Nos âmes ont besoin de "détox" Pourquoi?

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Posons-nous la question suivante : qu’est-ce qu’une détox ?  C’est une contraction et un diminutif de désintoxication. Actuellement, quand nous parlons de détox cela concerne le corps qui a besoin d’éliminer des toxines…après les fêtes de fin d’année, par exemple.

Il en est de même pour notre âme, à cet effet nous citons un passage d’une publication du journal Le Monde qui date du 25 novembre 1965 : « on en appelle à un peuple qu’on a abruti ou laisser abrutir de propagande, de publicité, de télévision. Le remède serait de le désintoxiquer » là il ne s’agit pas du corps mais bien de l’âme, de notre âme à chacun d’entre nous.

 

Le dernier message que nous avons publié, le 19 juin s’intitule : pourquoi Jésus a-t-il jeuné pendant quarante jours dans  un désert ? Nous avons parlé du peuple Hébreux et de ses pérégrinations dans le désert, pendant quarante ans à cause de ses murmures d’incrédulité.

 

Sommes-nous mieux que le peuple Hébreu ?

 

Quoi donc ! Sommes-nous plus excellents ? Nullement. Car nous avons déjà prouvé que tous, Juifs et Grecs, sont sous l’empire du péché, selon qu’il est écrit : Il n’y a point de juste, Pas même un seul.  Or, nous savons que tout ce que dit la loi, elle le dit à ceux qui sont sous la loi, afin que toute bouche soit fermée, et que tout le monde soit reconnu coupable devant Dieu.                                                                                                                      Romains 3 : 9 et 10:19

Nous allons prendre un exemple : le peuple Hébreux a murmuré, nous en connaissons les conséquences, nous arrive t-il de murmurer ou d’être négatif ? De notre bouche sort-il des paroles contraires aux principes du royaume de Dieu ?

Avouons que certaines sont plus des semences qui font prospérer le royaume des ténèbres que le royaume de Dieu. Elles attirent la malédiction sur nos vies, dans notre famille, notre travail, notre pays : Nous bronchons tous de plusieurs manières. Si quelqu’un ne bronche point en paroles, c’est un homme parfait, capable de tenir tout son corps en bride.                                                                                                                      Jacques 3 : 2

Chacun de nous fait des fautes sur bien des points et de bien des manières. Celui qui ne commettrait jamais de faute dans ses paroles serait un homme parvenu à l’état d’adulte, capable de maîtriser aussi son corps tout entier.                                 Version Parole vivante

 

Broncher signifie : faire trébucher ou tomber quelqu’un,  trébucher soi-même, errer, faire une erreur, pécher, tomber dans la misère, devenir misérable, broncher contre Dieu ou une personne, une situation, ne pas marcher droit, marquer de la résistance, de la mauvaise humeur, manifester de l'opposition, de la révolte, de la rébellion, être bourru, ruer dans les brancards.

Jésus nous dit encore : Jésus répondit : N’y a–t-il pas douze heures au jour ? Si quelqu’un marche pendant le jour, il ne bronche point, parce qu’il voit la lumière de ce monde ; mais, si quelqu’un marche pendant la nuit, il bronche, parce que la lumière n’est pas en lui.

                                                                                                                                           Jean 11 : 9 et 10

Jésus nous rappelle qu’il est la lumière du monde, mais qu’il est dans le monde pour un temps limité. Si quelqu’un marche dans sa lumière il ne bronche pas ou ne critique pas, ne râle pas, parce que la lumière est en lui. Il ne suffit pas d’être dans la lumière extérieure, la lumière du cœur est plus importante, car elle éclaire tous les choix de vie. La lumière attire toujours vers le haut, elle nous appelle à nous élever au-dessus des ténèbres.

Par contre si quelqu’un marche la nuit ou s’il n’a pas la lumière (Jésus) en lui, bronche ou trébuche et risque d’entraîner d’autres personnes avec lui dans sa chute. Les ténèbres attirent toujours vers le bas.

 

 C’est pourquoi, frères, appliquez-vous d’autant plus à affermir votre vocation et votre élection ; car, en faisant cela, vous ne broncherez jamais.                                     2 Pierre 1:10 

 

Faites toutes choses sans murmures ni hésitations.                                          Philippiens 2 : 14

 

Ici en Grec murmurer signifie : manifester un déplaisir secret, non avoué ouvertement, toutefois il peut être manifesté en aparté.

