lui–même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes ; et il a paru comme un vrai homme, il s’est humilié lui–même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix.                         Philippiens 2 : 6 à 8

 

10- Jésus nous donne  le seul nom qui nous sauve.

 

Il n’y a de salut en aucun autre ; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés.

                       Actes 4 : 1

Nous étions à vendre comme sur le marché des esclaves 

Nous appartenions à un maître cruel, le péché et à celui qui en est l ‘auteur : le diable. Nous étions enchaînés sous la dépendance de celui qui nous retenait captif. Jésus est intervenu sur le marché. Il a payé le prix pour nous rendre libre et nous permettre de le suivre et même de vivre pour lui… enfin pour ceux et celles qui le veulent, Christ nous affranchit.

Avec Jésus, le pouvoir du péché est brisé comme les chaînes de l’esclavage. Maintenant, Jésus nous offre des « liens d’amour ». Nous étions comme des « otages », mais Jésus s’est offert en rançon.

 

Car (Jésus-Christ) il s’est donné lui-même, en rançon pour tous 1 Timothée 2 : 6a                                                                      Afin que chacun d’entre  nous retrouvions la vraie liberté,  accordée à ceux et celles qui acceptent l’œuvre de Jésus accomplie sur la croix. Car Jésus nous laisse libre de le suivre, de l’aimer et de le servir en annonçant la bonne nouvelle du royaume de Dieu.

Le mot « Rédemption » était utilisé sur le marché des esclaves - l'idée de base signifie : être relâché par le paiement d’une rançon.

 

Quelqu’un  a payé le prix de votre rachat…

                           1 Corinthiens 7:23 (TOB)

 

Dieu nous a "acheté" sur le marché spirituel et éternel, car nous étions à vendre sur le marché de l’esclavage, du péché. Alors posons-nous la question : combien valons-nous, chacun d’entre-nous, pour Jésus ?

Nous ne valons pas ce que nous pensons. Nous valons le prix le plus élevé qu'un acheteur est prêt à payer. Dieu a estimé chacune de nos vies au plus haut prix, et ce prix a été payé à la Croix. Dieu a regardé dans l’éternité et a dit : "Je prends celui-ci ou celle-là, même si le prix est très « élevé ».

Notre valeur est établie une fois pour toute et nul  ne pourra  jamais  la changer. Dieu est allé jusqu’à  l'offre ultime  et a payé le prix le plus élevé : la valeur de la vie de son Fils Jésus offerte en sacrifice.

 

Vous savez que ce n’est pas par des choses périssables, par de l’argent ou de l’or, que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous aviez héritée de vos pères, mais par le sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tache.1 Pierre 1 : 18 et 19

Comparaison avec l’ancien testament

 

La personne qui désirait obtenir le pardon de ses péchés, prenait un animal aussi parfait que possible. Elle mettait ses mains sur la tête de l’animal pour lui transmettre ses propres péchés, tout en les confessant. Ensuite, l’animal devait être tué, c’est à dire que l’animal payait pour les péchés de cette personne. L’animal devenait substitut, sans en avoir conscience. Nous avons besoin d’un substitut : quelqu’un qui prenne notre place en s’identifiant à nous consciemment. D’où la nécessité de trouver un juste sans péché et de même nature que nous. Jésus-Christ a été ce substitut parfait tout en étant dans notre nature. C’est lui qui a décidé librement de s’identifier aux hommes par amour.

 

La relation avec Dieu est rétablie 

 

La racine du péché et le résultat du péché nous entraînent dans une relation brisée avec Dieu. L’œuvre de la croix restaure cette relation et nous offre le privilège de devenir enfant de Dieu.

 Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même en n’imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la réconciliation. 

                         2 Corinthiens 5 : 19

 

En conclusion, nous pouvons dire : Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait sa propre voies, et l’éternel a fait tomber sur lui l’iniquité de nous tous ».

                           Esaie 53 : 6 

 Il (Jésus) est mort pour nous et pour moi. Et maintenant la justice de Dieu par la foi en Jésus-Christ est pour tous ceux qui croient. Il n’y a point de distinction.

                                                                                                                                                Galates 2 : 20

 Comme Paul, maintenant je peux dire : seul Christ crucifié m’intéresse et ressuscité bien sûr. Si Jésus était mort de vieillesse, il n’aurait aucun intérêt pour moi.

 

 La manière dont nous allons quitter cette terre intéresse et préoccupe Dieu sûrement plus que notre arrivée (bien qu’elle soit voulue par lui). De l’attitude que nous avons face au sacrifice de Jésus dépend  notre avenir éternel, notre destinée éternelle.

Pendant des siècles, les hommes ont sacrifié des agneaux ou d’autres animaux pour obtenir le pardon des péchés mais le sang des animaux  couvrait seulement les péchés, il ne les effaçait pas : le souvenir et la culpabilité étaient toujours là.

 

 Mais le souvenir des péchés est renouvelé chaque année par ces sacrifices ; car il est impossible que le sang des taureaux et des boucs ôte les péchés.

                               Hébreux 10- 3 et 4 

 Jésus est devenu, par son sang (le sang d’un juste), l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde. Donc le mien, le vôtre, si je le crois et que je demande pardon. Le sacrifice de Jésus est parfait et éternel :

 Et il est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle.

                                             Hébreux 9-12

 

Changement d'Epoux, changement d’alliance

 

 Ignorez-vous, frères, – car je parle à des gens qui connaissent la loi– que la loi exerce son pouvoir sur l’homme aussi longtemps qu’il vit ?

 Ainsi, une femme mariée est liée par la loi à son mari tant qu’il est vivant ; mais si le mari meurt, elle est dégagée de la loi qui la liait à son mari.

 Si donc, du vivant de son mari, elle devient la femme d’un autre homme, elle sera appelée adultère ; mais si le mari meurt, elle est affranchie de la loi, de sorte qu’elle n’est point adultère en devenant la femme d’un autre. Romains 7 : 1 à 3 

Sur le plan spirituel, Dieu nous a donné sa loi et nous demande de nous y soumettre. Cette loi, jusqu'à la venue de Jésus, tenait le rôle d'un époux sur nos vies. Chaque fois que nous désobéissions à cette loi, nous nous retrouvions en état d'adultère sur le plan spirituel, comme une épouse trompe ou commet l'adultère vis-à-vis de son mari dans le naturel.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article