Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Pardonne- nous nos offenses comme nous pardonnons

LE PARDON

Fondement de la vie chrétienne, style de vie du chrétien. Notre vie en Christ a commencé par un pardon et quel pardon ! A la croix, Jésus s'est chargé de nos péchés, il a expié nos fautes pour que nous soyons réconciliés avec Dieu le Père. Le pardon de Dieu nous a été accordé en totalité, notre dette envers Dieu nous a été remise entièrement au travers du sacrifice de Jésus, si nous avons placé notre foi en Lui, et en son œuvre à la croix. Car nous étions séparés de Dieu.

Esaie 59 : 1-3 : Non, la main de l’Eternel n’est pas trop courte pour sauver. Ni son oreille trop dure pour entendre. Mais ce sont vos crimes qui mettent une séparation, entre vous et Dieu. Ce sont vos péchés qui vous cachent sa face, et l’empêchent de vous écouter. Car vos mains sont souillées de sang et vos doigts de crimes ; vos lèvres profèrent des mensonges, votre langue fait entendre l’iniquité.

C'est Dieu qui a fait le premier pas vers nous en venant régler la situation, en nous envoyant son Fils Jésus. Romains 3 : 24-25 : car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu ; et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ. C’est lui que Dieu a destiné à être par son sang pour ceux qui croiraient victime propitiatoire afin de montrer sa justice, parce qu’il avait laissé impunis les péchés commis auparavant, au temps de sa patience.

La loi divine exige que le sang coule pour le pardon des péchés. Hébreux 9.22 : Et presque tout, d’après la loi, est purifié par le sang, et sans effusion de sang il n’y a pas de pardon.

Jésus est venu ôter le péché. Nous avons été rachetés et pardonné à grand prix. Nous sommes pardonnés au travers de Son Fils Jésus. Qu’est-ce le péché ? C'est la désobéissance à Dieu, à sa Loi, à sa Parole. Cette désobéissance nous rend esclaves de Satan, qui n'a qu'un but : nous tyranniser et nous entraîner dans l'enfer avec lui. Mais Dieu nous a tellement aimés. Il n'a pas supporté cette situation. Il a pourvu au problème.

Jean 3.16 : Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son fils unique, afin que quiconque croît en lui ne périsse point, mais qu’il est la vie éternelle.

Dieu nous a pardonné en retour, il demande que nous aussi nous pardonnions à ceux qui nous ont offensés. Les offenses sont une arme puissante de l'ennemi pour nous détruire, il se plaît à ce que nous soyons blessés et que nous réagissions aux blessures, pour amener l'amertume, le tourment, la vengeance, la haine, dans notre cœur. Il détruit notre paix et notre relation avec Dieu de cette manière.

1 Pierre 5.8 Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui dévorer.

Le mot "offense" en grec "skandalon" qui signifie = piège ou appât, que l'ennemi tend pour que nous soyons remplit d'amertume, et que nous perdions la bénédiction. Le pardon est un commandement de Dieu

15. "Si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi. Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père céleste ne vous pardonnera pas non plus vos fautes".

Nous devons tous apprendre à couvrir les offenses par l'amour et mettre en pratique la Parole de Dieu. 1 Pierre 4.8 "Avant tout ayez les uns pour les autres un amour constant, car l'amour couvre une multitude de péchés".

Ou encore, cette parole de Jésus en Matthieu 5.44 : "Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent et priez pour ceux qui vous maltraitent et vous persécutent". 1 Jean 4 : 20-21 : "Si quelqu'un dit : J'aime Dieu, et haïsse son frère, c'est un menteur, car celui qui n'aime pas son frère qu'il voit, ne peut aimer Dieu qu'il ne voit pas. Et nous avons de Lui ce commandement : Que celui qui aime Dieu, aime aussi son frère".

Lorsque nous nous sentons offensé, l'autre personne n'est pas obligatoirement à l'origine du problème. Mais le problème est souvent en nous-mêmes. La racine, c'est le rejet, l'insécurité, l'immaturité. C'est bien connu, il y a des personnes à qui ont ne peut rien dire, elles prennent tout de suite la mouche. Elles sont susceptibles, ont dit aussi que ce sont des écorchés vifs. Bien sûr, cela est du parfois à un passé douloureux, une enfance difficile. Mais avec Jésus nous sommes appelés à abandonner le passé entre ses mais car Il veut nous guérir de toutes ces blessures du passé. Il nous aime tant. Pour cela, il nous faut prendre des décisions, accepter de pardonner à ceux qui nous ont offensés, abandonner les blessures, abandonner aussi notre propre justice et laisser Dieu agir, avec la grâce du Seigneur, cela est possible.

