La souveraineté de Dieu dans notre histoire

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Tout de suite après la chute, Dieu s'est adressé au serpent en disant, Genèse 3.15 : "Je mettrai inimité ou hostilité, entre toi et la femme, entre sa descendance et la tienne : celle-ci t'écrasera la tête et tu lui blesseras le talon".

L'accomplissement de cette prophétie se réalise à travers la souveraineté de Dieu, par la venue de Jésus, il y a 2000 ans sur cette terre, qui par son sacrifice à la croix nous a obtenu le pardon de nos péchés, la réconciliation avec le Père et a vaincu les œuvres du diable. Autour de nous il existe  2 royaumes spirituel: celui de la lumière et celui des ténèbres, 2 dimensions : naturelle et spirituelle.

 

Regardons quelques exemples précis où Dieu nous montre comment il a exercé sa souveraineté.

 

I – Lors de la venue de Jésus sur terre.

Matthieu 2. Visite des mages chez Hérode. Dieu les met en garde, par songe de ne pas retourner vers Hérode qui veut faire périr Jésus (sous l'influence du diable).

Matthieu 2 : 13. Dieu envoie un ange en songe à Joseph pour le prévenir de la situation et lui demande de partir cacher Jésus en Egypte, jusqu'à la mort d'Hérode. Retour de Jésus. Ainsi s'accomplissait une autre prophétie : "J'ai appelé mon fils hors d'Egypte". Voir Osée 11.1 (8 siècles avant Jésus).

Mt 2.16. Massacre des enfants par Hérode. Accomplissement d'une autre prophétie annoncée par Jérémie. 31.15 (7 siècles avant Jésus).

 

II – Souveraineté de Dieu dans la vie de Pierre.

Jean 21 : 18-19. Quant tu étais jeune…mais quand tu seras vieux…un autre te ceindras…tu étendras tes mains…Jésus dit cela pour indiquer par quelle mort il glorifierait Dieu.

Suite Actes 12. Pierre est emprisonné parce qu'il avait prêché le nom de Jésus (entendu par souverain sacrificateur, Ac 4.2). 4.18 : interdiction, Pierre n'obéit qu'à Dieu.

Pierre dormait, enchaîné entre 4 soldats, en prison, la veille de sa condamnation et peut-être de son exécution. Verset 8 : il s'est ceint lui-même. L'ange dit à Pierre "ceint-toi", donc ce n'était pas un autre.

Pourquoi Pierre dormait tranquille ? Il avait présent dans son cœur  et avait foi dans la parole de Jésus : quand tu seras vieux…Il n'était pas encore…donc il croyait que Dieu allait le sortir de cette situation et accomplir la parole de Jésus. Il était en paix et confiant. Verset 12 : l'Eglise priait Dieu. Par son St Esprit, Dieu avait mis à cœur des croyants d'intercéder, ce qui allait déclencher l'intervention des anges pour que la parole de Dieu s'accomplisse.

L'histoire nous apprend que l'apôtre est mort crucifié, dans sa vieillesse à Rome.

 

III – Souveraineté de Dieu dans la vie de David (roi d'Israël).

Dieu, à la demande du peuple d'Israël, a donné un roi : Saül, qui s'est conduit dans la désobéissance. Dieu lui a enlevé l'onction royale et il s’est choisi un autre homme, selon son cœur : David.

Dieu a envoyé le prophète Samuel pour oindre le l'onction un adolescent de Bethlehem, David qui avait sept frères plus âgé.

Samuel pensait avoir choisi le plus grand, le plus fort. Dieu lui a dit non, ainsi pour les six suivants.

Isaï, père de David, le fait aller chercher dans les champs où il gardait les moutons (métier méprisé à l'époque). Mais Dieu confirme à Samuel : "c'est lui que j'ai choisi".

Mais il devait attendre la mort de Saül pour devenir roi. Saül, jaloux de David, à six reprises différentes, essaie de tuer David avec l'épée. A chaque fois, Dieu a fait éviter l'épée de Saül, six fois, à six reprises différentes. L'appel de Dieu sur sa vie devait se réaliser.

Un de ses fils c'est soulevé contre lui pour s'approprier la royauté. David a pris la fuite et s'en ai remis à Dieu qui lui a redonné la royauté.

David a commis l'adultère, fait tuer le mari de la femme. Il s'est repenti devant Dieu. Il a reçu le pardon et Dieu ne lui a pas enlevé la royauté.

Promesse de Dieu à David : Jr 23.5 : "Voici les jours viennent, dit l'Eternel, où je susciterai à David, un germe juste, il régnera en roi et prospérera, il pratiquera la justice et l'équité" : Jésus qui régnera pour toujours sur le trône de David.

