Choisissons le chemin de la vie éternelle

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Dés le début de la Genèse, la Bible nous apprend que l’Eternel met devant nous deux chemins, un qui conduit à la vie éternelle et l’autre à la mort, la mort éternelle. Nous retrouvons ces paroles de multiples fois dans la Bible. L’un et l’autre de ces deux chemins nous conduisent vers deux arbres différents : l’arbre de la vie et l’arbre de la connaissance du bien et de mal. L’Eternel nous prévient que si nous mangeons de ses fruits nous mourrons. Le premier symbolise et annonce Jésus dans la nouvelle alliance.

L’Eternel Dieu fit pousser du sol des arbres de toute espèce, agréables à voir et bons à manger, et l’arbre de la vie au milieu du jardin, et l’arbre de la connaissance du bien et du mal.

L’Eternel Dieu donna cet ordre à l’homme : Tu pourras manger de tous les arbres du jardin ; mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras certainement.

                                                                                                       Genèse 2 : 9 : 16 et 17

Retenons ceci, avant de manger des fruits de l’un ou l’autre de ces arbres, il est nécessaire de marcher vers l’un ou l’autre. C'est-à-dire qu‘entre la tentation et le fait de succomber il faut parcourir la distance qui nous en sépare. Avant d’être séduite, Eve a d’abord vu que les fruits de l’arbre de la connaissance du bien étaient bon  à manger, agréable à la vue, précieux pour ouvrir l’intelligence.

 

 Vois, je mets aujourd’hui devant vous la bénédiction et la malédiction : la bénédiction, si vous obéissez aux commandements de l’Eternel, votre Dieu, que je vous prescris en ce jour ; la malédiction, si vous n’obéissez pas aux commandements de l’Eternel, votre Dieu, et si vous vous détournez de la voie que je vous prescris en ce jour, pour aller après d’autres dieux que vous ne connaissez point.                                                              Deutéronome 11 : 26 à 28

 Vois, je mets aujourd’hui devant toi la vie et le bien, la mort et le mal.  J’en prends aujourd’hui à témoin contre vous le ciel et la terre, j’ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie, afin que tu vives, toi et ta postérité.                                                 Deutéronome 30 : 15 et 19

Le chemin de la vie est une voie qui conduit vers le haut, vers la montagne de Sion. Le chemin qui conduit à la mort est une voie qui descend vers le bas, vers l’enfer. Nous constatons que la bénédiction et la malédiction résulte de notre attitude à choisir l’obéissance ou la désobéissance

 

 

 

Jésus nous confirme l’existence de deux chemins

 

Entrez par la porte étroite ; car large est la porte et spacieux le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là. Mais étroite est la porte et resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent.                                                                                   Matthieu 7 : 13 et 14

Jésus nous apprend qu‘il est la porte étroite et le chemin qui y conduit : Jésus leur dit encore : En vérité, en vérité, je vous le dis, je suis la porte des brebis.

Je suis la porte. Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé ; il entrera et il sortira, et il trouvera des pâturages.                                                                                       Jean 10 : 7 et 9

Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi.                                                                                                              Jean 14 :6

Nous remarquons que Jésus n’a pas dit je suis un des chemins, ni j’ai une vérité, ni un part de la vie. Il nous dit encore aujourd’hui : je suis le chemin, je suis la vérité, je suis la vie. Donc nous n’avons rien à attendre de Bouddha ni de Mahomet, ni de mes bonnes œuvres, ni de ma religion. Il arrive que nos œuvres ne sont que charnelles et motivées par un esprit de fausse compassion.

Le chemin étroit et la porte étroite nous en trouvons les prémices ou l’illustration dans la passerelle et de la porte qui donnent accès à l’arche construite par Noé sur l’ordre de l’Eternel. Noé construisit l’arche selon les normes, les directives de Dieu : Dimensions, disposition, une seule porte, une seule passerelle pour accéder à l’arche. Elle symbolise ce que Jésus dit de lui-même : Je suis le chemin, la vérité, la vie, nul ne vient au Père que par moi.                                                                                                                    Jean14:6

Pas Bouddha ou ou autre dieu, ni mes bonnes œuvres… ni ma religion. Jésus ne dit pas : Je suis un des chemins, mais le chemin.

Il y a une seule porte pour rentrer dans l’arche, dont les dimensions ont été données par Dieu : Une porte étroite qui fait suite à un chemin étroit.

 

Entrez par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là. Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent.                                                                                          Matthieu 7:13-14

L’époque de Noé ressemble à la nôtre : Les gens mangent, boivent, vont en boîtes de nuit, sans se soucier de Dieu, même si beaucoup perdent la vie à la sortie, c'est-à-dire rentrent dans l’éternité des ténèbres, sans s’être posé de questions. Cela ressemble fort à l’attitude du peuple Hébreux dans le désert qui se construisit un veau d’or pour l’adorer : Lorsque Aaron vit cela, il bâtit un autel devant lui, et il s’écria : Demain, il y aura fête en l’honneur de l’Eternel ! Le lendemain, ils se levèrent de bon matin, et ils offrirent des holocaustes et des sacrifices d’actions de grâces. Le peuple s’assit pour manger et pour boire ; puis ils se levèrent pour se divertir.   Exode 32 : 5 et 6

 

L’attitude de Noé.