Quand nous murmurons nous nous aigrissons, l’amertume se présente à la porte de notre cœur, le ressentiment et la propre justice sont en chemin. Quand nous prononçons le mot « murmure » nous entendons : mur… mur… Cela nous donne deux murs. Murmurer nous amène à établir un mur entre nous et la personne contre qui nous murmurons. Les murmures répétés révèlent en nous un cœur de fils ainé de la parabole, qui ne travaille pas à l’extension du royaume du Père et nous sortent de sa maison.

Les murmures qui sortent de notre bouche creusent notre tombe et ralentissent la marche du peuple de Dieu ou le corps de Christ, à moins de nous repentir.  Le murmure témoigne d’une attitude fausse devant Dieu, car un homme n’est pas honnête devant Dieu si, tout en obéissant extérieurement aux commandements, il murmure dans son cœur : Ce sont des gens qui murmurent, qui se plaignent de leur sort, qui marchent selon leurs convoitises, qui ont à la bouche des paroles hautaines, qui admirent les personnes par motif d’intérêt.                                                                                                                               Jude 16

 Nous allons prendre un exemple dans le livre des Nombres. Myriam et Aaron, sœur et frère de Moïse murmurent contre lui parce qu’il a épousé une femme qui n’est pas du peuple hébreux. Marie et Aaron parlèrent contre Moïse. Ils dirent : Est-ce seulement par Moïse que l’Eternel parle ? N’est-ce pas aussi par nous qu’il parle ? La colère de l’Eternel s’enflamma contre eux. Et il s’en alla. La nuée se retira de dessus la tente. Et voici, Marie était frappée d’une lèpre, blanche comme la neige. Aaron se tourna vers Marie ; et voici, elle avait la lèpre.                                                                                   Nombres 12 : 1 et 2 : 9 et 10

 

Jésus a expié et racheté pour tous nos murmures, comment ?

 

Il a été maltraité et opprimé, et il n’a point ouvert la bouche, semblable à un agneau qu’on mène à la boucherie, à une brebis muette devant ceux qui la tondent ; il n’a point ouvert la bouche.                                                                                                                                      Esaïe 53 : 7

Jamais de la bouche de Jésus il n’est sorti de paroles négatives, de condamnation ou de doute : Et tous lui rendaient témoignage ; ils étaient étonnés des paroles de grâce qui sortaient de sa bouche, et ils disaient : N’est-ce pas le fils de Joseph ?                        Luc 4 : 22

 

 

 

Ne nous conformons pas au siècle présent, mais soyons transformés

 

Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu : ce qui est bon, agréable et parfait.                                                                                                           Romains 12-2

Bible NBS : Ne vous conformez pas à ce monde ci, mais soyez transfigurés par le renouvellement de votre intelligence, pour discerner quelle est la volonté de Dieu : ce qui est bon, agréé et parfait.

Bible Semeur : Ne vous laissez pas modeler par le monde actuel, mais laissez vous transformer par le renouvellement de votre pensée, pour pouvoir discerner la volonté de Dieu : ce qui est bon, ce qui lui plaît, ce qui est parfait

Dans ce verset, selon les traductions, nous retenons plusieurs verbes dans une forme active et permanente : Ne vous conformez pas, soyez transformés, afin que vous discerniez, 

Ne vous laissez pas modeler, laissez-vous transformer, afin de pouvoir discerner,

Soyez transfigurés, ne suivez pas les coutumes du monde,

Laissez Dieu vous transformer en vous donnant une intelligence nouvelle ou en renouvelant vos pensées.

Chacun de ces verbes dénote une action continue, pas une action d'un moment, mais une action continue pour nous emmener vers un but, une destination : être capable de discerner la volonté de Dieu pour chacune de nos vies : ce qui est bon, agréable et parfait, ou ce qui est bon, ce qui lui fait plaisir, ce qui est parfait.

Chacun de ces verbes mérite un développement pour mieux en comprendre le sens, la substance, et qu'il porte du fruit dans nos vies. C'est ce que nous ferons plus loin.

Nous constatons également que le résultat de l'action de ces verbes dépend de chacun de nous, de notre participation, de nôtre obéissance à la Parole de Dieu, de notre désir actif de lui plaire. Dieu nous donne tous les ingrédients nécessaires avec le mode d'emploi pour que nous ayons le succès : sa Parole, le Saint Esprit, sa grâce, et toutes ses directives. Dans ces verbes nous notons deux attitudes à adopter :

1- ne vous laissez pas modeler, c'est-à-dire tenons-nous en éveil constamment, c’est de notre responsabilité.

2-la deuxième attitude nous demande l'abandon entre les mains de Dieu : Laissez Dieu vous transformer, car par nous-mêmes nous en sommes incapables.

