Ils Deviendront une Seule chair

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

La grâce de vivre dans l'alliance du mariage

C'est le livre qui nous a demandé le plus d'efforts, de prières, de foi, d'amour exprimé et de relation avec Jésus. Il constitue notre témoignage, soit presque  cinquante deux ans unis dans  l’alliance du mariage devant notre Dieu et devant les hommes. Nous donnons pour titre à ce livre : « Ils deviendront une seule chair », en référence aux commandements de Dieu contenus dans la Genèse. « La grâce de vivre dans  l’alliance  du mariage », conviendrait aussi.

Un futur couple nous a demandé de les enseigner dans leur préparation au mariage. Nous avons construit ces enseignements sous la forme de débat, de questions réponses dans le cadre d’une assemblée de maison. Chaque chapitre représente le fruit d’une ou plusieurs réunions inspirées par le Saint-Esprit. Nous avons utilisé des exemples de couples que nous présente la Bible et puisé des exemples dans notre parcours.

 

- Ce livre représente un témoignage de vie.

- Un enseignement qui rappelle les promesses et le plan de Dieu, créateur du mariage.

 

Depuis quelques années nous constatons que le mariage entre un homme et une femme, dans le cadre d'une alliance pour la vie est devenu pour le monde une institution à détruire.

Ainsi un papa et une maman ne semble plus être l’idéal immuable pour élever des enfants, ni  même les procréer dans les normes des lois naturelles établies par Dieu.

Toutefois nous croyons que des couples doivent se lever et témoigner, comme dans tous les autres domaines de la vie chrétienne. L’Eternel pose la question suivante à son prophète Esaie : « Qui enverrai-je, et qui marchera pour nous ?                                                           Esaïe 6 : 8b

Puisse ce livre être une réponse à cet appel de notre Dieu.

Ils deviendront une seule chair

Qu’est-ce que le mariage ? Selon le dictionnaire le Petit Robert, c’est l’union légitime devant l'autorité civile entre un homme et une femme, qui s’acceptent comme époux et deviennent un couple. Ce qui exclut évidemment le concubinage. Remarquons que le contraire d’un couple c'est une paire.

Souvent dans les journaux, les mariages sont annoncés dans la rubrique « Hyménée ». Précisons qu’Hyménée est le nom d’un dieu grec, le dieu du mariage.

 

Que nous dit la Bible concernant le mariage ?

L’Eternel Dieu dit : Il n’est pas bon que l’homme soit seul ; je lui ferai une aide semblable à lui. L’Eternel Dieu forma de la terre tous les animaux des champs et tous les oiseaux du ciel, et il les fit venir vers l’homme, pour voir comment il les appellerait, et afin que tout être vivant porte le nom que lui donnerait l’homme. Et l’homme donna des noms à tout le bétail, aux oiseaux du ciel et à tous les animaux des champs ; mais, pour l’homme, il ne trouva point d’aide semblable à lui. Alors l’Eternel Dieu fit tomber un profond sommeil sur l’homme, qui s’endormit ; il prit une de ses côtes, et referma la chair à sa place.

L’Eternel Dieu forma une femme de la côte qu’il avait prise de l’homme, et il l’amena vers l’homme. Et l’homme dit : Voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair ! On l’appellera femme, parce qu’elle a été prise de l’homme. C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair.

                                                                                                                              Genèse 2 : 18 à 24

Dans ces versets la Bible ne dit pas : « ils deviendront un couple » mais bien « une seule chair ». Le terme couple, pour désigner l’union de l’homme et de la femme est employée depuis peu dans le langage courant. Voilà quelques dizaines d’années c’était plutôt le mot « foyer » qui était d’usage ou « se mettre en ménage ». Le terme « foyer » est intéressant car il exprime la nécessité de brûler d’un même feu pour se marier ; l’amour dégage un feu qui doit brûler pour assembler un homme et une femme unis par l’alliance du mariage. Ne dit-on pas  « déclarer sa flamme à l’élue de son cœur ». Afin de désigner un amour qui s’éteint rapidement, nous employons le terme  « feu de paille ». Nous verrons qu’il existe deux sources de feux ennemis qui risquent de se combattre dans le mariage.

 Avant de développer les versets ci-dessus, avec la lumière du Saint-Esprit, nous donnons le résultat d'une enquête que nous avons menée auprès d'un groupe constitué par des couples et des célibataires. Nous avons posé la question suivante :

À votre avis pourquoi se marie-t-on ?

Nous avons obtenu diverses réponses :

- afin de trouver la consolation.

- sortir de chez les parents.

- réparer une erreur.

- avoir des enfants.

- satisfaire les désirs sexuels.

- à cause de la pression de l'environnement, surtout à partir d'un certain âge.

- à cause de l'attirance voulue par Dieu entre l’homme et la femme.

- pour répondre à l'appel de Dieu.