Par son attitude, Noé exprime le repos et la tranquillité, comme son nom l’indique. Il a attendu l’ordre de Dieu pour faire rentrer les animaux, car Noé ne savait ni le jour, ni l’heure où viendrait le déluge, ni le temps que cela durerait. Seul le Père le sait.

 

Voyons comment l'arche va se remplir

 

Chacun des animaux symbolise un caractère, un cœur et des attitudes d'hommes et de femmes différents. Jésus leur dit : « Vous, vous cherchez à paraître justes devant les hommes, mais Dieu connaît vos cœurs ; car ce qui est élevé parmi les hommes est une abomination devant Dieu. » Nous pouvons nous situer ou nous reconnaître dans ce que représentent ces animaux.

Le premier qui se présente pour rentrer dans l'arche, c'est le cheval : La queue relevée, la crinière au vent, piaffant des quatre pieds, sûr de la puissance de ses muscles; il veut tout contrôler, partir cinq minutes avant l'heure de Dieu. C’est ainsi qu’il se présente avant le kairos de Dieu. C'est pourquoi il faut lui mettre un mors, selon la Bible, pour le conduire, le maîtriser.  

En passant devant la passerelle il crie :

— Hé! Noé, je veux rentrer dans l'arche, je ne veux pas mourir noyé, car j’ai appris qu’il va y avoir un déluge !!!

Noé répond calmement :

— Dieu n'a pas encore dit que c'était le jour de rentrer… Alors pendant le temps qu’il te reste, prépare ton cœur et non tes muscles si tu veux avoir part au nouveau royaume que Dieu va instaurer. Il n'y aura plus de guerre à gagner, donc plus besoin de muscles, mais seulement des cœurs pour adorer Dieu et régner avec lui.

Ce n’est pas dans la vigueur du cheval qu’il se complaît, Ce n’est pas dans les jambes de l’homme qu’il met son plaisir ; L’Eternel aime ceux qui le craignent, Ceux qui espèrent en sa bonté.  

                                                                                                         Psaume 147:10-11

Le cheval est reparti, aussi vite qu’il était venu, personne ne l’a jamais revu. Il manquait de patience, de persévérance. Il croyait pour un temps, alors que Dieu dit : « Mon juste vivra par la foi, mais s’il se retire, mon âme ne prendra point plaisir en lui ». Sa foi ne produisait pas d’œuvres. Le cheval symbolise ceux qui accepteraient le salut en Jésus, à condition  que ce soit un plus pour leur vie. Mais à condition de ne rien abandonner de leur mode de vie actuelle. Le kairos de Dieu nous rappelle le temps de l’impossibilité d’être sauvés avant la venue de Jésus sur terre, de son sacrifice, de sa résurrection et de son retour vers le Père. Le temps de la grâce n’était pas encore ouvert.

Le premier animal qui se présente dans le temps de Dieu devant Noé, c'est la girafe, juste après le feu vert de Dieu; avec ses longues pattes et son long cou, elle voit de loin, elle dit :

— Noé ! La porte est trop basse, je ne veux pas rentrer, il faut que tu élèves la porte. C’est dommage que tu n’y aies pas pensé.

Hé oui ! Il y a des personnes qui savent ce que Dieu aurait dû faire.

Calmement Noé répond :

— J'ai construit la porte selon les mesures et les ordres de Dieu. Car tout ce qui est élevé parmi les hommes est abomination aux yeux de Dieu.

La porte c’est Jésus. Il est le même hier, aujourd’hui, éternellement, alors la porte ne changera pas.

Je suis la porte. Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé ; il entrera et il sortira, et il trouvera des pâturages.                                                        Jean 10 : 9

 Seules les portes éternelles élèvent leurs linteaux pour laisser passer le roi de gloire :

Portes, élevez vos linteaux ; Elevez-vous, portes éternelles ! Que le roi de gloire fasse son entrée.                                                                         Psaumes 24:7

Les portes éternelles   nous parlent de la Jérusalem céleste.

Jésus leur dit : Vous, vous cherchez à paraître justes devant les hommes, mais Dieu connaît vos cœurs ; car ce qui est élevé parmi les hommes est une abomination devant Dieu.                                                                            Luc 16:15

Il a déployé la force de son bras ; Il a dispersé ceux qui avaient dans le cœur des pensées orgueilleuses. Il a renversé les puissants de leurs trônes, Et il a élevé les humbles.                                                                                        Luc 1:51-52

Après avoir entendu ces paroles sortir de la bouche de Noé, ce prédicateur de justice, la girafe accepte d'abaisser sa tête au niveau de son cœur, un cœur d'enfant. Elle a été la première à rentrer dans l'arche et à être sauvée.

 

Puis Noé entend un pas lourd martelant le sol : C'est l'éléphant qui arrive avec sa femelle.

— Hé! Noé,  dit l'éléphant, je ne peux pas rentrer dans l'arche, la porte est trop étroite, et la passerelle ne supportera pas mon poids.

