A quel moment un couple est-il considéré marié par Dieu ?

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

A quel moment un couple est-il considéré marié par Dieu?

 

Avant de répondre à cette question que nous réservons pour la fin, nous allons développer certains aspects importants du mariage.

Il est important de noter d’après le Livre de la Genèse, aux chapitres  2 et 3, que le mariage n’est pas une invention humaine. En mettant le premier couple dans le Jardin d’Eden, Dieu a établi le mariage avant toute autre institution. Il  l’a institué dès le début dès la venue de l’homme sur terre, en déclarant  que « L’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair. »

 

Lors de la chute, à cause de la désobéissance du premier Adam, Satan a usurpé, s’est approprié,  a détourné le mariage du plan de Dieu. Le mariage civil en est une conséquence. L’Etat s’est approprié depuis la révolution de 1789 tous les domaines ou les moments importants de la vie humaine en établissant : le baptême civil ou républicain, le mariage civil et le divorce, les sépultures civiles. Tout ceci résulte des paroles mensongères et séductrices, sorties de la bouche de Satan : Alors le serpent dit à la femme : Vous ne mourrez point ; mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et que vous serez comme Dieu, connaissant le bien et le mal.

                                                                                                                     Genèse 2 : 4 et 5

De ce fait l’Etat ne reconnait pas la validité du mariage religieux, terme employé dans le langage populaire, le terme « divin » conviendrait mieux.

Ce point de vue de l’Etat comporte cependant quelques problèmes. Car les mariages existaient bien avant que des gouvernements n’aient été mis en place.

L’homme, pas plus que l’Etat n’à la compétence nécessaire pour décider qui peut se marier (ou divorcer) et sur quelle base. Dieu lui-même nous donne ses critères pour le mariage, en voici des exemples :

Tu ne découvriras point la nudité de la femme de ton père. C’est la nudité de ton père.

 Tu ne découvriras point la nudité de ta soeur, fille de ton père ou fille de ta mère, née dans la maison ou née hors de la maison. Tu ne découvriras point la nudité de la fille de ton fils ou de la fille de ta fille. Car c’est ta nudité. Tu ne découvriras point la nudité de la fille de la femme de ton père, née de ton père. C’est ta soeur. Tu ne découvriras point la nudité de la soeur de ton père. C’est la proche parente de ton père.

 

 

Même si Dieu nous demande respecter les autorités de notre pays : Que toute personne soit soumise aux autorités supérieures ; car il n’y a point d’autorité qui ne vienne de Dieu, et les autorités qui existent ont été instituées de Dieu. C’est pourquoi celui qui s’oppose à l’autorité résiste à l’ordre que Dieu a établi, et ceux qui résistent attireront une condamnation sur eux–mêmes.                                          Romains 13 : 1 et 2

 

Par exemple si un prêtre ou un pasteur accepte de célébrer un mariage selon l’ordre divin, avant le mariage civil, ils sont passibles d’amende et de prison.  C’est normal puisque nous vivons dans une nation organisée, sinon cela provoquerait l’anarchie : ni Dieu ni maître. Nous deviendrions seul maître à bord.

Toutefois cette obligation d’obéissance aux lois civiles disparait lorsqu’elles exigent qu’on se soumette à des critères non bibliques pour qu’un mariage puisse être reconnu.

 

Nous ajoutons une précision ici, le maire, le prêtre ou le pasteur ne marie pas un couple. Ils sont seulement témoins et président la cérémonie des noces, de l’engagement du couple qui se  présente devant eux. Ce sont les époux qui se marient eux-mêmes au moment ou ils s’acceptent mutuellement, sans contrainte et publiquement. Nous le constaterons avec Adam et Eve.

Le mariage est donc une institution fondamentale divine et non humaine. C’est l’Eternel qui a présidé au premier mariage quand il a mis Eve en présence d’Adam.

Toutefois la famille constitue un élément essentiel de la société humaine. La société humaine, elle-même sous toutes ses formes repose sur le mariage. D’après le Nouveau Testament, le mariage est également le fondement sur laquelle repose la famille de Dieu. Le couple en représente une cellule comme le corps est constitué de plusieurs membres et d’une multitude  de cellules.

C’est pourquoi une attaque contre le mariage est une aussi une attaque contre la famille, et  vise l’ordre et le plan de Dieu sur le monde et sur l’Eglise.

 

 Contrairement à ce qui a été souvent énoncé, le mariage selon la Bible, n’est pas une institution conçue seulement pour propager la race humaine. Même s’il est vrai que dès les premiers chapitres de la Genèse, Dieu a effectivement prescrit que la procréation doit constituer un devoir dans le mariage et uniquement dans le mariage (soyez féconds et multipliez-vous). La procréation n’est donc pas le but fondamental du mariage. Car si nous réduisons le mariage à un accouplement légalisé, avec deux personnes qui s’engagent mutuellement, nous commettons une erreur qui conduit à des conséquences graves.

