Remember the chicken !

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Remember the chicken !

 

Par Elisabeth Dugas   

       

 

 

"Souviens-toi du poulet !" Rappelez-vous : Dieu a un jour parlé par une ânesse alors pourquoi pas par un poulet ?

Il était une fois un jeune garçon qui avait trouvé un jeu pas trop intelligent mais très drôle. Lui et son frère jouaient à se lancer un poulet. La pauvre bête battait des ailes en protestant à grands cris et les deux frères riaient beaucoup. Bien sûr ce qui devait arriver arriva. Un jour le poulet s'est assommé contre un montant en bois et il est tombé par terre. Les deux garçons ont regardé et l'ont secoué. Il était MORT. Alors le plus jeune s'est précipité pour dire au père que ce n'était pas de sa faute mais de celle de son frère. (Bien sûr !). Son frère l'a rattrapé et lui a dit : « Si tu ne dis rien je fais la vaisselle à ta place ». OK marché conclus. Les parents étaient très surpris de voir leur fils aîné faire toutes les vaisselles et le petit le regarder avec un petit sourire. Mais impossible d'en savoir plus. Alors du moment que la vaisselle était faite, ils n'ont pas cherché plus loin.

Le grand frère serrait les dents. D'une part il trouvait que son secret était cher payé, d'autant plus que son benjamin s'amusait beaucoup et n'hésitait pas à lui placer un « Remember the chicken ! » (souviens-toi du poulet) pour lui rafraîchir la mémoire quand il traînait un peu les pieds après le repas, d'autre part il se sentait comme emprisonné et pas fier du tout de cacher sa bêtise à son père. En plus il ne se voyait vraiment pas, lui le grand-frère, faire la vaisselle de toute la famille jusqu'à la fin de sa vie...car dans la négociation précipitée avec son frère il n'avait pas précisé de délai.

Alors un jour il en a eu assez et il s'est décidé à tout raconter...

Quand nous voulons cacher quelque chose à Dieu, il le sait. Alors certaines fois, il nous parle par notre conscience, et si nous ne réagissons pas assez vite soit il répète soit il laisse faire. Mais bizarrement nous nous sentons un peu étranges, lourds... Il arrive aussi que l'adversaire s'en mêle et au moment où nous nous y attendons le moins, nous glisse : « Pas mal tes conseils mais : « Remember the chicken ! » « Aïe, et moi qui essayais d'oublier cette histoire... justement ».

Et nous, comment réagissons-nous ?

Est-ce que nous essayons de faire taire notre conscience en lui disant : « Tais-toi, c'est une vieille histoire, et en plus je ne peux pas faire revivre cet idiot de poulet... » ?

Ou bien est-ce que nous osons répondre à l'adversaire, quand il s'en mêle et cherche à nous humilier : « Tu as parfaitement raison, ma conduite est indigne d'un enfant de Dieu, je m'en vais tout de suite lui demander pardon ! Merci de ta contribution ! »

Cette histoire m'est restée et me revient souvent : « Remember the chicken ! » Ne vous y fiez pas, malgré les apparences cette interpellation est très sérieuse...

 

Elisabeth Dugas

 

Publié dans Parolevivante

Commenter cet article