N'essayons pas avec nos propres forces, cela n'est pas possible, mais si je demande la grâce du Seigneur et que je prie, il nous l'accorde. Car Dieu ne nous demande jamais quelque chose, sans nous donner la capacité. Comment pardonner ? Premièrement, c'est d'être honnête avec soi-même, reconnaître que j'ai été blessé, ensuite libérer la personne qui nous a blessé et fait du mal, en décidant de pardonner par un acte volontaire, qui n'est pas basé sur les émotions ou les sentiments, annuler la dette c'est-à-dire ne rien attendre en retour, pas même une excuse, remettre son désir de justice, de vengeance entre les mains de Dieu.

Romains 12 : 19-20. "Ne vous vengez pas vous-même, bien-aimés, mais laissez agir la colère, car il est écrit : "A Moi la vengeance, c'est Moi qui rétribuerai dit le Seigneur".

Qu'est-ce ne pas pardonner ?

1) C'est s'efforcer d'oublier le passé, l'enfouir au fond de soi, mais tôt ou tard, il ressortira.

2) Nier l'offense reçue "oh, moi, j'ai pas été blessé". Par orgueil, parfois, on ne veut pas le reconnaître.

3) Se dire que le temps effacera bien les choses. Cela est totalement faux. On voit des querelles qui semblent apaisées et il suffit d'un événement pour que cela revienne en force, à la surface. Nous avons des tas d'exemples dans le monde.

4) Ignorer l'incident ou excuser quelqu'un en trouvant des tas d'alibis, pour excuser la personne. Ex : "Ce n'est pas de sa faute, avec tout ce qu'elle a vécu !" Conséquences du manque de pardon Le manque de pardon donne droit à l'ennemi sur notre vie, pour nous détruire. Puisque nous sommes dans la désobéissance à la Parole de Dieu, il le sait, donc il saura prendre ses droits pour nous détruire, ainsi que nos foyers, nos finances, notre santé. Exemple : le cancer, parfois est du à un manque de pardon. Cela a été reconnu par le monde médical.

Matthieu 6.12 : "Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensé".

Matthieu 5 : 23-24. Le manque de pardon met un obstacle et annule l'exaucement à nos prières. Marc 11 : 25-26. "Lorsque vous êtes debout en prière, si vous avez quelque chose contre quelqu'un, pardonnez, afin que votre Père qui est dans les cieux vous pardonne aussi vos fautes. Mais si vous ne pardonnez pas, votre Père qui est dans les cieux ne vous pardonnera pas non plus vos fautes". Dieu ne reçoit pas nos offrandes.

Matthieu 5.23 : "Si donc tu présentes ton offrande à l'autel et là que tu te souviennes que quelqu'un à quelque chose contre toi, laisse-là ton offrande devant l'autel et va d'abord te réconcilier avec ton frère, puis viens présenter ton offrande".

Toute offrande à Dieu est un sacrifice vivant, Dieu ne reçoit pas un sacrifice qui vient d'un cœur qui ne pardonne pas, c'est une abomination devant ses yeux. Certains se demandent pourquoi cela ne change pas dans leur vie, alors qu'ils donnent dîmes et offrandes. Nous devons nous examiner et regarder si nous n'avons pas gardé quelque chose contre quelqu'un. Si nous ne pardonnons pas, Dieu ne nous pardonnera pas non plus. Dieu peut tolérer certaine faute quand nous sommes immatures, cela pour un temps, mais il ne tolérera pas le manque de pardon. Le manque de pardon nous conduit au ressentiment vers des racines d'amertume, la haine. Et cela peut aller jusqu'au meurtre.

1 Jean 3.15 et 16 Quiconque hait son frère est un meurtrier, et vous savez qu’aucun meurtrier n’a la vie éternelle demeurant en lui. Nous avons connu l’amour, en ce qu’il a donné sa vie pour nous ; nous aussi, nous devons donner notre vie pour les frères. Dieu ne voit pas les choses comme nous.

