Qui suis-je aujourd'hui, pour vous, dit Jésus ?

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Qui suis-je aujourd'hui, pour vous, dit Jésus ?

 

Voilà 2000 ans, Jésus posais cette même question, d'abord en ce qui concerne les dires des hommes ou du monde et ensuite à ses disciples assemblés autour de lui.

Aujourd'hui Jésus nous pose la même question, à chacun d'entre nous ou tout au moins à ceux qui lui appartiennent et qui ont des oreilles pour entendre.

Jésus, étant arrivé dans le territoire de Césarée de Philippe, demanda à ses disciples : Qui suis-je aux dires des hommes, moi le Fils de l’homme ? Ils répondirent : Les uns disent que tu es Jean–Baptiste ; les autres, Elie ; les autres, Jérémie, ou l’un des prophètes. Et vous, leur dit-il, qui dites-vous que je suis ? Simon Pierre répondit : Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. Jésus, reprenant la parole, lui dit : Tu es heureux, Simon, fils de Jonas ; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais c’est mon Père qui est dans les cieux.

                                                                                                                 Matthieu 16:13 à 17

Qui suis-je aux dires des hommes ? demande  Jésus à ses disciples : Ils répondirent : Les uns disent que tu es Jean–Baptiste ; les autres, Elie ; les autres, Jérémie, ou l’un des prophètes.

Nous relevons dans les évangiles d’autres dires des gens sur Jésus : Jésus est accusé de blasphèmes au moins deux fois. La première fois quand il affirme être Fils de Dieu afin de répondre à une question du souverain sacrificateur. La deuxième fois quand il dit au paralytique : tes péchés sont pardonnés:

 Alors le souverain sacrificateur déchira ses vêtements, disant : Il a blasphémé ! Qu’avons-nous encore besoin de témoins ? Voici, vous venez d’entendre son blasphème. Que vous en semble ? Ils répondirent : Il mérite la mort.

                                                                                                             Matthieu 26 : 65 et 66

Comment cet homme parle–t-il ainsi ? Il blasphème. Qui peut pardonner les péchés, si ce n’est Dieu seul ?                                                                                                                   Marc 2 : 7

 

Jésus est traité d’imposteur : et dirent : Seigneur, nous nous souvenons que cet imposteur a dit, quand il vivait encore : Après trois jours je ressusciterai.

                                                                                                                        Matthieu 27 : 63

Jésus est accusé de troubler l’ordre public à cause de ses miracles : Si nous le laissons faire, tous croiront en lui, et les Romains viendront détruire et notre ville et notre nation.                                                                                                                           Jean 11 : 48

Jésus a été accusé de chasser les démons par Béelzébull le chef des démons ou le dieu des mouche: alors on lui amena un démoniaque aveugle et muet, et il le guérit, de sorte que le muet parlait et voyait. Toute la foule étonnée disait n'est-ce point là le Fils de David?

Les pharisiens, ayant entendu cela, dirent: cet homme ne chasse les démons que par Bélzébul, prince des démons.                                                                                        Matthieu 12: 22 à 24

 

Quels sont les dires des gens concernant Jésus aujourd’hui ?

 

Un dictionnaire  communiste russe présente Jésus comme étant un personnage mythologique n’ayant jamais existé.

Dans certains films, Jésus nous est présenté comme étant marié, bien que cela n’apparaissent nulle part dans les évangiles. D’ailleurs ce n’était pas le but de sa mission sur terre. D’autres trouvent une scène homosexuelle dans ce verset : Un de ses disciples, celui que Jésus aimait, était couché à table près de Jésus.                                                     Bible la Colombe Jean 13 : 23

 

Le Fils de l’homme

 

Nous relevons que Jésus emploie le terme le fils de l'homme pour se désigner et non Fils de Dieu, pourquoi ? Pour plusieurs raisons semble t-il :

-Il devait être un homme à part entière, bien que ce soit le Saint-Esprit qui a couvert Marie de son ombre, c’est Jésus a choisi de naître d’une femme comme tous les êtres humains. Il a tout connu de la condition humaine, à l’exception du péché : Jésus avait un métier : charpentier, il a connu la faim, la soif, la fatigue : Là se trouvait le puits de Jacob. Jésus, fatigué du voyage, était assis au bord du puits. C’était environ la sixième heure.  

                                                                                                                                       Jean 4 : 6

La tentation : Alors Jésus fut emmené par l’Esprit dans le désert, pour être tenté par le diable.                                                                                                     Matthieu 4 : 1

Le rejet, la moquerie, les pleurs lors de la mort de son ami Lazare, la tristesse en son âme jusqu’à la mort, dans le Jardin de Gethsémané.  Mais il s’est dépouillé lui–même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes ; et il a paru comme un vrai homme,  il s’est humilié lui–même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix. 

