J'ai vu le trône, il était vide !…

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

J'ai vu le trône, il était vide !…

 

Récemment sur le blog  Parolevivante j'ai trouvé un commentaire disant ceci : je suis allé me présenter devant le trône, il est vide et deux hommes en noir le gardaient. Ma réaction a été comme l'œuvre de notre système immunitaire lorsqu’un microbe ou un virus essaie de nous attaquer dans notre santé. Je l’ai effacé.

Maintenant, deux semaines après le Saint Esprit m'incite plutôt à répondre et à publier la réponse afin de mettre la lumière et la vérité dans ce témoignage. Car de plus en plus, sous des aspects différents, notre adversaire essaie de nous tromper en  semant la confusion. Son action a pour but d'affadir notre sel et de mettre la lumière de la Parole de Dieu sous le boisseau.

Ses manœuvres, depuis le jardin d’Eden sont toujours les mêmes : nous aveugler et nous mentir afin que nous tournions notre regard vers l'arbre de la connaissance du bien et du mal. Pendant ce temps ne nous abandonnons  l'arbre de vie : Jésus

Jésus nous a prévenus avec  cette parabole que nous trouvons dans l'Évangile de Matthieu 13: 24 et 25 : Il leur proposa une autre parabole, et il dit : Le royaume des cieux est semblable à un homme qui a semé une bonne semence dans son champ. Mais, pendant que les gens dormaient, son ennemi vint, sema de l’ivraie parmi le blé, et s’en alla.

Dans ces versets, Jésus nous met en garde non contre le sommeil naturel, mais bien du sommeil spirituel dans lequel nous risquons  de tomber. Nous en trouvons un exemple dans le naturel avec la mouche Tsé Tsé. Dans le surnaturel, Satan, si nous ni prenons garde nous envoie ses mouches. C’est la raison pour laquelle la Bible le nomme : Belzébul ou le dieu des mouches.

Il leur dit encore : Apporte–t-on la lampe pour la mettre sous le boisseau, ou sous le lit ? N’est–ce pas pour la mettre sur le chandelier ? Car il n’est rien de caché qui ne doive être découvert, rien de secret qui ne doive être mis au jour. Si quelqu’un a des oreilles pour entendre, qu’il entende. Il leur dit encore : Prenez garde à ce que vous entendez. On vous mesurera avec la mesure dont vous vous serez servis, et on y ajoutera pour vous. Car on donnera à celui qui a ; mais à celui qui n’a pas on ôtera même ce qu’il a.                                           Marc 5 : 21 à 25

L’apôtre Pierre dans sa première épître nous prévient également, il nous incite ainsi à être vigilant : Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. Résistez-lui avec une foi ferme, sachant que les mêmes souffrances sont imposées à vos frères dans le monde.

                                                                                                                        1 Pierre 5 : 8 et 9

Je ne doute pas que cette personne ait quitté son corps. N'importe quel sorcier pratique cette sorte de sorcellerie. Ce dont je suis certain c'est que cette personne ne s'est pas présentée devant le trône de Dieu. Car  Dieu siège sur son trône, même pendant le déluge il y était assis : L’Eternel était sur son trône lors du déluge ; L’Eternel sur son trône règne éternellement.         Psaumes 29:10

Si Dieu quittait son trône un seul instant la mort régnerait sur la terre : Tu caches ta face : ils sont tremblants ; Tu leur retires le souffle : ils expirent, Et retournent dans leur poussière.                                                               Psaumes 104:29

 

Le trône de Dieu n'est pas gardé par deux hommes en noir, d'autre part aucun homme ne peut se tenir dans la présence de Dieu et voir Dieu : Après cela, je vis une porte ouverte dans le ciel. Telle une trompette, la première voix que j’avais entendue parler avec moi dit : Monte ici, et je te ferai voir ce qui doit arriver après. Aussitôt je fus saisi par l’Esprit. Il y avait un trône dans le ciel, et sur ce trône quelqu’un était assis. Celui qui était assis avait l’aspect d’une pierre de jaspe et de sardoine, et le trône était entouré d’un halo qui avait l’aspect de l’émeraude.                                                                                            Apocalypse 4 : 2 et 3

 

Nous allons reprendre la vision du trône donnée au prophète et nous en retenons surtout la présence des anges que la Bible nomme séraphins : L’année de la mort du roi Ozias, je vis le Seigneur assis sur un trône très élevé, et les pans de sa robe remplissaient le temple. Des séraphins se tenaient au–dessus de lui ; ils avaient chacun six ailes ; deux dont ils se couvraient la face, deux dont ils se couvraient les pieds, et deux dont ils se servaient pour voler.  Ils criaient l’un à l’autre, et disaient : Saint, saint, saint est l’Eternel des armées ! toute la terre est pleine de sa gloire ! Les portes furent ébranlées dans leurs fondements par la voix qui retentissait, et la maison se remplit de fumée.  Alors je dis : Malheur à moi ! je suis perdu, car je suis un homme dont les lèvres sont impures, j’habite au milieu d’un peuple dont les lèvres sont impures, et mes yeux ont vu le Roi, l’Eternel des armées.  Mais l’un des séraphins vola vers moi, tenant à la main une pierre ardente, qu’il avait prise sur l’autel avec des pincettes.

 Il en toucha ma bouche, et dit : Ceci a touché tes lèvres ; ton iniquité est enlevée, et ton péché est expié.                                                                                 Esaie :  6 : 1 à 7 

Notre Dieu est un feu dévorant et personne ne peut l’approcher et le voir sans être invité : Dieu dit à Moïse : Monte vers l’Eternel, toi et Aaron, Nadab et Abihu, et soixante–dix des anciens d’Israël, et vous vous prosternerez de loin. Moïse s’approchera seul de l’Eternel ; les autres ne s’approcheront pas, et le peuple ne montera point avec lui. Moïse monta sur la montagne, et la nuée couvrit la montagne. La gloire de l’Eternel reposa sur le mont Sinaï, et la nuée le couvrit pendant six jours. Le septième jour, l’Eternel appela Moïse du milieu de la nuée.

 L’aspect de la gloire de l’Eternel était comme un feu dévorant sur le sommet de la montagne, aux yeux des enfants d’Israël.                       Exode 24 : 1 et 2- 15 à 17

Afin d’éliminer toute équivoque nous répondons à cette personne si Dieu l’avait invitée, comme Moïse elle l’aurait vu.

Enfin devant le trône se tient comme immense mer de glace et du trône sortent des éclairs, des voix et des coups de tonnerre.

 

Publié dans Parolevivante

Commenter cet article