La pollution spirituelle engendrée par l'empereur Constantin

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Les médias nous parlent beaucoup, à juste titre, des pollutions des rivières ou des fleuves, provoquées, par des produits radioactifs, ou  d’autres produits toxiques. Les dégâts sont souvent considérables : Les poissons meurent, l’eau devient impropre à tous usages. Nous en trouvons un exemple dans l’actualité avec les boues rouges qui détruisent la faune et la flore dans une partie de la mer Méditerranée.

Il existe des pollutions spirituelles, bien plus graves, que les pollutions naturelles même elles sont à éradiquer. Car elles mettent en danger de mort, spirituelle ou éternelle, la vie de beaucoup de personnes.

Jésus nous dit, que ceux qui croiront en lui des fleuves d’eau vive couleront de son sein.

 Le dernier jour, le grand jour de la fête, Jésus, se tenant debout, s’écria : Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et qu’il boive.

 Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive couleront de son sein, comme dit l’Ecriture. Il dit cela de l’Esprit que devaient recevoir ceux qui croiraient en lui ; car l’Esprit n’était pas encore, parce que Jésus n’avait pas encore été glorifié.                         Jean 7 : 37 à 39 

 

La « conversion » de l’empereur Constantin est venue souiller, dénaturer, frelater ces fleuves d’eau vive.

A cette époque où l'Empereur Constantin se convertit au christianisme, il  apporte une eau trouble, empoisonnée. Il fit du christianisme en quelque sorte, une religion d'Etat où s'unissent la religion et la politique. Constantin, tout en embrassant le christianisme, servait d'autres dieux, dont le dieu Soleil : Sol Invictus (en latin) ou  Soleil Invaincu. Il s'agit d’un mariage, d’une alliance occulte, entre le christianisme, la politique et les cultes offerts aux autres dieux sous le règne de Constantin et que lui-même adore. Il est adorateur

 Constantin accorde la liberté religieuse, pour toute religion. Le mariage entre le christianisme  et la politique marque le début d'une lente décomposition spirituelle et morale de l'Eglise. La présence du Saint-Esprit avec la puissance et la gloire se retire. La nouvelle naissance sans laquelle personne ne verra ou n’entrera dans le royaume de Dieu n’est plus enseignée. Les responsables recherchent le pouvoir. L'Eglise s'enfonce dans les ténèbres par l'acceptation de doctrines erronées. C'est ainsi que sont entrées et pratiquées, et notamment deux doctrines dénoncées par Jésus.

-La doctrine des Nicolaïtes que Jésus dénonce la lettre adressée à l’église de Pergame :

De même, toi aussi, tu as des gens attachés pareillement à la doctrine des Nicolaïtes. Repens-toi donc ; sinon, je viendrai à toi bientôt, et je les combattrai avec l’épée de ma bouche.                                                                                                      Apocalypse 2 : 15 et 16

La doctrine des Nicolaïtes, enseigne, qu’il existe deux catégories ou deux classes  de croyant : les prêtres et les fidèles. La catégorie des prêtres dominent sur les fidèles.

Nous constatons que les oiseaux de Satan viennent pour se nicher et se reproduire. En effet, quand les oiseaux construisent un nid dans un arbre, rapidement nous y voyons des petits qui se multiplient à leur tour.

La Parole de Dieu est diluée avec les doctrines apportées par Constantin. En perdant sa pureté, elle n’est plus la pure vérité, et la puissance la quitte.

Ce christianisme dilué et au rabais, attire un grand nombre de personnes. Ce christianisme ne dérange personne, mais ne change pas les cœurs. Elles peuvent continuer de pratiquer les rites des religions dont elles sont issues, tout comme Constantin. C’est dans ces circonstances que Pâques est née.

Signalons une autre conséquence désastreuse, l’entrée du gnosticisme dans l’Eglise, c'est-à-dire un mélange de doctrines variées de diverses religions. L’empereur Constantin, n’a jamais renoncé aux siennes.

