Comment établir le fondement de la sagesse dans nos vies ?

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Proverbes 1-7 : la crainte de l'Eternel est le commencement de la science (ou connaissances) les insensés méprisent la sagesse et l'instruction.

Voici le même verset dans la version nouvelle Bible Segond : la crainte du Seigneur est le commencement de la connaissance, la sagesse et l'instruction, voilà ce que les imbéciles méprisent.

Insensé ou fou, en Hébreu, ne s'applique pas du tout à un aliéné. Mais plutôt à celui qui fait preuve d'arrogance, et préfère organiser sa vie sans Dieu.

La crainte n'est que le commencement, la porte d'entrée. La crainte doit être suivie de l'obéissance totale, une obéissance de chaque jour, non pas une obéissance d'esclave à maître, mais une obéissance dans l'amour, filiale. Il nous est dit de Jésus : Esaie 11-3 : il respirera la crainte de l'Eternel.

C'est à dire que la crainte de l'Eternel imprègne, façonne tout son être. Elle vient du cœur rempli de la crainte avant de s’exprimer vers l’extérieur. Chaque fibre de son être, chaque cellule de sa personne, respire la crainte de l'Eternel.

Maintenant regardons la vie de foi de cet homme nommé Noé, qui était rempli de la crainte de l’Eternel, au milieu de sa génération perverse, il a trouvé grâce aux yeux de Dieu. Il était un homme intègre. Noé marchait avec Dieu.

Hébreux 11 : 7 : nous parle de Noé : c'est par la foi que Noé, divinement averti des choses qu'on ne voyait pas encore, et saisi d'une crainte respectueuse, construisit une arche pour sauver sa famille. C'est par elle qu'il condamna le monde.

 

Il est écrit qu’il fut saisi d'une crainte respectueuse, nous pouvons dire d'une crainte amoureuse de Dieu. L'amour suprême nous pousse à exprimer le respect et même l’admiration. Même si ce n'est pas écrit, il est certain, en contrepartie et dans sa grâce, que Dieu lui a donnée toute la sagesse  dont il avait besoin pour construire cette arche de 150 m de long, 25 m de large et 15 m de hauteur. Il nous est dit que Noé a été obéissant jusqu'à dans les plus petits détails.

 

 La sagesse averti

 

Proverbes 1-20 et suivant : la sagesse  crie dans les rues, elle élève sa voix dans les places. Elle crie à l'entrée des lieux bruyants, aux portes de la ville elle fit entendre ses paroles : Jusqu'à quand, stupides, aimerez-vous la stupidité ? Jusqu'à quand les moqueurs se plairont il a la moquerie ?  Et les insensés haïront-ils  la science ?

Tournez-vous pour écouter les réprimandes ! Voici je répandrai sur vous mon Esprit, et je vous ferai connaître mes paroles...Mais celui qui m'écoute reposera avec assurance. Et vivra tranquille et sans craindre aucun mal.

Nous retrouvons le même texte en Proverbes 8- 1 à 8 : La sagesse ne crie t’elle pas ?

L’intelligence n’élève-t-elle pas sa voix ? En c'est au sommet des hauteurs près de la route, c'est à la croisée des chemins qu'elle se place. À côté des portes, à l'entrée de la ville, à l'intérieur des portes, elle fait entendre ses cris : hommes, c'est à vous que je crie, et ma voix s'adresse aux fils de l'homme. Stupides apprenez le discernement, insensé, apprenez l'intelligence. Écoutez, car j'ai de grandes choses à dire, et mes lèvres s'ouvrent pour enseigner ce qui est droit. Car ma bouche proclame la vérité. Et mes lèvres ont en horreur le mensonge, toutes les paroles de ma bouche sont justes.

 

Nous constatons que la sagesse se tient partout, et notamment là où circule les personnes. Celles qui marchent ou sont en activité. Partout la sagesse annonce la bonne nouvelle de l'Évangile. Partout où les gens cherchent, échangent, discutent, la sagesse est présente. Même dans les lieux bruyants, c'est-à-dire là où sont annoncées toute sorte de nouvelles, bonnes ou mauvaises, la sagesse manifeste sa présence en élevant la voix. Aujourd'hui ces lieux représentent par exemple les places du marché. Les portes  symbolisent les lieux où la justice  est rendue.

