Est-ce que l’Eglise est prête pour gagner les nations ?

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Est-ce que l’Eglise est prête pour gagner les nations ? Afin d’aborder ce domaine beaucoup pensent à l’esprit d’Elie qui doit réconcilier les pères avec les fils : Voici, je vous enverrai Elie, le prophète, avant que le jour de l’Eternel arrive, ce jour grand et redoutable. Il ramènera le cœur des pères à leurs enfants, et le cœur des enfants à leurs pères, de peur que je ne vienne frapper le pays d’interdit. Malachie 4 : 5 et 6

Avant que l’esprit d’Elie puisse agir dans les cœurs, il est nécessaire de vivre la relation d’Hénoc avec Dieu. C’est à dire marcher avec Dieu : Hénoch marcha avec Dieu ; puis il disparut, parce que Dieu le prit. Genèse 5 : 24 C’est par la foi qu’Hénoc fut enlevé pour qu’il ne voie point la mort, et il ne parut plus parce que Dieu l’avait enlevé ; car, avant son enlèvement, il avait reçu le témoignage qu’il était agréable à Dieu. Hébreux 11 : 5

Le cœur de notre vie n'est pas dans le combat, mais dans la source d’amour qui coule et vient du cœur du Père. Le vin nouveau de Toronto avec l’amour du Père sont nécessaire pour nous aider à combattre l'esprit religieux, bien qu'il ait été cloué à la croix par Jésus. Le grand piège de l'esprit religieux consiste à faire croire qu'il est indispensable ou qu’il déploie le zèle. Mais ce n’est qu’un zèle charnel et amer. Le religieux est l’image du pieux pour lui-même et non pour Dieu. Alors posons la question : est-ce que je marine dans l'esprit religieux ? La guerre contre l'esprit religieux se gagne par l'amour du Père. L'esprit de Toronto ou la révélation du cœur du Père c'est également la première arme pour combattre l'esprit d'orphelin. Il est nécessaire d'avoir le cœur Père pour apporter la miséricorde dans les nations. Le cœur du Père amène la cohésion dans le corps et donne de la puissance dans l’adoration collective ou communautaire, c'est à ce moment-là que la gloire vient. Considérons les clous des frères, non pas comme des blessures mais comme les corrections du Père. Son but consiste à amener la guérison dans certains domaines de notre vie. Pour cela il est important de savoir qui je suis en Christ : un fils ou une fille de Dieu et cohéritier du royaume. L'épouse a besoin de franchir trois étapes

1-la croix : Besoin d’expérimenter la grâce. l'Eglise est un ramassis de personnes blessées, meurtries par diverses expériences douloureuses de la vie.

2- Désirer la sanctification, la révélation de l'amour du Père qui nous amène à gagner la guerre contre l'esprit d’orphelin, l'esprit religieux et libère l'esprit prophétique.

3- L’Eglise doit devenir un centre d’adoration.L’adoration fraternelle crée la communion fraternelle. Elle devient le témoignage de l’Eglise. L’adoration libère l’esprit prophétique.

Dernière étape à franchir par l’Epouse

l’envoi dans les nations avec le cœur du Père, comme Jésus est venu sur terre pour nous révéler le cœur du Père.

La repentance

Un certain nombre de chrétiens ont une mauvaise connaissance de la repentance. Ils confondent confession de leur péché et la repentance. C'est-à-dire s’engager dans une nouvelle voie qui consiste à abandonner son péché, à s'en éloigner à tout jamais en changeant de modèle de vie. En changeant de mentalité par le renouvellement de l'intelligence, de nos pensées, de mon choix de vie, en s'alignant sur le fils à plomb de la parole de Dieu. Sans ce changement de mentalité, la confession des péchés ne représente qu'un acte religieux. Ceux qui évoluent de cette façon retombent dans le religieux. Ensuite ils se donnent des règles et même des punitions. Toutes les règles qui sont établies pour échapper au péché donnent une apparence de vie chrétienne. Mais cette vie reste vide, sans fruit, les règles ne donnent que de l'apparence extérieure. La vraie repentance porte du fruit seulement après un changement et un éloignement de notre péché. C'est le reproche qu’adresse Jean-Baptiste aux pharisiens et aux scribes qui viennent vers lui pour recevoir le baptême. Il disait : Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche. Les habitants de Jérusalem, de toute la Judée et de tout le pays des environs du Jourdain, se rendaient auprès de lui ; et, confessant leurs péchés, ils se faisaient baptiser par lui dans les eaux du Jourdain. Mais, voyant venir à son baptême beaucoup de pharisiens et de sadducéens, il leur dit : Races de vipères, qui vous a appris à fuir la colère à venir ? Produisez donc du fruit digne de la repentance. Matthieu 3 : 2 : 5 à 8

La vraie repentance est un fruit de la grâce de Dieu, donc de son cœur et non une simple démarche de l’âme. C'est l'amour du cœur de Dieu qui coule à nouveau dans nos cœurs comme le disent ces versets : car sans véritable repentance nous sommes en situation de divorce avec Dieu.

