Paix aux hommes qu’il aime

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Nous sommes dans le temps de Noël et même si nous savons que Noël ne s'est pas produit un 25 décembre, nous allons quand même regarder dans la Bible l'importance

de cet événement :

Nous allons planter le décor de la scène. Nous nous situons dans la région de Bethléem, en Israël, dans les champs pendant les veilles de la nuit où les bergers gardent leurs troupeaux. Et voici ange du Seigneur leur apparaît, la gloire resplendit autour d'eux. Ils sont saisis d’une grande frayeur. L'ange s'empresse de leur dire ne craignez pas, car je vous annonce une bonne nouvelle qui sera pour tout le peuple le sujet une grande joie : c'est aujourd'hui la ville de David, il vous est né un sauveur, qui est le Christ du Seigneur. Voici un comment vous le reconnaîtrez : vous trouverez un enfant emmailloté et couché dans une crèche.

Et soudain il se joignit à l'ange une multitude de l'armée céleste qui loue Dieu. Comment aurions-nous réagi si nous avions été à la place des bergers ? Pendant les veilles de la nuit tout à coup un ange apparaît dans les champs une grande splendeur et la gloire de Dieu l'entoure, il annonce une bonne nouvelle : Un Sauveur vous est né. Israël attend Messie, mais depuis lui de 400 ans le ciel est fermé et personne n’entend plus, depuis longtemps la voix de l'Eternel. Un ange vient rompre ce silence et annonce qu'un sauveur est né, le Christ. Ce nom désigne celui qui a reçu l'onction de la part de Dieu pour porter une bonne nouvelle, libérer les captifs, annoncer une année de grâce de la part du seigneur. Et à la suite une multitude de l'armée céleste se joint à l'ange en louant Dieu : gloire à Dieu dans les lieux très hauts et Paix aux hommes qu'il aime. À cette époque Israël est envahi par l'armée romaine et sous son joug. Israël attend avant tout un libérateur qui vient le délivrer de cette occupation, plutôt qu’un petit bébé fragile. D’ailleurs, assez rapidement  sa vie se trouve en danger, avec Joseph et Marie sa mère il doit fuir en Egypte.

 

Et soudain il se joignit à l’ange une multitude de l’armée céleste, louant Dieu et disant: Gloire à Dieu dans les lieux très hauts, Et paix sur la terre parmi les hommes qu’il agrée ! ou qu’il aime.                                                                                                                     Luc 2 : 13 et 14

À la lecture de ces versets nous constatons un grand mouvement angélique dans le ciel et sur la terre. Nous retenons la fin du verset 14 : et paix sur la terre parmi les hommes qu'il aime. C'est donc le Dieu de paix qui s'est manifesté ce jour-là. Nous allons regarder de quelle paix il s'agit. Notre Dieu est le Dieu de paix, toutes les sources de paix sont en lui. La Bible le désigne sous le nom de Yahvé-Shalom. Shalom c’est plus qu’une simple salutation, ce mot signifie : bienveillance, mettre dans un état de tranquillité nationale, de paix entre les hommes, les mettre en harmonie, en sûreté, sécurité, prospérité, félicité. Il annonce la paix du Messie,  le chemin qui conduit au salut. Pour les chrétiens, il annonce l’état tranquille de l’âme assurée de son salut à travers Christ, qui ne craint plus la colère de Dieu.

Ce nom apparaît pour la première fois dans le livre des juges au chapitre 6 et au verset 24. Voici dans quelles circonstances cette révélation nous est donnée. Israël est envahi par le peuple de Madian. L'Eternel se choisit un homme pour libérer son peuple : Gédéon qui demande une confirmation du choix dont il fait l'objet à l'ange de l'Eternel qui le visite. Gédéon dit à l'ange de l'Eternel : si j'ai trouvé grâce devant toi, donne-moi un signe pour montrer que c'est toi qui me parles.