 Luc 8-1 Jésus allait de ville en ville, et de village en village, prêchant la bonne nouvelle  du royaume.

Luc 19 : 22 : Jésus traversait les villes et les villages, enseignant, et faisant route vers Jérusalem.

Jésus est la sagesse personnifiée, il n'attendait pas que les gens viennent à lui, ou se rendent à la synagogue. Non il se déplaçait, la sagesse était vraiment en mouvement pour rencontrer les gens dans leurs besoins.

Voilà les résultats : Matthieu 11 --5 : les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, et  la bonne nouvelle est annoncée aux pauvres.

C'est-à-dire à tous ceux qui reconnaissent avoir besoin de l'intervention ou du toucher de Dieu dans leur vie, prêchant la bonne nouvelle du royaume et guérissant toute maladie et  toute infirmité. Matthieu 9 : 35 : Jésus parcourait toutes les villes et les villages enseignant dans les synagogues

Marc 6-54 à 56 les gens, ayant aussitôt reconnu Jésus parcoururent tous les environs. Et l'on se mit à apporter les malades sur des lits, partout où l'on apprenait qu'il était. En quelque lieu qu'il arrive dans les villages, dans les villes, ou dans les campagnes, on mettait les malades sur les places publiques, et on le priait de leur permettre seulement de toucher le bord de son vêtement, et tous ceux qui le touchaient étaient guéris.

A travers la lecture de ces versets nous constatons que la sagesse (jésus) était constamment en mouvement, pour annoncer la bonne nouvelle du salut, pour guérir, délivrer, manifester l’amour, la compassion du Père.

 

Le désir du cœur du Père, c'est que le méchant sorte de ses voies et qu'il vive.

Ezéchiel 18 : 21 : si le méchant revient de tous les péchés qu'il a commis, s'il observe toutes mes lois et pratique toute la droiture et la justice, il vivra, il ne mourra pas. Toutes les transgressions qu'il a commises seront oubliées, il vivra à cause de l’obéissance à la Parole. Ce que je désire, est-ce que le méchant meurt ? dit le Seigneur l'Eternel. N'est-ce pas qu'il change de conduite et qu'il vive.

C'est pour cela que la sagesse doit parler.

Romains 10 : 14 : comment invoquons-t-il  celui en qui ils n'ont pas cru ?

Et comment croirons-t-il en celui dont ils n'ont pas entendu parler ? Et comment en entendront-ils parler s'il n'y a personne qui prêche.

Cela ne veut pas dire seulement à l'intérieur d'une assemblée le dimanche, mais sur les lieux de travail, dans les magasins, dans les écoles etc.

 

 Comment la sagesse  avertit-elle ?

 

Par la prédication de la croix. Car Dieu ne veut qu'aucun homme ne se perde. À la place de stupide nous pouvons mettre : naïf,  ignorant, sot, ceux qui se complaisent dans des sottises, c'est-à-dire tout ceux qui refusent ou haïssent la lumière de l'Évangile.  C’est par la prédication de la croix qui est une folie pour ceux qui périssent, mais pour nous qui sommes sauvés, elle une puissance de Dieu, et   Dieu, dans sa sagesse, avertit les hommes et leur demande de choisir la voie de la vie et de quitter la voie de la stupidité, c'est-à-dire de la mort.

 

1 Corinthiens 2- 6 à 8 : cependant, c'est une sagesse que nous prêchons parmi les parfaits, sagesse qui n'est pas de ce siècle, ni des chefs de ce siècle, qui vont être réduit à l'impuissance. Nous prêchons la sagesse de Dieu, mystérieuse et cachée, que Dieu, dans les siècles, avait prédestiné pour notre gloire. Sagesse  qu'aucun chef de ce siècle, n'a connue, car, s'ils l’avaient connue, ils n’auraient pas crucifié le Seigneur de gloire.

 

Voici quelques exemples d'homme qui ont averti, crié, annoncé l'Évangile par la prédication de la croix tout en étant conduit par l'esprit de sagesse.

