Les trois jardins les plus importants dans la Bible

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

 Avec Adam et Eve tout avait commencé dans le jardin d’Eden et se termine par une expulsion de ce même jardin. L’Eternel avait placé Adam et Eve dans ce jardin, c’est lui-même qui l’a planté en Eden avec l'arbre de vie planté au milieu.                                                              Genèse 2: 9

Avec Adam et Eve tout avait commencé dans le jardin d’Eden et se termine par une expulsion de ce même jardin. L’Eternel avait placé Adam et Eve dans ce jardin, c’est lui-même qui l’a planté en Eden avec  l’arbre de vie au centre : L’Eternel Dieu fit pousser du sol des arbres de toute espèce, agréables à voir et bons à manger, et l’arbre de la vie au milieu du jardin, et l’arbre de la connaissance du bien et du mal.                                                                                Genèse 2 : 9

Bien qu’étant super visible, pour employer un langage contemporain, l’arbre de vie ou Jésus va être négligé, abandonné, trahi comme dans le jardin de Gethsémané. Adam et Eve succombe à la tentation de se nourrir des fruits de l’arbre de la connaissance du bien et du mal : vous serez comme Dieu connaissant le bien et le mal. C’est un mensonge, car ce qui est chair restera chair. Seul Dieu nous donne la vie Eternel. Le serpent ou Satan nous incite à nous dresser en selfies, nous ne pourrons jamais aller plus loin. Retenons bien que notre âme aime à se publier en selfies, à se mettre en vedette ou en star. Mais le temps des selfies, comme le temps des cerises est bien court.

Nous en avons la preuve dans l’événement douloureux qui va suivre.  C’est l’Eternel lui-même qui va les chasser du jardin d’Eden, à cause de leur désobéissance et la soumission de leur volonté à l’adversaire. Adam et Eve avaient été créés à l’image  et à la ressemblance de l’Eternel. Ils ont quitté ce jardin avec l’image, la ressemblance et la nature de celui qui les a dépouillés, par des mensonges, de la nature et de la gloire divine. Ils se sont retrouvés nus. L’Eternel ne met pas sa gloire sur les selfies, de même elles n’ont pas de place dans le royaume de Dieu.

Toutefois, l’Eternel dans sa grande miséricorde les revêt de peau d’animaux avant de les chasser de ce jardin. Des animaux innocents ont perdu la vie, leur sang a coulé afin qu’Adam et Eve sortent couverts du jardin.

Nous assistons à une confrontation entre  l’Eternel, Adam et Eve et Satan lui-même : Alors ils entendirent la voix de l’Eternel Dieu, qui parcourait le jardin vers le soir, et l’homme et sa femme se cachèrent loin de la face de l’Eternel Dieu, au milieu des arbres du jardin. Mais l’Eternel Dieu appela l’homme, et lui dit : Où es-tu ? Il répondit : J’ai entendu ta voix dans le jardin, et j’ai eu peur, parce que je suis nu, et je me suis caché. Et l’Eternel Dieu dit : Qui t’a appris que tu es nu ? Est-ce que tu as mangé de l’arbre dont je t’avais défendu de manger ? L’homme répondit : La femme que tu as mise auprès de moi m’a donné de l’arbre, et j’en ai mangé. Et l’Eternel Dieu dit à la femme : Pourquoi as-tu fait cela ? La femme répondit : Le serpent m’a séduite, et j’en ai mangé. L’Eternel Dieu dit au serpent : Puisque tu as fait cela, tu seras maudit entre tout le bétail et entre tous les animaux des champs, tu marcheras sur ton ventre, et tu mangeras de la poussière tous les jours de ta vie.

Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité : celle–ci t’écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon.

                                                                                             Genèse 3 : 8 à 15

Dans ce dernier verset nous relevons la venue d’un descendant de la femme qui écrasera la tête du serpent. Aujourd’hui nous savons et croyons que l’Eternel annonce la venue de Jésus sur la terre afin d’accomplir cette mission.

L’Eternel tint pour coupable de cette désobéissance Adam lui-même : car Adam a été formé le premier.               1 Timothée 2 : 13a

De ce fait il fallait un nouvel Adam qui allait soumettre sa volonté à l’Eternel, ce sera Jésus dans le grand combat qu’il va mener dans le jardin de Gethsémané. Voilà nommé le deuxième jardin important de la Bible et de l’histoire humaine.

Le premier Adam était terrestre, le deuxième sera un esprit vivifiant. Toutefois, Jésus s’est d’abord présenté comme un rejeton afin de s’identifier à notre nature déchue : Qui a cru à ce qui nous était annoncé ? Qui a reconnu le bras de l’Eternel ? Il s’est élevé devant lui comme une faible plante, Comme un rejeton qui sort d’une terre desséchée ; Il n’avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, Et son aspect n’avait rien pour nous plaire. Méprisé et abandonné des hommes, Homme de douleur et habitué à la souffrance, Semblable à celui dont on détourne le visage, Nous l’avons dédaigné, nous n’avons fait de lui aucun cas.    

