Le salaire du péché c’est la mort.

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Le salaire du péché c’est la mort.

                                                                                                                     Romains 6-23

Le mot salaire signifie : Rémunération du péché, d’un service, la rétribution, les honoraires, dû pour un travail, somme d’argent payable par un employeur à un salarié en contrepartie d’un travail.

Dans le naturel lorsqu’un homme  ou une femme accepte de travailler pour un patron, l’un et l’autre attendent en contrepartie un salaire, négocié en principe. Le salarié met son potentiel d’énergie au service de son patron pendant un temps déterminé. Il offre sa vie.

Nous le verrons plus loin, la vie est dans le sang c’est à dire que ce salarié va offrir ou répandre son sang pour son employeur. Par son travail, ce salarié va produire des biens et participer à l’enrichissement de son employeur et à l’extension de son entreprise.

 

Maintenant appliquons ce principe sur le plan spirituel.

 

 Le péché représente un travail pour un employeur ou un royaume dont nous n’avons pas négocié le salaire. Le salaire réel, nous le découvrirons plus tard. En revanche, le piège du péché consiste à  nous procurer, au début, quelques  moments de plaisirs éphémères, que nous regretterons amèrement ensuite.

Nous cherchons pour oublier, des expériences toujours plus grandes  afin d’expérimenter des jouissances plus fortes. Elles nous conduiront à la destruction. Car le péché laisse un goût amer dans nos vies, comme des graviers dans nos bouches.

Par le péché, nous offrons notre vie, versons notre sang au profit d’un  employeur que nous allons découvrir : car il se cache. Le salaire que nous recevons c’est la mort éternelle.

 En péchant, nous mettons notre énergie au service d’un maître, consciemment ou inconsciemment, son entreprise ou son royaume  va en bénéficier, s’accroître et gagner de la puissance.

D’autre part, comme nous enfreignons la loi de Dieu, nous devenons coupables, justiciables. Nous devenons des créanciers envers Dieu.  Le péché ouvre une dette dans nos vies, vis-à-vis de Dieu, qui ne se rembourse pas avec de l’argent. Cette dette est de nature spirituelle puisque nous violons la loi divine qui est spirituelle. Le rachat ne peut s’opérer que par une rançon spirituelle.

 Le péché, comme tout travail, mérite une  rémunération ; son salaire équivaut à la mort, voilà ce que nous apprend la Bible.

 

 Quel est cet employeur auquel nous soumettons nos vies par le péché?

 

 La Bible nous dit que le péché représente un empire. 

Quoi donc ! Sommes-nous plus excellents ? Nullement. Car nous avons déjà prouvé que tous, Juifs et Grecs, sont sous l’empire du péché.                                                                                      Romains 3 :9

La réponse ce tient dans la fin de ce verset : sous l’empire du péché.

La conclusion est claire,  pécher entraîne dans la mort, c'est-à-dire à perdre la vie. Perdre la vie, sur le plan spirituel, signifie répandre son sang ou  perdre son sang, puisque nous allons le découvrir, la vie se tient dans le sang. Perdre son sang à cause du péché, équivaut à  perdre la relation avec Dieu dans nos vies et à être coupé de Dieu, l’auteur de la vie.  Le péché nous met au service d’un autre maître que Dieu.

En Dieu, tout est vie ; une vie jaillissante qui se renouvelle constamment et se communique. Elle ne baisse jamais d’intensité, de créativité. De même, en Dieu tout est lumière, flammes de feu, amour. Nous comprenons rapidement que, dans cette ambiance, la mort fuit devant Dieu, elle ne peut résister dans sa présence. Ce n’est pas Dieu qui repousse la mort mais bien la mort qui ne peut tenir dans sa présence.

Par le péché, je perds la vie donc je répands mon sang et Dieu me redemande mon sang ; non seulement le mien, mais celui de toute personne que j’ai ou que nous avons entraîné dans le péché.

Car en Dieu, il existe une loi et un principe de son royaume «  sang pour sang et vie pour vie ». A celui qui verse le sang, Dieu lui redemande le sang versé et bien sûr la vie perdue.

Car la vie de la chair est dans le sang. Je vous l’ai donné sur l’autel, afin qu’il serve d’expiation pour vos âmes, car c’est par la vie que le sang fait l’expiation.                                                        Lévitique 17 : 11

Voici le même verset dans la version Parole de Vie.

En effet, c’est dans le sang que se trouve la vie d’un être. Le SEIGNEUR vous permet d’utiliser le sang sur l’autel pour recevoir le pardon de vos péchés. Oui, le sang obtient le pardon des péchés parce qu’il porte la vie.

 

Dans le naturel, nous savons que si nous perdons complètement notre sang, nous allons mourir. Cela prouve bien que la vie se trouve dans le sang.

 

Seulement, vous ne mangerez point de chair avec son âme, avec son sang. Sachez le aussi, je redemanderai le sang de vos âmes, je le redemanderai à tout animal ; et je redemanderai l’âme de l’homme à l’homme, à l’homme qui est son frère.