                                                                                                                Philippiens 2 : 7 et 8

Dans la Bible TOB il est écrit : Et le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous et nous avons vu sa gloire, cette gloire que, Fils unique plein de grâce et de vérité, il tient du Père.                                                                                                      Jean 1 : 14

Ce verset nous dit que le Verbe, c'est-à-dire Jésus a pris une chair comme la nôtre, en venant sur terre. Dans la construction d’une phrase, le sens nous en est donné par le verbe. Le verbe représente l’action par laquelle le sujet agit. Prenons un exemple : je mange une pomme. Sans le verbe manger, le sujet je ne peut rien faire avec la pomme.

 - Fils de l’homme préfère cette appellation pour indiquer qu'il était le Messie, qu'il avait été désigné pour prendre la tête de la race humaine, l'homme, celui qui à la fois fournissait le modèle de l'homme parfait agissant en faveur de tout le genre humain. Jésus a  préféré ce titre à tous les autres titres, parce que par son abaissement, il n'y avait pas l'espérance d'un Messie terrestre dans une splendeur royale.

-Jésus n’est pas venu afin de se manifester, lui-même devant les hommes. Sa mission consistait, avant tout, à faire connaître le Père et à lui redonner la gloire qui lui avait été volée dans le jardin d’Eden par l’adversaire ou Satan. Jésus connaissait parfaitement son identité de Fils de Dieu. Il attendait que le Père le révèle à ceux qui croiraient en lui. Dans les versets du début nous le constatons avec l’apôtre Pierre : il reçoit que Jésus est le Fils de Dieu par révélation du Père. Jésus ajoute la chair et le sang en sont incapables. Ce verset le confirme : Nul ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire ; et je le ressusciterai au dernier jour.                                                                                                                                Jean 6 : 44

 

En grec il existe trois mots qui désignent un fils, selon son âge, sa maturité ou son immaturité,  ceux qui sont encore mineurs ou sous tutelle.

1-« Huios » Nous le trouvons par exemple dans : Généalogie de Jésus–Christ, fils (huios) de David, fils (huios) d’Abraham.                                                                                  Matthieu 1 : 1

Ce mot désigne ceux que Dieu estime ses fils, qu’il aime, protège et béni par-dessus tout. Ceux dont Dieu modèle le caractère à la ressemblance de Christ, par des châtiments comme un père aimant : Et vous avez oublié l’exhortation qui vous est adressée comme à des fils : Mon fils, ne méprise pas le châtiment du Seigneur, Et ne perds pas courage lorsqu’il te reprend ; car le Seigneur châtie celui qu’il aime, Et il frappe de la verge tous ceux qu’il reconnaît pour ses fils. Supportez le châtiment : c’est comme des fils que Dieu vous traite ; car quel est le fils qu’un père ne châtie pas ? Mais si vous êtes exempts du châtiment auquel tous ont part, vous êtes donc des enfants illégitimes, et non des fils.                

                                                                                                                     Hébreux 12 : 5 à 8

Ceux qui reconnaissent Dieu comme leur Père, ce sont les adorateurs en esprit et en vérité. Dans leur vie et leur caractère ils veulent le lui ressembler.

 Ceux qui sont gouvernés par l'esprit de Dieu. Ils ont la même confiance joyeuse par Dieu que des enfants dans leurs parents : Car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu.                                                                                                                                   Romains 8 : 14

Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Jésus–Christ.                    Galates 3 : 26

2-« paidion » désigne un fils qui est comme un enfant dans son intellect : Jésus leur dit : Enfants, n’avez-vous rien à manger ? Ils lui répondirent : Non.

                                                                                                                                   Jean 21 : 5

 Nous trouvons le même mot qui désigne Jésus quand Joseph et Marie viennent le présenter au temple : Il vint au temple, poussé par l’Esprit. Et, comme les parents apportaient le petit enfant.                                                         Luc           2 : 27

3-« teknon » est utilisé afin de présenter un fils sous la tutelle de la loi ou non mâture quelque soit son âge, ou un disciple en formation auprès d’un maîtreNous citons cet exemple sur lequel Jésus attire notre attention : Que vous en semble ? Un homme avait deux fils (teknon) ; et, s’adressant au premier, il dit : mon enfant (teknon), va travailler aujourd’hui dans ma vigne.  Il répondit : Je ne veux pas. Ensuite, il se repentit, et il alla. S’adressant à l’autre, il dit la même chose. Et ce fils répondit : Je veux bien, seigneur. Et il n’alla pas.  Lequel des deux a fait la volonté du père ?                                                                Matthieu 21 : 28 à 31

 

Maintenant posons-nous la question suivante : qui est Jésus pour nous aujourd’hui ?

