La différence entre le sang de l’agneau et le sang de Jésus

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

 L’agneau immolé la nuit de la Pâque, en Egypte, la vie lui a été ôtée par force, il a subi la mort. Toutefois son sang appliqué avec foi  a sauvé de la mort une fois, beaucoup de famille, mais pendant une seule nuit.

Notre « agneau » ou l’Agneau de Dieu, Jésus lui-même s’est offert, il s’est laissé immoler par amour et obéissance, pour être notre Pâque éternelle.

Le sang de l’agneau offert lors de la première Pâque n’a eu d’effet que pour une fois, une nuit.

Le sang de Jésus, depuis 2000 ans a toujours la même puissance de donner la vie. Le sang de Jésus, ou de l’Agneau immolé, a déjà sauvé un grand nombre de croyant, dans le monde entier, des hommes et des femmes de toutes tribus, de toutes langues de toutes races.

Dans sa vision de l’Apocalypse, l’apôtre Jean, nous dit : » Et voici, il y avait une grande foule, que personne ne pouvait compter »

Romains 5 : 9-10 : A plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang seront nous sauvés par lui de la colère.

Car si lorsque nous étions ennemi, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son fils, a plus forte raison, étant réconciliés, serons nous sauvés par sa vie.

 

L’alliance du sang de Jésus

 

La cène instituée, par Jésus, le dernier soir, accomplit et donne toutes leurs significations aux paroles de Jésus contenues dans :

 

 Jean 6-53 à 58 : Jésus leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez son sang, vous n’avez point la vie en vous-mêmes.

Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang à la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour. Car ma chair est vraiment une nourriture, et mon sang un breuvage.

 

Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang demeure en moi, et je demeure en lui. Comme le Père qui  est vivant m’a envoyé, et que je vis par le Père, ainsi celui qui me mange vivra par moi.

C’est ici le pain qui est descendu du ciel. Il n’en est pas comme de vos pères qui ont mangé la manne et qui sont morts : celui qui mange ce pain vivra éternellement.

 

La dernière plaie, en Egypte, correspond au jugement d’un dieu égyptien. Par la foi, et en obéissance à la parole de Dieu. Les Hébreux ont appliqué, le sang de l’agneau immolé, sur les linteaux des portes, de leurs maisons d’habitation :

 

Exode 12- 7 et 13 : On prendra de son sang, et on en mettra sur les deux poteaux et sur le linteau de la porte des maisons où on le mangera.

Le sang vous servira de signe sur les maisons où vous serez ; je verrai le sang, et je passerai par–dessus vous, et il n’y aura point de plaie qui vous détruise, quand je frapperai le pays d’Egypte.

  Les Hébreux ont été sauvés de la mort et sont sortis d’Egypte.

De même, la mort de l’Agneau de Dieu immolé, Jésus, a  pour conséquence le jugement de celui qui s’est institué ‘’dieu de ce siècle’’ ou le prince de l’air.

 

Maintenant nous  sommes délivrés de l’emprise du péché, de la mort éternelle. Tout du moins, pour nous qui croyons et pratiquons ces choses.

 

Colossiens 2-14- 15 : Il a effacé  l’acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l’a éliminé en le clouant à la croix ; Il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix.

Nous allons voir que la différence, entre la Pâque ou Pâques, représente, avant tout, une confrontation de royaume, une guerre entre le royaume de Dieu et le royaume de Babylone.

Nous pouvons dire, également, entre Jérusalem et Babylone.

La vérité représente un royaume : le royaume de la lumière.

La confusion symbolise un autre royaume : le royaume des ténèbres, le royaume de la voie large, de la mort. Le royaume de la confusion cherchera toujours à obscurcir le royaume de la vérité.

 Mais la vérité l’emportera toujours.

 

La ruse de Satan  commence toujours par une petite semence de confusion. Mais son but final, c’est qu’elle devienne une domination dans nos vies.

 

 

Publié dans Le bénéfice du sang

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article