La plus grande guerre de tous les temps: l'adoration

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

                       

Il est bon de se poser la question suivante: qui adorons-nous dans nos temps d'adoration?

Dieu lui-même

Nous même

ou Satan

Jésus lui-même a du se déterminer face la tentation de Satan: je te donnerai toutes ces choses, si tu te prosternes et m'adores. Jésus lui dit: retire-roi, Satan! Car il est écrit: tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul.                                                                      Matthieu 4 : 9 et 10

La croissance de l’Eglise, la victoire sur l’adversaire, le fait que nos cœurs soient préparés, que nous soyons renouvelés, guéris, visités, bénis, sont les conséquences de la louange et de l’adoration. Trop souvent dans l’adoration, nous sommes concentrés sur ses résultats plutôt que sur le but. Nous sommes en train de rater la cible chaque fois que nous louons ou adorons Dieu pour autre chose que de le célébrer de tout notre cœur, de toute notre âme, de toutes nos forces. En hébreu, la racine du mot ‘péché’ signifie ‘manquer le but’. Quand Dieu n’est pas le but de nos temps de louange et d’adoration, nous péchons, tout simplement. Quelles sont nos motivations ?

 

Pratiquer la présence du ‘moi’  tue l’adoration.

 

Dans la société, le culte de l’homme a remplacé le culte de Dieu. C’est de l’idolâtrie.  L’humanisme a infiltré l’Eglise et trop souvent, nos besoins passent avant Dieu. Il faut remettre de l’ordre dans nos priorités. Dieu est-il toujours le but de notre adoration ? Ai-je toujours le désir de le célébrer quelles que soient les circonstances ?

Le diable demande l’adoration, cherche à la voler et à nous entraîner dans une guerre d’adoration. L’adoration, c’est la plus grande guerre qui puisse exister et la plus longue. Elle a commencé dans les lieux célestes bien avant que l’homme ne soit créé. Ensuite Satan tente Jésus : et lui dit : Je te donnerai toute cette puissance, et la gloire de ces royaumes ; car elle m’a été donnée, et je la donne à qui je veux. Si donc tu m’adores, elle sera toute à toi. Jésus lui répondit : Il est écrit : Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul.                                                                                              Luc 4 : 6 à 8

 

L’adoration que le diable recherche va fortifier, développer, favoriser les œuvres de la chair :   La débauche, l’impureté, le dérèglement, l’idolâtrie, la magie, les rivalités, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l’envie, l’ivrognerie, les excès de tables, et les choses semblables. Car il sait que ceux qui  les pratiquent n’hériteront point le royaume de Dieu.

                                                                                                                                           Galates 5 : 19-21

 D’autre part, le fruit des œuvres de la chair est pour le diable et ses démons une nourriture, une source d’énergie renouvelée.  

 

Les œuvres de la chair vont à l’encontre de l’œuvre accomplie par Jésus sur la croix. Jésus est venu faire la purification des œuvres de la chair, détruire les œuvres du diable.

 Le Fils de Dieu a paru afin de détruire les œuvres du diable.                                                 1 Jean 3 : 8b

                                                                                                                                                                                                                                                     Attention au temple profané

 

Dans tout le Nouveau Testament, nous sommes exhortés à  purifier et à nettoyer le temple que nous sommes. Jésus a payé un grand prix sur la croix pour nous offrir sa nature, la capacité de nous éloigner de l'iniquité et  devenir des temples purifiés. Ce nettoyage est nécessaire dans tous les domaines. Notre nature pécheresse a été mise à mort, mais elle essaiera de reprendre vie si nous ne veillons pas.

  1. Sans cesse maîtrisons cette nature de péché et cessons de pratiquer le péché.

          2- Nous avons à veiller sur toute forme d’idolâtrie et l'extraire du temple de Dieu (c'est-à-dire de nous-mêmes) et de nos maisons.

     Le temple de  Dieu n'est pas seulement profané par notre participation active au péché mais aussi par la présence des démons.

     Les démons ne peuvent pas sauter comme cela à  l’intérieur d'une personne, chaque fois qu'ils le désirent. Nous bénéficions d'une protection afin qu'ils ne puissent pas pénétrer en nous tant que nous n’ouvrons pas de brèche dans cette  barrière de protection.

     

    Comment pouvons-nous ouvrir une brèche dans cette barrière de protection ? Par le péché.

