Courage j'ai vaincu le monde, nous dit Jésus

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Nous allons d’abord nous poser trois questions avant  de développer cette déclaration de Jésus :

Comment Jésus a-t-il vaincu le monde ?

Où a-t-il vaincu le monde ?

Qu’est ce que le monde ?

Je vous ai dit ces choses, afin que vous ayez la paix en moi. Vous aurez des tribulations dans le monde ; mais prenez courage, j’ai vaincu le monde.    

                                                                                                                                        Jean 16:33

Vaincu signifie dompter,  maîtriser

Prenez courage, c’est la parole qui avait été donnée à Josué quand il a succédé à Moïse, avant de conduire le peuple Hébreux en terre promise. Prenez courage, nous constatons que ce verbe est à l’impératif et que l’initiative, de croire dans la Parole de Jésus nous incombent. Cette Parole de Jésus constitue également un encouragement de sa part.

Prenez courage signifie : être décidé, se hâter, se  consolider, se fortifier, être fort, alerte, courageux, brave, être déterminé, prouver sa supériorité, s’empresser vivement d’obéir, être fermement résolu à vaincre.

Le monde dans ce contexte désigne : la multitude sans Dieu, la masse des hommes séparés de Dieu, ceux qui sont hostiles à Christ,

 La totalité des biens terrestres, les richesses, les avantages, les plaisirs, etc., qui bien que creux, fragiles et fugitifs, poussent au désir, éloignent de Dieu, et sont des obstacles à la propagation de l’évangile.

Jésus dit à son Père, en parlant de ses disciples, ils ne sont pas du monde : Je leur ai donné ta parole ; et le monde les a haïs, parce qu’ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde.  Je ne te prie pas de les ôter du monde, mais de les préserver du malin.  Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde.                                                 Jean 17:14 à 16

Jésus dit encore à son Père : Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde.

                                                                                                                                  Jean 17 : 16

Auparavant, Jésus dit à ses disciples et à nous aujourd’hui : Si le monde vous hait, sachez qu’il m’a haï avant vous. Si vous étiez du monde, le monde aimerait ce qui est à lui ; mais parce que vous n’êtes pas du monde, et que je vous ai choisis du milieu du monde, à cause de cela le monde vous hait.                                                                                       Jean 15 : 18 et 19

 

Que nous offre le monde ?

 

 Son amour qui est hostile, ennemi de l'amour du Père, ses doctrines tel que l’humanisme, ses religions qui tirent leurs sources des divinités grecques, romaines, égyptiennes.

N’aimez point le monde, ni les choses qui sont dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est point en lui ; car tout ce qui est dans le monde, la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, et l’orgueil de la vie, ne vient point du Père, mais vient du monde. Et le monde passe, et sa convoitise aussi ; mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement.                                                                                   1 Jean 2 : 15 à 17

 

Le monde ou l'esprit du monde repose sur trois piliers

 

  1. la convoitise la chair

  2. la convoitise des yeux

  3. L’orgueil de la vie

Ici, nous retrouvons toute l'importance d'avoir des yeux purifiés par le collyre que nous propose Jésus dans la lettre adressée à l'Eglise de Laodicée.

Deux voies se présentent à nous : soit l'amour du Père ou soit l'amour du monde et ce qu’il propose. Le monde ne désigne pas des personnes ni le cosmos, mais bien un esprit manifesté par les choix de vie de certaines personnes, que nous présente la Bible, par exemple le roi Belschatsar, le roi Nebucadnetsar, Simon le magicien et bien d’autres. Ces hommes sont morts depuis longtemps, toutefois les esprits de ténèbres qui les dominaient subsistent encore aujourd’hui et tiennent captifs, aujourd’hui, une multitude de personnes dans toutes les nations de la terre.

 Nous citons quelques exemples des doctrines du monde : l’humanisme, la doctrine de l’empereur Constantin avec le concile de Nicée qui s’est tenu en l’an 321. Nous baignons dans l’esprit de Babylone ou l’esprit de rébellion et de confusion institué par Nimrod lors de la construction de la tour de Babel. Nous développerons ces sujets dans les pages à venir.

 

Où et comment Jésus a-t-il vaincu le monde ?

 

Certains répondront à la croix, comme nous l’avons dit, dans un message précédent, la croix représente le bouquet final du ministère de Jésus sur la terre. Afin de constituer un bouquet, dans le naturel, il est nécessaire de cultiver des fleurs et cela demande du travail, de l’amour et de la persévérance.