- pour être heureux, connaître le bonheur.

- protéger son conjoint et l’aider à rentrer dans son appel.

Nous ne disons pas que toutes ces réponses correspondent aux objectifs de Dieu pour le mariage, ni que nous les partageons. Ils sont le résultat d’une enquête et ces avis émis par les uns et les autres doivent nous amener à aller puiser à la source chez l’auteur du mariage, afin de découvrir, si besoin est, son objectif pour le mariage. Il est évident que la personne qui se marie afin de trouver la consolation risque fort de vivre des déceptions. A moins de rencontrer un conjoint parfait… comme si cela existait. Même s’il existait, il deviendrait un faux consolateur en prenant la place du Saint-Esprit. Nous en donnerons un exemple avec le mariage d’Isaac et Rébecca. Visiblement Isaac n’était pas consolé de la mort de sa maman, nous le développerons dans le chapitre 3. Il en est de même de ceux qui se marient afin de trouver le bonheur. C’est très légitime de chercher le bonheur, toutefois ne nous trompons pas de source afin de le trouver. Dans la parabole du banquet que nous présente Jésus, nous avons l’exemple d’un invité qui refuse l’invitation:

Un autre dit : Je viens de me marier, et c’est pourquoi je ne puis aller.                   Luc 14 : 20

Cet invité, à cause de son choix va rater le bonheur du Salut. Jésus nous montre ce qui doit être notre priorité, le bonheur en lui-même par la grâce du Salut. Ensuite nous vivrons plus facilement le bonheur dans notre couple. Un bonheur qui ne s’épuisera pas puisqu’il prend racine en Jésus et dans le cœur du Père par le Saint-Esprit.

Maintenant, cherchons les motivations de notre Dieu concernant le mariage dans  les versets mentionnés ci-dessus, afin de les vivre.

Dieu est masculin et féminin. Nous avons la manifestation du masculin quand il exerce l'autorité et du féminin quand il montre sa miséricorde. Nous trouvons ces deux aspects dans la vie de Jésus :

 - féminin quand il était ému de compassion devant les foules sans bergers, affamées ou devant les malades qu'il guérissait.

- masculin quand il exerçait son autorité devant les pharisiens. Quand il reviendra, ce sera le lion de Juda qui exercera son autorité, son jugement. Le Père lui a remis tout jugement.

Nous avons été créés à l'image et à la ressemblance de Dieu. Quand il a créé l'homme, il a pris en lui-même une partie de sa masculinité afin de la lui donner  et  à la femme une partie de sa féminité.

Dieu d'abord, appelle Adam à la vie. Ensuite, il dit :

« Il n'est pas bon que l'homme soit seul, je lui ferai une aide semblable à lui ».

La Parole vivante dit «  une aide qui lui convienne parfaitement ».                      Genèse 2-18

Retenons bien la constatation de l’Eternel : « Il n’est pas bon que l’homme soit seul. »

Comment Dieu va-t-il agir pour accomplir sa pensée ?

Il fit défiler tous les animaux des champs et tous les oiseaux du ciel devant Adam, afin de voir comment il les appellerait. Ensuite il est écrit  qu’il ne trouva en aucun d'eux une aide semblable à lui. Adam aurait pu la trouver avec une guenon par exemple, puisque soi-disant les singes sont nos cousins éloignés. Ceci nous atteste que l’homme ne descend pas d’un quelconque animal. Adam ne se reconnaît dans aucun de ceux qui défilent devant lui. Lors de l'accouplement dans le monde animal, la femelle est toujours dominée. Il ne pouvait pas en être ainsi avec « l'aide semblable » à l'homme. D’autre part, Dieu a prévu que le mariage se vivrait au sein d’une alliance d’amour et de sang qui trouve sa source dans le cœur doux et humble de Jésus. Une alliance ne se contracte qu’entre deux personnes conscientes de leur engagement. Comment un animal pourrait-il manifester sa volonté dans une alliance?

 

Notre Dieu est pédagogue. En faisant défiler les animaux devant Adam, il avait un objectif, amener Adam à constater que, dans le règne animal et dans chaque espèce nous trouvons un mâle et une femelle. Ainsi Adam a constaté qu'il était seul et Dieu voulait l'amener à désirer son complément car c’est Dieu qui produit en vous le vouloir et le faire, selon son bon plaisir. 

                                                                                                                                Philippiens 2 :13

L'aide  semblable à lui-même existe déjà. Où est-elle ?