 

Pourquoi la Bible nous demande toutes ces actions ?

 

 De transformation, de renouvellement de notre intelligence, ou de nos pensées ?

 Si notre évangile est encore voilé, il est voilé pour ceux qui périssent. Pour les incrédules dont le dieu de ce siècle (ou Satan) a aveuglé l'intelligence afin qu'ils ne voient pas briller la splendeur de l'Évangile de la gloire de Christ, qui est l'image de Dieu. 2 Corinthiens 4-3

Nous venons de ce monde de ténèbres, nous aussi, nous avons été incrédules, le dieu de ce siècle a aveuglé notre intelligence, afin que la lumière de l'Évangile ne brille pas dans nos vies. Nous aussi nous avons été soumis à l'esprit de ce monde, tel que le décrit :

 2 Jean 2-16 : car tout ce qui est dans le monde,  la convoitise de la chair, la convoitise des yeux  et l'orgueil de la vie ne vient pas du Père, mais vient du monde. Tout cela nous a formatés.

 Quand nous acceptons Jésus, comme notre sauveur et notre Seigneur, notre esprit reprend vie, mais la conversion de notre âme reste à faire et cela dépend de nous, de notre prise de conscience de cette situation.

Les Hébreux, après leur sortie d'Égypte, étaient libre physiquement, mais leur âme était pleine de l'Égypte. En voici un exemple : ils murmuraient contre Moïse, contre Dieu, pourquoi ?

 Parce qu'il avait appris à murmurer contre leurs oppresseurs qui les maintenaient dans un état d'esclavage. Quand dans le désert des  problèmes surgissaient, leur réflexe les amenait à enclencher la commande des murmures.

Pendant la première période de notre existence, au cours des années passées sans Dieu, nous n'avions ni la présence de Dieu, ni la connaissance de ses voies. Par conséquent, nous avons appris à mener une vie sans Dieu, c'est-à-dire sans tenir compte de lui dans les décisions que nous prenions. Nous étions sous l'influence des ténèbres de ce monde, ou du dieu de ce monde, c'est-à-dire Satan. Quand nous venons à Jésus, il ne suffit pas d'appuyer sur la touche effacer ou « supprimer » pour que tout ce passé disparaisse. Tout ce que nous avons appris, expérimentés, crus, avant de connaître Jésus est encore enregistré dans nos mémoires et notre caractère.

C'est pour cela qu'une fois converti nous pouvons continuer de nous conformer au monde présent, en exploitant les données ou en utilisant des programmes qui sont erronés.

 Comparons notre cerveau à un ordinateur. Je peux être en possession du meilleur ordinateur du monde, avec le meilleur processeur, doté d'une grande mémoire etc. mais s'il est équipé avec des logiciels médiocres, sa capacité de travail sera bien mince, il va boguer, se planter...

Avant de venir à Jésus, notre cerveau a été programmé avec de mauvais logiciels. Ces logiciels ne nous permettent pas de développer tout notre potentiel, celui que Dieu a mis en nous.

Hébreux 6 : 19 nous dit : cette espérance nous la possédons comme une ancre de l'âme  sûre et solide, elle pénètre au-delà du voile.

 À l'image de cette ancre de l'âme dont nous parle ce verset, ces logiciels sont comme des ancres du diable et qu'il essaie encore de manœuvrer, ou qu'il manœuvre à sa guise selon notre ignorance, notre complaisance, ou la liberté que nous lui accordons en cédant à la séduction, à ses mensonges, ou à la convoitise.

Si nous voulons tirer le meilleur profit de cet ordinateur, il faut désinstaller tous les mauvais programmes, tous ses mauvais logiciels et les remplacer par des bons, adapté au travail  que nous désirons accomplir avec cet ordinateur. Mais cela ne suffit pas, il faudra équiper l'ordinateur d'un antivirus pour faire face à tous les virus envoyés pour bloquer, détruire cet ordinateur.

Il y a des personnes qui utilisent leur intelligence, leur savoir-faire, en informatique, pour détruire en créant des virus, des spam etc.

Le diable agit de la même manière avec  notre âme en nous bombardant de pensées négatives, impures, d'injustices, de vengeances, de rejets etc. pour bloquer notre développement spirituel,  notre intimité avec Dieu, notre communion fraternelle, notre maturité spirituelle etc.

Son objectif permanent consiste à essayer d’introduire ses pensées dans les nôtres, de manière à nous tenir dans le mensonge, à la place de la vérité de Dieu. Il sait que s'il parvient à contrôler les pensées, il peut alors contrôler notre vie. Tout comme le personnel d’une tour de contrôle dirige les avions qui veulent atterrir sur un aéroport.