Lors de son jeûne dans le désert effectué au début de son ministère après son baptême, Là nous voyons celui qui domine sur le monde tenter Jésus à trois reprises : Satan lui-même. C’est lui qui domine sur le monde de ténèbres : Nous savons que nous sommes de Dieu, et que le monde entier est sous la puissance du malin.                                                                1 Jean 5 : 19

Jésus a été tenté :

  • Parla convoitise de chair

  • La convoitise des yeux

  • L’orgueil de la vie

Là où les Hébreux dans le désert avaient échoué ainsi que Adam et Eve dans le jardin d’Eden. Maintenant nous allons voir que  nous aussi chrétiens des nations ou d'origine païenne nous sommes sous l'influence de ces trois piliers du monde. Aussi Satan n’a pas craint de tenter le nouvel Adam dés le début de son ministère afin de le disqualifier en cas d’échec ; une seule désobéissance suffisait comme avec Adam et Eve.  Jésus a été tenté dans ces trois domaines afin de nous en délivrer.

 

 Première tentation : Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, il eut faim. Le tentateur, s’étant approché, lui dit : Si tu es Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains. Jésus répondit : Il est écrit : L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.                                                                                 Matthieu 4 : 2 à 4

Nous constatons que dans cette première tentation, Jésus a été mis à l’épreuve au niveau de la convoitise de la chair qui représente la bouffe, la débauche sexuelle, les orgies, les excès de table, l’ivrognerie ainsi que toutes les choses semblables. La Bible nous dit que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront pas du royaume de Dieu. Ceux qui s’y livrent s’attachent aux choses de la terre, ignorent Dieu même se rebelle contre lui et deviennent ses ennemis. Nous comprenons mieux l’importance de la victoire de Jésus afin de nous en libérer. Par la victoire de Jésus nous recevons la capacité de résister.

En voici des exemples : L’époque de Noé ressemble à la nôtre : Les gens mangeaient, buvaient, allaient en boîtes de nuit, sans se soucier de Dieu, même si beaucoup perdent la vie à la sortie, c'est-à-dire rentrent dans l’éternité des ténèbres, sans s’être posé de questions.

 

 Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même aux jours du Fils de l’homme. Les hommes mangeaient, buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche ; le déluge vint, et les fit tous périr. Ce qui arriva du temps de Lot arrivera pareillement. Les hommes mangeaient, buvaient, achetaient, vendaient, plantaient, bâtissaient ; mais le jour où Lot sortit de Sodome, une pluie de feu et de souffre tomba du ciel, et les fit tous périr. Il en sera de même le jour où le Fils de l’homme paraîtra.

                                                                                                                                 Luc 17 : 26 à 30

Noé, qui préfigure l’œuvre de Jésus condamna le monde par sa foi : C’est par la foi que Noé, divinement averti des choses qu’on ne voyait pas encore, et saisi d’une crainte respectueuse, construisit une arche pour sauver sa famille ; c’est par elle qu’il condamna le monde, et devint héritier de la justice qui s’obtient par la foi.                                                           Hébreux 11 : 7

 

 Deuxième tentation de Jésus : Le diable le transporta dans la ville sainte, le plaça sur le haut du temple, et lui dit : Si tu es Fils de Dieu, jette-toi en bas ; car il est écrit : Il donnera des ordres à ses anges à ton sujet ; Et ils te porteront sur les mains, De peur que ton pied ne heurte contre une pierre. Jésus lui dit : Il est aussi écrit : Tu ne tenteras point le Seigneur, ton Dieu.                                                                                                                      Matthieu 4: 5 à 7

 Jésus est tenté par la convoitise des yeux. Le diable lui propose d’atteindre la célébrité par la magie ayant pour base la Parole de Dieu tordue. Nous rappelons que la magie fait partie de ses attraits, par la séduction, la recherche de puissance qu’il opère chez les êtres humains.

Nous en trouvons  des exemples dans la Bible, nous en citerons un avec Simon le magicien : Il y avait auparavant dans la ville un homme nommé Simon, qui, se donnant pour un personnage important, exerçait la magie et provoquait l’étonnement du peuple de la Samarie. Lorsque Simon vit que le Saint–Esprit était donné par l’imposition des mains des apôtres, il leur offrit de l’argent, en disant : Accordez-moi aussi ce pouvoir, afin que celui à qui j’imposerai les mains reçoive le Saint–Esprit. Mais Pierre lui dit : Que ton argent périsse avec toi, puisque tu as cru que le don de Dieu s’acquérait à prix d’argent.