Je serai ton fiancé pour toujours ; je serai ton fiancé par la justice, la droiture, la grâce et la miséricorde ; je serai ton fiancé par la fidélité, et tu reconnaîtras l’Eternel. Osée 2 : 21 et 22 A nouveau, après une véritable repentance Dieu nous voit comme une vierge pure ou une fiancée pure. Il n’aperçoit point d’iniquité en Jacob, Il ne voit point d’injustice en Israël ; L’Eternel, son Dieu, est avec lui, Il est son roi, l’objet de son allégresse. Nombre 23:21 Avant la repentance notre vie ressemble à la vision de la terre qui était tohu et bohu, Bible Chouraqui. Après la repentance elle devient une nouvelle création. Cette grâce de la repentance nous ne pouvons pas la vivre sans l’action du Saint-Esprit dans nos vies. Le jour même de la Pentecôte après la venue du Saint-Esprit sur les 120, Pierre prit la parole et 3000 personnes se convertirent. C’est le Saint-Esprit qui met la conviction de péché dans nos cœurs : Et quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement : en ce qui concerne le péché, parce qu’ils ne croient pas en moi ; la justice, parce que je vais au Père, et que vous ne me verrez plus ; le jugement, parce que le prince de ce monde est déjà jugé. Jean 16 : 8 à 11

Cela devient une nécessité d'être en connexion avec les réseaux prophétiques afin de connaître la pensée prophétique, le mouvement de l'Esprit dans les nations. N'oublions jamais que les nations nous sont promises en héritage : Demande-moi et je te donnerai les nations pour héritage, Les extrémités de la terre pour possession. Psaume 2 : 8 Il est bon de s'intéresser à l'histoire des nations. Car l'Esprit parle dans leur histoire et leur culture. Actuellement la vague de l'Esprit agit dans les îles les plus lointaines. Elles sont visitées, ébranlées et même certaines risquent de disparaître. Ce mouvement de l'Esprit doit remonter à Jérusalem d'où il est parti voilà 2000 ans. Afin d'aller vers les nations, il est bon de voir les manteaux que Dieu veut nous donner afin de les transmettre. Proclamons ces manteaux avant de partir et transmettons ces manteaux là où Dieu est en train de libérer des sources. Les manteaux sont libérés par les messages. De nombreux drapeaux volent au-dessus de nos têtes. Ils sont un héritage, par exemple le manteau de Martin à Tours. Cela devient une nécessité d'être en connexion avec les réseaux prophétiques afin de connaître la pensée prophétique, le mouvement de l'Esprit dans les nations. N'oublions jamais que les nations nous sont promises en héritage : Demande-moi et je te donnerai les nations pour héritage, Les extrémités de la terre pour possession. Psaume 2 : 8 Il est bon de s'intéresser à l'histoire des nations. Car l'Esprit parle dans leur histoire et leur culture. Actuellement la vague de l'Esprit agit dans les îles les plus lointaines. Elles sont visitées, ébranlées et même certaines risquent de disparaître. Ce mouvement de l'Esprit doit remonter à Jérusalem d'où il est parti voilà 2000 ans. Afin d'aller vers les nations, il est bon de voir les manteaux que Dieu veut nous donner afin de les transmettre. Proclamons ces manteaux avant de partir et transmettons ces manteaux là où Dieu est en train de libérer des sources. Les manteaux sont libérés par les messages. De nombreux drapeaux volent au-dessus de nos têtes. Ils sont un héritage, par exemple le manteau de Martin à Tours. Cela devient une nécessité d'être en connexion avec les réseaux prophétiques afin de connaître la pensée prophétique, le mouvement de l'Esprit dans les nations. N'oublions jamais que les nations nous sont promises en héritage : Demande-moi et je te donnerai les nations pour héritage, Les extrémités de la terre pour possession. Psaume 2 : 8

Il est bon de s'intéresser à l'histoire des nations. Car l'Esprit parle dans leur histoire et leur culture. Actuellement la vague de l'Esprit agit dans les îles les plus lointaines. Elles sont visitées, ébranlées et même certaines risquent de disparaître. Ce mouvement de l'Esprit doit remonter à Jérusalem d'où il est parti voilà 2000 ans. Afin d'aller vers les nations, il est bon de voir les manteaux que Dieu veut nous donner afin de les transmettre. Proclamons ces manteaux avant de partir et transmettons ces manteaux là où Dieu est en train de libérer des sources. Les manteaux sont libérés par les messages. De nombreux drapeaux volent au-dessus de nos têtes. Ils sont un héritage, par exemple le manteau de Martin à Tours. Cela devient une nécessité d'être en connexion avec les réseaux prophétiques afin de connaître la pensée prophétique, le mouvement de l'Esprit dans les nations. N'oublions jamais que les nations nous sont promises en héritage : Demande-moi et je te donnerai les nations pour héritage, Les extrémités de la terre pour possession. Psaume 2 : 8

