Mon nom est-il connu dans le ciel ?

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Il y a deux manières de connaître qui sont exprimées dans la Bible par deux mots en Grec : « gnosis» et « ginesko » nous trouvons son équivalent en Hébreux avec « yada » qui exprime une connaissance intime ou du cœur. « gnosis » nous parle d’une connaissance intellectuelle ou de la tête.

Posons-nous la question de qui avons-nous besoin d’être connus dans le ciel ?

Le Père

Jésus

Le Saint-Esprit

Les anges et les saints

Nous allons citer deux exemples de personnes qui ne sont pas connues dans le ciel.

Alors toutes ces vierges se réveillèrent, et préparèrent leurs lampes. Les folles dirent aux sages : Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s’éteignent. Les sages répondirent : Non ; il n’y en aurait pas assez pour nous et pour vous ; allez plutôt chez ceux qui en vendent, et achetez-en pour vous. Pendant qu’elles allaient en acheter, l’époux arriva ; celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée. Plus tard, les autres vierges vinrent, et dirent : Seigneur, Seigneur, ouvre-nous. Mais il répondit, Je vous le dis en vérité, je ne vous connais pas. Veillez donc, puisque vous ne savez ni le jour, ni l’heure                         Matthieu 25 : 7 à 13

De tout temps, parmi les chrétiens il a eu des vierges sages et des vierges insensées, même dans les assemblées. Cela nous montre que nous pouvons être au service d’une assemblée et ignorer le service du royaume de Dieu et ne pas être connus dans le ciel.

Retenons la réponse de Jésus à ces vierges insensées : je ne vous connais pas. La porte est  fermée et Jésus ne l’ouvre pas aux inconnus. Posons-nous cette question : suis-je une vierge sage ou une vierge insensée ?

Si nous répondons oui pour la vierge sage, restons en éveil toute notre vie, car nous ne connaissons ni le jour ni l’heure de la venue de Jésus. Si nous nous reconnaissons comme une vierge insensée, repentons-nous pendant que nous avons encore la possibilité et devenons une vierge sage.

Car apparemment rien ne distingue les vierges sages des vierges insensées, si ce n’est que les vierges sages portent une réserve d’huile. Elle nous parle d’une onction fraîche du Saint-Esprit, d’une consécration recherchée et entretenue.

Nous allons prendre un deuxième exemple que Jésus nous cite toujours dans l’évangile de Matthieu : Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais seulement celui qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom ? N’avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? Et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ? Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité.

                                                                                                          Matthieu 7 : 21 à 23

Voici ce même passage dans la version Parole Vivante : « Pour entrer dans le Royaume des cieux, il ne suffit pas de me dire : “Seigneur, Seigneur !” Il faut aussi faire la volonté de mon Père qui est dans les cieux. Quand je viendrai pour juger les gens, beaucoup me diront : “Seigneur, Seigneur, c’est en ton nom que nous avons parlé, c’est en ton nom que nous avons chassé les esprits mauvais ! C’est en ton nom que nous avons fait de nombreux miracles !”Alors je leur dirai : “Je ne vous ai jamais connus. Allez–vous-en loin de moi, vous qui faites le mal !” »

La réponse de Jésus reste sans appel, sans recours en grâce : je ne vous ai jamais connus. Seigneur, Seigneur, Jésus ne regarde pas ne se laisse pas séduire par des paroles. Il regarde au cœur, aux fruits et aux motivations.

Ce jour-là désigne le jour où nous comparaîtrons, chacun d’entre-nous, devant le tribunal de Jésus-Christ : Car il nous faut tous comparaître devant le tribunal de Christ, afin que chacun reçoive selon le bien ou le mal qu’il aura fait, étant dans son corps.                                                2 Corinthiens 5 : 10

Nous allons reprendre le début des paroles de Jésus : Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais seulement celui qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux.

Nous remarquons que dans ce passage Jésus s’adresse à tous : Ceux qui me disent. La suite nous montre que la réponse est personnelle, elle nous appartient à chacun d’entre-nous chrétiens : mais seulement celui qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. Sur terre, Jésus a toujours cherché la volonté de son Père et s’y est soumis.

Qu’est-ce qui distinguent ceux qui sont connus et ceux qui ne le sont pas ? La réponse se trouve dans ces paroles de Jésus : mais seulement celui qui fait la volonté de mon Père. Nous trouvons deux catégories de chrétiens : ceux qui accomplisse la volonté du Père et ceux qui ne la font pas.