Exemple de la souveraineté de Dieu dans la vie d'un naufragé : Le survivant d'un naufrage échoua sur une île inhabitée. Au bout d'un certain temps, il était parvenu à se construire une espèce de hutte dans laquelle il avait réussi à sauver de la catastrophe peu de choses. Il priait Dieu de le délivrer et observait anxieusement l'horizon tous les jours, pour se signaler à tout bateau qui serait passé dans les parages.

Revenant un jour de sa recherche de nourriture, il fût saisi d'horreur à la vue de sa hutte en flammes. Le pire, lui semble-t-il, venait de se produire : tout ce qu'il avait pu sauver du naufrage s'en allait en fumée !

Mais, ce qui au premier abord, semblait être une tragédie et qui, dans son esprit, s'avérait désastreux, était en réalité le moyen de sa délivrance. Dans l'infinie sagesse de Dieu, cette perte apparente était la réponse à son ardente prière. Le jour même, en effet, un bateau arrivait. "Nous avons aperçu le signal de votre fumée", précisa le capitaine.

Oui, ce qui semble être une calamité peut nous amener ensuite à découvrir que Dieu s'en servi pour notre plus grand bien. Il peut s'agir, pour un inconverti, d'une occasion de le rencontrer à travers l'œuvre de Jésus, OU POUR UN AUTHENTIQUE croyant, d'une expérience inoubliable de délivrance et des consolations du Seigneur."

 

Dieu manifeste sa souveraineté dans et à travers l'élection de chacun d'entre nous :

 

Ep 1.4. En Jésus, Dieu nous a élus avant la fondation du monde pour que nous soyons saints et irréprochables devant lui.

Nous sommes élus à la suite d'une élection.

Election = Eklegomai (ek-leg-om-ahée)

  • choisir, élire, faire un choix, choisir pour soi-même.
  • Choisir, un parmi plusieurs, choix des 12 par Jésus.
    Dieu choisissant qui il a jugé convenable pour recevoir ses faveurs pour les séparer des autres êtres humains et pour les garder.
    Dieu le Père, choisissant les chrétiens, ceux qu'il met à part de la multitude incroyante, qui lui sont chers et qui les a rendus citoyens du royaume messianique, par leur foi en Christ.
    Le fondement de ce choix repose en Christ et seulement sur ses mérites.
    Etre élus de Dieu : c'est être choisi par Dieu.
    Election : choix de Dieu. Son élection et son choix sont irrévocables. Son élection est scellée par une alliance.
     
    Elu = bachiyr.
  1. Choisi, élu de Dieu, bien aimé.
  2. Se disant des hommes pieux, des prophètes et du Messie : AT. Tous ceux qui marchent avec Christ, conduits par le St Esprit : NT.
    Election = eklogay (ek-log-ay)
  • Action de choisir, choisir pour soi-même.
  • Action de la libre volonté de Dieu qui avait décrété avant la fondation du monde sa bénédiction pour certaines personnes. Avant la venue de Christ. Toutes qui ont accepté Jésus et vivent…
  • Le décret venant du choix par lequel il est déterminé de bénir à travers Christ seul et sur ses seuls mérites.
  • Une personne ou une choses choisie.
  • Personne choisie : élue de Dieu.
     
    Dans le monde, il y a différentes sortes d'élections : présidentielle / député / conseil municipal.
    Il faut d'abord être éligible, inscrit sur une liste électorale (nationalité, domicile, etc.). Etre candidat : mener une campagne électorale pour se faire connaître. Tenir des réunions, présenter un programme meilleur que le concurrent, passer le cap de la majorité ou des 50 %.
    L'élection est déterminée dans sa durée : 5 ans pour les députés.
     
    L'élection avec Dieu :
    Elle ne se détermine pas par un vote, mais par un choix de Dieu.
     
    L'élection est divine.
    Rm 9 : 10-11. Et de plus, il en fut ainsi de Rebecca qui conçut du seul Isaac notre. Car quoique les enfants ne fussent pas encore nés et qu'ils n'eussent fait ni bien ni mal, afin que le dessein d'élection de Dieu subsista, sans dépendre des œuvres et par la seule volonté de celui qui appelle, il fut dit à Rebecca : "L'aîné sera assujetti au plus jeune, selon que j'ai aimé Jacob et haï Esaü (PDV, j'ai préféré Jacob à Esaü, ou repoussé). Que dirons-nous donc ? Y a t il en Dieu l'injustice ? Loin de là ! Car il dit à Moïse : je ferai miséricorde et j'aurai compassion de qui j'aurai compassion". Ainsi, cela ne dépend ni de celui qui veut, ne de celui qui court, mais de Dieu qui fait miséricorde.
    L'appel de Dieu est sujet de controverse. Certains trouvent cela injuste : aimer Jacob et haïr Esaü.
    Esaü était l'aîné. Haï : mettre en arrière, en second. Dieu a aimé Jacob, car Dieu regarde au cœur. Jacob avait un cœur pour le royaume de Dieu et Esaü pour les choses terrestres avec un cœur partagé.
     
