C’est par grâce que nous sommes guéris, par le moyen de la foi

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

 

 Notre Dieu est le Dieu de la foi, la source de la foi et voilà ce qu’il aime trouver en nous : Et mon juste vivra par la foi ; mais s’il se retire, mon âme ne prend pas plaisir en lui. Nous, nous ne sommes pas de ceux qui se retirent pour se perdre, mais de ceux qui ont la foi pour sauver leur âme.                                                                                                           Hébreux 10 : 38 et 39

Nous citerons encore ce verset : Or, sans la foi, il est impossible de lui être agréable ; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent.                                                                Hébreux 11 : 6

 

Il ne faut pas se méprendre sur la foi, elle n'est pas la source des bénédictions mais le canal, le moyen, « la main ». Nous entendons parfois des phrases du style : "j'ai été guéri par la foi". Cette phrase peut ne pas être juste si elle n'est pas dite dans le sens "j'ai été guéri par Jésus par le moyen de la foi". Ce n'est pas la foi qui guérit, c'est le Seigneur au moyen de la foi. Voyons la foi comme une porte que l'on peut ouvrir pour que Dieu entre en scène, sinon nous courons le danger d'avoir foi dans la foi. Nos yeux ne doivent pas être fixés sur notre foi mais sur celui qui en est l'origine.

 

 Ce qu'est la foi

 

Le verset clé dans l'étude de la foi est Hébreux 11.1. "Or la foi, c'est l'assurance des choses qu'on espère, la démonstration de celles qu'on ne voit pas".

La foi contient donc deux éléments :

 

1° Une assurance.

Nos traductions emploi souvent le mot "assurance". En fait, le mot grec est « hupostasis », il signifie : ce qui est fixé ou placé au dessous, chose posée au-dessous, sous-structure, fondation, fondement, une substance, un être réel.

Ce qui se tient en dessous pour soutenir, ce qui a une existence réelle, ce qui est la fondation, l'essence réelle.... Il est mieux traduit par "substance".

 

2° Une démonstration.

Le mot grec « elegchos » signifie "preuve, conviction, évidence... exactement : preuve convaincante (ce terme ne désigne pas la conviction en elle-même mais ce qui produit la conviction". Ce mot a donné le verbe elegcho, qui signifie "convaincre" et qui est appliqué pour l'Esprit : Jean 16.8 : Et quand il sera venu, il convaincra (elegcho) le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement.

Et pour la Parole : 2 Timothée 3.16 : Toute l’Ecriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice.

 Cette conviction nous est donnée par l'Esprit et par la Parole.

 

D'où vient la foi ?

 

Romains 10.17 : Ainsi la foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la parole de Christ.

Ainsi la foi naît de l'écoute, l'écoute de la Parole de Christ.

Hébreux 12.2 : ayant les regards sur Jésus, qui suscite la foi et la mène à la perfection ; en échange de la joie qui lui était réservée, il a souffert la croix, méprisé l’ignominie, et s’est assis à la droite du trône de Dieu.

Jésus qui est l'auteur de la foi. En grec se dit pistis et signifie : foi, fidélité, grâce, preuve certaine, croire, une conviction ou confiance concernant la relation avec Dieu et les choses divines,  la conviction que Dieu existe, qu’il est le créateur et maître de toutes choses, celui qui pourvoit et qui accorde le salut éternel à travers Jésus-Christ, conviction forte et bien venue que Jésus est le Messie, à travers qui nous obtenons le salut éternel dans le royaume de Dieu.

La foi désigne une facette du fruit de l’Esprit : Galates 5.22 : Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, la douceur, la maîtrise de soi.

Romains 12.3 : Par la grâce qui m’a été donnée, je dis à chacun de vous de n’avoir pas de lui–même une trop haute opinion, mais de revêtir des sentiments modestes, selon la mesure de foi que Dieu a départie à chacun.

 "Selon la mesure de foi que Dieu a départi à chacun..."

Ephésiens 2.8 : car c'est par grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu".

2 Pierre 1.1 à ceux qui ont reçu en partage une foi de même prix que la nôtre, par la justice de notre Dieu et du Sauveur Jésus-Christ.

