Combien est douloureuse la blessure provoquée par un père

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Combien est douloureuse la blessure, l'offense provoquée par un père. Celui que Dieu place auprès de nous pour nous défendre, mais aussi pour nous former, nous encourager dans l'amour. Ce genre de scandale est extrêmement douloureux et peut être destructeur.

Quand nous parlons de père, ce n'est pas spécialement du père biologique mais de toute autorité que Dieu a placée à nos cotés.

Nous le voyons dans la Bible avec Saül et David. Le roi Saül est l'exemple d'un père qui a trahi son fils. Saül était animé par un esprit d’orphelin et de persécution. Il vivait dans la mentalité d’orphelin comme une fleur isolée. Il devint jaloux de David et lui tendit toutes sortes de pièges en espérant qu’il y trouve la mort. David se tenait dans l’esprit du gros bouquet.

 

Saül rejette la parole de Dieu 

 

Puisque tu as rejeté la parole de l’Eternel, il te rejette aussi comme roi.

Samuel dit à Saül : Je ne retournerai point avec toi ; car tu as rejeté la parole de l’Eternel, et l’Eternel te rejette, afin que tu ne sois plus roi sur Israël.

Et comme Samuel se tournait pour s’en aller, Saül le saisit par le pan de son manteau, qui se déchira. Samuel lui dit : L’Eternel déchire aujourd’hui de dessus toi la royauté d’Israël, et il la donne à un autre, qui est meilleur que toi.1 Samuel 15 : 23b :26 à 28

 

L’Eternel choisit David, adolescent, pour remplacer Saül. Au cours de circonstances diverses, David se retrouve à la cour de Saül pour le servir.

David aurait dû trouver un père dans la personne de Saül pour le former comme futur roi. L’orphelin ne peut pas devenir un père car il n’a jamais été un fils. Seul les fils deviennent des pères qui engendrent, transmettent leur  savoir à des fils ou des filles. Le vrai père selon le cœur de Dieu ne craint pas que ses enfants le dépassent. Il n’en éprouve pas de jalousie, au contraire il s’en réjouit. Ce n’est pas le cas de Saül.

 

En déchirant le manteau de Samuel, c’est le manteau prophétique qu’il déchire. Dans sa colère il s’élève contre l’onction de Dieu qui repose sur la vie de Samuel. Il renonce à recevoir des directives de Dieu. Toujours dans sa colère, il décide d’aller consulter une voyante, afin de savoir s’il doit aller combattre les Philistins. Le lendemain, il va mourir sur le champ de bataille. Il entraîne deux de ses fils avec lui dans la mort.

 

A plusieurs reprises, il tentera de tuer David. Dieu protégeait David. Mais à aucun moment David n’a touché à la vie de Saül, l’oint de Dieu. Un jour, David se cache dans une grotte pour échapper à la haine meurtrière de Saül. Pendant sa poursuite, Saül  a besoin de satisfaire un besoin naturel. Sans le savoir, il entre dans la grotte où se cache David. Les hommes qui sont avec David le poussent à tuer Saül. Il refuse et se contente, avec son épée de couper un morceau du manteau de Saül. Quand Saül s’éloigne, David crie vers lui : Vois, mon père, vois donc  le pan de ton manteau dans ma main. Puisque j'ai coupé le pan de ton manteau et que je ne t'ai pas tué, sache et reconnais qu'il n'y a dans ma conduite ni méchanceté, ni révolte, et que je n'ai point péché contre toi.

               1 Samuel 24 :12 à 13

David mettait sa sécurité dans l'Eternel. Il savait que Dieu l'avait appelé à devenir roi d'Israël et qu'il devait attendre le temps de Dieu, son kairos. David continuait de gagner des batailles contre les Philistins. Il jouait toujours de la harpe quand le mauvais esprit envoyé par l'Eternel tourmentait Saül.

 

Alors le mauvais esprit venant de l'Eternel fut sur Saül, qui était assis dans sa maison, sa lance à la main. David jouait, et Saül voulut le frapper avec sa lance contre la paroi.

               1 Samuel 19 : 9 et 10

 

 David prit la fuite avec la complicité de son épouse Mical, fille de Saül. Il se rendit auprès de Samuel à Rama. On le rapporta à Saül. Saül envoya des gens pour prendre David. Ils virent une assemblée de prophètes qui prophétisaient, ayant Samuel à leur tête.