                                                                                                                               Esaïe 53 : 1 à 3

Dans ces versets nous constatons que Jésus ne s’est jamais dressé en selfie, mais les hommes l’ont dressé sur une croix en se moquant de lui.

 

Gethsémané ou le combat de la soumission de notre volonté au Père

 

 Sa sueur devint comme des grumeaux de sang, qui tombaient à terre.                                                                                                                                        Luc 22 : 44b


Du point de vue médical, il est possible que les globules rouges du sang passent à travers les artères et les veines distendues d’une personne.

 

Adam et Eve ont succombé à la tentation, à la séduction de Satan dans un jardin, le jardin d'Éden : le jardin des délices, de l’abondance des biens, de la condition idéale pour vivre. Ce jardin est devenu le lieu du péché et  de la rébellion.

 Adam et Eve ont soumis leur volonté à celui qui va dominer sur eux par un mensonge, va leur voler l'autorité que Dieu leur avait donnée « dominez sur… ». Ensuite, Dieu les chasse de ce jardin et  de sa présence. Ils vont connaître l’exil. Avant de fermer l’accès du  jardin d’Eden, par des chérubins qui agitent une épée flamboyante, Dieu donne une promesse à Eve :

Je mettrai inimitié entre toi (le serpent) et la femme (Eve), entre ta postérité et sa postérité : celle–ci t’écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon.

                                                                                                                         Genèse 3 : 15

Nous, nous savons que la postérité de la femme annonce la venue de Jésus. Et c’est  dans un jardin nommé Gethsémané que va se vivre un moment très important dans la réalisation  de cette promesse. Elle va se réaliser au cours de ce combat que Jésus affronte, dans son âme à Gethsémané : Il se trouve confronté à la tentation de fuir la crucifixion et sa soumission à la volonté du Père afin que s’accomplisse la promesse par amour pour son Père et pour nous.  Il choisit de rester.         

Dans ce jardin là, Jésus va soumettre sa volonté à son Père pour reprendre à Satan ce qu’il nous a volé dans le jardin d’Eden.

 Pour cela, Jésus va manifester : l’obéissance, la soumission de sa volonté à son Père, l’humilité. Il adopte une attitude inverse à celle d’Adam.  Jésus devient et manifeste le nouvel Adam, celui qui vient d’en- haut.

 

Après son dernier repas avec ses disciples, Jésus les emmène dans le jardin de Gethsémané

 

 Jésus sait que l’heure de passer de ce monde à son Père est arrivée, c'est-à-dire par l’épreuve de la croix.

L’amour ne fuit pas ses engagements, ne cherche pas ses intérêts, Jésus cherche ceux de son Père et les nôtres.

Gethsémané signifie : pressoir à huile. Encore aujourd'hui, nous y trouvons de très vieux oliviers, comme pour attester qu'à l'époque de Jésus, des olives étaient pressurées pour en extraire l'huile.

Est-il étonnant que  Jésus subisse cet écrasement dans ce lieu ? La frayeur et les angoisses de son âme l’écrasent  et son sang commence à couler avec sa sueur, et forme des grumeaux. «Mon âme est triste jusqu'à la mort ; restez ici, et veillez avec moi » dit-il à ses disciples. Il attendait du soutien dans la prière, de la part de ses disciples les plus proches, c'est-à-dire Pierre, Jacques et Jean ; mais  une heure plus tard, il les  trouve endormis de tristesse. Leurs yeux se sont appesantis. Ses disciples l’abandonnent. Toutefois, il ne leur adresse aucun reproche.

 L’amour est patient, plein de bonté. Jésus sait que ses disciples connaîtront la même épreuve de l’abandon. Actuellement, il doit franchir cette épreuve afin de leur servir d’exemple. Par conséquent il excuse tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout.

Jésus connaît l’abandon, la solitude au niveau de son âme. Dans quelques heures, il connaîtra la solitude, sur la croix, l’abandon au niveau de son esprit. Même ceux qu’il a enseigné pendant plus de trois ans l’abandonnent. Il a perdu tout soutien des hommes.

 

 Jésus adresse cette prière, à plusieurs reprises, à son Père

 

Puis, ayant fait quelques pas en avant, il se jeta sur sa face, et pria ainsi : Mon Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de moi ! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux.                                                                                                                 Matthieu 26 : 39

Jésus se devait de gagner là où Adam avait perdu sa volonté.