1 Corinthiens 12 : 7-9 : En effet, à l’un est donnée par l’Esprit une parole de sagesse ; à un autre, une parole de connaissance, selon le même Esprit ; à un autre, la foi, par le même Esprit ; à un autre, le don des guérisons, par le même Esprit.

 "A chacun sa manifestation de l'Esprit pour l'utilité commune, en effet à l'un est donné... la foi, par le même Esprit". Ici il s’agit du don de foi qui est donnée dans des circonstances particulières.

 

 

Nous constatons que la foi tire son origine de Dieu, de Sa Parole et de Son Esprit.

 

En résumé : La foi est donnée à chacun par Dieu, elle est la substance, l'essence réelle des choses qu'on anticipe, la preuve convaincante, l'évidence des réalités qu'on ne voit pas encore avec nos yeux naturels.

 

 Par la foi de qui ?

 

Au fil des évangiles nous nous apercevons qu'il y a plusieurs canaux de foi qui peuvent jouer un rôle dans l'action de Dieu. En effet nous voyons la foi :

  • du malade lui-même (nombreux exemples : ta foi t'a guéri...Et voici, une femme atteinte d’une perte de sang depuis douze ans s’approcha par derrière, et toucha le bord de son vêtement. Car elle disait en elle–même : Si je puis seulement toucher son vêtement, je serai guérie. Jésus se retourna, et dit, en la voyant : Prends courage, ma fille, ta foi t’a guérie. Et cette femme fut guérie à l’heure même.                                                                                     Matthieu 9 : 20 à 22
  • de celui qui prie : nous le constaterons dans l’exemple qui suit avec Jésus.
  • à noter que dans le Nouveau-Testament, il n'y a que ceux qui prient pour la guérison d'autrui qui sont repris pour le manque de foi, le malade n'est jamais repris pour un manque de foi : Marc 9 : 17 à 19 et 25: Et un homme de la foule lui répondit : Maître, j’ai amené auprès de toi mon fils, qui est possédé d’un esprit muet. En quelque lieu qu’il le saisisse, il le jette par terre ; l’enfant écume, grince des dents, et devient tout raide. J’ai prié tes disciples de chasser l’esprit, et ils n’ont pas pu. Race incrédule, leur dit Jésus, jusqu’à quand serai-je avec vous ? jusqu’à quand vous supporterai-je ? Amenez–le-moi. On le lui amena.
    Jésus, voyant accourir la foule, menaça l’esprit impur, et lui dit : Esprit muet et sourd, je te l’ordonne, sors de cet enfant, et n’y rentre plus. Et il sortit, en poussant des cris
  • d'un autre (ceux qui ont amené le paralytique) Marc : 2 : 3 à 5 : Des gens vinrent à lui, amenant un paralytique porté par quatre hommes. Comme ils ne pouvaient l’aborder, à cause de la foule, ils découvrirent le toit de la maison où il était, et ils descendirent par cette ouverture le lit sur lequel le paralytique était couché. Jésus, voyant leur foi, dit au paralytique : Mon enfant, tes péchés sont pardonnés.
  • de Dieu, le don de la foi, ayez la foi de Dieu : Jésus prit la parole, et leur dit : Ayez foi en Dieu.                                                                                                     Marc 11 :22
    Version NBS : Jésus leur dit : Ayez la foi de Dieu.
    Attention au Nazareth d'incrédulité : Marc 6 : 4 à 6 : Mais Jésus leur dit : Un prophète n’est méprisé que dans sa patrie, parmi ses parents, et dans sa maison. Il ne put faire là aucun miracle, si ce n’est qu’il imposa les mains à quelques malades et les guérit. Et il s’étonnait de leur incrédulité. Jésus parcourait les villages d’alentour, en enseignant.
     