Le manque de pardon bloque notre communion avec Dieu, nous ne pouvons plus prier. Quand cela arrive, il est temps de s'examiner. Que se passe-t-il ? Dieu nous livrera aux bourreaux. Mt 18 : 21-35. Nous voyons là un serviteur à qui son maître lui a remis une très grosse dette, de 10 000 talents, soit l'équivalent de 500 000 kilos d'or. Cet homme rencontre un compagnon qui lui doit cent deniers. (Un talent vaut 6 000 deniers et un denier, le salaire journalier d'un ouvrier). Cet homme ne veut pas remettre la dette à son compagnon (qui ne peut la payer), alors il va le jeter en prison. Le maître apprend la chose. Il est irrité et va livrer le serviteur aux bourreaux jusqu'à ce qu'il ait payé ce qu'il devait. Cette parabole nous montre ce que Jésus a fait pour nous à la croix. Nous avions une dette si énorme envers Dieu que nous étions incapable de la payer. Jésus a payé pour nous. Il nous a remis la dette, c'est pour cela qu'en retour Il nous demande de pardonner. Nous voyons le serviteur, livré aux bourreaux.

Qui sont les bourreaux ?

Les bourreaux ce sont les démons qui vont avoir le droit de nous tourmenter. Puisque nous n'avons pas obéit à Dieu, quand nous ne pardonnons pas, les démons nous rappellent l'offense, ils nous tourmentent dans notre esprit, nous sommes comme enfermé dans une prison, en pensée. Nous nous battons avec la personne, établissant des plans de vengeance, cherchons à exercer notre propre Justice. Nous perdons notre paix et notre relation avec Dieu. Nous devenons malheureux. Les démons se délectent du manque de pardon. C'est leur appât préféré. Seul Dieu peut nous libérer des esprits de tourment, si nous obéissons à sa Parole. Dieu nous aime, Il nous veut libres. La foi est annulée Le manque de pardon bloque et endurcie notre cœur et nous empêche de croire. De la même fontaine il ne peut pas couler deux sources, une, amener l'eau salée et l'autre l'eau douce.

Jacques 3 : 8-11 : mais la langue, aucun homme ne peut la dompter ; c’est un mal qu’on ne peut réprimer ; elle est pleine d’un venin mortel. Par elle nous bénissons le Seigneur notre Père, et par elle nous maudissons les hommes faits à l’image de Dieu. De la même bouche sortent la bénédiction et la malédiction. Il ne faut pas, mes frères, qu’il en soit ainsi. La source fait-elle jaillir par le même orifice, l'eau douce et l'eau amère.

Ne laissons pas les démons infecter notre cœur. Jésus est là pour nous aider, crions à Lui, Il est là pour nous secourir. Le manque de pardon empêche l'Amour de Dieu de se déverser dans nos vies. Nous ne pouvons pas aimer et haïr en même temps. Le manque de pardon est le plus grand obstacle à l'amour. La personne qui ne pardonne pas, sera la plus grande perdante. Les blessures les plus grandes ne sont pas celles que l'on inflige aux autres, mais au contraire ce sont celles que l'on s'inflige soi-même. Les difficultés à pardonner peuvent venir du fait aussi que nous ne savons pas nous pardonner à nous-mêmes, quand nous ne nous pardonnons pas nos erreurs passées. Nous devons comprendre que Dieu pardonne à ceux qui se repentent. Si je me suis humilié devant Dieu, de tout mon cœur, j'ai demandé pardon, Dieu m'a, alors, pardonné.

1 Jean 1.9 : "Si nous confessons nos péchés, Il est fidèle et juste pour nous pardonner nos péchés et nous purifier de toute injustice". Si Dieu me pardonne, quel droit ais-je sur moi-même pour ne pas me pardonner ? Je ne suis pas plus grand que Dieu !... Je suis appelé à me pardonner moi-même, pour marcher dans la liberté des enfants de Dieu.

Prions : Père céleste, je te remercie de ce que Tu as donné Jésus, ton fils Bien-aimé, offert en sacrifice pour le pardon de mes péchés. Merci Père, je Te demande d'exercer sur ma vie ta bonté. Que ta bonté me conduise à la repentance car je veux me soumettre à ta parole et pardonner de tout mon cœur à ceux qui m'ont offensé. Je décide de me pardonner moi-même dans le Nom de Jésus. Merci, Père, je reçois ton pardon, ton amour dans mon cœur. Amen.

