Désirons recevoir la révélation des noms de Dieu

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

L’Eternel notre Dieu nous attribue une grande responsabilité qui consiste à sanctifier son grand nom devant les nations, tout comme à Israël  premièrement : C’est pourquoi dis à la maison d’Israël : Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel : Ce n’est pas à cause de vous que j’agis de la sorte, maison d’Israël ; c’est à cause de mon saint nom, que vous avez profané parmi les nations où vous êtes allés. Je sanctifierai mon grand nom, qui a été profané parmi les nations, que vous avez profané au milieu d’elles. Et les nations sauront que je suis l’Eternel, dit le Seigneur, l’Eternel, quand je serai sanctifié par vous sous leurs yeux.                                         Ezéchiel 36 : 22 et 23

Ces versets nous invitent a regarder à nous-mêmes : soit nous sommes de ceux qui profanent le nom de Dieu ou soit nous sanctifions son nom, mais personne n’est neutre.

Jésus nous apprend à prier selon ce principe : Voici donc comment vous devez prier : Notre Père qui es aux cieux ! Que ton nom soit sanctifié.                                       Matthieu 6 : 9

Dans les lieux célestes son nom est sanctifié, maintenant il nous appartient de le sanctifier  sur la terre, comme il l’est dans le ciel.

Là, où sur la terre, le nom de Dieu n’est plus sanctifié, mais profané, cela a pour conséquences de créer des déserts spirituels que les anges de Satan s’empressent d’occuper. Quand le nom de Dieu n’est plus sanctifié, la crainte de Dieu disparait. C’est comme cela que de fausses doctrines séductrices apparaissent.

Maintenant posons-nous la question suivante : a-t-on le désir de sanctifier le nom d’un inconnu ? Non. Regardons aux anges qui se tiennent autour du trône et au-dessus : Ils criaient l’un à l’autre, et disaient : Saint, saint, saint est l’Eternel des armées ! toute la terre est pleine de sa gloire !                                                                                                           Esaïe   6 : 3

Jésus est venu également, nous faire connaître le nom du Père : J’ai fait connaître ton nom aux hommes que tu m’as donnés du milieu du monde.                                      Jean 17 : 6a

C’est pourquoi nous avons besoin de connaître les différents noms de notre Dieu, de savoir dans quelles circonstances il les révèle et à qui. Dans la Bible, nous constatons que notre Dieu révèle ses différents noms à ses intimes. Par exemple Abraham, notre père dans la foi, a reçu au moins la révélation de trois noms, Moïse plusieurs fois également.

Son nom est d’abord : YHWH, c'est-à-dire imprononçable. Pour les juifs, ce nom est trop sacré pour être prononcé par des hommes pécheurs. Alors nous l’avons transformé en Yahvé et ensuite francisé par l’Eternel, ce qui signifie : celui qui existe par lui-même depuis toute éternité.

Le premier nom de Dieu qui nous est présenté dans la Bible apparait dès le premier verset de Genèse : Au commencement, Elohim créa les cieux et la terre. Ce nom désigne notre Dieu créateur au pluriel. Ce pluriel annonce les trois personnes en un seul Dieu : le Père, le Fils et le Saint-Esprit.

 

Dans la Bible, on attribue au nom une grande importance car il y a une relation directe entre le nom et la personne, sa nature profonde qu'il a pour but de révéler. Il exprime la personnalité à tel point que, savoir le nom de quelqu'un, c'est le reconnaître intimement et même dans un certain sens avoir une emprise sur lui, par exemple dans la prière. Nous en aurons des exemples frappants dans la Bible avec les différents noms de Dieu. C'est lui, qui nous révèle chacun de ses noms dans des circonstances différentes. Par exemple, après une victoire il nous révèle quel est l'aspect de sa personnalité qui est intervenue ou lors de la conclusion d'une alliance.

 Dans la Bible nous trouvons des hommes qui demandent à Dieu quel est ton nom ? Le premier cas que nous trouvons c'est lorsque Jacob lutta avec l'ange lors, de son retour de chez Laban : Jacob l’interrogea, en disant : Fais je te prie, connaître ton nom. Il répondit : Pourquoi demandes-tu mon nom ? Et il le bénit là. Jacob appela ce lieu du nom de Peniel ; car, dit-il, j’ai vu Dieu face à face, et mon âme a été sauvée.                                                                        Genèse 32:29 et 30

 

Peniel signifie la face de Dieu. Jacob n’a pas reçu la révélation du nom de celui qui le bénissait, mais il a vu sa face, ce qui confirme sa Parole : Tu me feras connaître le sentier de la vie ; Il y a d’abondantes joies devant ta face, Des délices éternelles à ta droite.               Psaumes 16 : 11

La marche de Jacob en a été changée et même son nom a changé : d’usurpateur il est devenu Israël c’est-à-dire prince de Dieu.

