La valse des étiquettes!

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

 Par Eric-Vincent Dufour

 Beaucoup d'entre nous ont dans leurs souvenirs d'enfance, ou dans leurs habitudes, eu l'occasion un jour, de faire ou d'aider à faire des confitures, gelées ou autres conserves à l'ancienne. Les préparatifs minutieux, la cuisson, la mise en pots et quand les pots sont enfin froids, la pose, ô combien amusante et importante, des étiquettes: Abricots, Framboises, Cerises, Groseilles ou encore Haricots... Que de gourmands à cette simple évocation, s'imaginent déjà en train de se régaler autour d'une bonne table !

Cependant, grâce à cette image sympathique, je voudrai d'aborder un sujet dont la réalité est malheureusement, un peu moins savoureuse...

En effet, il est souvent dans nos (mauvaises) habitudes, de faire avec les gens qui nous entourent, (que nous vivions avec eux ou que nous les croisions simplement) comme nous faisons avec les conserves:

Nous avons tous une tendance naturelle, plus ou moins forte, à mettre des étiquettes sur les personnes, puis une fois cette opération effectuée, de poser ces dites personnes sur l'une des étagères de nos consciences et de les laisser là, avec cette étiquette collée sur eux, jusqu'à ce que nous les croisions à nouveau.

A ce moment, nous reprenons notre “conserve” dans laquelle nous les avons en quelque sorte, enfermés, et lisons mentalement l'étiquette posée sur eux, des mois, voire même des années auparavant. Que lisons nous sur cette étiquette collée parfois après seulement quelques minutes passées avec eux ? “Faible, arrogante, menteur, peureuse, légaliste, laxiste, ambitieux, insoumise...” La liste est inépuisable.

Parfois positive, souvent négative, cette étiquette défie le temps et les changements. Elle agit comme une véritable “paire de lunettes teintées”, que nous chaussons à chaque nouvelle rencontre avec ces personnes, colorant invariablement tout ce que nous pouvons entendre ou apprendre à leur sujet.

Elle nous sert aussi de commentaire disponible, aisé à partager quand nous parlons avec des tiers de l'une d'entre elles, étiquetées avec tellement de certitudes et de facilité: “Oh, une telle est comme ceci ou untel est comme cela...

Et voilà notre étiquette reproduite, placée sur un autre pot représentant quelqu'un peut-être jamais rencontré personnellement, mais déjà catalogué sur l'étagère de nos amis, de nos collègues... étiqueté pour longtemps sans espoir de changement.

Combien de fois n'avons pas nous-mêmes participé à l'une de ces rencontres, où nous échangeons les uns les autres nos étiquettes, sur des personnes connues ou dont nous avons seulement entendu parler ?

Pourquoi une telle attitude ?

Il semble que tous, nous préférions les certitudes, à la remise en question. Cela nous rassure.

Cela aussi d'une certaine manière, simplifie nos rapports avec autrui. Nous ne pouvons, ni ne voulons toujours faire l'effort (plus ou moins consciemment) de nous investir dans des relations, jusqu'à ce que nous puissions nous forger un sentiment profond, basé sur des expériences fiables et variées. Cela prendrait trop de temps, d'énergie, ou tout simplement est impossible. Alors, comme nous ne pouvons laisser quelqu'un sans “étiquette”, nous choisissons la facilité et en plaçons une toute faite.

Nous aimons rarement ensuite avoir à changer ce que nous croyons, à tort ou à raison, être “notre” vérité.

Mais, je me souviens du jour où, devant un pot de confiture de cerises d'un superbe rouge vif, je lis amusé, une vieille étiquette qui, niant les faits, s'entêtait à marquer: “Abricots”. Le contenu avait changé, mais l'étiquette non.
Combien de personnes ont elles cette impression désagréable que, quoi qu'elles fassent ou quelles que puissent être leurs évolutions, elles seront toujours perçues au travers des mêmes adjectifs qui leur collent à la peau et semblent impossibles à enlever ?

Si vous m'aviez rencontré au début de ma conversion, peut-être auriez-vous dit de moi: “Il est légaliste” et d'autres : “Il est laxiste” et peut-être auriez vous tous eu un peu raison ? Mais combien ai-je changé depuis ce jour !

Quel travail incroyable le Saint-Esprit accompli en chacun de nous, jour après jour !

Tel un diamant dont les facettes reflètent l'infinie beauté de la lumière qui le traverse, nous ne sommes jamais définissables par un seul, ni même une poignée d'adjectifs qualificatifs ! Nous sommes une multitude de facettes à la fois, tel un joyau entre les mains du Divin joailler, en constante transformation pour refléter Sa Divine lumière !

Seul notre Créateur sait exactement qui nous sommes, car il est Celui qui nous façonne avec amour jour après jour. En enfermant des personnes sous des étiquettes, nous gelons par là même dans notre esprit, l'oeuvre du Saint-Esprit en elles, et pêchons contre notre Dieu !

Usons de grâce les uns envers les autres, rejetons la facilité, et souvenons nous de l'exemple de l'apôtre Paul avec Marc l'évangéliste:

Soyons prêts à remettre en cause nos certitudes, et comme nous voudrions que d'autres le fassent à notre sujet, arrachons nos étiquettes ! Car Dieu est encore au travail en chacun de nous !

Eric-Vincent Dufour

 

Publié dans Parolevivante

Commenter cet article