LES ENNEMIS DE LA GRÂCE

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

- L’amertume : Hébreux 12 : 15 Veillez à ce que personne ne se prive de la grâce de Dieu, à ce qu’aucune racine d’amertume, poussant des rejetons, ne produise du trouble, et plusieurs n’en soient infectés. L’amertume nous ferme la porte du royaume de Dieu. Ce sujet sera développé ultérieurement.

 

- Le non pardon : Matthieu 6 : 14 Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre père céleste vous pardonnera aussi. Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses.

Matthieu 18 : 34  nous dit qu nous seront livrés aux bourreaux. Etre livrés dans les mains de bourreaux c’est loin de connaître la paix, la grâce, la faveur, le repos. Car la grâce nous fait entrer dans le repos de Dieu

 

- Les mauvaises relations : Jude 4 Car il s’est glissé, parmi vous certains hommes dont la condamnation est écrite depuis longtemps, des impies, qui changent la grâce de Dieu en dérèglement, et qui renient notre seule maître et Seigneur Jésus-Christ.

Il faut savoir trancher avec certaines relations, mettre de la distance, du large avec certaines personnes qui veulent nous ramener ou nous attacher, nous lier au passé. Jérémie 15-19 : c’est pourquoi ainsi parle l’Eternel ; si tu te rattaches à moi, je te répondrai, et tu te tiendras devant moi. Si tu sépares ce qui est précieux de ce qui est vil, tu seras comme ma bouche. C’est à eux de revenir à toi, mais ce n’est pas à toi de retourner vers eux.

Autrement dit, ce n’est pas à toi de redescendre dans leur ‘’bourbier’’ mais c’est à eux de s’élever dans ta lumière.

 

- Chercher à imiter un « grand » serviteur de Dieu : Dieu nous a créé unique, dans notre personnalité, nos dons, nos talents, notre appel. Tout comme chaque flocon de neige est unique, aucun ne se ressemble. Dieu nous donne la grâce pour accomplir les œuvres, qu’il a préparé pour chacun d’entre nous. Si nous cherchons à imiter quelqu’un nous perdons la grâce et nous retournons sous la loi. Dieu est créateur et il n’est pas glorifié dans une photocopie ou un clone. La bible nous montre David très à l’aise pour affronter Goliath avec sa fronde et ses cinq cailloux. Mais par contre il était incapable de marcher avec l’armure du Roi Saül, et il s’en débarrassa, Samuel 17 : 38-39

 

- La désobéissance : La désobéissance nous fait perdre la grâce. La vie de Saül  nous le montre, il avait été choisi et oint pour être roi, c’est à dire gouverner le pays d’Israël. Un jour, sous pression du peuple, dans la crainte le roi s’empara de la fonction de sacrificateur et offrit un sacrifice à Dieu, a la place du sacrificateur qui semblait arriver en retard. Voilà la parole adressée à Saül par l’Eternel :

1 Samuel 15 : 22 L’Eternel trouve-t-il du plaisir dans les holocaustes et les sacrifices, comme dans l’obéissance à la voix de l’Eternel ? Voici, l’obéissance vaut mieux que les sacrifices et l’observation de sa parole vaut lieux que la graisse des béliers.

Donc la désobéissance nous amène sous la loi. Car la désobéissance est aussi grave que la divination : 1 Samuel 15-23 : car la désobéissance est aussi coupable que la divination, et la résistance ne l’est pas moins que l’idolâtrie et les téraphims. Puisque tu as rejeté la parole de l’Eternel, il te rejette aussi comme roi.

La désobéissance fait perdre l’onction et nous discrédite devant Dieu, endurci le cœur. La solution pour en sortir consiste à se repentir et plaider coupable, car est toujours prés à nous pardonner Le roi Saül a reconnu  son péché devant le prophète Samuel, mais devant Dieu. « je n’ai pas obéi à tes paroles » dit il à Samuel.                                   

 

  • L’ignorance : Osée 4 : 6 Mon peuple périt (ou détruit) faute de connaissance ou vision.
  •  Le mot en Hébreux pour connaissance, ici, est : dah-ath, ce qui signifie : sans discernement, dans l’aveuglement, sans réflexion, sans sagesse.
  • Connaissance vient également du mot Hébreux :’’yada’’ il signifie non une connaissance intellectuelle, mais intime, dans une relation pénétrante et d’amour. Cette relation nous conduit à pénétrer dans le cœur du Père, par le Saint-Esprit, et à nous laisser pénétrer, dans nos cœurs par le Saint-Esprit. Cette relation doit porter du fruit, c'est-à-dire la connaissance intime par la révélation. Comme il nous dit en Genèse 4-1 : Adam connut Eve, sa femme ; et elle enfanta.

 

 Une mauvaise connaissance du cœur de Dieu ou de ce que Jésus a accompli à la croix, peut nous empêcher de vivre par la grâce  et nous maintenir sous la loi, c’est à dire dans la malédiction. Voici un exemple pour illustrer cette situation : Une de nos filles, lors de son premier voyage en avion, refusa le repas qui lui était présenté, car elle n’avait pas d’argent. A la fin du voyage elle apprit que le coût du repas était compris avec le billet d’avion. Mais il était trop tard pour se faire servir un autre repas, de même avec la grâce, l’ignorance peut nous en priver et pourtant, elle est gratuite. Jésus a payé pour cela. L’ignorance peut nous maintenir sous sa loi.