En Adam, nous allons la découvrir. L'Eternel va provoquer sans doute la première anesthésie et la première césarienne afin que la première femme apparaisse. Celle qui va devenir l'épouse d'Adam ou son aide semblable à lui-même sera tirée de lui-même :

Alors l’Eternel Dieu fit tomber un profond sommeil sur l’homme, qui s’endormit ; il prit une de ses côtes, et referma la chair à sa place. L’Eternel Dieu forma une femme de la côte qu’il avait prise de l’homme, et il l’amena vers l’homme.                                                         Genèse 2 : 21 et 22

 

En la voyant Adam identifie celle qu’il attendait :

Et l’homme dit : « voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair ! On l’appellera femme, parce qu’elle a été prise de l’homme.»                                                         Genèse 2 :23
 

Après la création de l’univers, des poissons et des animaux selon leur espèce, Dieu vit que cela était bon. Après la venue de l’homme et de la femme Dieu dit que «  cela était très bon. » 

Dans la langue hébraïque l’évidence de la femme tirée de l’homme est plus nette que dans la langue française : homme se dit : Isch et femme Ischa.

                                                                                            

Remarquons ceci, l'Eternel n'a pas tiré la femme de la cheville de l'homme, sinon elle serait devenue une cheville ouvrière, ni de son pied sinon elle aurait été écrasée par lui, ni de la tête d'Adam, sinon elle aurait dominé l'homme. Dans sa grande sagesse, l'Eternel tire la femme du côté d'Adam afin qu'elle soit son égale et une aide semblable à lui-même. La Bible ne nous dit pas de quel côté elle a été tirée : le droit ou le gauche ? Nous pensons que ce serait plutôt du côté gauche, celui du cœur. De plus il a une autre signification car le côté gauche de notre cerveau correspond aux émotions et le  droit de à la raison.

 

Effectivement, la femme est plus émotionnelle que l'homme et de ce fait plus attirée par la vie spirituelle, le cœur de Dieu. Nous y trouvons une complémentarité voulue par Dieu : l'aspect maternel et miséricordieux chez la femme et l'aspect autorité chez l’homme.

Nous trouvons là, la source de l'attirance de l'homme envers la femme et l'attirance de la femme envers l'homme. Chacun d'eux  désire retrouver l'unité du départ, celle qui existe en Dieu lui-même. Donc, sans le mariage, créé à l'image et à la ressemblance de Dieu, cette unité ne se réalisera pas complètement. Afin de compléter cette attirance Dieu les crée mâle et femelle, c'est-à-dire avec une attirance sexuelle, d'où ces paroles « deviendront une seule chair » que nous développerons plus tard.

La relation sexuelle est voulue par Dieu, certains croient qu'elle est simplement naturelle, physique. Non elle est spirituelle, de la même nature que Dieu lui-même.

La Bible nous dit :

« Celui qui trouve une femme trouve le bonheur ; c’est une grâce qu’il obtient de l’Eternel.

                                                                                                                                 Proverbes 18:22

Nous allons examiner le même verset dans deux autres versions :

Qui trouve une épouse trouve le bonheur : c’est une faveur que l’Eternel lui a accordée.                                                                                                                 Bible du Semeur

Celui qui trouve sa femme trouve le bonheur. C’est le SEIGNEUR qui lui fait ce cadeau.                                                                                                             Bible Parole de vie

Qui peut trouver une femme vertueuse ? Elle a bien plus de valeur que les perles. Le cœur de son mari a confiance en elle, et les produits ne lui feront pas défaut. Elle lui fait du bien, et non du mal, Tous les jours de sa vie.                                                                                  Proverbes 31:10 à 12

 

Seul, bien sûr l'Eternel trouve cette épouse vertueuse puisque c’est lui qui l’a créée. De même, c’est lui qui a incité Rébecca à venir puiser de l’eau au puits, après la prière du serviteur d’Abraham. Il s’adresse à l’Eternel de la façon suivante :

« Que la jeune fille à laquelle je dirai : Penche ta cruche, je te prie, pour que je boive, et qui répondra : Bois, et je donnerai aussi à boire à tes chameaux, soit celle que tu as destinée à ton serviteur Isaac ! Et par là je connaîtrai que tu uses de bonté envers mon seigneur. » Il n’avait pas encore fini de parler que sortit, sa cruche sur l’épaule, Rébecca, née de Bethuel, fils de Milca, femme de Nachor, frère d’Abraham.                                                            Genèse 24 : 14 et 15

 

 Quand nous pensons à une femme de valeur, nous voyons souvent une femme bonne et pure, douce et droite, une épouse fidèle pour son mari et une bonne mère pour ses enfants. En réalité, en hébreu, vertueuse signifie « qui a de la compétence, du talent, du courage, honnête, vaillante comme une armée ». Nous trouvons deux versets qui le disent :

Tu es belle, mon amie, comme Thirtsa, Agréable comme Jérusalem, Mais terrible comme des troupes sous leurs bannières.

Qui est celle qui apparaît comme l’aurore, belle comme la lune, pure comme le soleil, mais terrible comme des troupes sous leurs bannières ?                               Cantiques des cantiques 6 : 4 et 10

 

 

Ils Deviendront une Seule chair

Publié dans Mes livres

Commenter cet article