     

     Dans l’Ancien Testament, Dieu a donné à son peuple, les enfants d'Israël, de nombreux symboles qui sont nécessaires pour comprendre la pureté de la vie de Christ en leur demandant de les appliquer dans leur vie.  Citons un exemple, quand un Israélite se présentait devant la tente d’assignation afin d’obtenir le pardon de ses péchés, il offrait un animal en sacrifice. Cet animal subissait un double examen :

    1 Il devait être  sans défaut visible.

    2 Tout l’intérieur de l’animal subissait le même examen après avoir été lavé avec de l’eau notamment pour les entrailles et les jambes. Après avoir satisfait à ce double examen, cet animal sacrifié et consumé par le feu montait d’une agréable odeur à l’Eternel.

    Il lavera avec de l’eau les entrailles et les jambes ; et le sacrificateur brûlera le tout sur l’autel. C’est un holocauste, un sacrifice consumé par le feu, d’une agréable odeur à l’Eternel.                     Lévitique 1 : 9

     L’eau annonce l’œuvre de la Parole de Dieu dans nos vies. Toute désobéissance ouvre une brèche dans le temple que nous sommes.

     

     Prenons l’exemple du temple de Dieu construit par Salomon. Il représente l'image de ceux qui, parmi nous, sont entrés dans la nouvelle alliance  avec Christ. Nous sommes le temple de Dieu et le Saint-Esprit habite en nous, exactement comme la présence de Dieu habitait dans le temple de Salomon. Maintenant, regardons de quelle manière le temple de Salomon a été profané.

    Le temple était  construit face au nord.

     Et il me conduisit à l’entrée de la porte de la maison de l’Eternel, du côté du septentrion. Et voici, il y avait là des femmes assises, qui pleuraient Thammuz.

                                                                                                                                                   Ezéchiel 8: 14

     

    Pourquoi ces femmes pleurent-elles Tammuz ? Afin qu’il ressuscite, car il est considéré comme un dieu. C’est sa résurrection qui est célébrée lors de la fête de Pâques. En fait, elles pleurent devant le démon qui se cache derrière Tammuz. Leurs pleurs, leurs lamentations sont  une forme de prières et d’adoration adressées à ce démon, pour lui donner de la puissance afin qu’il ressuscite Tammuz.

     La Bible donne le nom de « pleureuses » à ces femmes qui se manifestent devant la mort. Nous en  trouvons un exemple dans les versets qui suivent : Comme il parlait encore, survinrent de chez le chef de la synagogue des gens qui dirent : ta fille est morte ; pourquoi importuner davantage le maître ? Et il ne permit à personne de l’accompagner, si ce n’est à Pierre, à Jacques, et à Jean, frère de Jacques. Il entra, et leur dit : Pourquoi faites-vous du bruit, et pourquoi pleurez-vous ? L’enfant n’est pas morte, mais elle dort. Et ils se moquèrent de lui. Alors, ayant fait sortir tout le monde, il prit avec lui le père et la mère de l’enfant, et ceux qui l’avaient accompagné, et il entra là où était l’enfant. Il la saisit par la main, et lui dit : Talitha koumi, ce qui signifie : Jeune fille, lève-toi, je te le dis. Aussitôt la jeune fille se leva, et se mit à marcher ; car elle avait douze ans. Et ils furent dans un grand étonnement.

                                                                                                                                       Marc 5 : 35 et 37 à 39

     

    Pourquoi Jésus a-t-il fait sortir les pleureuses et ceux qui poussaient de grands cris ?

     

    Par leurs pleurs et leurs « grands cris » ils donnaient de la puissance aux esprits de mort qui détenaient captive cette jeune fille. Jésus a choisi de s’entourer de personnes qui ne s’opposeraient pas à la résurrection de la jeune fille.

     

    Le temple était entouré d'un mur comportant deux portes, une dans le mur du Nord et l'autre dans le mur Est. Le Nord désigne « l’extrémité du septentrion » où se situe le trône de Dieu et l’Est symbolise Jésus, notre soleil levant. Le temple était divisé en deux parties. La première partie sur le devant était appelée "lieu saint" et la deuxième partie, à l'intérieur, "lieu très saint". La présence de Dieu demeurait dans le lieu très saint sur le propitiatoire.