. Le péché

Le péché aussi est en opposition à la grâce, son contrôle s'arrête où le contrôle de la grâce commence, l'homme est soit sous l'influence du péché soit sous l'influence de la grâce. L'état de péché désigne la sphère d'influence sous laquelle se trouve l'inconverti, tandis que l'état de grâce désigne la sphère d'influence sous laquelle se trouve le converti.

Afin que, comme le péché a régné par la mort, ainsi la grâce régnât par la justice pour la vie éternelle, par Jésus-Christ notre Seigneur. (Romains 5:21)

- la dissolution

Certains profitent du rejet de la loi pour vivre d'une manière débridée, concept fortement réprouvé par l'apôtre Paul. L'absence de règle est donc en opposition avec la grâce.

Car il s'est glissé parmi vous certains hommes, dont la condamnation est écrite depuis longtemps, des impies, qui changent la grâce de notre Dieu en dissolution, et qui renient notre seul maître et Seigneur Jésus-Christ. (Jude 1:4)

 

- Les blessures émotionnelles non guéries, les traumatismes non traités, le rejet, l’auto-rejet, la jalousie, l’orgueil, l’incrédulité, les malédictions ancestrales etc.. Sont autan de point qui empêchent la grâce de couler dans nos vies. Dans ces situations nous sommes comme des canalisations polluées dans lesquelles nous voulons faire circuler de l’eau potable. La bonne nouvelle c’est que Jésus a tout obtenu à la croix, pour nous,  notre guérison, délivrances émotionnelles et physiques. Alors recherchons la guérison, la délivrance, la maturité spirituelle.

 

- Citons encore le mépris de la grâce. Mépriser la grâce c’est rejeter l’œuvre de Jésus accompli à la croix, c’est fouler aux pieds Jésus lui-même et le don de la grâce offerte par le père.             

 

- 2 Corinthiens 2 : 1 Puis que nous travaillons avec Dieu, nous vous exhortons à ne pas recevoir la grâce en vain (Charis)

 

  • Outrager l’esprit de la grâce : Hébreux 10 : 29 De quel pire châtiment pensez-vous que sera jugé digne celui qui aura foulé aux pieds le fils de Dieu, qui aura tenu pour profane le sang de l’alliance, et qui aura outragé l’Esprit de la grâce.
  • C’est-à-dire aura insulté, mépriser le Saint-Esprit. Car la grâce ne peut agir dans nos vies sans le Saint-Esprit. Insulter le Saint-Esprit ou le mépriser correspondant à ce que dit 2 Pierre 2 : 21-22  Car valait mieux pour eux n’avoir pas connue la voie de justice, que de l’avoir et de se détourner des saints commandements qui leur avait été donné. Il leur est arrivé ce que dit un proverbe vrai : Le chien est retourné à ce qu’il a vomi, et la truie s’est  vautrée dans le bourbier.
  • Chaque fois que nous disons j’ai le droit, nous perdons le bénéfice de la grâce pour retourner sous la loi. Un droit ne peut résulter que d’une loi qui le prévoit, comme un salaire pour un travail ou une œuvre accomplie ; d’où  l’attente d’une reconnaissance ou d’une récompense. Ainsi nous retombons dans la propre justice Tout cela nous ferme la porte du royaume de Dieu, et Dieu retire sa faveur de nos vies.
  • Une intelligence non renouvelée par la parole de Dieu freine l’œuvre de la grâce dans nos vies. Romains 12-2 : Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence.
  • L’amour du monde est ennemi de Dieu et nous rend hostile à la grâce. 1 Jean 2-16 : Car tout ce qui est dans le monde, la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, et l’orgueil de la vie, ne vient point du Père, mais vient du monde.
  •  
  • « Acheter » l’Esprit de la grâce pour exercer son propre ministère. Nous en avons un exemple dans le livre des actes 8-9 à 25 Philippe évangélise la Samarie et de grands miracles se produisent. Dans cette ville se trouve un homme nommé Simon, qui se donne pour un personnage important en pratiquant la magie. La foule est dans l’étonnement Il accepte l’évangile annoncé par Philippe et se fait baptisé. Ensuite l’apôtre pierre et jean viennent imposer les mains aux nouveaux convertis pour qu’ils reçoivent le baptême dans le Saint-Esprit.

Simon pense, en regardant Pierre et Jean imposer les mains, qu’il peut acheter ce » pouvoir » et l’exercer seul , en dehors du corps de Christ. En quelque sorte pour se donner du pouvoir et épater les gens :

Actes 8- 18 et 19 Il leur offrit de l’argent, en disant : Accordez-moi aussi ce pouvoir, afin que celui à qui j’impose les mains reçoive le Saint-Esprit. Mais Pierre argent périsse avec toi, puisque tu as cru que le don de la grâce s’acquérait à prix d’argent.

 

L’esprit de la grâce est un don de Dieu pour permettre l’équipement, la manifestation de la puissance de Dieu, dans la vie des croyants. Dieu ne vend pas ses dons pour permettre à un homme de se faire un nom ou une renommée. Regardons à nos motivations quand nous demandons à Dieu de nous bénir ou de nous équiper pour le service. Dans ce que je demande Dieu va-t-il être glorifié ? Le royaume de Dieu va-t-il s’étendre ? 

 

Publié dans Le bénéfice du sang

Commenter cet article