 L'Esprit de Dieu saisit les envoyés de Saül et ils se mirent aussi à prophétiser eux-mêmes. Saül envoya d'autres gens qui eux aussi prophétisèrent. Saül alla lui-même à Rama. L’Esprit de Dieu fut aussi sur lui, et Saül continua son chemin en prophétisant. Ce jour là l’Esprit de Dieu l’empêcha de tuer David.

Voici une des différentes manières par lesquelles l'Eternel préserva la vie de David.

 

  Le roi Saül est l'exemple d'un père qui a trahi son fils. David appelle le roi Saül : père, père.

 Vois, mon père, vois donc le pan de ton manteau dans ma main.  Est-ce bien ta voix, mon fils David ? Et Saül éleva la voix et pleura.

            1 Samuel 24 : 12 et 17b

Nous constatons, à plusieurs reprises, que Saül appelle David son fils. Nous sommes dans le contexte d’une relation : père- fils ; fils et père.

 

Saül a été le premier roi d'Israël, à la demande d’Israël, choisi par Dieu et oint par le prophète Samuel sur ordre de Dieu. A cause de sa désobéissance renouvelée envers Dieu, le roi Saül s’est disqualifié. Dieu lui a retiré l'onction et il a été déchu de la royauté ainsi que ses descendants.

Israël demande un roi à la place de Samuel, prophète et juge. Dieu choisit pour roi en Israël un jeune homme nommé Saül. Il n'a pas d'expérience. Dieu met à ses côtés Samuel le prophète comme père, pour lui apprendre son métier de roi. Samuel avait été un juge  intègre en Israël durant plusieurs décennies. Il était également sacrificateur.

 

 Saül devait prendre conseil et se laisser former par Samuel. Au début de son règne, Saül écoutait Samuel. Il obtient des victoires sur les ennemis d'Israël, les Philistins, grâce aux directives que Dieu donne à Samuel : l'Eternel frappait les Philistins. Samuel était un homme respecté par le peuple d'Israël. Il inspirait la crainte de l'Eternel.

Et tout le peuple  dit à Samuel : Prie l'Eternel ton Dieu, pour tes serviteurs afin que nous ne mourions pas. Car nous avons ajouté à tous nos péchés le tort de demander  un roi.             1 Samuel 12 : 19

Voilà le père que Dieu avait placé au côté de Saül.  Lors d'une menace des Philistins d'envahir Israël, Samuel demande à Saül d'attendre sept jours avant de commencer le combat. "Attends que je revienne et j'offrirai un holocauste en qualité de sacrificateur." Pendant ce temps, les hommes d'Israël prennent peur et abandonnent leur roi pour se cacher dans les cavernes, les citernes, les buissons environnants. Le peuple se disperse loin de Saül. Le septième jour, Saül désespère de l'arrivée de Samuel qui tarde.

 

 Alors Saül dit : Amenez-moi l'holocauste et les sacrifices d'action de grâces. Et il offrit l'holocauste. Il achevait d'offrir l'holocauste lorsque Samuel arriva et lui dit : Qu'as-tu fait ? Saül répondit : J'ai eu peur.

Samuel dit à Saül : Tu as agi en insensé. Si tu avais obéi l'Eternel aurait affermi pour toujours ton trône sur Israël. Et maintenant l'Eternel s'est choisi un homme selon son cœur, qui est meilleur que toi. L’Eternel l’a destiné à être le chef de son peuple, parce que tu n'as pas observé ce que l'Eternel t'avait commandé.

1 Samuel 13 : 9 et 10 : 13 et 14

 

Saül refuse de se reconnaître coupable : Je craignais le peuple et j’ai écouté sa voix. Pour lui, son échec est dû à l’attitude du peuple qui était dans la crainte et la peur de voir les Philistins envahir le pays. Saül oublie que c’est lui l’autorité. Par l’onction royale, Dieu lui a donné l’autorité et la capacité de gouverner. Bien sûr, tout en restant dans l’obéissance. 