    Après la mort de Salomon, la nation d'Israël fut divisée en deux. La ville de Jérusalem était située dans le royaume de Juda, et l'autre moitié du pays constituait le royaume d'Israël. Le roi Manassé qui succéda à Roboam, fils de Salomon, éleva au milieu du temple des autels consacrés à ses idoles démoniaques.

     Il bâtit des autels à toute l’armée des cieux dans les deux parvis de la maison de l’Eternel.

                                                                                                                                           2 chroniques 33 : 5

     

    Le royaume d'Israël fut emmené en captivité avant le royaume de Juda. Ézékiel prophétisa parmi les captifs de Babylone. Dans les chapitres 8 à 10 du prophète Ézékiel, Dieu le transporta en esprit, de Babylone à Jérusalem pour lui montrer la profanation de son temple et la cause de leur déportation.

     

     Il étendit une forme de main, et me saisit par les cheveux. L’Esprit m’enleva entre la terre et le ciel, et me transporta, dans des visions divines, à Jérusalem, à l’entrée de la porte intérieure, du côté du septentrion, où était l’idole de la jalousie, qui excite la jalousie de l’Eternel.

     Et voici, la gloire du Dieu d’Israël était là, telle que je l’avais vue en vision dans la vallée.

    Il me dit : Fils de l’homme, lève les yeux du côté du septentrion ! Je levai les yeux du côté du septentrion ; et voici, cette idole de la jalousie était au septentrion de la porte de l’autel, à l’entrée.    Ézékiel 8 : 3 à 5

     

    Nous ne savons pas exactement à quoi ressemble cette idole mais nous savons que des démons sont associés à chaque idole. L'apôtre Paul le dit de manière précise : Que dis-je donc ? Que la viande sacrifiée aux idoles est quelque chose, ou qu’une idole est quelque chose ? Nullement. Je dis que ce qu’on sacrifie, on le sacrifie à des démons, et non à Dieu ; or, je ne veux pas que vous soyez en communion avec les démons.

     Vous ne pouvez boire la coupe du Seigneur, et la coupe des démons ; vous ne pouvez participer à la table du Seigneur, et à la table des démons.

    Voulons-nous provoquer la jalousie du Seigneur ? Sommes-nous plus forts que lui ?

                                                                                                                                      1 Corinthiens 10:19-22

     

    Par la suite  l'Eternel montra à Ézékiel les murs entourant le temple.

    J’entrai, et je regardai ; et voici, il y avait toutes sortes de figures de reptiles et de bêtes abominables, et toutes les idoles de la maison d’Israël, peintes sur la muraille tout autour.                             Ézékiel 8 : 10

     

    Il est bien connu, dans toutes les formes de sorcellerie, que des démons sont placés à l'endroit où se trouve un dessin occulte. Par conséquent, il y avait aussi des démons sur les murs qui entouraient le temple. Tout comme des démons sont présents là où il y a des graffiti sur les murs aujourd’hui.

    Tout d'abord, retenons bien le but de tous les rites occultes. Ils ouvrent la porte aux démons pour qu'ils soient présents dans la vie des personnes qui exécutent ces rites. Il en est de même avec certains objets, images, souvenirs ou meubles qui se trouvent dans nos maisons.

     

    Dieu montre à son prophète un autre type d’abomination ou d’adoration de faux dieux dans le temple.

    Et il me conduisit dans le parvis intérieur de la maison de l’Eternel. Et voici, à l’entrée du temple de l’Eternel, entre le portique et l’autel, il y avait environ vingt-cinq hommes, tournant le dos au temple de l’Eternel et le visage vers l’orient ; et ils se prosternaient à l’orient devant le soleil.

     Et il me dit : Vois-tu, fils de l’homme ? Est-ce trop peu pour la maison de Juda de commettre les abominations qu’ils commettent ici ?                                                                          Ezéchiel 8 : 16 et 17a

     

    L’adoration du soleil levant est une forme de culte démoniaque égyptien. En fait cette adoration est adressée au dieu soleil : Osiris, qui est le nom égyptien de Nimrod. Le but de cette adoration est  toujours d’attirer des démons. Elle attire des démons dans ma maison, alors que celle-ci doit-être un temple consacré à Dieu.

    L’adoration du dieu soleil vole l’adoration à Jésus le soleil de justice et également à Jésus le « soleil levant ».