Étienne était un homme rempli du Saint-Esprit. Actes 6- 9 à10 : quelque membre de la synagogue des affranchis, de celle des Cyrénéens et de celle des Alexandrins, avec les Juifs  de Cilicie et d'Asie, se mirent à discuter avec lui, mais ils ne pouvaient résister à sa sagesse, et à l'Esprit par lequel il parlait.

Actes 7 : lorsque Étienne va être lapidé par les pharisiens nous retrouvons là même, la manifestation de l'Esprit de sagesse qui avertit et crie :

Actes 7-54 et 55 : en entendant ces paroles ils étaient furieux dans leur cœur, et ils grinçaient des dents contre lui. Mais Étienne rempli du Saint-Esprit, et fixant les regards vers le ciel, vit la gloire de Dieu et Jésus debout à la droite de Dieu. Et il dit : Voici je vois les Cieux ouverts, et le Fils de l'homme debout à la droite de Dieu.

Jean-Baptiste aussi a averti, pressé par l'Esprit de sagesse, il disait : Repentez-vous car le Royaume de Dieu est proche. Préparez le chemin du Seigneur.  Aplanissez ses sentiers.

Tous les habitants de Jérusalem, de toute la Judée, et de tout le pays des environs du Jourdain, se rendaient auprès de lui. Mais voyants venir à son baptême  (baptême de repentance) beaucoup de pharisiens et des sadducéens, il dit : races de vipères qui vous a appris à fuir la colère ? Produisez donc du fruit digne de la repentance.

Prenons le cas de Pierre : le jour de la Pentecôte à Jérusalem : Actes 2-6 : Au bruit qui eut lieu la multitude accourue.

Actes 2 - 14 : Alors Pierre, se présenta avec les 11 et  éleva la voix Il leur parla en ces termes.

Actes 2 – 22 et 23 : hommes Israélites, écouté ces paroles ! Jésus de Nazareth, cet homme à qui Dieu a rendu témoignage devant vous par les miracles, les prodiges, et les signes qu’il a opéré par lui au milieu de vous, comme vous le savez vous-mêmes, cet homme, livré selon le dessein arrêté et selon la prescience de Dieu, vous l'avez crucifié, vous l'avez fait mourir par la main des impies.

 Dieu l'a ressuscité, en le délivrant des liens de la mort, parce qu'il n'était pas possible qu'il soit retenu par elle.

Hommes frères, qu'il me soit permis de vous dire librement au sujet du patriarche David, qu'il a été enseveli et que son sépulcre existe encore aujourd'hui parmi nous.

Comme il était prophète et qu'il savait que Dieu lui avait promis avec serment de faire asseoir un de ses descendants sur son trône. C'est la résurrection du Christ qu'il a prévu  et annoncée en disant qu'il ne serait pas abandonné dans le séjour des morts et que sa chair ne verrait pas la corruption. C'est ce Jésus que Dieu, a ressuscité, nous en sommes tous témoins.

Que  toute la maison d'Israël sache donc avec certitude que Dieu a fait Seigneur et Christ ce Jésus que vous avez crucifié.

Après avoir entendu ce discours ils eurent le cœur vivement touché, et ils dirent à Pierre et aux autres apôtres : hommes frères, que ferons-nous ?

Pierre leur dit : Repentez-vous et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, à cause du pardon de vos péchés, et vous recevrez le don du Saint-Esprit et par plusieurs autres paroles il les conjurait et les exhortait, disant : sauvez vous de cette génération perverse. Ceux qui acceptèrent sa parole furent baptisés, et, en ce jour là, le nombre des disciples augmentait d'environ 3000 à âmes.

Maintenant c’est à nous de crier, d’avertir, d’aller sur les places publiques, aux portes de la ville pour annoncer la bonne nouvelle de l’évangile aux perdus. C’est à nous qu’est donné le ministère de la réconciliation entre Dieu et les hommes et d’en sauver le maximum en prêchant Christ crucifié. Puisque le monde ne peut connaître Dieu, avec sa sagesse, l’Esprit de sagesse nous est donné pour cela. Considérez, frères, que parmi vous qui avez été appelés il n'y a ni beaucoup de sages selon la chair, ni beaucoup de puissants, ni beaucoup de nobles.

 Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages,  Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes, et Dieu a choisi les choses viles du monde et celles qu'on méprise, celles qui ne sont pas, pour réduire a néant celle qui sont.