Nous avançons quatre possibilités :

-Acceptation de l’élection ou refus

En lui Dieu nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et irréprochables devant lui.                                                    Ephésiens 1 : 4

En jésus notre Père céleste nous a élus avant l’existence du monde. Ce n’est pas nous qui élisons notre Dieu, comme dans nos systèmes démocratiques. Avec Dieu nous sommes en théocratie, c’est lui qui vote pour nous, nous élit et nous sommes tous élus. Ensuite il nous appartient, personnellement, de rentrer dan son élection ou de l’ignorer. Malheureusement peu de chrétiens acceptent de rentrer dans leur élection. Il nous a élus et équipés avec des dons et des talents différents, selon notre personnalité. Donc n’envions pas ou tel serviteur de Dieu qui peut sembler grand et privilégié à nos yeux ou particulièrement béni.

Dans un gouvernement démocratique tous ne sont pas premier ministre. Il en est de même avec Dieu et il n’apprécie pas les photocopies, ni les clones, ni les envieux, car il a créé la diversité et la complémentarité.

Ceux et celles qui acceptent et agissent dans son élection lui sont chers. Jésus apprécie ceux qui croient en son Nom, annonce sa Parole, se tiennent dans la volonté du Père et Jésus confirme sa Parole.

Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation. Nous faisons donc les fonctions d’ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous ; nous vous en supplions au nom de Christ : Soyez réconciliés avec Dieu !

                                                                                                  2 Corinthiens 5 : 18 et 20

Comment manifester la réconciliation ?

Bien sûr en étant ouvrier de paix chaque fois que l’occasion se présente à nous, en ne mettant pas du bois sur le feu. La Bible nous dit qu’avant de donner notre vie à Jésus nous sommes tous ennemis du Père et fils ou fille de la rébellion. Aussi quand nous amenons une âme à la repentance et à la réconciliation avec le Père, nous devenons vraiment des ambassadeurs de la réconciliation. Alors ne craignons pas de propager la bonne nouvelle de l’évangile. Cela consiste à annoncer l’œuvre de Jésus accomplie sur la croix et à continuer son ministère.

-Confusion entre les dons du Saint-Esprit et le fruit de l’Esprit

Les dons du Saint-Esprit sont donnés à chacun selon sa volonté du Saint-Esprit. Les fruits qui en résultent ne nous appartiennent pas, même si nous avons été le canal utilisés dans un miracle. Toute la gloire en revient à Dieu. N’imitons pas Satan qui voulait garder la gloire qui revenait à Dieu en sa faveur.

Par contre le fruit de l’Esprit nous parle de notre caractère qui doit devenir de plus en plus semblable à celui de Jésus. Dans nos vies nous avons à cultiver : l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, la douceur, la maîtrise de soi. C’est ce fruit que le Père recherche dans nos vies et chacune de ses facettes.

-Sans l’amour je suis comme une cymbale qui résonne

Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n’ai pas l’amour, je suis un airain qui résonne, ou une cymbale qui retentit. Et quand j’aurais le don de prophétie, la science de tous les mystères et toute la connaissance, quand j’aurais même toute la foi jusqu’à transporter des montagnes, si je n’ai pas l’amour, je ne suis rien. Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres, quand je livrerais même mon corps pour être brûlé, si je n’ai pas l’amour, cela ne me sert à rien.                                                                                           1 Corinthiens 13 : 1 à 3

-Travailler afin de se faire un nom

Ils dirent encore : Allons ! Bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet touche au ciel, et faisons-nous un nom, afin que nous ne soyons pas dispersés sur la face de toute la

terre.                                                                    Genèse 11 : 4

 

C’est de lui, et grâce à tous les liens de son assistance, que tout le corps, bien coordonné et formant un solide assemblage, tire son accroissement selon la force qui convient à chacune de ses parties, et s’édifie lui–même dans l’amour.

                                                                                                                  Ephésiens 4 : 16

Si mon nom est connu dans le ciel, je travaille au sein du corps de Jésus-Christ dont il est la tête, c'est-à-dire qu’il est aux commandes et je lui suis soumis comme lui-même était soumis au Père. Je suis en alliance avec Jésus le Père et les membres du corps de Christ. La vie doit couler dans tous les membres, aucun ne peut s’exclure de ce principe.

Nous donc aussi, puisque nous sommes environnés d’une si grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte.