Comment pardonner ?

Maintenant que nous sommes en Jésus, nous avons un privilège et une solution. Quand nous sommes blessés. La première chose que nous devons faire, courir aux pieds de Jésus, pour Lui donner les blessures, Lui dire les choses, déverser notre cœur, ne pas attendre, éviter de développer les choses négativement aux autres et bien sûr pardonner tout de suite. Parfois, il y a une lutte dans notre cœur, un combat, demandons au Seigneur de nous aider, il comprend la souffrance, il va toujours nous donner sa grâce. Pardonner, oublier = signifie ne plus donner d'importance à ce qui s'est passé, c'est aussi abandonner dans les mains du Seigneur, la situation.

Etapes pour pardonner

1) Décider de pardonner de tout son cœur, en obéissance au Seigneur. Si je n'y arrive pas, je Lui demande du secours. C'est une décision de la volonté. On ne pardonne pas avec ses émotions, ses sentiments.

2) Demandons au Seigneur de sonder notre cœur, veillons à ne rien garder dans notre cœur.

3) Être honnête avec soi-même, être en vérité avec soi-même, en reconnaissant les choses honnêtement, c'est-à-dire, que j'ai été blessé. Mon pardon est basé sur la promesse de Dieu à sa Parole.

Matthieu 6.14 : "Si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi".

4) Etablir une liste des personnes et de la situation. 5) Se repentir du non pardon, d'avoir gardé de l'amertume, de la vengeance, d'avoir jugé l'autre. 6) Exprimer son pardon oralement, en nommant la personne et les faits. 7) Renoncer à l'amertume, la haine, la vengeance et à sa propre justice. 8) Si nous avons des difficultés dans ce domaine, une lutte intérieure pour pardonner, n'hésitons pas à aller vers les autres, un chrétien mâture en qui l'on peut avoir confiance.

Ephésiens 4.32 : "Soyons bons les uns envers les autres, compatissants, nous pardonnant réciproquement comme Dieu nous a pardonné". Prions : Seigneur, je Te donne mon droit de vengeance, je renonce à l'amertume, à la colère. Je Te demande de guérir mes émotions blessées. Je Te remercie dans le Nom de Jésus. Le Seigneur nous accorde toujours son secours quand nous Lui demandons. N'essayons pas de résoudre les choses par nous-mêmes. Jacques 4.6, Il nous accorde au contraire une grâce plus excellente. Ou encore "Ni par puissance, ni par force, mais par mon Esprit, dit l'Eternel des Armées". Zacharie 4.6

Le Seigneur nous a donné le moyen de vaincre toutes ces blessures. "Bénissez ceux qui vous persécutent, bénissez-les et ne les maudissez pas". Romains 12.14. Bénir, c'est dire du bien de quelqu'un, maudire, c'est dire du mal. La solution est de prier en bénissant les personnes qui nous ont blessé, cela jusqu'à ce que je ne ressente plus la douleur, même si cela doit durer des mois. Cela m'est arrivé et je peux dire que c'est efficace ! Le Seigneur nous donne sa Parole. Si nous la mettons en pratique, elle est efficace. Que faire quand la personne ne veut pas recevoir le pardon. Dès l'instant où nous avons pardonné, de tout notre cœur, c'est son problème entre elle et Dieu. La seule chose que nous pouvons faire, c'est de prier pour elle. Voici l'attitude à avoir envers ceux qui nous blessent continuellement.

Matthieu 18 : 21-22 : continuons de pardonner. Jésus dit : 70 fois 7 fois par jour ! Le fait d'avoir pardonné ne signifie pas qu'il faut devenir de grands amis. Si une personne blesse fréquemment, il est bon de prendre de la distance, de s'éloigner avec amour. Parfois, ce sont ceux que nous aimons le plus qui nous blessent le plus. Dans cette vie sur terre, nous serons blessés d'une manière ou d'une autre, en dépit de cela nous devons toujours pardonner et oublier. C'est un principe pour atteindre la maturité. Cela fait partie de notre vie de chaque jour. Avec le Seigneur nous sommes plus que vainqueurs. Il nous a montré l'exemple en:

1 Pierre 2.23 : Lui (Jésus) qui injurié ne rendait pas d'injures, maltraité ne faisait pas de menaces, mais s'en remettait à Celui qui juge justement".

A Jésus soit toute la gloire.

Commenter cet article