L'autorité divine dans le mariage

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

 L'autorité divine dans le mariage

 

 En instituant le mariage avec Adam et Eve, l'Eternel les a investis de son autorité de gouvernement divin : Dieu les bénit, et Dieu leur dit : Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et assujettissez-la ; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre.                             Genèse 1 : 28

Il leur a donné l'autorité pour établir son gouvernement sur la terre, au sein de leur famille et avec  leurs enfants.

Dans ce verset nous trouvons cinq verbes qui sont des impératifs. Les trois premiers nous montrent que l'Eternel leur demande d'établir son gouvernement sur toute la terre en étant fécond. Cela signifie avoir des enfants qui vont se propager sur toute la terre, mais aussi soyez créatifs, plein de zèle, imaginatif en restant connecté avec l'Eternel ou à obéissant à l'Eternel.

Assujettir, dans le contexte, signifie : dominez-la en ayant un rôle protecteur, en étant gardien, en faisant fructifier.

Dominez signifie régner en souverain, triompher, donner la victoire, surveiller, garder. L'Eternel leur ordonne d'être vigilant, attentif comme les vierges sages et de ne pas tomber dans l'insouciance comme les vierges folles.

 

Avec quel moment l'Eternel leur a t’il donné ce manteau de gouvernement ?

 

Puis Dieu dit : Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre. Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme.                                              Genèse 1 : 26 et 27

A ce moment-là l'homme et la femme vivait dans l'unité puisque Eve n'était pas encore apparue bien qu'elle existait. Avant de leur donner cette autorité Dieu les béni : Dieu les bénit, et Dieu leur dit :                                                                    Genèse  1 : 28a

 Il est évident que cette bénédiction continuera de couler à condition qu'ils restent unis. Comme il est écrit : Voici qu’il est bon, qu’il est agréable Pour des frères d’habiter unis ensemble ! C’est comme l’huile la meilleure qui, (répandue) sur la tête, Descend sur la barbe, sur la barbe d’Aaron, Qui descend sur le bord de ses vêtements. C’est comme la rosée de l’Hermon, Qui descend sur les montagnes de Sion ; Car c’est là que l’Éternel donne la bénédiction, La vie, pour l’éternité. Bible la Colombe                         psaume 133

Maintenant paraphrasons ce psaume dans le cadre du mariage : voici qu'il est bon, qu’il est agréable pour des époux unis d’habiter ensemble… Car c'est là que l'Eternel donne la bénédiction pour toujours. Tout se concrétise dans le mariage à condition d'obéir à cette parole : C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair ?

 Ainsi ils ne sont plus deux, mais ils sont une seule chair. Que l’homme donc ne sépare pas ce que Dieu a joint.                                                                                    Matthieu 19 : 5 et 6

Tant qu’Adam et Eve vivaient dans cette unité la bénédiction continuait d'être présente dans leur vie.

La Bible nous dit que l'adversaire de l'Eternel est arrivé en séduisant Eve. Adam n'a pas joué son rôle de protecteur, de gardien selon l'ordre de l'Eternel. Le serpent en continuant son œuvre de destruction a provoqué la division entre Adam et Eve ou les époux, entre l'Eternel et Adam et Eve. Les conséquences sont les suivantes : la bénédiction de l'Eternel s’est arrêtée comme un fleuve qui se dessèche. Ils ont perdu le manteau du gouvernement divin et se sont retrouvés nus, dépouillés de toute autorité. Ils ont perdu l'autorité sur leurs enfants : l’un va tuer l'autre sous l'influence du serpent ou comme conséquence de la division des parents. Ils ont quitté l'autorité de l'Eternel pour se mettre sous l'autorité de celui que Jésus nomme  le meurtrier dès le commencement. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fonds ; car il est menteur et le père du mensonge.                                     Jean 8 : 44b

 

Maintenant compareront l'autorité du gouvernement divin avec l'autorité du mariage civil.

 

 Dieu va-t-il faire couler sa bénédiction sur ces mariages ? Va-t-il leur redonner le manteau du gouvernement divin ? Non bien sûr puisque ces mariages sont établis en rébellion contre lui-même et le mariage qui lui a été volé par l’imitateur. Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel : Ton cœur s’est élevé, et tu as dit : Je suis Dieu, Je suis assis sur le siège de Dieu, au sein des mers ! Toi, tu es homme et non Dieu, et tu prends ta volonté pour la volonté de Dieu. En face de ton meurtrier, diras-tu : Je suis Dieu ? Tu seras homme et non Dieu Sous la main de celui qui te tuera.                            Ezéchiel 28 : 2 et 9

 

Quelle autorité reçoive les époux lors d'un mariage civil ?

 

Une autorité humaine qui leur donne même la possibilité de se séparer ou de divorcer. Cette autorité de gérer non plus pour Dieu et avec Dieu mais pour eux-mêmes, sans Dieu. L'autorité d'éduquer leurs enfants leur est enlevée puisque leurs enfants ne leur  appartiennent plus, ils doivent les confier à l'État dès l'âge de trois ans. L'État a pris la place de Dieu. Alors que l'Eternel demande aux familles d'éduquer leurs enfants elles-mêmes. Et ces commandements, que je te donne aujourd’hui, seront dans ton cœur. Tu les inculqueras à tes enfants, et tu en parleras quand tu seras dans ta maison, quand tu iras en voyage, quand tu te coucheras et quand tu te lèveras.