Le manteau est toujours attaché à l'onction ou en rapport avec un territoire. Comme Isaac et les puits qui creusa. Il sema et récolta chez Abimelec. Alors Abimélec fit cette ordonnance pour tout le peuple :

Celui qui touchera à cet homme ou à sa femme sera mis à mort. Isaac sema dans ce pays, et il recueillit cette année le centuple ; car l’Eternel le bénit. Cet homme devint riche, et il alla s’enrichissant de plus en plus, jusqu’à ce qu’il devint fort riche. Il avait des troupeaux de menu bétail et des troupeaux de gros bétail, et un grand nombre de serviteurs : aussi les Philistins lui portèrent-ils envie. Il se transporta de là, et creusa un autre puits, pour lequel on ne chercha pas querelle ; et il l’appela Rehoboth, car, dit-il, l’Eternel nous a maintenant mis au large, et nous prospérerons dans le pays. Isaac leur dit : Pourquoi venez-vous vers moi, puisque vous me haïssez et que vous m’avez renvoyé de chez vous ? Ils répondirent : Nous voyons que l’Eternel est avec toi. C’est pourquoi nous disons, Qu’il y ait un serment entre nous, entre nous et toi, et que nous fassions alliance avec toi ! Jure que tu ne nous feras aucun mal, de même que nous ne t’avons point maltraité, que nous t’avons fait seulement du bien, et que nous t’avons laissé partir en paix. Tu es maintenant béni de l’Eternel. Isaac leur fit un festin, et ils mangèrent et burent. Ils se levèrent de bon matin, et se lièrent l’un à l’autre par un serment. Isaac les laissa partir, et ils le quittèrent en paix. Ce même jour, des serviteurs d’Isaac vinrent lui parler du puits qu’ils creusaient, et lui dirent : Nous avons trouvé de l’eau. Et il l’appela Schiba. C’est pourquoi on a donné à la ville le nom de Beer-Schéba ou puits du serment, jusqu’à ce jour. Genèse 26:11 à 14:22 : 27 à 33 Dieu n’agit pas par réaction, il agit selon ce qu'il a prévu. Par exemple, les écoles chrétiennes ne se sont pas ouvertes par réaction à des situations mettant en péril la foi et l'identité des enfants. Dieu n'agit pas par réaction, il n'est pas réactionnaire sinon ils ne seraient plus Dieu, ni souverain. Il a tout prévu dans sa préscience ou dans sa souveraineté. La réaction ou les décisions que nous prenons par réaction nous sortent de la volonté de Dieu, de son kairos, consciemment ou inconsciemment. Les décisions que nous prenons par réactions sont essentiellement charnelles. Nous agissons avec la crainte que certaine situation du passé se renouvellent, par exemple dans l’éducation de nos enfants.

~~Nous appliquons à nos enfants une éducation par réaction à celle que nous avons reçue ou des situations douloureuses que nous avons vécues. De ce fait il se peut que nous accordions des « indulgences ou des faveurs » que Dieu désapprouvent. Nous semons une graine dans leur vie, le résultat nous le constaterons des années plus tard. Ce sera sans doute trop tard lorsque nous le découvrirons. Souvent ces réactions révèlent des fissures dans nos fondations. Remercions le Saint-Esprit de nous les révéler et cherchons tous les moyens de guérisons possibles pour les combler. De ce fait nous oublions la souveraineté de Dieu dans ces situations. Comme nous allons vers l’échec une nouvelle fois, nous nous demandons pourquoi Dieu n’agit pas ? Tout simplement parce que nous ne lui en donnons pas l’opportunité. Nous ne sanctifions pas le nom de Dieu dans notre vie ni dans la vie de ceux qui nous entourent, à l’exemple de Moïse dans le désert avec le peuple Hébreux. Autre fait important, les décisions par réaction nous font perdre la foi sans laquelle nous ne sommes pas agréables à Dieu. Mon juste vivra par la foi.

Ne bâtissons plus jamais par réaction ou pour parer, mais suivant les plans de Dieu en étant connecté au Saint Esprit. Souvenons-nous des réactions de contestations du peuple hébreu quand il manquait d’eau dans le désert. Il en oubliait leur délivrance de l’esclavage en Egypte.

Commenter cet article