Qui est aux commandes dans la famille d’Isaac et de Rebecca?

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Qui est aux commandes dans la famille d’Isaac et de Rebecca?

 

Abraham envoie serviteur chercher une épouse qui ne soit pas cananéenne pour son fils Isaac, en obéissance à la volonté de l’Eternel. Il l’envoie dans le pays où habite la famille de Bethuel, membre de la famille d'Abraham et son neveu. Dès son arrivée il commence par adresser une prière à l'Eternel. Il lui demande que tout ce qui va suivre maintenant vienne de lui : une jeune fille se présente à lui. Elle correspond pleinement, par son service, à la prière qu'il vient d’adresser à l'Eternel. En contre partie elle reçoit, un anneau, l'alliance de mariage et des bijoux. Elle court l'annoncer à sa famille. Et là, déjà nous voyons Laban, le frère intervenir à cause de l'anneau, et des bijoux qui recouvrent sa sœur. Dans tout ce qui va se dérouler ensuite, dans la famille de Bethuel, le papa, apparaîtra une seule fois. Par contre la maman et son fils Laban vont être présent constamment et prendre toutes décisions, même ils essaient de retenir Rébecca pour une dizaine de jours. Seul Laban et la maman reçoivent des cadeaux : Et le serviteur sortit des objets d’argent, des objets d’or, et des vêtements, qu’il donna à Rebecca ; il fit aussi de riches présents à son frère et à sa mère.                                                      Genèse 24 : 53

 Le lendemain le serviteur désire partir afin que son voyage réussisse pleinement. C'est sa seule motivation. Il ne veut pas se laisser distraire. Il est chargé d'une mission à remplir : ramener une épouse pour Isaac. Le matin, il dit : Laissez-moi partir, et que j'aille vers mon Seigneur. Là interviennent, le frère et la mère, c'est-à-dire Laban (le fils) et sa mère.

 Le frère et la mère dirent : Que la jeune fille reste avec nous quelque temps encore, une dizaine de jours ; ensuite, tu partiras.                                                              Genèse 24 : 55

Là encore le père est absent. Il n'est pas consulté ni dans ce qui va suivre. Dieu non plus n'est pas consulté. Le serviteur est le seul dans cette situation à avoir la crainte de Dieu et répond : Il leur répondit : Ne me retardez pas, puisque l’Eternel a fait réussir mon voyage ; laissez moi partir, et que j’aille vers mon seigneur.                               Genèse 24 : 56

Dans le verset qui suit et qui précède le départ du serviteur et de Rébecca, Bethuel le père, est absent, même de la bénédiction qui est donnée à Rébecca  et n'apparaît plus : Alors ils répondirent : Appelons la jeune fille et consultons-la. Ils appelèrent donc Rebecca, et lui dirent : Veux tu aller avec cet homme ? Elle répondit : J’irai. Et ils laissèrent partir Rebecca, leur sœur, et sa nourrice, avec le serviteur d’Abraham et ses gens.  Ils bénirent Rebecca et lui dirent : O notre sœur, puisses tu devenir des milliers de myriades, et que ta postérité possède la porte de ses ennemis !                                                      Genèse 24 : 57 à 60

 

 Maintenant, à la lumière de la parole de Dieu, avec l'éclairage et la révélation du Saint-Esprit, essayons de comprendre pourquoi Rébecca est arrivée à imposer, dans son foyer, le système babylonien de sa famille ?

 Nous adressons quelques précisions au lecteur et lectrice de ce livre. Nous ne voulons pas toucher à la vie de Rébecca. Nous ne disons pas qu’elle n'était pas l'épouse destinée à Isaac. Dans notre développement du mariage nous sommes toujours dans le cadre de quitter… afin de devenir une seule chair. Rébecca a bien quitté ses parents, mais pas le modèle babylonien de fonctionnement de leur couple. Nous  sommes également dans le paragraphe des fondements ou des fondations du mariage. Nous sommes le champ de Dieu et co-ouvrier avec lui. Le diable cherchera le moyen de mettre sa semence dans ce champ : Il leur proposa une autre parabole, et il dit : Le royaume des cieux est semblable à un homme qui a semé une bonne semence dans son champ. Mais, pendant que les gens dormaient, son ennemi vint, sema de l’ivraie parmi le blé, et s’en alla.

                                                                                                                                  Matthieu 13:24 et 26

Le livre des Actes nous donne un exemple précis avec un homme qui s’oppose à l’apôtre Paul : Mais Elymas, le magicien, car c’est ce que signifie son nom,  leur faisait opposition, cherchant à détourner de la foi le proconsul. Alors Saul, appelé aussi Paul, rempli du Saint–Esprit, fixa les regards sur lui, et dit : Homme plein de toute espèce de ruse et de fraude, fils du diable, ennemi de toute justice, ne cesseras-tu point de pervertir les voies droites du Seigneur ?                                                                                                                        Actes 13 : 8 à 10                                         

Il ne s’agit pas de comparer Rébecca à un agent du diable, non loin de là, seulement il cherchera toujours à faire avorter le plan de Dieu, d'autant plus ici, il s'agit du mariage d'Isaac, le deuxième patriarche, le fils de la promesse, celui dont la lignée va donner naissance à Jésus. Isaac, le fils de la promesse, bénéficie de l'alliance donnée à Abraham. Le plan de Dieu aboutira toujours, malgré nos manques, nos résistances. N’oublions jamais le grand amour de notre Dieu, sa miséricorde, sa fidélité, sa grâce, sa patience. Mais diable a aussi un plan ou plutôt un contre plan. Mais que de souffrances, d’années perdues vont s’écouler avant de rentrer dans le plan ou le kaïros de Dieu.