Lorsque Moïse se rend au buisson-ardent et reçoit la mission que l’Eternel lui confie : sortir le peuple Hébreux de l’esclavage en Egypte, il pose cette question : Moïse dit à Dieu : J’irai donc vers les enfants d’Israël, et je leur dirai : Le Dieu de vos pères m’envoie vers vous. Mais, s’ils me demandent quel est son nom, que leur répondrai-je ? Dieu dit à Moïse : Je suis celui qui suis. Et il ajouta : C’est ainsi que tu répondras aux enfants d’Israël : Celui qui s’appelle ‘Je suis’ m’a envoyé vers vous.  Dieu dit encore à Moïse : Tu parleras ainsi aux enfants d’Israël : L’Eternel, le Dieu de vos pères, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob, m’envoie vers vous. Voilà mon nom pour l’éternité, voilà mon nom de génération en génération.                                                                                          Exode 3 : 13 à 15

Nous allons prendre un autre exemple d’un homme qui  demande son nom à Dieu et qui obtient une réponse. Il s’agit de Manoach qui va devenir le père de Samson. Le nom de Manoach signifie repos. Sa femme est stérile et reçoit la visite d’un ange qui lui annonce qu’elle enfantera, son mari, absent ce jour-là, demande une confirmation : Et Manoach dit à l’ange de l’Eternel : Quel est ton nom, afin que nous te rendions gloire, quand ta parole s’accomplira ? L’ange de l’Eternel lui répondit : Pourquoi demandes-tu mon nom ? Il est merveilleux. Manoach prit le chevreau et l’offrande, et fit un sacrifice à l’Eternel sur le rocher. Il s’opéra un prodige, pendant que Manoach et sa femme regardaient. Comme la flamme montait de dessus l’autel vers le ciel, l’ange de l’Eternel monta dans la flamme de l’autel. A cette vue, Manoach et sa femme tombèrent la face contre terre. L’ange de l’Eternel n’apparut plus à Manoach et à sa femme. Alors Manoach comprit que c’était l’ange de l’Eternel.                                                                          Juges 13 : 17 à 21

Merveilleux signifie extraordinaire, digne de révérence. L’ange de l’Eternel préfigure Jésus, son nom : merveilleux est confirmé dans cette prophétie : Car pour nous un enfant est né, un fils nous est donné. Et il exercera l’autorité royale, il sera appelé Merveilleux Conseiller, Dieu fort, Père à jamais et Prince de la Paix.  Bible du Semeur                                                             Esaïe 9 : 5

La Bible, version Darby nous dit : Car un enfant nous est né, un fils nous a été donné, et le gouvernement sera sur son épaule ; et on appellera son nom, Merveilleux, Conseiller, Dieu fort, Père du siècle, Prince de paix.

Merveilleux, ici, signifie : qui étonne au plus haut point, extraordinaire, qui étonne par son caractère inexplicable, surnaturel et le contraire est : naturel. L’épouse de Manoach enfanta après cette visite de l’ange de l’Eternel, il opère des miracles.

L’évangile de Marc  nous le confirme : Ils étaient dans le plus grand étonnement, et disaient : Il fait tout à merveille ; même il fait entendre les sourds, et parler les muets.                       Marc 7 : 37

Dieu s'est toujours révélé par un nom qui définit sa nature et la met en évidence. Lorsque nous lisons ou prononçons les noms de Dieu dans notre langue, nous ne réalisons pas toujours toute la signification et la puissance qu'ils renferment, parce que chez nous le nom n'a pas de signification particulière. Mais pour Dieu, le nom a un sens précis, par exemple, lorsqu'il a établi son alliance avec Abraham : Lorsque Abram fut âgé de quatre–vingt–dix–neuf ans, l’Eternel apparut à Abram, et lui dit : Je suis le Dieu Tout–Puissant. Marche devant ma face, et sois intègre. J’établirai mon alliance entre moi et toi, et je te multiplierai à l’extrême. Abram tomba sur sa face ; et Dieu lui parla, en disant : Voici mon alliance, que je fais avec toi. Tu deviendras père d’une multitude de nations.  On ne t’appellera plus Abram ; mais ton nom sera Abraham, car je te rends père d’une multitude de nations.                                                                                              Genèse 17 : 1 à 8

 Il s'est présenté à lui sous le nom El-Shaddaï (en Hébreux). Cela signifie qu'El-Shaddaï ou le Dieu Tout-Puissant ou tout Suffisant(en français) à le pouvoir de tenir et d'accomplir sa promesse d’alliance. Ses noms, que Dieu nous révèle, ont toujours pour but de nous dire qui il est, quel est son pouvoir, sa nature, son cœur.