                                                                                                                             Actes 8 : 9 18 à 20

Eve a été séduite par la convoitise des yeux : La femme vit que l’arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu’il était précieux pour ouvrir l’intelligence ; elle prit de son fruit, et en mangea ; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d’elle, et il en mangea.

                                                                                                                                      Genèse 3 : 6

Pharaon, en Egypte avait ses magiciens ont essayé de rivaliser avec Moïse dans la puissance que l’Eternel lui a donné, afin de manifester les dix plaies. A la troisième plaie ils ont été obligés d’arrêtés, car leur puissance était limitée. A Babylone, le roi Nebucadnetsar s’entourait du conseil de ses magiciens.

Aujourd’hui, non seulement en Afrique mais en France et en Europe les marabouts pullulent. Ils promettent une gloire illusoire, les richesses du monde. Ils tirent leurs sources du royaume des

ténèbres. Ils en sont les serviteurs.

La convoitise des yeux nous amène à désirer nous faire un nom comme nous le constatons lors de la construction de la tour de Babel : Ils dirent encore : Allons ! bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet touche au ciel, et faisons-nous un nom, afin que nous ne soyons pas dispersés sur la face de toute la terre.                                                                   Genèse 11 : 4

 

Troisième tentation de Jésus : Le diable le transporta encore sur une montagne très élevée, lui montra tous les royaumes du monde et leur gloire,  et lui dit : Je te donnerai toutes ces choses, si tu te prosternes et m’adores. Jésus lui dit : Retire-toi, Satan ! Car il est écrit : Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul. Alors le diable le laissa. Et voici, des anges vinrent auprès de Jésus, et le servirent.                                Matthieu 4 : 8 à 11

 

Une montagne très élevée, dans la Bible  représente l’orgueil par excellence, nous en concluons que jésus a bien été tenté par l’orgueil de la vie.

Etre soumis au Seigneur, c’est détester le mal. Pour ma part, je déteste l’orgueil et l’arrogance, les mauvaises actions et les paroles trompeuses.     Bible BFC Proverbes 8 : 13

 

L’orgueil nous rend aveugles et suffisants à nous-mêmes : L’arrogance précède la ruine, Et l’orgueil précède la chute. Mieux vaut être humble avec les humbles que de partager le butin avec les orgueilleux.                                                                               Proverbes 16 : 18 et 19

 

La victoire de Jésus sur les trois piliers du monde nous donne la capacité d’y résister.

 

Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés

Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu : ce qui est bon, agréable et parfait.                                                                                                        Romains 12-2

NBS : Ne vous conformez pas à ce monde ci, mais soyez transfigurés par le renouvellement de votre intelligence, pour discerner quelle est la volonté de Dieu : ce qui est bon, agréé et parfait.

Semeur : Ne vous laissez pas modeler par le monde actuel, mais laissez vous transformer par le renouvellement de votre pensée, pour pouvoir discerner la volonté de Dieu : ce qui est bon, ce qui lui plaît, ce qui est parfait

Dans ce verset, selon les traductions, nous retenons plusieurs verbes dans une forme active et permanente : Ne vous conformez pas, soyez transformés, afin que vous discerniez,  ne vous laissez pas modeler, laissez-vous transformer, afin de pouvoir discerner, soyez transfigurés, ne suivez pas les coutumes du monde, laissez Dieu vous transformer en vous donnant une intelligence nouvelle ou en renouvelant vos pensées.

Chacun de ces verbes dénote une action continue, pas une action d'un moment, mais une action continue pour nous emmener vers un but, une destination : être capable de discerner la volonté de Dieu pour chacune de nos vies : ce qui est bon, agréable et parfait, ou ce qui est bon, ce qui lui fait plaisir, ce qui est parfait.

Chacun de ces verbes mérite un développement pour mieux en comprendre le sens, la substance et qu'il porte du fruit dans nos vies. C'est ce que nous ferons plus loin.

Nous constatons également que le résultat de l'action de ces verbes dépend de chacun de nous, de notre participation, de nôtre obéissance à la Parole de Dieu, de notre désir actif de lui plaire. Dieu nous donne tous les ingrédients nécessaires, avec le mode d'emploi pour que nous ayons le succès : sa Parole, le Saint Esprit, sa grâce, et toutes ses directives. Dans ces verbes nous notons deux attitudes :

1- ne vous laissez pas modeler, c'est-à-dire tenons-nous en éveil constamment.