Un « paidion » c'est-à-dire le petit enfant de la crèche. Dans ce cas comment comprendre la prophétie donnée en Esaie 9 : 5 : Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, et la domination reposera sur son épaule ; on l’appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix.

 

Est-il encore un « teknon » soumis à l’autorité de Joseph et Marie : Il leur dit : Pourquoi me cherchiez-vous ? Ne saviez-vous pas qu’il faut que je m’occupe des affaires de mon Père ? Mais ils ne comprirent pas ce qu’il leur disait. Puis il descendit avec eux pour aller à Nazareth, et il leur était soumis. Sa mère gardait toutes ces choses dans son cœur. Et Jésus croissait en sagesse, en stature, et en grâce, devant Dieu et devant les hommes.                                    Luc 2 : 49 à 52

 

Est-il devenu un « huios »  pour nous ?

 

Il est bon de se poser la question car Satan ne se trompe pas quand il vient tenter Jésus : Le tentateur, s’étant approché, lui dit : Si tu es Fils (huios) de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains.                                                                                                Matthieu 4 : 3

Oui dans son ministère sur terre, Jésus a été un parfait « huios ». Il avait appris l’obéissance et la soumission avec Joseph et Marie. Avant de commencer et tout prendre de la condition humaine, il a demandé à Jean-Baptiste de le baptiser, comme un simple homme, du baptême de la repentance bien qu’il était sans péché. Ce jour là, il a reçu le baptême dans le Saint-Esprit, le ciel s’est ouvert, il était fermé depuis plus de quatre siècles. Ce jour là, il s’est parfaitement identifié à notre nature pécheresse. Le Père lui donné ses paroles : Dès que Jésus eut été baptisé, il sortit de l’eau. Et voici, les cieux s’ouvrirent, et il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Et voici, une voix fit entendre des cieux ces paroles : Celui–ci est mon Fils bien–aimé, en qui j’ai mis toute mon affection.                                                     Matthieu 3 : 16 et 17

 

Nous retrouvons là toute la définition que nous donnée ci-dessus concernant la relation fils « huios » avec le Père et le regard plein de bonté du Père. Jésus a totalement soumis sa volonté au Père : Il s’éloigna une seconde fois, et pria ainsi : Mon Père, s’il n’est pas possible que cette coupe s’éloigne sans que je la boive, que ta volonté soit faite !                                                                                                                       Matthieu 26 : 42

 

Jésus se retirait sur la montagne, le matin quand il faisait encore sombre et priait le Père. Par exemple avant de choisir ses disciples il a passé toute une nuit en prières : En ce temps-là, Jésus se rendit sur la montagne pour prier, et il passa toute la nuit à prier Dieu. Quand le jour parut, il appela ses disciples, et il en choisit douze, auxquels il donna le nom d’apôtres :     Luc 6 : 12 et 13

 

Jésus accomplissait toutes les œuvres que le Père lui montrait. Jésus reprit donc la parole, et leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de lui–même, il ne fait que ce qu’il voit faire au Père ; et tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement. Car le Père aime le Fils, et lui montre tout ce qu’il fait ; et il lui montrera des œuvres plus grandes que celles–ci, afin que vous soyez dans l’étonnement. Car, comme le Père ressuscite les morts et donne la vie, ainsi le Fils donne la vie à qui il veut.                                                                                Jean 5 : 19 à 21

Dans ces versets nous constatons la véritable symbiose, dans une relation d’amour entre un Père et son Fils « huios ».

Maintenant posons-nous ces questions :

-Suis-je un fils ou une fille « paidion » ?

-Suis-je un fils ou une fille « teknon » ?

-Suis-je un fils ou une fille « huios » ?

 

Aujourd’hui, Jésus est-il encore un « huios » ?

 

Certes la Bible nous dit qu’il est le même hier, aujourd’hui et éternellement :  

                                                                                                                           Hébreux 13 : 8

Jésus est également celui qui était, celui qui est et qui vient : C’est moi qui suis l’alpha et l’oméga, dit le Seigneur Dieu, celui qui est, qui était et qui vient, le Tout–Puissant.                                                                                                                               Apocalypse 1 : 8

Oui il est toujours Fils, mais dans son corps de gloire, de ressucité. c'est avec ce Jésus que nous passerons l'éternité et non plus avec Jésus limité par son corps physique, semblable au notre actuellement. Il nous a rejoint dans notre corps mortel afin de nous élevé vers un corps immortel.

