La mort de Jésus sur une croix est-elle un échec ?

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

  La semaine dernière, en écoutant une radio, j’ai entendu un homme d’église déclaré ceci : la mort de Jésus-Christ sur une croix est un échec…

Nous ne pouvons pas laisser le diable mettre une telle semence de mensonge dans la vie d’innombrables auditeurs.

L’apôtre Paul, voilà 2000 ans dénonçait déjà cette négation de l’œuvre de Jésus accomplie sur la croix : Car il en est plusieurs qui marchent en ennemis de la croix de Christ, je vous en ai souvent parlé, et j’en parle maintenant encore en pleurant.                                                                    Philippiens 3 : 18

 

Pourquoi Jésus est-il mort crucifié ?

 

Jésus le dit lui-même, personne ne lui a pris la vie c’est lui-même qui s’est livré par amour pour nous et souvenons-nous qu’il est l’Agneau immolé dés la fondation du monde.

Qu’a t-il accompli sur la croix ?

 Il a effacé l’acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l’a éliminé en le clouant à la croix ; il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix.                                        Colossiens 2 : 14 et 15

 

Le sang devait couler pour notre justification, non pas le sang des taureaux et des boucs, mais le sang d'un juste.

 Et sans effusion de sang, il n'y a pas de pardon des péchés.   Hébreux 9 – 22

 

 Christ a souffert une fois pour les péchés, lui le juste, pour des injustes, afin de nous amener à Dieu, il a été mis à mort quant à la chair, et rendu vivant  quand à l’Esprit.                                                                                1  Pierre 3-18

 

Jésus a accepté d'être crucifié dans son corps, afin que notre nature adamique  meure et que nous soyons délivrés de toutes ses œuvres. Jésus, tout en vivant dans un corps comme le nôtre qu’il a reçu de Marie,  « l’adversaire n'a rien en moi » dit-il.

 Ces paroles de Jésus signifient que dans ses actes et dans sa nature, reçue du Saint-Esprit qui a couvert Marie de son ombre ; Il est venu détruire les œuvres du diable. Il l’a dépouillé afin de lui reprendre les clés et la domination exercée sur Adam.  Jésus est le nouvel Adam, celui qui vient d’en haut.

 Jésus n’a pas expié seulement pour les fruits du péché, c’est à dire la partie visible du péché ou le fruit. Il a été crucifié dans sa chair pour que l’arbre ou la source du péché en nous, la nature pécheresse, meure également.

Voilà une partie de la réponse, à cette question :

 

 Pourquoi Jésus devait-il mourir crucifier et non d’une autre manière ?

 

Ainsi, il a désactivé ou enlevé la puissance du péché. Enfin, il en a désarmé ou dépouillé l’auteur. Il est très important de bien comprendre cela. Car si nous croyons que Jésus est mort pour les fruits du péché ou la partie visible, nous obtiendrons le pardon pour le fruit seulement. Nous continuerons à vivre avec notre nature pécheresse et nous deviendrons des pécheurs graciés et le resterons, alors que nous sommes appelés juste dans la Bible. Un pécheur gracié continuera de produire des péchés selon sa nature.

Sur la croix, Jésus va se placer entre nous et Dieu et va subir le châtiment de Dieu, à notre place. Sur la croix, il a porté les péchés de chacun d’entre nous. La conséquence  de nos péchés est venue sur sa vie. Il en est mort puisque la conséquence ou le salaire du péché c’est la mort éternelle.

 

 Jésus s’est livré par amour pour chacun d’entre nous. Nous devions connaître la colère et le châtiment de Dieu. Mais Dieu l’a fait devenir péché à notre place, ainsi, Jésus a subi la colère et le châtiment de Dieu pour nous.

 

Car celui qui n’a point connu le péché (Jésus) Dieu l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions justice de Dieu en Jésus.                                                  2 Corinthiens 5 : 21

 

Les coups de marteau qui enfonçaient les clous dans les mains et les pieds de Jésus, le Père les recevait dans son cœur. Un père, digne de ce nom, peut- il assister à l’exécution de son fils bien-aimé, en restant insensible ? Non bien sûr.

Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui–même en n’imputant point aux hommes leurs offenses.                                                                            2 Corinthiens 5 : 19a

 

C’est ainsi que Dieu voulut se réconcilier avec nous et nous pardonner, car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même par Christ.

Le jour du baptême, le ciel s’est ouvert. Au contraire, quand Jésus était sur la croix, le ciel s'est fermé. Jésus a été coupé du Père, c'est pourquoi il s'est écrié :

 

 Mon Dieu, Mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ?

 

Jésus s’adressait à Dieu, à notre place, et non plus à son Père.

Pendant trois heures, il y eut des ténèbres sur toute la terre. A ce moment-là, Jésus a connu la condamnation qui nous était destinée, être séparé de Dieu éternellement.

En Jésus, le ciel est ouvert pour nous aussi maintenant depuis deux mille ans. Pour cela, il nous faut abandonner, renoncer à la nature dans laquelle nous naissons : La nature de ténèbres ou de rébellion et naître de nouveau. Pouvons-nous recevoir une nouvelle nature, non seulement la recevoir, mais y vivre en y demeurant ? Oui, comme Jésus l'a déclaré à Nicodème.