2-la deuxième attitude nous demande l'abandon entre les mains de Dieu : Laissez Dieu vous transformer.

 Quand nous acceptons Jésus, comme notre sauveur et notre Seigneur, notre esprit reprend vie, mais la conversion de notre âme reste à faire et cela dépend de nous, de notre prise de conscience de cette situation.

Pendant la première période de notre existence, au cours des années passées sans Dieu, nous n'avions ni la présence de Dieu, ni la connaissance de ses voies. Par conséquent, nous avons appris à mener une vie sans Dieu, c'est-à-dire sans tenir compte de lui dans les décisions que nous prenions. Nous étions sous l'influence des ténèbres de ce monde, ou du dieu de ce monde, c'est-à-dire Satan. Quand nous venons à Jésus, il ne suffit pas d'appuyer sur la touche effacer ou « supprimer » pour que tout ce passé disparaisse. Tout ce que nous avons appris, expérimentés, crus, avant de connaître Jésus est encore enregistré dans nos mémoires.

 Imaginons notre cerveau comme un ordinateur. Je peux être en possession du meilleur ordinateur du monde, avec le meilleur processeur, doté d'une grande mémoire etc. mais s'il est équipé avec des logiciels médiocres, sa capacité de travail sera bien mince, il va boguer, se planter...

Avant de venir à Jésus, notre cerveau a été programmé avec de mauvais logiciels. Ces logiciels ne nous permettent pas de développer tout notre potentiel, celui que Dieu a mis en nous.

 Cette espérance nous la possédons comme une ancre de l'âme  sûre et solide, elle pénètre au-delà du voile.                                                                                                                Hébreux 6-19

 À l'image de cette ancre de l'âme dont nous parle ce verset, ces logiciels sont comme des ancres du diable et qu'il essaie encore de manœuvrer, ou qu'il manœuvre à sa guise selon notre ignorance, notre complaisance, ou la liberté que nous lui accordons en cédant à la séduction, à ses mensonges, ou à la convoitise.

Si nous voulons tirer le meilleur profit de cet ordinateur, il faut désinstaller tous les mauvais programmes, tous ses mauvais logiciels et les remplacer par des bons, adapté au travail  que nous désirons accomplir avec cet ordinateur. Mais cela ne suffit pas, il faudra équiper l'ordinateur d'un antivirus pour faire face à tous les virus envoyés pour bloquer, détruire cet ordinateur.

Il y a des personnes qui utilisent leur intelligence, leur savoir-faire, en informatique, pour détruire en créant des virus, des spasms etc.

Le diable agit de la même manière avec  notre âme en nous bombardant de pensées négatives, impures, d'injustices, de vengeances, de rejets etc. pour bloquer notre développement spirituel,  notre intimité avec Dieu, notre communion fraternelle, notre maturité spirituelle etc.

Se conformer signifie : accepter de se rendre conforme, être semblable au modèle du milieu de vie, au modèle proposé par le monde, la mode, se calquer sur... Imiter, devenir conforme, se comporter de manière à être en accord, de manière à être accepté, s'accommoder, se plier, se régler, suivre, s'accorder.

Devenir conformiste : c'est le fait de se conformer aux normes (nous parlons de normes Européennes) les usages, l’attitude passive de celui qui se conforme aux idées, aux usages de son milieu, aux traditions, à la culture, à la mode, aux coutumes, nous parlons de conformité aux usages établis, à la religion dominante.

Se conformer signifie aussi « prendre la forme de » d'un modèle, un contenant, un moule. Se conformer signifie donc se tenir à l'intérieur d'une forme d’un modèle déterminé, ou encore agir et réagir en accord avec les standards, les attitudes et pratiques qui existent ou qui prévalent autour de nous.

Par exemple un liquide prend la forme où se conforme aux récipients dans lequel nous le versons : un verre, une bouteille, un arrosoir etc..

 Comme des enfants obéissants, ne vous conformez pas aux convoitises que vous aviez autrefois, quand vous étiez dans l'ignorance.                                                              1 Pierre 1-14

L'ignorance nous est présentée, ici, comme un contenant qui nous limite, nous maintient dans les ténèbres.

Ne vous laissez pas modeler : modeler signifie : façonner un objet en lui donnant une forme déterminée par exemple avec une substance molle. Tout de suite nous pensons à la pâte à modeler que nous donnons aux enfants, avec laquelle ils pourront jouer. Ils façonnent facilement toute forme d'objet ou d'animal, en suivant leur imagination.