 Certes Jacob, le préféré de Rébecca, deviendra le père des 12 fils desquels naîtront les 12 tribus d'Israël. Que de souffrances avant que l'Eternel ne change son nom en Israël c'est-à-dire prince de Dieu : Pharaon dit à Jacob : Quel est le nombre de jours des années de ta vie ? Jacob répondit à Pharaon : Les jours des années de ma vie errante sont de cent trente ans. Les jours des années de ma vie ont été peu nombreux et mauvais, et ils n’ont point atteint les jours des années de la vie errante de mes pères.                   Genèse 47 : 8 et 9

La Bible nous dit que ces choses ont été écrites pour notre instruction : Ces choses leur sont arrivées pour servir d’exemples, et elles ont été écrites pour notre instruction, à nous qui sommes parvenus à la fin des siècles.                                                        1 corinthiens 10 : 11

Alors recevons-les vraiment à titre d’instruction afin de nous éviter de commettre les mêmes erreurs et de vivre les mêmes souffrances.

 Le nom de Rébecca signifie : Viens d’une racine du sens de prendre avec un nœud coulant, signifie également : ensorcelante, qui prend au piège ou une corde avec un nœud coulant, une jeune femme à la beauté ensorcelante. 

La Bible nous dit : qu’Isaac pris Rébecca, qui devint sa femme et il l'aima.

Rébecca était stérile, mais par la prière d'Isaac auprès de l'Eternel, Rébecca devint enceinte de jumeaux.  Les deux enfants se heurtaient  dans son sein, c'est-à-dire qu'ils se haïssaient. Se heurter signifie : s’opprimer douloureusement, se briser.

L’Eternel dit à Rébecca : Deux nations sont dans ton ventre, et deux peuples se sépareront au sortir de tes entrailles ; un de ces peuples sera plus fort que l’autre, et le plus grand sera assujetti au plus petit.                                                                                                      Genèse 25 : 23

Rapidement les difficultés vont naître au sein de ce couple avec la venue des enfants. L'influence de l'esprit  matriarcal va apparaître et prendre de l'importance.

Nous sommes en présence de deux enfants, de deux tempéraments différents, et de deux attitudes de parents différents, ce qui va amener la division dans ce couple.

Dans ce couple nous trouvons les deux modèles que nous avons présentés ci-dessus : Rebecca a bien quitté ses parents, sur le plan géographique, c’est indéniable. Mais elle n’a pas abandonné le modèle de couple de ses parents et surtout la direction tenue par sa maman avec son frère. Dans ce couple  brûlent deux feux qui se heurtent,  un feu étranger, celui de Babylone avec Rébecca et le feu de Dieu avec Isaac. Les deux enfants qui se heurtent dans le sein de Rébecca sont une exacte représentation de ces deux feux qui se heurtent dans ce couple. L’un domine l’autre tel est la Parole de l’Eternel donnée à Rébecca.

 

Le cordon ombilical, émotionnel, entre Isaac et sa maman a t-il été coupé ?

 

Isaac conduisit Rebecca dans la tente de Sara, sa mère ; il prit Rebecca, qui devint sa femme, et il l’aima. Ainsi fut consolé Isaac, après avoir perdu sa mère.            Genèse 24 : 67

 

 Il ne semble pas. De ce fait, certainement qu'Isaac, dans la vie de son épouse, Rébecca, il a cherché, peut-être inconsciemment et même sûrement, à continuer, a cherché à vivre la relation avec sa maman. C'est-à-dire en étant plutôt fils qu’un mari. Certainement que dans sa vie il y avait, en lui, comme un conflit : être un fils pour continuer de recevoir la consolation de la maman et être un mari pour son épouse. Certainement que cette attitude, et ce comportement d'Isaac, à favoriser ce que nous connaissons de Rebecca : à savoir sa relation divisée et de domination, de manipulation et de contrôle, entre son mari et son fils préféré. C’est sa relation avec son fils qui dominait. Dans la vie d’Isaac il y avait un terrain favorable, pour qu’il accepte l'influence et le modèle du gouvernement babylonien dans son couple.

Ces deux enfants grandirent. Esaü, l’aîné devint un habile chasseur, un homme des champs ; mais Jacob fut un homme tranquille, qui restait sous les tentes avec sa mère.