Afin que personne ne se glorifie devant Dieu. Or, c’est par lui que vous êtes en Jésus-Christ qui, par la volonté de Dieu, a été fait pour nous sagesse, justice, sanctification, et rédemption, afin, comme il est écrit, que celui qui se glorifie se glorifie dans le Seigneur. Pour moi, frères, lorsque je suis allé chez vous, ce n'est pas avec une supériorité le langage ou de sagesse que je suis allé vous annoncer le témoignage de Dieu.

Car Je n'ai pas eu la pensée de savoir parmi vous autres chose que Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié.

 J’étais auprès de vous dans un état de faiblesse, de crainte, et de grand tremblement. Et ma parole et ma prédication ne reposait pas sur des discours persuasifs de la sagesse, mais sur une démonstration d'Esprit et de puissance. Afin que votre foi  sois fondée, non sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu.

Cependant, c'est une sagesse que nous prêchons parmi les parfaits, sagesse qui n'est pas de ce siècle, ni des chefs de ce siècle, qui vont être réduit à l'impuissance. Nous prêchons la sagesse de Dieu mystérieuse cachée, que Dieu avant les siècles avait prédestinés pour notre gloire, sagesse qu'aucun des chefs de ce siècle n'a connue, car, s'il l’avait connue, il n'aurait pas crucifié le Seigneur de    gloire.

La sagesse délivre du mal.

Proverbes 2- 1 à 22 : voici les conditions à observer pour que la sagesse délivre du mal : recevoir les paroles de Dieu, garder ses préceptes, avoir une oreille attentive et garder son cœur.

Je appelé la sagesse, élevé ma voix vers 16 et la poursuivre comme un trésor. L'Eternel la tient en réserve pour les hommes droits. Elle est un bouclier pour ceux qui marchent dans l'intégrité. Elle donne la réflexion pour garder de la voie du mal et de l'homme pervers elle permet de garder les sentiers des justes, et aux hommes intègres d'y rester.

Pour cela nous devons recevoir, garder, cela signifie qu'il y a danger de perdre. Nous avons l'obligation de rendre nos oreilles attentives à la sagesse, c'est-à-dire à Jésus et ses paroles.

Esaie 50 -4b : Le Seigneur, l'Eternel, m'a donné une langue exercée pour que je sache  soutenir par la parole celui qui est abattu.

Il éveille, chaque matin, il éveille mon oreille, pour que j'écoute comme écoute les disciples. Demandons à Dieu d'ouvrir nos oreilles, et d’écouter ses paroles comme écoutent les disciples.

Demandons à Dieu d'ouvrir nos oreilles, et d'écouter sa parole comme écoutent les disciples.

Ne soyons pas comme les Pharisiens a qui le Saint Esprit, par les paroles qui sortent de la bouche d’Étienne : hommes incirconcis de coeur et d'oreilles. La tradition, l'esprit religieux les a rendus sourds aux paroles de l'Évangile.

Relevons les verbes qui suivent dans ces versets :

Incliner mon cœur : incliner ici signifie : se pencher vers, se courber vers, se plier, se tourner vers. Incliné dénote une attitude d'humilité pour recevoir.

Ensuite nous trouverons les verbes : Appelez la sagesse, élevé la voix, chercher comme l'argent, poursuivre comme un trésor.

Et c’est seulement après que nous pourrons comprendre la crainte de l'Eternel, trouver la connaissance de Dieu, la sagesse de sa bouche sorte la connaissance et l'intelligence.

Il tient en réserve le salut pour les hommes droits.

Il est un bouclier pour ceux qui marchent dans l'intégrité. En nous protégeant les sentiers de la justice, l'équité, la droiture, toutes les routes qui mènent aux païens.

 Car la sagesse viendra dans ton cœur et la connaissance fera les délices de ton âme. La réflexion veillera sur toi, l'intelligence du quart d'heure. Pour te délivrer de la voie du mal, de l'homme qui tient des discours pervers.

 

  La sagesse récompense

 

Proverbes 3 : mon fils n'oublie pas mes enseignements ou la sagesse, et que ton cœur garde mes préceptes : la sagesse prolonge les jours et les années de ta vie. Elle augmente la paix.

 

 

Publié dans Le bénéfice du sang

Commenter cet article