La Bible nous demande de ne pas nous laisser façonner comme cette pâte, par notre environnement, par la mode du moment, par l'influence de  ceux qui veulent nous dominer. Dieu nous a créé avec une volonté c'est à nous de réagir. certains se laissent modeler suivant l'image de leur idole : chanteur, vedette sportive en adoptant leurs look, coiffure, lunettes, langage etc..

Transformer signifie : métamorphoser (metamorpho en grec) changer dans une autre forme, être transfiguré, l'apparence de Christ fut changée et il fut resplendissant d'un éclat divin sur la montagne de la transfiguration.

Dans transformer nous trouvons deux mots « trans » et « former »

« Trans » signifie aller au-delà du modèle au-delà de la forme actuelle, aller au-delà d'une forme déterminée ou établie, ou imposée ou, ou encore changer en forme, en nature, en apparence et en structure.

Pour être transformé, comme la chrysalide en paillon, nous avons besoin d'élever notre regard, notre espérance vers les choses d'en haut, c'est-à-dire vers Dieu, vers la vie et la marche par l'Esprit. Nous avons besoin d'aligner nos pensées sur les pensées de Dieu. Comme la chrysalide, c’est à nous que revient la décision de sortir du cocon, dans lequel le monde nous enferme. Nous devons exercer toute notre énergie avec persévérance, afin de fortifier nos muscles de la foi. Par-dessus tout, nous exposer aux rayons du soleil de justice : Jésus.

La bible NBS dit : soyez transfigurés, cela signifie être transformé, changer dans une autre forme ou une autre nature.

 Six jours après, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean, il les conduisit seul à l'écart sur une haute montagne. Il fut transfiguré devant eux. Ses vêtements devinrent resplendissants, et d'une telle blancheur qu’il n'est pas un foulon sur la terre qu'ils puissent  blanchir ainsi.                                                                                                                     Marc 9- 2 et 3

En réalité que s'est-il passé ?

La véritable personnalité de Jésus cachée à l'intérieur de son corps ou de son enveloppe est apparue d’une manière visible. Cette expérience de Jésus démontre  que cela est pour nous aussi. C'est le but vers lequel nous devons désirer atteindre. Notre regard doit être fixé sur cet objectif.

Nous laisser transformer par le renouvellement de notre intelligence, de nos pensées, avec la parole de Dieu et le Saint Esprit.

Cette expérience de Jésus nous montre que nous nous avons besoin de revenir au modèle original. 

Renouveler veut dire rendre neuf de nouveau. Cela veut assurément dire que ce fut le modèle initial qui était en nous à la fondation du monde, mais qui a été endommagé, corrompu par le péché. Il n'y a rien de nouveau sous le soleil. Nous avons juste besoin de revenir au modèle original qui est celui de Christ. Jésus-Christ est le modèle parfait de l'être humain, que Dieu avait à l'esprit lorsqu'Il créa l'homme à son image selon sa ressemblance. Jésus est ce qu’Adam n'a pas pu être. Voilà pourquoi il est appelé le « dernier Adam »

C'est pourquoi il est écrit : Le premier homme, Adam, devint une âme vivante. Le dernier Adam est devenu un esprit vivifiant.                                                               1 Corinthiens 15 : 45

Il est le moule dans lequel nous voulons être coulés pour devenir conforme à Lui. Rejeté par les hommes, il ne s'est jamais rejeté Lui-même, car Il savait qui Il était. Il n'avait pas besoin de l’appréciation des hommes de son époque.

Il est le modèle parfait d'amour, d'intégrité, de sainteté, de pureté, d'excellence, de puissance, de force, de sagesse, d'abondance, de paix, de domination et de souveraineté. Il a manifesté la domination sur toute la création : la tempête, les esprits mauvais, la végétation, les animaux, et même sur la mort, puisqu'Il est ressuscité. Il n'a jamais manqué de rien. Sa mentalité, ses valeurs, ses habitudes et ses œuvres (actions) sont celles que chacun de nous désire imiter et pratiquer, afin de vivre sur terre une vie accomplie et épanouie.

Le défi est que, pour devenir conforme à Lui, nous devons être transformés en ramenant nos pensées à leur état d'origine c'est-à-dire en pensant comme Dieu pense, en voyant comme Dieu voit, en vivant comme Dieu a vécu sur terre par Jésus. Louis Trifault 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article