C’est vraiment dans ce livre de l’Apocalypse que nous découvrons qui est Jésus aujourd’hui et commençons par la vision donnée à l’apôtre Jean, sur l’île de Patmos : Je fus saisi par l’Esprit au jour du Seigneur, et j’entendis derrière moi une voix forte, comme le son d’une trompette. Et, au milieu des sept chandeliers, quelqu’un qui ressemblait à un fils d’homme, vêtu d’une longue robe, et ayant une ceinture d’or sur la poitrine. Sa tête et ses cheveux étaient blancs comme de la laine blanche, comme de la neige ; ses yeux étaient comme une flamme de feu  ses pieds étaient semblables à de l’airain ardent, comme s’il avait été embrasé dans une fournaise ; et sa voix était comme le bruit de grandes eaux. Il avait dans sa main droite sept étoiles. De sa bouche sortait une épée aiguë, à deux tranchants ; et son visage était comme le soleil lorsqu’il brille dans sa force.

 Quand je le vis, je tombai à ses pieds comme mort. Il posa sur moi sa main droite en disant : Ne crains point !   e suis le premier et le dernier, et le vivant. J’étais mort ; et voici, je suis vivant aux siècles des siècles. Je tiens les clés de la mort et du séjour des morts.                                                               Apocalypse 1 : 10 : 13 à 18

Oui aujourd’hui, est le premier né d’entre les morts, il est le premier de la nouvelle création à venir. Il a vaincu la mort qui n’a pas eut de prise sur lui, car étant sans péché ou sans aucune racine de ténèbres en lui. Il détient  les clés du séjour des morts qu’il a repris à Satan.

Jésus est le Lion de Juda: Et l'un des vieillards me dit: ne pleure pas: voici le Lion de Juda, le rejeton de David a vaincu pour ouvrir le livre et ses sept sceaux. Apocalypse 5 : 5

L’apôtre Jean continue à nous entraîner dans sa vision : Je regardai et j’entendis la voix de beaucoup d’anges autour du trône, des êtres vivants et des vieillards, et leur nombre était des myriades de myriades et des milliers de milliers. Ils disaient d’une voix forte : L’Agneau qui a été immolé est digne de recevoir la puissance, la richesse, la sagesse, la force, l’honneur, la gloire, et la louange.

                                                                                                           Apocalypse 5 :  11 et 12

L’Agneau  qui a été immolé, nous reconnaissons parfaitement Jésus, comme Jean-Baptiste en a eu la révélation : Le lendemain, il vit Jésus venant à lui, et il dit : Voici l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde.                                                                                                            Jean 1 : 29

 

Il existe plusieurs autres passage du livre de l’Apocalypse que nous présente Jésus aujourd’hui, nous retiendrons le suivant : Puis je vis le ciel ouvert, et voici, parut un cheval blanc. Celui qui le montait s’appelle Fidèle et Véritable, et il juge et combat avec justice. Ses yeux étaient comme une flamme de feu ; sur sa tête étaient plusieurs diadèmes ; il avait un nom écrit, que personne ne connaît, si ce n’est lui–même ; et il était revêtu d’un vêtement teint de sang. Son nom est la Parole de Dieu. Les armées qui sont dans le ciel le suivaient sur des chevaux blancs, revêtues d’un fin lin, blanc, pur. De sa bouche sortait une épée aiguë, pour frapper les nations ; il les paîtra avec une verge de fer ; et il foulera la cuve du vin de l’ardente colère du Dieu Tout–Puissant. Il avait sur son vêtement et sur sa cuisse un nom écrit : Roi des rois et Seigneur des seigneurs.

                                                                                                             Apocalypse 19 :11 à 16

Là nous découvrons que Jésus est le chef des armées de l’Eternel. Nous reconnaissons la Parole de Dieu. Il est celui qui de sa bouche sort une épée à double tranchant pour frapper les nations. Enfin il apparait comme le Roi des rois et le Seigneurs des seigneurs. Jésus apparait dans sa splendeur, dans sa gloire, sa royauté, tel qu’il est depuis toute éternité.

 Nous sommes loin du petit Jésus de la crèche, le « paidion » loin également  du « teknon » soumis à Joseph et Marie.            Louis Trifault

Publié dans Identité en Jésus

Commenter cet article