C'est la raison pour laquelle Romains 12 --2 : nous demande de ne plus nous conformer ou nous laisser modeler par le monde actuel, mais que nous soyons transformés par le renouvellement de nos pensées (ou de changer de source de pensées) pour être capable de discerner la volonté de Dieu : ce qui est bon, ce qui lui plaît.

 

Venons-en à la définition des différents verbes employés dans ce verset et selon les traductions

 

Se conformer signifie : accepter de se rendre conforme, être semblable au modèle du milieu de vie, au modèle proposé par le monde, la mode, se calquer sur... Imiter, devenir conforme, se comporter de manière à être en accord, de manière à être accepté, s'accommoder, se plier, se régler, suivre, s'accorder.

Devenir conformiste : c'est le fait de se conformer aux normes (nous parlons de normes Européennes…) les usages, l’attitude passive de celui qui se conforme aux idées, aux usages de son milieu, aux traditions, à la culture, à la mode, aux coutumes, nous parlons de conformité aux usages établis, à la religion dominante.

Se conformer signifie aussi « prendre la forme de » d'un modèle, un contenant, un moule. Se conformer signifie donc se tenir à l'intérieur d'une forme d’un modèle déterminé, ou encore agir et réagir en accord avec les standards, les attitudes et pratiques qui existent ou qui prévalent autour de nous.

Par exemple un liquide prend la forme où se conforme aux récipients dans lequel nous le versons : un verre, une bouteille, un arrosoir etc..

1 Pierre 1-14 : comme des enfants obéissants, ne vous conformez pas aux convoitises que vous aviez autrefois, quand vous étiez dans l'ignorance.

L'ignorance nous est présentée, ici, comme un contenant qui nous limite, nous maintient dans les ténèbres.

Ne vous laissez pas modeler : modeler signifie : façonner un objet en lui donnant une forme déterminée par exemple avec une substance molle. Tout de suite nous pensons à la pâte à modeler que nous donnons aux enfants, avec laquelle ils pourront jouer. Ils façonnent facilement toute forme d'objet ou d'animal, en suivant leur imagination.

La bible nous demande de ne pas nous laisser façonner comme cette pâte, par notre environnement, par la mode du moment, par l'influence de  ceux qui veulent nous dominer. Dieu nous a créé avec une volonté c'est à nous de réagir. certains se laissent modeler suivant l'image de leur idole : chanteur, vedette sportive en adoptant leurs look, coiffure, lunettes, langage etc..

Transformer signifie : métamorphoser (metamorpho en grec) changer dans une autre forme, être transfiguré, l'apparence de Christ fut changée et il fut resplendissant d'un éclat divin sur la montagne de la transfiguration.

Dans transformer nous trouvons deux mots « trans » et « former »

« Trans » signifie aller au-delà du modèle au-delà de la forme actuelle, aller au-delà d'une forme déterminée ou établie, ou imposée ou, ou encore changer en forme, en nature, en apparence et en structure.

 

Illustrons ceci avec la transformation de la chenille en papillon

 

Au départ, nous avons un œuf qui donne naissance à une chenille. La vie de la chenille consiste à ramper sur le sol ou sur les branches des arbres et à se nourrir de feuilles. Elle représente l'homme naturel et le chrétien charnel qui se nourrissent de  choses terrestres. Ils sont préoccupés par « le boire et le manger ». Puis un jour la chenille produit une substance avec laquelle elle va se fabriquer un cocon dans lequel elle s'enferme. Mais avant, elle fixe ce cocon sur une branche d'arbre dans une position verticale c'est-à-dire orientée vers le haut ou le ciel. Enfin, un jour par temps de soleil, la chrysalide commence à percer le sommet du cocon. La chrysalide doit percer le cocon toute seule en exerçant ses muscles. Si nous voulons l'aider à sortir, elle meurt, car ses muscles ne seront jamais assez forts pour permettre au papillon de voler.  Elle va sortir de ce cocon progressivement : d'abord la tête, les ailes et tout le corps. Toutes ses ailes sont humides, collées à son corps. Le papillon qui vient de sortir de ce cocon, doit attendre que le soleil sèche ses ailes avant de les déployer. Enfin les ailes séchées, le beau papillon rentre dans sa destinée : voler de fleurs en fleurs en toute liberté.

Si par accident le cocon tombe à terre, avant la sortie du papillon, dans une position horizontale, la chrysalide va mourir. Il est indispensable que le cocon soit placé dans la position verticale pour que le papillon puisse  percer et sortir du cocon.