    Grâce aux entrailles de la miséricorde de notre Dieu, En vertu de laquelle le soleil levant nous a visités d’en haut, pour éclairer ceux qui sont assis dans les ténèbres et dans l’ombre de la mort, Pour diriger nos pas dans le chemin de la paix.                                                                                      Luc 1 : 78 et 79

     

    Cet exemple  doit nous interpeller et nous inviter à nous poser la question suivante : Est-ce que dans ma maison  se trouvent une ou des personnes qui par leurs choix de vie, adorent un autre dieu que moi ?

     Et qui par cette adoration attirent des démons dans ma maison, alors que ma maison doit-être un temple consacré à Dieu.

    La présence de Dieu n’a pas quitté immédiatement ce temple. Pendant un temps l’Eternel a continué  de manifester sa gloire. Malgré les avertissements, le peuple d’Israël ne s’est pas repenti. L’Eternel a permis à son prophète  de voir la gloire quitter le temple. C’est là une image de ce qui peut nous arriver.

    N’oublions pas que le temple de Dieu, maintenant, c’est chacun d’entre nous, qui avons accepté Jésus comme Sauveur et Seigneur de notre vie. Dieu le détruira si nous profanons son temple. Comme il a permis la destruction du temple de Jérusalem et ses murailles.

    Ne savez–vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous ?  Si quelqu’un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira ; car le temple de Dieu est saint, et c’est ce que vous êtes.                                                                                                             1  Corinthiens 3 : 16 et 17

     

    Dans ce verset, il est intéressant de noter que le même mot grec est employé pour exprimer « être détruit » et « profaner ». Ce mot signifie également : endommager, corrompre, dégrader, dépraver, périr, ruiner, gaspiller.

    Dans l’opinion des Juifs, le temple était corrompu ou "détruit" lorsque quelqu’un le souillait, ou au plus haut degré, lorsqu’une chose y était endommagée ou lorsque les gardiens négligeaient leurs devoirs.

    Ce mot signifie également : écarter un chrétien de cet état de connaissance et de sainteté dans lequel il est souhaitable qu’il demeure ou le priver de cette connaissance.

     

    Nous constatons que la destruction résulte de la profanation. Le temple de Jérusalem a d’abord été souillé par l’entrée des idoles. Il a été profané et la destruction a suivi. Il en est de même pour le temple que nous sommes.

    Jésus n’a pas craint de chasser les vendeurs du temple qui le profanaient afin de lui redonner son usage : une maison de prière ou d’adoration au lieu d’une caverne de voleurs.

    Il entra dans le temple, et il se mit à chasser ceux qui vendaient, leur disant : Il est écrit : Ma maison sera une maison de prière. Mais vous, vous en avez fait une caverne de voleurs.

                                                                                                                                               Luc 23 : 45 et 46

    Zachée, ce collecteur d’impôts au profit des Romains décida de purifier sa vie ou son temple, quand Jésus vint chez lui.

      Lorsque Jésus fut arrivé à cet endroit, il leva les yeux et lui dit : Zachée, hâte-toi de descendre ; car il faut que je demeure aujourd’hui dans ta maison.

    Zachée se hâta de descendre, et le reçut avec joie.

    Mais Zachée, se tenant devant le Seigneur, lui dit : Voici, Seigneur, je donne aux pauvres la moitié de mes biens, et, si j’ai fait tort de quelque chose à quelqu’un, je lui rends le quadruple.

                                                                                                                                               Luc 19 : 5 : 6 et 8

     

    Dieu désire que sa gloire  brille dans ce temple. Aimons et désirons la gloire de Dieu dans son temple.

    Aimer la gloire de Dieu nous amène à haïr Babylone, et toutes ses ténèbres de mort, tout ce qui s’oppose à la manifestation du royaume de la lumière, ou le royaume de la vie, le royaume de Dieu.

     

     Eternel ! J’aime le séjour de ta maison, Le lieu où ta gloire habite.                                      Psaume 26- 8

    Notre Dieu et Père céleste désire des sacrifices d’actions de grâce, dans ce temple que nous sommes pour lui.

     Celui qui offre pour sacrifice des actions de grâces me glorifie.                                         Psaumes 50-23

     

    Tu n’auras pas d’autres dieux

     

    Aujourd’hui encore, Dieu nous demande de ne pas oublier :

     Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face.                                                                        Exode 20- 3

     

    Devant ce commandement il est facile de se dire : je ne suis pas bouddhiste ou animiste…Chez moi, je n’ai pas de statues devant lesquelles je me prosterne.  Alors je n’adore pas d’autre dieu, ou je n’ai pas d’autre dieu.