Alors dans ce jardin, Jésus va lutter seul pendant trois heures pour soumettre sa volonté à son Père afin de nous sortir de l'esclavage de Satan, de la rébellion, de l'indépendance, de l'orgueil et de redonner à son Père sa famille volée. Nous croyons que le plus grand combat dans la vie de Jésus, dans sa vie de « Fils de l'homme » s'est déroulé à Gethsémané, après sa victoire dans le désert.

 Jésus savait que l’heure de son sacrifice était venue : Lui, le Fils de l'homme allait être livré aux mains des pécheurs. Il sait que ceux qui viennent l’arrêter vont surgir dans quelques instants dans ce jardin de Gethsémané.


La plus grande prière de Jésus,  l’Agneau de Dieu

 

 Père, si tu voulais éloigner de moi cette coupe! Toutefois, que ma volonté ne se fasse pas, mais la tienne.  Alors un ange lui apparut du ciel, pour le fortifier. Étant en agonie, il priait plus instamment, et sa sueur devint comme des grumeaux de sang, qui tombaient à terre. »

                                                                                                                                Luc 22 : 42 à 44

Seul l’évangile de Luc nous relate ce fait important «  des grumeaux de sang ». N’oublions pas que Luc était médecin.

Jésus est « en agonie ». Le péché du monde va le séparer de son Père pour la première fois de son existence. Il connaît le déroulement des événements : Il va être vendu, trahi, arrêté comme un brigand par des hommes armés. Jésus sait qu’il sera abandonné, accusé, outragé, torturé, moqué, fouetté, crucifié, tué. Jésus sait qu’Il va donner son sang, c'est-à-dire sa vie, pour sauver le monde.  Il est « en agonie » et « sa sueur devint comme des grumeaux de sang, qui tombent à terre. »

A la place  d’ « agonie », d’autres versions disent : l’angoisse le saisit (Bible du semeur) ou Jésus est en proie à l’angoisse (Parole Vivante).

Agonie, dans ce contexte signifie : lutte extrême pour la victoire, éprouver de sérieuses luttes mentales, c'est-à-dire dans son âme.

 

Que nous disent ces gouttes de sang dans la sueur de Jésus ?

 

Quel est leur message pour nous ? « Vengeance », « justice », « punition » ? Non ! Obéissance, soumission, amour, acceptation du plan et de la volonté du Père. Jésus met la volonté du Père au-dessus de la sienne malgré  l’intensité de sa souffrance et l’abandon de ses  disciples.

 Il leur avait pourtant recommandé de veiller avec lui et de prier afin de ne pas tomber dans la tentation. Mais comme leur dit Jésus : l’esprit est bien disposé, mais la chair est faible. Pourtant, ils avaient promis de ne pas l’abandonner.
 Les gouttes de sang dans la sueur de Jésus nous parlent d’obéissance et de soumission, et nous appellent à suivre son exemple. Jésus a vécu ce verset de la Parole : Vous n’avez pas encore résisté jusqu’au sang, en luttant contre le péché.

                                                                                                                               Hébreux 12 : 4

   Dans le jardin de Gethsémané, Dieu demande à Son Fils unique de Lui obéir, de soumettre Sa volonté à la sienne. Dans son humanité, Jésus ne voulait pas souffrir, ni mourir :

 S’étant mis à genoux, il pria, disant: Père, si tu voulais éloigner de moi cette coupe!  Toutefois, que ma volonté ne se fasse pas, mais la tienne.                                                                                                              Luc 22 : 41b et 42

 Mathieu 26:42,44 « Il s'éloigna une seconde fois et pria ainsi: Mon Père, s'il n'est pas possible que cette coupe s'éloigne sans que je la boive, que ta volonté soit faite! … Il les quitta et s'éloignant à nouveau, il pria pour la troisième fois, répétant les mêmes paroles. « Que ta volonté soit faite! » « Que ta volonté soit faite! » « Que ta volonté soit faite! »

 

Il y trois ans Jésus Lui-même a enseigné ses disciples à prier ainsi :

 

  Notre Père qui es aux cieux! Que ton nom soit sanctifié; que ton règne vienne; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.

                                                                                                                          Matthieu 6 : 9 et 10

Lui-même a également déclaré :

Jésus leur dit : Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m’a envoyé, et d’accomplir son œuvre.                                                                                                                      Jean 4 : 34

Ce que Jésus a enseigné de sa bouche, nous le voyons le mettre en pratique maintenant. En prononçant cette prière,  Jésus sait qu’Il se condamne à  mort. L’amour l’anime toujours, le motive jusqu’au don de Sa vie. Il désire voir la réalisation de cette vision :

 

Je suis venu jeter un feu sur la terre, et qu’ai-je à désirer, s’il est déjà allumé ?                                                                                                                                               Luc 12- 49

 Il n’est pas obligé de vivre cette épreuve. Il peut appeler plus de 12 légions d’anges pour venir Le sauver (Matthieu 26:53). Mais Il choisit la volonté du Père au-dessus de Sa propre volonté. Il choisit l’arrestation, la moquerie, la torture, les fausses accusations, le jugement. Il choisit l’outrage, la nudité, la souffrance, le mépris, la crucifixion, la mort. Pourquoi ?