Avec la lecture des versets donnés précédemment, nous constatons que Saül n'a nullement la crainte de Dieu. Une seule chose l'intéresse, être honoré par les hommes en qualité de roi. C'est la raison principale pour laquelle il s'est fait construire un monument, pour sa gloire, pour se faire un nom. Cela nous fait penser aux hommes qui ont construit la tour de Babel. « Faisons-nous un nom afin que nous ne soyons pas dispersés sur toute la surface de la terre »

 

  À partir de ce jour, l'onction que Dieu avait mise sur sa vie commença à le quitter.  Un mauvais esprit envoyé par l'Eternel vint sur lui. Privé de directives de Dieu, Saül est même allé consulter une voyante pour savoir s'il devait combattre les Philistins. Il est mort dans la bataille qui a suivi, en se suicidant pour échapper aux mains des Philistins, avec deux de ses fils. Un père (ou une mère), par ses choix de vie, peut entraîner ses enfants dans la mort, c'est ce que fit Saül. Cette mort n’est pas forcément une mort physique, elle peut-être mentale ou spirituelle.

 

Dieu s’est choisi un jeune garçon, David, un berger, comme roi pour Israël. Lui aussi a été  oint comme roi par le prophète Samuel.

Quand l’onction se retira de Saül, il fut agité par un mauvais esprit venant de l'Eternel. Ses serviteurs cherchèrent un homme qui jouait de la harpe, afin de donner du repos à Saül  quand le mauvais esprit se manifestait.

Ses serviteurs trouvèrent David, le jeune roi d'Israël. Le nouveau roi fit ainsi son entrée à la cour d'Israël, auprès de Saül qui appréciait David et les temps de repos pendant que David jouait. Remarquons, ici, le moyen que Dieu utilise pour faire rentrer David à la cour royale d’Israël. Dieu désirait que les deux hommes collaborent.

Ensuite, David, avec sa fronde, libéra Israël du géant Goliath. En récompense, Saül lui promit une de ses filles en mariage. Ce peut-être excitant pour un jeune homme de se voir promettre la fille du roi comme épouse. Mais David ne se laissa pas compromettre par cette promesse, il combattit le Philistin au nom de l’Eternel. Heureusement, car finalement Saül donna sa fille en mariage à un autre homme. Après la mort de Goliath, Saül sembla oublier sa promesse. Là encore, David n’a pas reçu l’offense

 

David allait et réussissait partout où l'envoyait Saül, il fut mis à la tête des gens de guerre et il plaisait  à tout le peuple, même aux serviteurs de Saül.         1 Samuel 18 : 5

 Saül espérait que David trouve la mort au cours de ces combats avec les Philistins. Mais Dieu était avec lui, il le protégeait et faisait réussir toutes ses entreprises.

 

David fit même une alliance avec Jonathan, le fils aîné de Saül, celui qui aurait dû hériter de la royauté. Jonathan ôta son manteau pour le donner à David, c'est-à-dire son manteau de prince héritier. Jonathan a reconnu l'onction royale que Dieu avait placée sur son ami. Plusieurs fois il le prévint des pièges mortels que son père préparait contre lui, David. Constamment Saül chercha à tuer David par tous les moyens.

 

Jonathan manifesta encore auprès de David son affection pour lui, car il l’aimait comme son âme.

 

Quand Saül appris l'alliance entre son fils Jonathan et David, il voulut le tuer.

 Alors la colère de Saül s'enflamma contre Jonathan, et il lui dit : Fils pervers et rebelle, je sais bien que tu as pour ami le fils d'Isaï, à ta honte et à la honte de ta mère. Car aussi longtemps que le fils d'Isaï sera vivant sur la terre, il n'y aura point de sécurité ni pour toi ni pour ta royauté. Et maintenant, envoie-le chercher, et qu'on l’amène, car il est digne de mort. Jonathan répondit à Saül son père, et lui dit : pourquoi le ferait-on mourir ? Qu'a-t-il fait ?  Et Saül dirigea sa lance contre lui pour le frapper. Jonathan comprit que c'était chose résolue chez son père que de faire mourir David.

              1 Samuel 20-30 à 34

 

Jonathan a eu le courage de résister et de dire non à son père en défendant la vie de David. Il n'a pas accepté de le suivre dans sa folie meurtrière. Il a su rester dans l'intégrité et ne pas violer l'alliance qu’il avait conclue avec David.

 

Mical, fille de Saül, aima David. On en informa Saül, et la chose lui convint. Il se disait : Je la lui donnerai afin qu'elle soit un piège pour lui, et qu’il tombe sous la main des Philistins. Et Saül dit à David pour la seconde fois : Tu vas aujourd'hui devenir  mon gendre. Saül donna cet ordre à ses serviteurs : parlez en confidence à David, et dites-lui : Voici, le roi est disposé pour toi,  et tous les serviteurs t'aiment, sois maintenant le gendre du roi.