D’autre part, le mariage ne doit pas non plus être assimilé aux relations sexuelles.  Certes, le mariage est une union qui inclut d’une manière fondamentale l’union sexuelle comme une obligation et un plaisir : Que le mari rende à sa femme ce qu’il lui doit, et que la femme agisse de même envers son mari. Ce n’est pas la femme qui dispose de son corps, c’est son mari. De même, ce n’est pas le mari qui dispose de son corps, c’est sa femme. Ne vous privez point l’un de l’autre, si ce n’est d’un commun accord pour un temps, afin de vaquer à la prière ; puis retournez ensemble, de peur que Satan ne vous tente en raison de votre manque de maîtrise.                                          1 Corinthiens 7 : 3-5

 

Cependant, le mariage diffère de l’union sexuelle, car il est plus important que l’union sexuelle, et va bien au-delà, tout en l’incluant. Comme il inclut aussi l’obligation de perpétuer la race humaine. Mais les deux choses ne sont pas identiques.

 

Si le mariage et l’union sexuelle étaient identiques, la Bible ne parlerait pas de rapports sexuels illicites. Elle parlerait alors de mariages non légalisés. L’adultère ne serait plus l’adultère mais de la bigamie (ou polygamie). Or, la Bible parle de péché sexuel hors du mariage, et elle n’affirme pas que l’adultère et la bigamie sont identiques. Quand la Bible parle de relations sexuelles illicites, ne limitons pas notre compréhension à l’adultère d’un ou des conjoints pendant le mariage. Mais étendons-la aux relations sexuelles du futur avant le mariage.

Un mariage est consommé lorsqu’un homme et une femme échangent leurs consentement devant Dieu, l’un devant l’autre, et entrent dans une relation d’alliance. Le pasteur qui préside le mariage, affirme bien cette réalité spirituelle essentielle du mariage en déclarant après l’échange des vœux qu’ils sont désormais mari et femme.

 

Le mariage autorise les relations sexuelles mais  seulement parce que le jeune couple est déjà marié. Et l’adultère par la suite, tout en exerçant des tensions énormes sur le mariage, ne le dissout pas pour autant. Les relations sexuelles en elles mêmes ne constituent pas un mariage et ne le brisent pas non plus.

Qu’est-ce qui constitue le mariage selon la Bible ?

 

Un couple est marié aux yeux de Dieu lorsqu’ une cérémonie de mariage formelle a eu lieu.  Dieu considère qu’un couple est marié lorsque le mariage est consommé au moment de la relation sexuelle. Certains pensent que si un homme et une femme ont un rapport sexuel, Dieu les considère comme mariés. Un tel point de vue n’a pas de fondement biblique : l’argument avancé ici est que la relation sexuelle  entre l’époux et l’épouse doit être l’accomplissement final du commandement « ils deviendront une seule chair ». Dans ce sens, la relation sexuelle est effectivement le « sceau » final de l’engagement matrimonial.

 Il n’est pas biblique de considérer qu’un couple qui a eu des relations sexuelles, mais qui n’a observé aucun des autres aspects de l’engagement matrimonial  est marié. En effet, les Ecritures, comme par exemple : Toutefois, pour éviter la débauche, que chacun ait sa femme, et que chaque femme ait son mari.                          1 Corinthiens 7 :2

Ce verset indique que le sexe avant le mariage, c’est de l’immoralité. Si toute relation sexuelle impliquait qu’un couple est marié, alors cela ne devrait pas être perçu comme immoral, puisque le couple serait marié au moment même d’une relation sexuelle. Il n’y a absolument aucun fondement biblique qui permette à un couple non marié ayant eu des relations sexuelles de se déclarer lui-même marié, car ce faisant il déclare alors que toutes ses relations sexuelles futures seront morales et honoreront Dieu.

Afin de répondre à la question posée dans titre de ce texte, regardons dans le livre de la Genèse le premier mariage c'est-à-dire celui d’Adam et de Eve : l’Eternel présente Eve à Adam qui souffre de solitude : il n’est pas bon que l’homme soit seul. L’Eternel se contente de présider, il est le témoin oculaire de qui va suivre : Adam avait la possibilité de dire non  au choix de Dieu. Au contraire il dit : Voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair ! Eve avait également la faculté de dire non, elle ne l’a pas fait, elle a accepté le choix de Dieu, le kaïros de l’Eternel. Dés cet instant devant Dieu il était marié.

 

 

 

 

 

Publié dans Le mariage

Commenter cet article