 

 Mais il vint d'entre les pharisiens, un homme nommé Nicodème, un chef des Juifs, qui  vint vers Jésus, de nuit, et lui dit : Rabbi, nous savons que tu es un docteur venu de Dieu. Car personne ne peut faire les miracles que tu fais, si Dieu n'est avec lui.

Jésus lui répondit : En vérité, en vérité je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu.

Nicodème : comment un homme peut-il naître quand il est vieux ?   Peut-il rentrer dans le sein de sa mère et naître ?

Jésus lui répondit : En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d’eau et d'Esprit, il ne peut rentrer dans le royaume de Dieu.

Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l'Esprit est Esprit. Ne t’étonne pas de ce que je te dis : il faut que vous naissiez de nouveau. 

                                                                                                                  Jean 3 : 1 à 7

 

Par notre première naissance, nous avons reçu une nature terrestre, charnelle, d'en-bas.

Maintenant, par le sacrifice de Jésus, le Père nous offre sa nature, la nature de l'Esprit, celle d'en- haut, là d’ou vient notre origine et notre destinée.

Autrement dit, Jésus nous a acquis la possibilité, par cette nouvelle naissance de repartir à zéro. L'ardoise de notre dette est effacée, nos péchés sont pardonnés. À cause du sacrifice de Jésus, nous sommes déclarés justes. Le Père change notre compte débiteur en un compte créditeur. Par la nouvelle naissance, nous acceptons de faire mourir notre nature pécheresse et nous devenons participants de la nature divine :

 Celles–ci nous assurent de sa part les plus grandes et les plus précieuses promesses, afin que par elles vous deveniez participants de la nature divine, en fuyant la corruption qui existe dans le monde par la convoitise.

                                                                                                             2 Pierre 1 : 4

 

 La nouvelle naissance ou naissance de l'Esprit nous donne une nouvelle nature. La nature de Jésus ressuscité. Celle-ci nous donne une nouvelle identité : fils et fille de Dieu.

 Cette nouvelle identité nous donne un nouveau nom : juste ou saint, justifié, bien sûr en Jésus et par grâce. Cette nouvelle identité passe par la mort de notre nature charnelle ou adamique.

Ici, Jésus ne nous parle pas de la réincarnation, car il appartient à l’homme de mourir une seule fois.

 

Jésus parle de la naissance spirituelle qui nous donne et nous fait rentrer dans la vie éternelle

 

Dans la réponse de Jésus à Nicodème, nous retenons deux principes importants pour nos vies, deux principes du royaume de Dieu.

Sans la nouvelle naissance spirituelle, personne ne peut voir le royaume de Dieu.

Sans la nouvelle naissance, personne ne peut rentrer dans le royaume de Dieu.

Devant l’œuvre accomplie par jésus sur la croix, deux attitudes différentes et opposées nous sont offertes. Ces deux attitudes nous les trouvons chez les deux brigands dont nous avons parlé ci-dessus : l’un se moquait de jésus, l’injuriait. L’autre brigand implora grâce auprès de jésus : Souviens-toi de moi quand tu seras qans ton règne. Jésus lui répondit : aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis, je te le dis en vérité.

Maintenant j’invite chaque lecteur ou lectrice à se poser la question suivante :

 Suis-je comme le brigand qui se moque et injurie Jésus ?

Ou suis-je comme le deuxième brigand qui se reconnaît coupable, plaide coupable à cause de sa condamnation à mort et qui crie grâce et miséricorde auprès de Jésus ?

Dieu nous laisse libre, ou te laisse libre de choisir !!! Mais seulement pendant cette vie ici-bas, après il sera trop tard.

 

 Toi (cher ou chère lectrice) qui viens de lire ce message et qui ne connaît pas ce Dieu, saches que tu es aimé par ce Dieu créateur du ciel et de la terre. Il te cherche, il attend que tu te laisses rencontrer avec lui. Car il a une destinée pour toi, un plan de bonheur, il désire que tu le connaisses pour te manifester son amour et que tu deviennes membre de sa famille. Car tu n’es pas né par hasard. Il te donne et t'ouvre le chemin qui accède directement à son cœur. Ce chemin se nomme Jésus, qui a dit : Je suis le chemin, la vérité, la vie, nul ne vient au Père que par moi.                                                   Jean 14-6

Jésus te dit: Voici je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi.

                                                                                                        Apocalypse 3-20

Oui Jésus frappe à la porte de ton cœur, il attend que tu lui dises de rentrer, car il ne rentrera pas sans ton invitation. C'est très simple, car Dieu est simple. Il suffit de lui adresser cette prière bien simplement mais bien sincèrement:

Seigneur Jésus je te remercie de ton amour et de ce que tu es venu dan le monde mourir pour moi. Je reconnais que j'ai dirigé ma vie, jusqu'a présent, comme je l'ai décidé et qu'aussi j'ai péché contre toi. Je crois que tu es mort sur une croix et que tu as versé ton sang pour que j’aie le pardon de mes péchés. Je te demande pardon pour tous mes péchés. Je t’ouvre la porte de mon cœur. Je veux te recevoir dans ma vie et obtenir le pardon de mes péchés. Merci pour le pardon de mes péchés. Fais de moi la personne que tu désires que je sois. Je crois que tu es vivant, ressuscité. Je te remercie d'avoir répondu à ma prière et d'être maintenant dans ma vie.

 

 

 

 

 

Publié dans Le bénéfice du sang

Commenter cet article