              1 Samuel 18 : 20 à 22

 

 Tout ceci, de la part de Saül, n’était que des manœuvres de séduction provoquées par la jalousie qui l’animait. Il y a  des personnes, comme Saül, qui sont ingénieuses pour commettre le mal, le meurtre. Elles n’ont qu’une pensée, détruire par tous les moyens ceux qui s’opposent à elles, ou tout simplement risquent de leur faire de l’ombre, même si cela vient de Dieu.

 

Saül dit à ses serviteurs : Vous parlerez ainsi à David : le roi ne demande point de dot mais il désire cent prépuces de Philistins, pour être vengé de ses ennemis. Saül avait le dessein de faire tomber David entre les mains des Philistins. Les serviteurs de Saül rapportèrent ces paroles à David et David agréa ce qui lui était demandé pour qu'il devienne gendre du roi.

Avant le terme fixé, David se leva, partit avec ses gens, et tua deux cents hommes parmi les Philistins, il rapporta leur prépuce, et en livra aux rois le nombre complet, afin de devenir gendre du roi. Alors Saül lui donna pour femme Mical sa fille.

Saül vit et comprit que l’Éternel était avec David, et Mical, sa fille aimait David.

             1 Samuel 18 : 27 et 28

Malgré cela, un jour Saül lui enleva Mical pour la donner à un autre homme.

 

David devint un chef militaire renommé jusqu'au jour où les femmes d'Israël chantèrent : Saül a frappé ses 1000 et David  ses 10 000. Saül remarquait que l’Eternel était avec David, tout ce qu’il entreprenait réussissait. Animé par la jalousie, Saül n’a plus qu’une pensée : tuer David devient une obsession pour lui, il a perdu tout bon sens, tout contrôle de lui-même.

 

Saül fut très irrité contre David. Le succès de David déplut à Saül.  Le mauvais esprit le saisit à nouveau et Saül eut des accès de délire au milieu de sa maison. À nouveau David jouait de son instrument et Saül avait sa lance à la main. Saül leva sa lance contre David, se disant en lui-même : Je frapperai David contre la paroi. Mais David se détourna de lui deux fois. Cette tentative d'assassinat se renouvela plusieurs fois. David s'est toujours esquivé sans chercher à se venger ni à se prendre pour un persécuté, il n'a jamais reçu l'offense. Il n'avait aucune amertume envers Saül. Jamais il n'a voulu toucher à l’oint de Dieu et son beau-père car il savait qu'il perdrait son onction royale.

 

À plusieurs reprises David  protège la vie de Saül

 

 David et Abischaï allèrent de nuit vers le peuple. Et voici, Saül était couché et dormait au milieu du camp, et sa lance était fixée en terre à son chevet. Abner et le peuple étaient couchés autour de lui.

Abischaï dit à David : Dieu livre aujourd'hui ton ennemi entre tes mains, laisse-moi, je te prie, le frapper de ma lance et le clouer à terre d'un seul coup, pour que je n'aie pas à y revenir. Mais David dit à Abischaï: Ne le détruis pas ! Car qui pourrait impunément porter la main sur l'oint de l'Eternel ?

                    1 Samuel 26 : 7 à 9

David poussa des cris vers Saül. Saül reconnut la voix de David et dit : Est-ce bien ta voix, mon fils David ?  Et David répondit : C'est ma voix, oh Roi, mon seigneur. Et il dit : pourquoi mon Seigneur poursuit-il son serviteur ?                        1 Samuel 26 : 17

 

Dieu l'avait mis auprès de Saül pour que ce dernier l'instruise, le forme dans son appel de roi afin qu’il évite les erreurs de Saül. Voilà pourquoi David l'appelait père et Saül mon fils. Un jour, David échappe à la mort en se cachant dans une grotte.

C’est dans cette grotte que Saül  est venu satisfaire un besoin dit naturel. David a eu la vie de Saül entre ses mains. Ses amis, avec lui dans la grotte, l'incitaient à se venger. Il a été obligé de les retenir en disant : L'Eternel me vengera. Nous savons que Saül est tombé ainsi que ses fils entre les mains des Philistins. David ne s'est pas réjoui de cette mort qui lui livrait l'accès au trône. Il a même prononcé une oraison funèbre à la mémoire de Saül et ses fils, notamment avec Jonathan avec lequel il avait conclu une alliance.