La division rentre dans ce couple: Isaac aimait Esaü, parce qu’il mangeait du gibier ; et Rebecca aimait Jacob.                                                                                                     Genèse 25 : 28 

Esaü est un chasseur comme Nimrod et les affaires du royaume de Dieu ne l'intéressent peu. Un jour rentrant de la chasse affamé, il vend son droit d'aînesse pour un plat de lentilles, à son frère Jacob. Rébecca préférait Jacob parce qu'il restait tranquille sous les tentes avec elle. De ce fait Esaü était lié à son père ou Isaac et Jacob à sa mère ou Rébecca.

Un jour Isaac dit à Esaü : Voici donc, je suis vieux, je ne connais pas le jour de ma mort. Maintenant donc, je te prie, prends tes armes, ton carquois et ton arc, va dans les champs, et chasse moi du gibier. Fais-moi un mets comme j’aime, et apporte le moi à manger, afin que mon âme te bénisse avant que je meure.

Tandis qu'il parlait à son fils préféré, Rébecca écoute ce que dit Isaac à Ésaü. Rébecca  va conspirer contre son mari, contre son fils Ésaü,  au profit de son préféré : Jacob. Là nous voyons l’influence et les manœuvres de l'esprit de Babylone dans un couple, il cherchera toujours à prendre le pouvoir. Il agit souvent présent  avec  Jézabel qui tuent ses propres enfants et le mari.

Rébecca développe une stratégie de tromperie, de mensonge et d’usurpation envers son fils Ésaü et son mari. Elle va amener et convaincre son fils Jacob de tromper son père, pour lui arracher la bénédiction destinée aux premiers nés.

Jacob était attaché émotionnellement à sa mère, donc facilement influençable et manipulable entre ses mains. Il est lié à sa mère par un lien d’âme fusionnelle, le cordon ombilical n’a jamais été coupé. De ce fait il n’a jamais reçu l’amour du papa. Rébecca devient responsable des divisions et de toute la haine dans la famille. Cela va provoquer le désir de tuer dans le coeur d’Esaü.  La fuite de Jacob devient la seule issue possible pour sauver sa vie en danger. C'est ce que fait  une mère influencée par l’esprit et le modèle de gouvernement de Babylone. Elle déshonore complètement son mari, jusqu'à la mort, par son attitude et l'attitude qu'elle fait adopter à son préféré : Jacob qui déshonore son père  en se présentant comme étant Esaü. Jacob trompe son père, également par un baiser.

Par sa manœuvre, Rébecca trompe son fils aîné, elle jette dans son cœur la haine, le meurtre dans son cœur. Ésaü, de ce fait tout au long de sa vie  restera orphelin de mère. Il va rentrer dans le cycle des carences maternelles ou l'absence de la mère. Il ne recevra pas de sa part la nourriture émotionnelle dont il avait besoin pour être un homme équilibré. Rébecca s'élève contre le plan de Dieu, dans son rôle de maman. Nous sommes loin de l’aide semblable créée par Dieu.

 Toute sa vie Ésaü sera un carencé de l'amour maternel. Le diable aime ces situations, ces personnes : homme ou femme affaiblies ou carencées dans l'amour maternel. Il sait que dans ces vies il pourra facilement tirer les ficelles du rejet, de la rébellion, mettre la haine dans ces cœurs  ouvert au meurtre. Ces personnes se tiendront dans l'isolement, la peur, la crainte. Le diable sait également que toutes personnes carencées dans l’amour maternelles reproduiront le même modèle dans la vie de leurs enfants. Et cela se reproduira de générations en générations, jusqu’au jour où une personne prendra conscience de ce problème, et acceptera de s’humilier devant Dieu et de rompre l’influence de cet héritage.

 Les carences maternelles, à travers le favoritisme et la manipulation peuvent amener le meurtre, la haine, la jalousie et la division entre les enfants : quand Esaü apprend auprès de son père qu'il a été supplanté par son frère, dans la bénédiction qu'il espérait recevoir il poussa de grands cris :  Esaü conçut de la haine contre Jacob, à cause de la bénédiction dont son père l’avait béni ; et Esaü disait en son cœur : Les jours du deuil de mon père vont approcher, et je tuerai Jacob, mon frère.                                      Genèse 27 : 41

Rébecca est toujours là, veillant et surveillant, comme un chat qui guette sa proie ou  défend son territoire : Voici, Esaü, ton frère, veut tirer vengeance de toi, en te tuant. Maintenant, mon fils, écoute ma voix ! Lève-toi, fuis chez Laban, mon frère, à Charan ; et reste auprès de lui quelque temps, jusqu’à ce que la fureur de ton frère s’apaise, jusqu’à ce que la colère de ton frère se détourne de toi, et qu’il oublie ce que tu lui as fait. Alors je te ferai revenir.                                                                                                           Genèse 27 : 42b à 45

En réalité Rébecca perd ses deux fils le même jour, tous les deux deviennent des orphelins : Ésaü sera orphelin de mère, Jacob sera orphelin de père. Là encore nous retrouvons l'influence de l'esprit de Babylone qui cherchent à détruire la famille établie selon le modèle de Dieu.

Louis Trifault

Publié dans Le mariage

Commenter cet article