    Ceux qui tiennent ce raisonnement oublient ou n’ont pas pris conscience, que souvent, dans nos âmes, se trouvent  des fausses doctrines, des faux enseignements, des rites, des croyances, issus pour la plupart de Babylone. Pourtant, tout ceci interfère et s’oppose à la véritable adoration, en esprit et en vérité, du Dieu de la Bible.

    Dans ces circonstances, nous avons d’autres dieux devant sa face.

     

     Qu’il n’y ait au milieu de toi point de dieu étranger ! Ne te prosterne pas devant des dieux étrangers ! Alors je les ai livrés aux penchants de leur cœur, et ils ont suivi leurs propres conseils.

                                                                                                                                        Psaumes 81-10 et 13

    Ce n’est pas seulement en fléchissant les genoux, que nous nous prosternons devant d’autres dieux ou des dieux étrangers. Mais c’est à chaque fois que nous sortons du cadre de la Parole de Dieu, ou de sa volonté.

     

    C’est l’état ou l’attitude de notre cœur qui compte devant Dieu. Dieu sait à qui, dans notre cœur, toute l’attention ou toute l’adoration est donnée, destinée. Il sait qui est assis sur le trône de notre cœur : Lui ou un faux dieu.

     

    Quand nous plaçons-nous sous l’influence des faux dieux ?

     

    Ou quand sommes-nous déjà sous l’influence de dieux étrangers ?

     

    Honnêtement, posons-nous chacune de ces questions.

    Nous l’avons mentionné au départ, Dieu désire être adoré de tout notre esprit, de toute notre âme, de toutes nos forces et de toutes nos pensées.

     

     Soyez toujours joyeux ou réjouissez-vous dans le Seigneur; je le répète, réjouissez-vous. Que votre douceur soit connue de tous les hommes.                                                                       Philippiens 4 : 4-5

     

    La joie et le fruit de l’Esprit produisent des énergies qui plaisent à Dieu. Elles sont une forme d’adoration car elles expriment son cœur et l’empreinte de sa personne dans nos vies. Elles résultent du  fruit de l’Esprit  et sont exprimées par notre esprit. L’adoration exprimée par le fruit de l’Esprit nous permet de rentrer dans le lieu très saint, là où sont le Père et l’Agneau.

     

    Franchissez, franchissez les portes ! Préparez un chemin pour le peuple ! Frayez, frayez la route, ôtez les pierres ! Elevez une bannière vers les peuples !                                                                Esaie 62 : 10

    Les pierres à enlever nous parlent des gens enchaînés à des pierres, dont il faut les délivrer. C’est l’heure de l’évangélisation, pas seulement de notre nation, mais de toutes les nations.

     

    Maintenant, posons-nous la question : pour qui  je produis de l’énergie pendant l’adoration ?

     

     Pour le royaume de Dieu ou le royaume des ténèbres ? Bien sûr les énergies dont nous parlons sont spirituelles, nous avons la capacité de produire des énergies spirituelles qui servent soit le royaume de Dieu soit le royaume des ténèbres ! Souvenons-nous que Satan et ses anges nous considèrent comme des « vaches à traire », comme nous l’avons déjà dit dans le chapitre 13.

     Satan et ses démons vont chercher à utiliser nos émotions blessées, nos âmes non guéries, non renouvelées par la parole de Dieu, nos âmes fragmentées par des chocs émotionnels, des traumatismes de l’enfance, des abus subis ou des abus que nous faisons subir aux personnes de notre famille ou de notre entourage, etc. Tout cela est de la nourriture potentielle pour le monde des ténèbres. Citons encore toutes les blessures non guéries.

     

    L’énergie déployée avec la musique et les paroles des chants produit une source d’énergie considérable pour le diable et ses démons.

     

    Le diable sait que celui qui se souille, se souille encore…                                          Apocalypse : 22 : 11

    Dieu nous demande de développer le fruit de son Esprit. Le fruit de l’Esprit c’est : l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, la douceur, la maîtrise de soi.                          Galates 5 : 22

    Toutes ces facettes du fruit de l’Esprit représentent le caractère de Jésus et c’est à cela que nous sommes appelés. Car ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs. Dieu nous a créés esprit, âme et corps. L’esprit vient en premier. C’est par notre esprit que nous communiquons avec Dieu. L’âme doit être soumise à l’esprit et le corps à l’âme.