                                                                                                                     Hébreux 12 : 1

Quand nos noms sont connus dans le ciel, la nuée de témoins dans le ciel nous observent et nous regardent afin de voir comment nous prenons le relais des générations précédentes et comment nous transmettons le témoin aux générations qui nous suivent, comme dans une course. Dans une course relais, par exemple un 4x100 se court par équipe de quatre athlètes. Le premier de l’équipe court 100 mètres et transmet le témoin à celui qui prend le relais, ainsi en est-il du troisième et du quatrième. Chaque membre court l’un après l’autre, l’enchainement de la course se faisant par le passage du témoin ou évangile. Nous aussi nous avons le témoin de la course, comment le transmettons-nous ?

C’est une image illustrant ce que devrait être la coordination entre les générations qui œuvrent à la propagation de l’évangile. Nous sommes bénéficiaires de l’expérience acquise par la génération précédente. Nous le constatons dans certaines familles où nous trouvons des pasteurs depuis trois ou quatre générations.

La nuée de témoins nous observent également afin de voir comment nous nous saisissons de leur héritage, de leurs manteaux etc.

 

Jésus lui répondit : Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera ; nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui.

                                                                                                                          Jean 14 : 23

Nous viendrons habiter en lui Est-ce que le Père et Jésus habitent non pas en nous, mais en moi ? Nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui.

Voici l’exemple homme dont le nom est connu dans le ciel, c’est l’Eternel lui-même qui le dit : L’Eternel dit à Moïse : Je ferai ce que tu me demandes, car tu as trouvé grâce à mes yeux, et je te connais par ton nom. Exode 33 : 17

 

 Le monde des ténèbres sait si nous avons une intimité avec Jésus et une obéissance à la Parole de Dieu : Quelques exorcistes juifs ambulants essayèrent d’invoquer sur ceux qui avaient des esprits malins le nom du Seigneur Jésus en disant : je vous en conjure par Jésus que Paul prêche ; l’esprit malin leur répondit : je connais Jésus et je sais qui est Paul, mais qui êtes vous ? Et l’homme dans lequel était l’esprit malin s’élança sur eux, se rendit maître de deux d’entre eux et les maltraita (Ischus) de telle sorte qu’ils s’enfuirent de cette maison nus et blessés.                                 Actes 19 : 13 à 15 

 

Jacob (ce qui signifie l’usurpateur) change de nom

 

 Il dit : Laisse-moi aller, car l’aurore se lève. Et Jacob répondit : Je ne te laisserai point aller, que tu ne m’aies béni. Il lui dit : Quel est ton nom ? Et il répondit : Jacob. Il dit encore : ton nom ne sera plus Jacob, mais tu seras appelé Israël ; car tu as lutté avec Dieu et avec des hommes, et tu as été vainqueur.                                                                                       Genèse 32 : 26 à 28

L’Eternel change le nom d’Abram et devient Abraham. C’est à dire qu’il met une partie de son propre nom, le H de YAVHE. Ainsi Abraham devient l’ami de l’Eternel et un intercesseur puissant lors de la destruction de Sodome et Gomorrhe : On ne t’appellera plus Abram ; mais ton nom sera Abraham, car je te rends père d’une multitude de nations.                                             Genèse 17 : 5

Alors l’Eternel dit : Cacherai-je à Abraham ce que je vais faire ?…Abraham deviendra certainement une nation grande et puissante, et en lui seront bénies toutes les nations de la terre.                                          Genèse18 : 17 et 18

Abraham s’approcha, et dit : Feras-tu aussi périr le juste avec le méchant ?

                                                                                                                      Genèse 18 : 23

Ceux qui travaillent pour se donner un nom ou construire leur propre royaume agressent et font souffrir les membres du corps de Christ : Alexandre, le forgeron, m’a fait beaucoup de mal. Le Seigneur lui rendra selon ses œuvres.                                                                                2 Timothée 4 :14

Prenez garde à vous–mêmes, afin que vous ne perdiez pas le fruit de votre travail, mais que vous receviez une pleine récompense.                           2 Jean 8

 

Celui qui vaincra, je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu, et il n’en sortira plus ; j’écrirai sur lui le nom de mon Dieu, et le nom de la ville de mon Dieu, de la nouvelle Jérusalem qui descend du ciel d’auprès de mon Dieu, et mon nom nouveau.                                                                        Apocalypse 3 : 12

L’amitié de l’Eternel est pour ceux qui le craignent, Et son alliance leur donne instruction.                                                                                            Psaumes 25 : 14

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article