El-Shaddaï signifie également celui qui a plusieurs poitrines ou mamelles, de ce fait il est capable de nourrir une multitude. Nous en avons un exemple dans l’évangile de Jean avec Jésus, lors de la multiplication des pains. Avec deux poissons et cinq pains d’orge, cinq mille hommes, plus les femmes et les enfants, furent rassasiés et il resta douze corbeilles pleines avec les morceaux de pains ramassés.

Maintenant, nous allons découvrir un nouveau nom de Dieu révélé après une victoire. Nous avons déjà étudié ce texte de la Bible et parlé de la victoire du peuple Hébreux contre leurs ennemis, les Amalécites : Les mains de Moïse étant fatiguées, ils prirent une pierre qu’ils placèrent sous lui, et il s’assit dessus. Aaron et Hur soutenaient ses mains, l’un d’un côté, l’autre de l’autre ; et ses mains restèrent fermes jusqu’au coucher du soleil. Et Josué vainquit Amalek et son peuple, au tranchant de l’épée. L’Eternel dit à Moïse : Ecris cela dans le livre, pour que le souvenir s’en conserve, et déclare à Josué que j’effacerai la mémoire d’Amalek de dessous les cieux. Moïse bâtit un autel, et lui donna pour nom : l’Eternel ma bannière.                                                                                              Exode 17 : 12 à 15

D’autres traductions nous donnent le nom en Hébreux, soit Yavhé-Nissi, Jéhovah-Nissi ou Adonaï-Nissi. Cette révélation vient à l’issue d’une victoire de l’Esprit sur la chair. L’ennemi était Amalek, figure de la chair en conflit avec l’Esprit. L’Eternel donne la victoire en déployant sa bannière à Rephidim, c'est-à-dire lieu de repos ou sa victoire nous donne le repos.

Nous découvrons la nature de cette bannière dans le Cantique des cantiques : Il m’a fait entrer dans la maison du vin ; et la bannière qu’il déploie sur moi, c’est l’amour.

                                                                                                              Cantique des cantiques 2 : 4

Que représente sa bannière sur nous aujourd’hui ?

Moïse et son bâton sur la montagne, sont ici une représentation de Jésus assis dans les lieux célestes. Il intercède pour nous auprès du Père après sa victoire obtenue sur la croix dressée.

La révélation de Yavhé-Nissi est liée à cette bataille de Rephidim où le ciel s’est ouvert au-dessus de cette bannière ce qui a permis aux anges de venir combattre aux côtés des hommes du peuple Hébreux et de leur donner la victoire. Car, certainement qu’ils étaient peu nombreux et pas du tout formés pour le combat. Malgré ce manque de formation ils ont obtenu la victoire ou Yavhé-Nissi les a conduits dans la victoire.

Dans ce passage, Dieu annonce la venue de la bannière, Jésus : il et l'étendard sous lequel tous les peuples sont appelés à se rallier, notre bannière dans les cieux, comme un étendard planté à côté du trône de Dieu. Il est celui qui tient haut sa bannière, symbole de la victoire de la vie sur la mort et le péché. Jésus est aussi la victoire de l'amour inconditionnel de Dieu pour ses enfants : Dieu élève son propre sang au-dessous nous, en signe de protection éternelle, ma protection vient de la purification des péchés et du pardon que Dieu m'accorde.

Aujourd'hui, pourquoi lever une bannière ?

La révélation de Yavhé-Nissi est liée à cette bataille de Réphidim : elle comprend des notions de guerre, de foi, de promesse de victoire, de puissance, de communion avec Dieu, de génération, de proclamation…

Exode 17:16  il y aura guerre de l'Eternel contre Amalek, de génération en génération.

Ce combat oppose Satan au trône de Dieu et nous avons toujours à combattre cet esprit d'Amalek. Pourquoi ? Parce que nous sommes les générations dont parle Moïse ci-dessus, la descendance de Dieu. Une bannière levée représente un acte de foi et nous montre que la victoire est acquise, car le chemin vers le ciel est ouvert.( A suivre)

 

 

Publié dans Le coeur du Père

Commenter cet article