Dieu  dit : il ramènera le cœur des pères à leur fils et le cœur des fils à leur père, de peur qu'il ne vienne frapper le pays d'interdit.       Malachie 3 :24

Interdit signifie : destruction, mise à mort, être destiné à une entière destruction.

 

Cette Parole résonnait dans le cœur de David mais pas dans celui de Saül. Saül était un roi  mal affermi dans son appel. Pourtant Dieu lui avait donné un cœur nouveau ou un autre cœur : 1 Samuel 10 : 9 : « Dieu lui donna un autre cœur »

Dieu mit à ses côtés un père : le prophète Samuel qui a été également juge en Israël. Mais Saül n'a pas obéi aux paroles du prophète qui venaient de Dieu.

 

 Saül craignait la présence de David parce que l'Eternel était avec David et s'était retiré de lui.                 1 Samuel 18 :12

Saül craignait plus les hommes que Dieu. La recherche de l'approbation des hommes fait de nous des offenseurs, des jaloux et même des assassins en puissance.

David avait appris à défendre ses brebis de la gueule des lions ou de l'ours avant d’être oint comme roi. Il avait un cœur d'adorateur. Il avait découvert et expérimenté l’amour de Dieu : cela le disposait à mettre sa confiance, sa foi en Dieu seul, donc à pardonner et ne pas  rechercher sa propre justice. "L'Eternel me vengera de toi", dit-il à Saül. De ce fait, il ne recevait pas l'offense. Il ne tombait pas dans les pièges de Saül. Jamais il n'a mordu à l’appât. Il voulait demeurer dans l'intégrité de son cœur.

 

 David croyait que Dieu contrôlait la situation. David a su ne pas anticiper l'heure de Dieu, le « kairos » de Dieu. Saül avait un esprit et une mentalité d’orphelin, c’est une des raisons  pour laquelle il ne supportait pas la concurrence. Dans le royaume de Dieu, il n’y a pas de concurrence, seulement des fils qui travaillent pour le royaume. Saül avait laissé une jalousie cruelle et morbide rentrer dans sa vie. Il se croyait le centre de la terre.

 Sonde-moi, ô Dieu et connais mon cœur ! Éprouve-moi, et connais mes pensées ! Regarde si je suis sur une mauvaise voie, et conduis moi sur la voie de l'éternité. Psaumes 139 : 19

 

Existe-t-il encore des Saül et des David aujourd'hui ? Ou est-ce une histoire du passé ?

Oui, il existe encore des Saül ou un Saül dans certaines familles ou certaines assemblées. Ce sont des personnes qui refusent de se soumettre à l'autorité totale de la Parole de Dieu. Elles rendent les autres responsables de leur échec, de leur situation difficile, elles vivent avec le rejet, la pitié de soi et même avec l'esprit de persécution. À cause de cela, elles manipulent leur entourage par le contrôle, une autorité ténébreuse, elles vivent dans la jalousie. Comme Saül, elles s'élèvent un monument ou en monument au milieu de la famille.

 Elles s'établissent comme centre de la famille et malheur à celui qui ne se soumet pas. La lumière du royaume n'est pas dans leur cœur ni la vérité,  ou plutôt il y a un mélange. Sous des apparences pieuses et charitables elles essaient d'agir de la même manière dans les assemblées. Tout doit converger autour de leur personne.

Ce sont des personnes qui ont beaucoup de difficultés avec le pardon. Elles sont animées par l'esprit religieux qui combat l'Esprit de Dieu et l'onction qui repose sur les personnes autour d'elle. Comme Saül ne pouvait supporter l'onction sur la vie de David, qu’il avait perdue à cause de sa désobéissance.

 

Heureusement, aujourd'hui encore, Dieu fait lever des David qui savent ne pas se laisser piéger, offenser par les ruses, devant  les manœuvres de manipulation et de contrôle de Saül. Des David qui mettent leur sécurité en Dieu et ainsi échappent à la destruction, à la mort. Des David qui trouvent leur joie dans l’obéissance à Dieu, aux lois de son royaume, à sa parole et savent pardonner et ne pas recevoir l’offense.

 

Enfin pour terminer, posons-nous la question : suis-je un Saül ou un David?

       
 

 

 

 

Publié dans Identité en Jésus

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article