 Si quelqu’un verse le sang de l’homme, par l’homme son sang sera versé ; car Dieu a fait l’homme à son image.                 Genèse 9 : 4 à 6

Citons encore :

 Seulement gardes- toi de manger le sang, car le sang, c’est la vie, et tu ne mangeras pas la vie avec le sang.                Deutéronome 12 : 23

                                                                                          

Résumons cette loi de Dieu : Car la vie de toute chair, c’est son sang qui est en elle. C’est pourquoi Dieu dit aux enfants d’Israël et à chacun d’entre nous aujourd’hui : Vous ne mangerez le sang d’aucune chair, car la vie de toute chair c’est son sang.

La vie est dans le sang. Elle n’est pas seulement dans le sang par lui-même, mais dans le sang par l’Esprit :

Tu envoies ton Esprit et ils sont créés.                         Psaumes 104-30

Ce verset nous rappelle que nous avons été créés à l’image de Dieu. La vie de Dieu est en nous. Il est le Dieu de la vie, l’origine de toutes vies. Il ne peut que donner la vie. Nous le répétons avec insistance. Nous venons de Dieu, c’est pourquoi  nous sommes des êtres vivants avec la vie de Dieu en nous par son Esprit avec le sang. Dieu dit à celui qui verse le sang : je lui redemanderai son sang.

Non seulement aux personnes qui sont la cause de la perte de notre sang, mais également  à nous-mêmes quand nous répandons le sang d’autrui ou le nôtre, notamment à cause du péché. Maintenant nous comprenons mieux la loi de Dieu « sang pour sang, vie pour vie. »

Résumons : à cause du péché nous perdons la vie, et nous répandons notre sang. Dieu nous demande de rendre compte de notre vie perdue et de nôtre sang répandu par le péché, également le sang de ceux que nous entraînons dans le péché.

 Car leurs pieds courent au mal, Et ils ont hâte de répandre  le sang.

 Et eux, c’est contre leur propre sang qu’ils dressent des embûches, C’est à leur âme qu’ils tendent des pièges.         Proverbes 1 : 16 et 18

 

Mais puisque nous sommes morts, sur le plan spirituel, nous nous retrouvons dans l’incapacité de satisfaire les obligations de cette loi. Vous et moi nous sommes dans l’incapacité d’agir. Alors il s’avère nécessaire que quelqu’un d’autre agisse à notre place, pour satisfaire cette loi. Pour deux raisons :

 

-1 Afin que la justice de Dieu soit satisfaite.

-2 Afin que nous retrouvions la vie, car nous avons été créé pour vivre.

Selon la loi, la mort est la conséquence du péché. Afin d’obtenir le pardon et l’expiation, il devient indispensable de sacrifier la vie d’un substitut, volontaire, sans péché, de même nature que vous et moi et que son sang pur coule : le sang d’un vivant sur le plan spirituel. Le péché souille le sang. Il nous arrive d’entendre dire : Cette personne a la haine dans le sang.

 

Dans le naturel, des volontaires donnent leur sang pour sauver des vies. Leur don est excellent. Toutefois leur sang ne peut que redonner ou fortifier la vie physique des bénéficiaires, à une condition : C’est que le donneur et le receveur appartiennent au même groupe sanguin, sinon cette transfusion peut provoquer la mort. Le résultat sera le même si du sang animal est transfusé à un être humain, son sang va s’agglutiner et tuer le receveur. Nous reprendrons ce principe sur le plan spirituel.

  Le sang de ces donneurs n’a aucun pouvoir dans le spirituel, c'est-à-dire pour satisfaire la loi de Dieu « sang pour sang, vie pour vie ». Leur don est partiel, limité en quantité, renouvelé, certes volontaire, mais donné sans brutalité, ni sur l’autel. Il n’est pas offert par immolation ou par effusion et leur sang est pollué sur le plan spirituel, et même quelquefois sur le plan naturel, c’est le cas avec le sida par exemple.

 Comme nous le dit ce verset :

 

Sans effusion de sang, il n’y a pas de pardon.                 Hébreux 9- 22

Effusion signifie : Action de répandre un liquide, action de faire couler le sang par un acte de violence, être tué avec violence.

 Sans effusion de sang sur l'autel ou de sang qui coule sur l’autel, c'est-à-dire offert en sacrifice, il n'y a pas de pardon. Le sang  par lui-même est sans puissance, les miracles du pardon se produisent parce que dans le sang, il y a la vie.

 Quand nous péchons, nous perdons la vie ainsi que notre sang. Le péché souille nos vies, cela signifie que sur le plan spirituel, notre sang est également souillé. Par le péché, il n'y a plus de vie dans notre sang alors nous sommes des morts spirituels.

 Des scientifiques ont découvert que dans le sang il y a comme une lumière congelée, c'est-à-dire sans puissance, sans action, sans vie.

 Rentrons plus profondément dans cette loi spirituelle et récapitulons notre situation de pécheurs. Nous sommes morts, privés de la vraie vie, notre sang est pollué, nous sommes déjà dans le sépulcre de la mort spirituelle. De ce fait, nous n’avons pas la capacité d’offrir notre vie, puisque nous l’avons perdue.

 

 

 

Publié dans Le bénéfice du sang

Commenter cet article