 Gédéon alla préparer un chevreau dans le but de  l'offrir en holocauste. Il demande à l’ange de l'Eternel d'attendre son retour. Gédéon pris  un chevreau et des pains sans levain et les déposa  sur un rocher devant l’ange de l'Eternel qui lui dit : dépose ton holocauste sur le rocher, et répands le jus. L’ange de l'Eternel avança l’extrémité du bâton qu'il avait à la main et toucha la chair et les pains sans levain. Alors un feu s'éleva et consuma la chair et les pains sans levain et l'ange de l'Eternel disparu : Gédéon, voyant que c’était l’ange de l’Eternel, dit : Malheur à moi, Seigneur Eternel ! Car j’ai vu l’ange de l’Eternel face à face.  Et l’Eternel lui dit : Sois en paix, ne crains point, tu ne mourras pas. Gédéon bâtit là un autel à l’Eternel, et lui donna pour nom l’Eternel paix : il existe encore aujourd’hui à Ophra, qui appartenait à la famille d’Abiézer.                           Juges 6 : 22 à 24

Contrairement  à la peur qui saisit Gédéon, il ne mourra pas car Yahvé-Shalom vient apporter la paix du cœur et non pas à la manière du monde qui l’impose souvent par la force et même les armes.

Cette expression est à mettre en parallèle avec une autre, assez fréquente dans la Bible : Je tournerai ma face contre vous et vous serez battus devant vos ennemis ; ceux qui vous haïssent domineront sur vous, et vous fuirez sans que l’on vous poursuive. Lévitique 26.17

 

Dans cette dernière expression, Dieu montre son opposition envers l’homme, alors que dans la première proposition, Dieu montre qu’il vient vers l’homme pour le bénir, en lui apportant un message de paix et de réconciliation.

 Tourner sa face vers, c’est une attitude positive, une attitude de paix. Tourner sa face contre, c’est une attitude négative, une attitude d’opposition.

 

A la suite de cette révélation  par Yahvé-Shalom, Gédéon avec 300 hommes seulement et de nombreux anges, va vaincre l’ennemi d’Israël, les Madiannites. Celui qui volait les récoltes, saccageait le pays, par cette victoire le pays restera en paix pendant 40 ans. Dans ce passage de la Bible nous découvrons que Yahvé-Shalom nous donne la victoire et la paix sur nos ennemis.

 

Nous le découvrons, également dans le livre des Nombres quand l’Eternel demande à Moïse, à son frère Aaron et à ses fils, de bénir les enfants d’Israël : vous leur direz : que l’Eternel te bénisse, et qu’il te garde ! Que l’Eternel fasse luire sa face sur toi, et qu’il t’accorde sa grâce ! Que l’Eternel tourne sa face vers toi, et qu’il te donne la paix !

                                                                                                                                    Nombres 6 : 24 à 26

La paix ou Shalom, ici signifie : Ce nom signifie encore : être en bonne santé,  en bon état, favorable, en prospérité,  heureux de n’avoir rien à craindre, être dans un état complet, de perfection, de paix, de santé, de prospérité, être béni dans les relations humaines et avec Dieu, spécialement dans la relation de l’alliance, être en paix par rapport à la guerre.

 

Ensuite Yahvé-Shalom s’est présenté à nous comme l’un d’entre nous, un bébé d’abord et puis comme un fils d’homme. Bien qu’il soit le prince de la paix : Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, Et la domination reposera sur son épaule ; On l’appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix.                    Esaïe 9 : 5

Comme un simple bébé fragile, il est venu mettre la paix dans nos cœurs par la réconciliation avec l’auteur de notre vie dont nous nous sommes détournés par rébellion.

Quand Jésus annonce à ses disciples qu’il va retourner vers le Père et leur promet de leur envoyé le Saint-Esprit, il leur laisse la paix : je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre cœur ne se trouble point, et ne s’alarme point.                                                                                                                   Jean 14 : 27

Après sa résurrection il dit à ses disciples effrayés : Le soir de ce jour, qui était le premier de la semaine, les portes du lieu où se trouvaient les disciples étant fermées, à cause de la crainte qu’ils avaient des Juifs, Jésus vint, se présenta au milieu d’eux, et leur dit : La paix soit avec vous !                                                                                                                        Jean 20 : 19

 

 

Publié dans Le coeur du Père

Commenter cet article