Pour être transformé, comme la chrysalide, nous avons besoin d'élever notre regard, notre espérance vers les choses d'en haut, c'est-à-dire vers Dieu, vers la vie et la marche par l'Esprit. Nous avons besoin d'aligner nos pensées sur les pensées de Dieu. Comme la chrysalide, c’est à nous que revient la décision de sortir du cocon, dans lequel le monde nous enferme. Nous devons exercer toute notre énergie avec persévérance, afin de fortifier nos muscles de la foi. Par-dessus tout, nous exposer aux rayons du soleil de justice : Jésus.

La Bible NBS dit : soyez transfigurés, cela signifie être transformé, changer dans une autre forme ou une autre nature.

Six jours après, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean, il les conduisit seul à l'écart sur une haute montagne. Il fut transfiguré devant eux. Ces vêtements devinrent resplendissants, et d'une telle blancheur qu’il n'est pas un foulon sur la terre qu'ils puissent  blanchir ainsi.                                                                                                                     Marc 9- 2 et 3

En réalité que s'est-il passé ?

L'apparence de Jésus fut changée. Il fut resplendissant d’un éclat divin, sur la montagne de la transfiguration. C’est-à-dire que la véritable nature de Jésus, sa nature divine intérieure est apparue à l'extérieur. Elle a influencé son extérieur, sa gloire cachée est apparue à l'extérieur : ses pensées, ses émotions, son cœur, ses motivations, sa compassion, sa pureté, sa sainteté, sa lumière, sa royauté, sa divinité, son amour agapè, tout cela est apparu à l'extérieur, avec tellement de puissance que même ses vêtements devinrent d'une grande blancheur.

La véritable personnalité de Jésus cachée à l'intérieur de son corps ou de son enveloppe est apparue d’une manière visible. Cette expérience de Jésus démontre  que cela est pour nous aussi. C'est le but vers lequel nous devons désirer atteindre. Notre regard doit être fixé sur cet objectif.

Nous laisser transformer par le renouvellement de notre intelligence, de nos pensées, avec la parole de Dieu et le Saint Esprit.

Cette expérience de Jésus nous montre que nous nous avons besoin de revenir au modèle original. 

Renouveler signifie rendre neuf de nouveau. Cela veut assurément dire que ce fut le modèle initial qui était en nous à la fondation du monde, mais qui a été endommagé, corrompu par le péché. Il n'y a rien de nouveau sous le soleil. Nous avons juste besoin de revenir au modèle original qui est celui de Christ. Jésus-Christ est le modèle parfait de l'être humain, que Dieu avait à l'esprit lorsqu'Il créa l'homme à son image selon sa ressemblance. Jésus est ce qu’Adam n'a pas pu être. Voilà pourquoi il est appelé le « dernier Adam »

C'est pourquoi il est écrit : Le premier homme, Adam, devint une âme vivante. Le dernier Adam est devenu un esprit vivifiant.                                                               1 Corinthiens 15 : 45

Il est le moule dans lequel nous voulons être coulés pour devenir conforme à Lui. Rejeté par les hommes, il ne s'est jamais rejeté Lui-même, car Il savait qui Il était. Il n'avait pas besoin de l’appréciation des hommes de son époque.

Il est le modèle parfait d'amour, d'intégrité, de sainteté, de pureté, d'excellence, de puissance, de force, de sagesse, d'abondance, de paix, de domination et de souveraineté. Il a manifesté la domination sur toute la création : la tempête, les esprits mauvais, la végétation, les animaux, et même sur la mort, puisqu'Il est ressuscité. Il n'a jamais manqué de rien. Sa mentalité, ses valeurs, ses habitudes et ses œuvres (actions) sont celles que chacun de nous désire imiter et pratiquer, afin de vivre sur terre une vie accomplie et épanouie.

Le défi est que, pour devenir conforme à Lui, nous devons être transformés en ramenant nos pensées à leur état d'origine c'est-à-dire en pensant comme Dieu pense, en voyant comme Dieu voit, en vivant comme Dieu a vécu sur terre par Christ. Alors revenons au jardin  d’Eden comme avant la chute. Nous ne pouvons pas devenir la personne que nous devons être, tant que nous ne serons pas libérés de tous ces traumatismes émotionnels du passé, de ces limitations et classifications plantées en nous par le monde dans lequel nous vivons, c'est-à-dire, nous le répétons, le système constitué par la mentalité, les principes, les habitudes et les valeurs qui sont les standards dans notre environnement.  louis Trifault

 

 

Publié dans guérison de l'âme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article