SECOUE TA MAIN ET JETTE LE SERPENT AU FEU

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Ac 28, nous raconte une histoire qui s'est déroulée sur l'Île de Malte. C'est l'histoire d'un grand réveil.

Ac 28 : 1-10 : « Une fois sains et saufs, nous avons appris que l'île s'appelait Malte. Les barbares nous témoignèrent une bienveillance peu commune ; ils nous recueillirent tous auprès d'un grand feu, qu'ils avaient allumé à cause de la pluie qui survenait, et à cause du froid. Paul ramassa un tas de broussailles pour les mettre dans le feu, mais une vipère en sortit par l'effet de la chaleur et s'attacha à sa main.

 Quand les barbares virent la bête suspendue à sa main, ils se dirent les uns aux autres : Certainement cet homme est un meurtrier, puisque à peine sauvé de la mer, la Justice divine n'a pas voulu le laisser vivre. Mais Paul secoua la bête dans le feu et ne ressentit aucun mal. Ces gens s'attendaient à le voir enfler ou tomber mort tout à coup ; mais après avoir longtemps attendu, ils virent qu'il ne lui arrivait rien d'anormal, changèrent d'avis et dirent que c'était un dieu. Il y avait dans les environs, une propriété appartenant au premier personnage de l'île, du nom de Publius, qui nous reçut et nous logea amicalement pendant trois jours.

 Le père de Publius était alité, en proie à la fièvre et à la dysenterie ; Paul entra chez lui, pria, lui imposa les mains et le guérit. Là-dessus, vinrent les autres malades de l'île et ils furent guéris. On nous rendit de grands honneurs et à notre départ, on nous fournit ce dont nous avions besoin. »

Mais ce réveil a commencé par la morsure d’un serpent. Nous tous avons été mordus par la vipère, dans le Jardin d’Eden.

Paul est dans le trouble à cause de la désobéissance des autres. Cela vous arrive d’être dans le trouble à cause des autres, de leurs choix ? Satan s’est servi de quelqu’un pour te faire du mal. Quelqu’un s’est laissé  conduire par Satan pour s’attaquer à ta vie, dans le but de te détruire. C’est peut-être même un chrétien.

Lorsque le serpent nous mord on a le choix de se laisser affecter ou bien de demeurer dans l’amour. Quand Satan s’est servi de quelqu’un pour te piquer, son venin est entré dans ton âme pour te paralyser, puis te faire mourir. Il s’est servi de quelqu’un pour se moquer de toi, te voler, te battre, t’humilier… Oh ! Ça fait mal ! Le dessein du mal c’est de continuer dans ta vie jusqu’à produire la mort. Le moment où quelqu’un t’a blessé, oh ! Ça fait mal ! La douleur est réelle, mais le but final va beaucoup plus loin. Le but est que la mort s’installe.

 

Heureusement, Paul avait l’antidote à ce venin, composé de deux ingrédients actifs qui neutralisent le venin :

 

L’Amour du Père pour toi :

 

Quand tu sais que tu es le petit chouchou du Père, peu importe ce qui t’es arrivé de mauvais dans ta vie ou même des mauvais choix que tu as faits dans ta vie : ses yeux d’affection sont tombés sur toi. Cela ne veut pas dire que le mal qui t’es arrivé n’était pas grave, non on ne minimise pas la souffrance.

 

Le pardon :

 

Laisse aller le passé et cette personne qui t’a causé tant d’ennui. Le venin de Satan c’est l’amertume. Ce soir, prends le  temps de secouer ta main, comme Paul, pour laisser aller cet événement. Secoue l’événement pour le jeter dans le feu, une fois pour toute. Il sera brûlé dans le feu et  déclare :  « Moi je veux marcher vers l’avenir ». Les gens vont être surpris, sachant ce qui t’es arrivé car ils vont te voir bien. Ça va devenir une opportunité pour le Royaume de Dieu. Quand la douleur était la plus vive pour Jésus, il a décidé de pardonner : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font ».  Il a décidé d’absorber les coups. Même si la mort s’est installée dans le corps de Jésus, la résurrection l’a relevé.

Secoue cette affaire et tu verras la vie revenir car la puissance de résurrection t’habite aussi. Je ne dis pas que l’événement n’était pas grave, mais peu importe à quel point c’était grave : tu peux être ressuscité. Je refuse de continuer à porter ce que la vipère veut me faire.

Gerry Plunkett

 

Commenter cet article