Le dictionnaire : le petit Robert, nous dit : gnosticisme : Ensemble des doctrines de la gnose, qui apparurent le deuxième siècle après Jésus-Christ, c’est par le gnosticisme que l’Eglise fit sa jonction avec les mystères antiques, c'est-à-dire de Babylone.

Le petit Robert nous dit encore : éclectisme philosophique prétendant à concilier toutes les religions et à en expliquer le sens profond par une connaissance ésotérique des choses divines, communicables par tradition et par initiation.

Même, aujourd’hui, les médias, s’insurgent contre le christianisme qui ne s’aligne pas sur « l’évolution des mœurs » Nous, nous appelons cela : de la dégradation des mœurs, ou de la provocation à la dégradation des mœurs.

Retenons les paroles de Jésus dans Matthieu 5-13 à 16 : Elles nous serviront de conclusion pour cette partie, car à travers l’influence de l’empereur Constantin, le message de l’évangile, s’est vraiment affadi, il est devenu sans saveur, et la lumière de l’évangile a été placée sous le boisseau :

Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra–t–on ? Il ne sert plus qu’à être jeté dehors, et foulé aux pieds par les hommes.

  Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée ;

 et on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais on la met sur le chandelier, et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison.

 Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu’ils voient vos bonnes œuvres, et qu’ils glorifient votre Père qui est dans les cieux.

Par le concile de Nicée, et les suivants, l'Eglise se dissocie des fêtes juives, et du calendrier des fêtes juives ou de la Bible avec un arrière-fond d’antisémitisme profond. Elle rejette Israël.

Certains même osent se proclamer comme étant le nouvel Israël. Ils ignorent la fidélité de Dieu à son peuple.

Le Concile de Nicée fixe la fête de Pâques et non la Pâque, le premier dimanche après la pleine lune du printemps, c'est-à-dire celle qui suit le 21 mars.

 Lorsque la lune est pleine,  c’est un signe de fertilité, pour la déesse Astarté, et les doctrines qui émanent de la religion babylonienne, avec tous ses mystères.

Retenons bien, que cette fête de Pâques, se célèbre toujours un dimanche, c'est-à-dire : Sunday,  en anglais, le jour du dieu soleil ou Soleil Invaincu (Sol Invictus en latin) dont l’empereur Constantin est un adorateur.

Comme nous nous venons de le  démontrer, cette date correspond à la fête de la divinité babylonienne dont nous avons parlé ci-dessus.

 En réalité la fête de Pâques  tire ses racines et un héritage venant du paganisme babylonien, qui prépare la venue de l’Antichrist. Cette semence dans nos vies, agit comme la piqûre d’une mouche tsé tsé. Elle nous rend somnolents, sur le plan spirituel. Elle risque de nous entrainer dans la mort éternelle.

Si nous ne réagissons pas elle va nous entraîner dans la mort spirituelle, certes nous  trouverons un confort physique agréable, émotionnel pour nos âmes et nos corps mais mortels pour notre esprit. Nous allons nous reposer la question des disciples à Jésus : comment cela ce produit il ? Mais, pendant que les gens dormaient, son ennemi vint, sema de l’ivraie parmi le blé, et s’en alla.                                                 Matthieu 13 : 25

Un ennemi a semé de l’ivraie pendant que les gens dormaient spirituellement.

Il nous est possible de nous contenter de ronronner avec quelque verset biblique. Ils ne sont pas suffisants pour continuer notre croissance spirituelle. Il est aussi important, sinon plus, de nourrir notre esprit. Posons-nous la question suivante : dans quel état est mon esprit ? Squelettique ou normal.

Ne pratiquons jamais le jeûne spirituel, qui nous entraînerait dans l'anorexie spirituelle. N'oublions jamais que nous sommes en guerre et nous le serons toute notre vie, à moins que Jésus ne revienne avant.

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Identité en Jésus

Commenter cet article