                                                                                                                       Deutéronome 6 : 6 et 7

 

 Aujourd’hui nous avons à redécouvrir l'autorité du gouvernement divin. Car le mariage selon les principes divin existe toujours selon ces versets de Genèse 1 : 26 à 28 que nous avons déjà cité.

La Bible nous parle toujours de gouvernement au sein d’un couple chrétien, c'est bien plus que d'avoir des enfants. Dans le mariage la sphère d'autorité augmente : un en poursuit 1000 et deux en poursuivent 10 000.

Deux valent mieux qu’un, parce qu’ils retirent un bon salaire de leur travail.  Car, s’ils tombent, l’un relève son compagnon ; mais malheur à celui qui est seul et qui tombe, sans avoir un second pour le relever ! De même, si deux couchent ensemble, ils auront chaud ; mais celui qui est seul, comment aura–t-il chaud ? Et si quelqu’un est plus fort qu’un seul, les deux peuvent lui résister ; et la corde à trois fils ne se rompt pas facilement.                                                                                                        Ecclésiaste 4 : 9 à 12

Ceci est également vrai sur le plan spirituel, au niveau de l’autorité du couple. La condition nous la connaissons, elle n'a pas changé : vivre dans l'unité au sein du couple : Maris, montrez à votre tour de la sagesse dans vos rapports avec votre femme, comme avec un sexe plus faible ; honorez-la, comme devant aussi hériter avec vous de la grâce de la vie. Qu’il en soit ainsi, afin que rien ne vienne faire obstacle à vos prières. Enfin, soyez tous animés des mêmes pensées et des mêmes sentiments, pleins d’amour fraternel, de compassion, d’humilité.                                                             1 Pierre  2 : 7 et 8

 

La division nous fait perdre l'autorité, le rôle protecteur du mari envers son épouse et ses enfants. S’il y a une brisure dans le mariage nous perdons le gouvernement divin et des obstacles se présenteront quand à l'exaucement des prières ou de l'autorité avec les enfants. L'autorité divisée amène la confusion dans la vie des enfants et la culpabilité. Ils risquent de se reprocher d’être la cause de la division de leur parents, d’autres au contraire exploiteront cette division à leur profit. De toute façon cette division aura des conséquences sur leur identité. Elle provoquera des carences tant au niveau paternel que maternel.

Il existe une autre condition à remplir afin que la bénédiction continue de couler:

  1. que le mari soit lui même soumis à Christ comme Christ l’est lui-même au Père. L'autorité nous est redonnée par Jésus-Christ à condition de lui être soumis. Maris, que chacun aime sa femme, comme Christ a aimé l’Eglise, et s’est livré lui–même pour elle, afin de la sanctifier en la purifiant et en la lavant par l’eau de la parole, pour faire paraître devant lui cette Eglise glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irréprochable. C’est ainsi que le mari doit aimer sa femme comme son propre corps. Celui qui aime sa femme s’aime lui–même.                                                                                                                                                                               

                                                                                                                         Ephésiens 5 : 25  à 28

  2. que l’épouse se mette sous la protection de son mari : Femmes, que chacune soit soumise à son mari, comme au Seigneur ;  car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l’Eglise qui est son corps, et dont il est le Sauveur.  Or, de même que l’Eglise est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l’être à leur mari en toutes choses.                                                                                                         Ephésiens 5 : 22 à 24

    Soumise signifie notamment : avoir une attitude de donner, de coopérer, d’assumer des responsabilités, de porter une charge.

    Enfin terminons par ces versets : rendez continuellement grâces à Dieu le Père pour toutes choses, au nom de notre Seigneur Jésus–Christ, vous soumettant les uns aux autres dans la crainte de Christ.                                                                 Ephésiens 5 : 20 et 21

    Le simplement fait que chacun trouve sa place et remplisse son rôle avec les capacités reçues permet de participer à la libération du royaume de Dieu. C’est ainsi que Jésus est glorifié et ce choix rempli de joie le cœur du Père.

    Nous rappelons une autre obligation, d’ordre divine, afin que la bénédiction coule dans la vie d’un couple : Honore ton père et ta mère, c’est le premier commandement accompagné d’une promesse, pour que tu sois heureux et que tu vives longtemps sur la terre.                                                                                                                       Ephésiens 6 : 2 et 3

    Ce commandement s’adresse au couple, envers les parents et les beaux-parents. Ce verbe honorer est souvent mal compris. Il ne signifie pas se soumettre puisque la Bible nous demande quitter. Honorer signifie, dans le contexte : estimer, apporté des soins physique, moraux, spirituel, ne pas délaisser ceux qui nous ont donné la vie.

    Nous allons prendre un exemple avec Noé, ses fils et petits fils : Noé commença à cultiver la terre, et planta de la vigne. Il but du vin, s’enivra, et se découvrit au milieu de sa tente.  Cham, père de Canaan, vit la nudité de son père, et il le rapporta dehors à ses deux frères. Alors Sem et Japhet prirent le manteau, le mirent sur leurs épaules, marchèrent à reculons, et couvrirent la nudité de leur père ; comme leur visage était détourné, ils ne virent point la nudité de leur père.                                      Genèse 9 : 20 : 25

    Sem et Japhet n’ont  pas approuvé  le péché de leur père. Ils l’ont honoré en le couvrant, comme l’amour couvre une multitude de péché. Par contre Cham et son fils ont déshonoré Noé en se comportant comme des journalistes à scandales.

     

     

     

     

 

Publié dans Le mariage

Commenter cet article