     Le diable inverse le plan de Dieu. Il est plus facile de marcher par les sens, les émotions ou les désirs de la chair. Mais cela nous entraîne dans de grandes souffrances et l’éternité dans l’étang de feu qui a été préparé pour le diable et ses anges.

     

    L’adoration produit de l’énergie spirituelle : pour Dieu, si j’adore Dieu ou pour le diable si j’adore le diable.

    Voyons ce que dit Esaïe : Mon épée s’est enivrée dans les cieux ; Voici, elle va descendre sur Edom, Sur le peuple que j’ai voué à l’extermination, pour le châtier.

    L’épée de l’Eternel est pleine de sang, couverte de graisse, Du sang des agneaux et des boucs, De la graisse des reins des béliers ; Car il y a des victimes de l’Eternel à Botsra, Et un grand carnage dans le pays d’Edom.                                                                                                                        Esaïe 34 : 5 : 6

     Botsra signifie : bergerie ou enclos à brebis.

     

     

    Lorsque le peuple produit des sacrifices, le sang des agneaux et la graisse des reins des béliers recouvrent son épée de sang et de graisse et la rendent plus puissante. Ainsi Dieu peut combattre pour son peuple. Souvent il est préférable d’offrir des sacrifices pour que lui-même aille à notre place lutter contre nos ennemis. C’est pourquoi Dieu a besoin de notre louange et de notre adoration pour agir. Notre louange et notre adoration produisent de l’énergie dont Dieu a besoin. Bien sûr Dieu est tout puissant, il se suffit à lui-même. Il n’a besoin de personne pour lui donner de la force mais il veut agir avec notre participation ; et notamment à travers l’adoration.

     

     Nous ne sommes plus au temps des sacrifices de sang, mais au temps des sacrifices volontaires de nos vies pour l’adorer, pour le louer. Toute cette énergie que nous produisons dans la louange et l’adoration va recouvrir son «épée» de graisse (pour engraisser, fortifier), ainsi il combattra pour nous en mettant ses anges en action. Il semble étonnant que Dieu ait besoin de nous, de notre énergie pour combattre et en quelque sorte « vitaliser » ses anges pour notre service.

     

    Citons un exemple 

     

     Nous le trouvons dans ce livre d’une servante de Dieu, JUNE LEWIS, « Domine au milieu de tes ennemis. » La scène se passe au Guatemala où une femme qui priait pour son pays eut une vision : elle vit bien au-dessus du siège gouvernemental dans le ciel, des anges qui luttaient. Les anges de Dieu luttaient pour son pays. Mais les anges de Satan leur résistaient. Alors qu’elle regardait la scène, elle vit ahurie, les anges de Satan vaincre les anges de Dieu. Elle posa cette question à Dieu : Comment est-ce possible ?

     Dieu lui répondit : Mes anges ne peuvent combattre que lorsque mon peuple prie. Quand mon peuple ne prie pas, mes anges ne peuvent pas gagner leurs batailles.

     

    C’est la même situation et la même solution avec la louange et l ‘adoration. La Bible nous le relate avec le roi Josaphat dans 2 Chroniques 20. Dieu lui donne la victoire alors que son armée est en marche avec les chantres et musiciens en tête.         

     

    Un autre ange vint se placer sur l’autel ; il tenait un encensoir d’or. On lui donna beaucoup d’encens pour qu’il l’offre avec les prières de tous les saints sur l’autel d’or, devant le trône.

    La fumée de l’encens monta de la main de l’ange avec les prières des saints, devant Dieu.

    L’ange prit ensuite l’encensoir, le remplit du feu de l’autel et le jeta sur la terre ; il y eut des tonnerres, des voix, des éclairs et un tremblement de terre.                                                        Apocalypse 8 : 3 à 5

     

    Si nous sommes là, debout, les bras croisés pendant la louange, offrons-nous vraiment un sacrifice ?

     

    Par contre, si nous sommes enthousiastes dans l’esprit, dansant comme David et même poussant des cris, nous produisons de l’énergie. Nous sommes alors en train de produire un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de notre part un culte raisonnable : Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable. Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait.                                                                                                 Romains 12 : 1 et 2

            

     

     

     

     

Publié dans Le coeur du Père

Commenter cet article