    Le principe de la foi (valable pour toutes les promesses de Dieu)
     
    1° Connaître et être convaincu que Dieu veut et peut vous guérir. Que cela fait partie du salut. Être fondé sur la Parole de Dieu, pour prier en accord avec celle-ci.
    2° Être net devant Dieu pour pouvoir Lui demander avec assurance : 1 Jean 3 : 20-22 : car si notre cœur nous condamne, Dieu est plus grand que notre cœur, et il connaît toutes choses. Bien–aimés, si notre cœur ne nous condamne pas, nous avons de l’assurance devant Dieu. Quoi que ce soit que nous demandions, nous le recevons de lui, parce que nous gardons ses commandements et que nous faisons ce qui lui est agréable.
     
    3° Lui demander en croyant qu'il nous écoute. 1 Jean 5 : 14-15 : Nous avons auprès de lui cette assurance que si nous demandons quelque chose selon sa volonté, il nous écoute. Et si nous savons qu’il nous écoute, nous savons que nous possédons la chose que nous lui avons demandée, quelle qu’elle soit.
    4° Croire que nous l'avons reçu quand nous l'avons demandé. Marc 11.24 : C’est pourquoi je vous dis : Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu, et vous le verrez s’accomplir.
    5° Maintenir ferme sa confession de foi. Hébreux 4.14 : Ainsi, puisque nous avons un grand souverain sacrificateur qui a traversé les cieux, Jésus, le Fils de Dieu, demeurons fermes dans la foi que nous professons.
    Romains 10.10 : Car c’est avec le cœur qu’on a la foi qui mène à la justice, et c’est avec la bouche qu’on fait l’acte de reconnaissance qui mène au salut. NBS
    6° Maintenir une attitude mentale juste, rester ferme sans douter. Romains 4 : 19-21 :
    Et, sans faiblir dans la foi, il ne considéra point que son corps fût déjà usé, puisqu’il avait près de cent ans, et que Sara n’était plus en état d’avoir des enfants. Il ne douta point, par incrédulité, au sujet de la promesse de Dieu ; mais il fut fortifié par la foi, donnant gloire à Dieu, et ayant la pleine conviction que ce qu’il promet il peut aussi l’accomplir.  

    7° Agir conformément à notre confession de foi. Jacques 2 : 22-26 : Veux-tu savoir, ô homme vain, que la foi sans les œuvres est inutile ? Abraham, notre père, ne fut-il pas justifié par les œuvres, lorsqu’il offrit son fils Isaac sur l’autel ? Tu vois que la foi agissait avec ses œuvres, et que par les œuvres la foi fut rendue parfaite. Ainsi s’accomplit ce que dit l’Ecriture : Abraham crut à Dieu, et cela lui fut imputé à justice ; et il fut appelé ami de Dieu. Vous voyez que l’homme est justifié par les œuvres, et non par la foi seulement.
    Rahab la prostituée ne fut-elle pas également justifiée par les œuvres, lorsqu’elle reçut les messagers et qu’elle les fit partir par un autre chemin ? Comme le corps sans esprit est mort, de même la foi sans les œuvres est morte.
    8° Louez-le. Psaume 18.3 : Je m’écrie : Loué soit l’Eternel ! Et je suis délivré de mes ennemis.
     
     Le rôle de la foi
     Ephésiens 2.8 "c'est par grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi... c'est un don de Dieu". Le verbe sauvé, en grec se dit : sozo qui signifie : être sauvé, être guéri, sauver du dépérissement quelqu’un qui souffre, c’est à dire qui souffre de maladie, le guérir, lui redonner la santé.

Il est aussi traduit dans d'autres versets par "guéris". De plus la guérison fait partie du salut : Jésus se retourna, et dit, en la voyant : Prends courage, ma fille, ta foi t’a guérie (sozo). Et cette femme fut guérie (sozo) à l’heure même.                                                                                                    Matthieu 9 :22

En traduisant sozo par "guéris",  en Ephésiens 2.8 et nous y trouvons un enseignement sur la guérison : C'est par grâce que vous êtes guéris, par le moyen de la foi... c'est un don de Dieu.

La grâce est la main de Dieu qui nous donne. La foi, c'est notre main qui saisit. La main de la foi saisit ce que la main de la grâce nous tend. La foi s'approprie l'objet de la promesse, le saisit pour le transporter de la dimension spirituelle à la dimension physique.

 

Publié dans Le coeur du Père

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article