    Dans la nouvelle alliance :
    Jésus nous a choisis. Jn 15.16 / Jn 15.19.
    Tous ceux qui lui appartiennent sont élus, choisis, appelés. Nous avons à répondre à cet appel. Mt 22.14. Car il y a beaucoup d'appelés mais peu d'élus. Tous sont appelés mais peu acceptent l'élection.
    Comment nous préparer pour répondre à cette élection : travailler à cette élection en nous formant, en commençant à servir dans les petites choses et en étant fidèle (Philippe).
    Nous préparer à affronter les difficultés et la persécution. Dans notre appel, nous aurons notre lot de bénédictions mais aussi un prix à payer.
    Esaü a perdu son appel parce qu'il n'a pas pu résister à la faim : pour un plat de lentilles. Il était plus attaché aux choses de la terre qu'à son appel.
    Quelque soit les difficultés, il nous faut rester fidèles dans l'élection de Dieu, même si je ne comprends rien. (Il a sûrement eu tort de parler).
    Prenons le cas de Joseph, mis dans une citerne, vendu comme esclave chez Potiphar, mis en prison, oublié en prison, 15 ans, lui qui avait un appel à régner.
    Ge 50.19. "Joseph leur dit : soyez sans crainte, car suis-je à la place de Dieu ?"
    Ge 50.20. "Vous aviez médité de me faire du mal. Dieu l'a changé en bien pour accomplir ce qui arrive aujourd'hui, pour sauver la vie a un peuple nombreux".
    Joseph a été fidèle à travers les épreuves, même s'il ne comprenait rien.
     
    2 Pi 1.10. C'est pourquoi frères, appliquez-vous d'autant plus à affermir votre vocation, car en faisant cela, vous ne broncherez jamais.
    Donc, il nous faut marcher fidèlement dans le choix de Dieu et c'est lui qui va nous établir. Dieu est juste si nous subissons une injustice, Dieu le voit.
     
    Le choix de Dieu nous interpelle.
    Cela ne dépend pas de celui qui court pour obtenir quelque chose ou se faire remarquer. Le faire dans un but de fidélité.
    Dieu n'est pas socialiste. La révolution nous dit que nous sommes tous égaux, les mêmes droits. Mais Dieu a un plan différent pour chaque personne. Nous devrions nous réjouir quand la main de Dieu se pose sur quelqu'un et que cette personne est bénie.
    Apprendre aux enfants que l'autre puisse être bénie à certains moments.
    1 Corinthiens 1 : 27. Mais Dieu a choisi les choses les plus folles pour confronter les sages. Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes. Dieu a choisi les choses viles du monde et celles qu'on méprise, celles qui ne sont point, pour réduire à néant celles qui sont.
    Dieu regarde au cœur. Son choix est différent du notre car ses critères sont différents. Nous regardons aux choses visibles et sages du monde. Es 55 : 8-9
     Le sceau du Saint-Esprit est sur notre vie, nous lui appartenons. Soyons saints devant Dieu et laissons nous établir par Jésus pour porter du fruit.
     
    Nous sommes sauvés dans un but.
    Ephésiens  2.10. Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d'avance, afin que nous les pratiquions.
     Dieu connaît les œuvres qu'il a préparées pour chacun d'entre nous. Pour que nous les accomplissions, il met des désirs dans nos cœurs.
     
    Comment concilier souveraineté de Dieu et liberté de l'homme ?
    Nous avons été créé libre et Dieu nous a donné une volonté pour que nous soyons libres de nous déterminer pour lui ou contre lui. Nous sommes libres d'accepter sa souveraineté, de rentrer dans le plan qu'il a pour chacune de nos vies ou de refuser.
    Notre liberté c'est d'accepter de rentrer, de collaborer avec Dieu qui veut notre bonheur et notre épanouissement total.

Nous sommes à Christ…nous ne nous appartenons plus. Comment vivre en dehors de son plan si nous voulons passer l'éternité avec lui ?

Publié dans Le coeur du Père

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article