— Tu peux passer, la passerelle est construite non pas selon les normes européennes, mais selon les normes et les directives de Dieu.

La passerelle pour rentrer dans l’arche, c’est Jésus.

 Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi.                                                                                                          Jean 14- 6

 Il te faut tout simplement maigrir en abandonnant tes richesses. Qu'il est difficile à ceux qui ont des richesses d'entrer dans le royaume de Dieu.                                                                                                                 Luc 18:24

— Éléphant, reprend Noé, je te conseille de lire : Amasse-toi des trésors dans le ciel. Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur.                                                                                                                Matthieu 6:20 et 21

— Hé! Noé ! Justement je voulais acheter une cabine de première classe dans l'arche, avec une piscine privée !

Noé répond, toujours calmement :

— Avec Dieu, le salut est gratuit, par le moyen de la foi et par sa grâce, tout est payé, Jésus a payé pour cela sur la croix en donnant sa vie.

— D'accord Noé, j'abandonne tout, et je fais le pas de foi, je rentre, j'abandonne toutes mes prérogatives.

 

Enfin devant l'arche arrive le petit singe.

— Noé ! Je suis trop jeune pour rentrer dans l'arche… La vie est belle… J'ai du succès auprès des jeunes guenons… Et puis si je rentre, je n'aurai plus droit qu'à une seule et toujours la même… Et puis dans l'arche il n'y a pas de liane pour se balancer, ni de banane pour se nourrir ! Je repars, je veux vivre ma vie…

De liane en liane, le voilà qui s'éloigne de l'arche. Il mange banane après banane… C'est bon… Mais elles ont une peau et chaque peau l'éloigne toujours plus de l'arche. Il est en pleine réjouissance, lorsqu'une première goutte tombe sur son pelage…

— Oh! Ce n'est pas méchant. (Il observe le ciel). Il est encore bleu en partie… J'ai encore du temps, je suis jeune et rapide. Le déluge n'est pas encore pour aujourd'hui.

A ce moment là, Dieu commence à remonter le pont-levis pour fermer  l'arche.  Quand le petit singe vit les premières gouttes d’eau tomber, il partit comme un trait, mais ses efforts furent vains.

Le petit singe s'éloigne encore… La pluie s'accélère et commence à couler en ruisseaux sur toute la terre, et elle monte en torrents.

Oh! Il est temps, pense le petit singe, mais l'arche est loin. Il voulait bien le royaume de Dieu, mais le plus tard possible, pour lui permettre de jouir de la vie. Il a regardé le ciel et s'est fié à ce qui était visible Le temps était beau…et puis, il n'était jamais tombé d'eau sur la terre… Quand le petit singe prend conscience de la situation, il se précipite vers l'arche. Il arrive  trop tard, la porte est  fermée. Il frappe de toutes ses forces et crie:

— Noé, ouvre-moi ! C'est moi le petit singe, tu me connais bien, je suis d'accord pour rentrer dans l'arche avec toi.

— Il est trop tard, répond Noé, Dieu a fermé la porte…  Et puis le petit singe a été emporté par les courants, noyé pour l'éternité, ainsi que le lièvre.

Noé soupire:

— Hé oui! Ce n’est pas ceux qui disent : Seigneur, Seigneur, qui seront sauvés, mais ceux qui obéissent à Dieu et à sa Parole, ceux qui l’aiment de tout leur cœur, un cœur sans partage."

 

 

Vous, cher lecteur ou lectrice qui venez de lire ce message, sachez que vous êtes aimé par ce Dieu créateur du ciel et de la terre. Il vous cherche, il attend que vous vous laissiez rencontrer avec lui. Car il a une destinée pour vous, un plan de bonheur, il désire que vous le connaissiez pour vous manifester son amour et que vous deveniez membre de sa famille. Il vous donne et vous ouvre le chemin qui accède directement à son cœur. Ce chemin se nomme Jésus, qui vous dit : Je suis le chemin, la vérité, la vie, nul ne vient au Père que par moi.  

                                                                                                                             Jean14-6


Jésus vous dit: Voici je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi.                                                                                                     Apocalypse 3 : 20

 Oui Jésus frappe à la porte de votre cœur, il attend que vous lui disiez de rentrer. C’est très simple, car Dieu est simple. Il suffit de lui adresser cette prière bien simplement mais bien sincèrement:


Seigneur Jésus je te remercie de ton amour et de ce que tu es venu dan le monde mourir pour moi. Je reconnais que j’ai dirigé ma vie, jusqu’à présent, comme je l’ai décidé et qu’aussi j’ai péché contre toi. Je crois que tu es mort sur une croix et que tu as versé ton sang pour que j’aie le pardon de mes péchés. Je veux te recevoir dans ma vie et obtenir le pardon de mes péchés. Et je t’invite dans mon cœur pour que tu prennes la première place, que tu sois mon Seigneur et que tu diriges ma vie, selon tes lois.
Merci pour le pardon de mes péchés. Fais de moi la personne que tu désires que je sois. Je crois que tu es vivant, ressuscité. Je te remercie d’avoir répondu à ma prière et d’être maintenant dans ma vie

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article