 Parce qu’Il met  la volonté du Père au-dessus de sa propre volonté : Hébreux.10:7 « Voici, je viens … pour faire, ô Dieu, ta volonté. »

  Osons-nous prier : «  « Que ta volonté soit faite! » Cette prière est non seulement la plus difficile que Jésus ait prononcé mais elle est aussi la prière la plus importante qu’Il ait adressée à Son Père. Cette prière représente la plus importante des supplications ! «Que ta volonté soit faite! »

 Ainsi, au cours de sa vie sur terre, Jésus, avec de grands cris et des larmes, a présenté des prières et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, et il a été exaucé, à cause de sa soumission à Dieu. Bien qu’étant Fils de Dieu, il a appris l’obéissance par tout ce qu’il a souffert. Bible du Semeur

                                                                                                                             Hébreux 5 : 7 et 8

 

 C’est la plus importante de toutes les prières que les hommes ont faites monter vers Dieu: « Que ta volonté soit faite! »  Permet à Jésus d’obtenir la plus grande victoire de toute l’éternité sur le péché, la mort et l'enfer.

 Les grumeaux de sang de Jésus nous parlent. Jésus a soumis sa volonté à son Père pour que nous soyons sauvés de la mort éternelle. Par son obéissance, Jésus nous invite, à notre tour à soumettre notre volonté particulièrement rebelle au Père, afin que sa volonté s'accomplisse dans nos vies.

Avant d'appartenir à Jésus, notre volonté était particulièrement rebelle à Dieu, à sa Parole. Notre volonté nous a été donnée parfaite, à l’image et à la ressemblance de Dieu. Elle est devenue corrompue, anesthésiée, rebelle, c'est-à-dire selon l’image, la ressemblance, la nature de celui qui est devenu notre père : Satan. Maintenant, nous avons reçu la liberté de soumettre notre volonté au Père car en Jésus nous en recevons  la capacité.

Le sang de Jésus a coulé de sa tête pour que nous ayons la victoire dans le combat qui se livre dans nos pensées.

La croix a été plantée au lieu-dit « Golgotha ». Ce qui signifie crâne, c'est-à-dire le lieu où se tient et se livre le combat dans nos pensées.

 

 Le troisième jardin nous le trouvons dans l’évangile de Jean

 

Or, il y avait un jardin dans le lieu où Jésus avait été crucifié, et dans le jardin un sépulcre neuf, où personne encore n’avait été mis. Ce fut là qu’ils déposèrent Jésus, à cause de la préparation des Juifs, parce que le sépulcre était proche.                                                                                                                Jean19 : 41 et 42 

  Ce jardin marque la fin de la nature adamique ou la nature de rébellion, pécheresse. Elle a été crucifiée avec le corps de Jésus et mise au tombeau dans ce jardin.

Trois jours plus tard, ce jardin devient le jardin de la résurrection. Nous voyons le premier-né d’entre les morts se relever avec une nouvelle nature. Cette nouvelle nature est celle que Jésus nous offre aujourd’hui.

Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie : Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie.  Romains 6 :4 ou 5 selon version.

Pendant sa vie terrestre, Jésus a glorifié le Père, aussi le Père ne pouvait faire autrement que de glorifier son Fils à cause de sa soumission, de son obéissance : Père, l’heure est venue ! Glorifie ton Fils, afin que ton Fils te glorifie.                                                                                                                                      Jean 17 : 1a

Et maintenant toi, Père, glorifie-moi auprès de toi–même de la gloire que j’avais auprès de toi avant que le monde soit.                                                                                       Jean 17 : 5

Résumons : la mort est  venue dans le jardin d’Eden, par la désobéissance d’un seul. La vie éternelle nous est acquise par la mort, volontaire et par amour, d’un seul dans jardin du sépulcre. Jésus est ressorti de ce jardin avec les clés de la mort et du séjour des morts : Je suis le premier et le dernier, et le vivant. J’étais mort ; et voici, je suis vivant aux siècles des siècles. Je tiens les clés de la mort et du séjour des morts. Je suis le premier et le dernier, et le vivant. J’étais mort ; et voici, je suis vivant aux siècles des siècles. Je tiens les clés de la mort et du séjour des morts.                                          Apocalypse  1 : 18

 

 

 

 

 

                                            

 

Publié dans Le bénéfice du sang

Commenter cet article