Te rends-tu quelque part ?

Publié le par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

Te rends-tu quelque part ? Dieu a planté en chacun de nous des talents spirituels et naturels de sorte que nous accomplissions une belle œuvre le temps de notre séjour sur terre. Il ne nous a pas créés pour vivre une vie ordinaire et routinière. Vous n’êtes pas une personne parfaite mais celle que le Seigneur a prévu d’envoyer pour répondre à une situation. Richard Walter Laurence, conducteur de poids lourds américain, eut l’idée d’attacher 45 ballons sondes remplis d’hélium à une chaise. Il voulait s’élever au dessus de son jardin et pensait pouvoir survoler les environs à une altitude de 9 mètres. Il a pris son fusil à plomb pour faire éclater les ballons au moment opportun, une radio, des sandwichs, un pack de bières, et un appareil photo. Le 2 juillet 1982, lorsque ses amis ont rompu la corde qui le retenait au sol, Richard Walter s’est brusquement retrouvé propulsé à une altitude de 4.000 mètres, gagnant ainsi l’espace aérien. Il a passé 14 heures à se laisser porter par le vent, transi de froid. Les bières étaient au frais, c’est sûr. Finalement, un pilote de la Pan Am l’a croisé et a envoyé un message à la tour de contrôle « Je viens de voir un type sur une chaise ! » Un hélicoptère est allé le chercher, et il fut arrêté pour avoir violé l’espace aérien et volé sans licence de pilote. Lorsqu’il voulu expliquer son geste, il déclara « Un homme ne peut rester assis ». Cette histoire authentique est désopilante, même si elle aurait pu se terminer tragiquement. Mais ce qu’il a dit est vraiment pertinent, et je vous pose aussi la question « Vas-tu rester assis ? » Dieu ne nous a pas créés pour stagner mais pour avancer et porter de nouveaux poids. Notre vie a un sens et un but. L’apôtre Paul appelle cela une course. «J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi. Désormais, la couronne de la justice m’est réservée…» 2 Timothée 4.7-8 Nous sommes venus à Christ comme des brebis perdues, mais le fait est que nous avons été enrôlés malgré nous dans l’armée de Dieu, avec un ordre de mission. Meredith Fitzmaurice, une canadienne, s’était inscrite à un semi-marathon au profit de la lutte contre la maladie d’Alzheimer. Elle n’avait jamais couru de marathon de sa vie et elle s’était inscrite essentiellement pour entretenir sa forme. Alors qu’elle courait, elle s’égara et se retrouva engagée dans un autre marathon, sans même savoir qu’il s’agissait d’un marathon de haut niveau. Plusieurs personnes la devançaient mais elle les dépassa, sous les encouragements d’un public surexcité. A ce stade, elle ne savait pas qu’elle était en tête et se demandait pourquoi les gens étaient si enthousiastes à son sujet. L’un des organisateurs à vélo lui apprit, à sa grande surprise, qu’elle participait à un véritable marathon et que ses résultats seraient tout de même validés. Loin de l’abandonner, cet organisateur la coacha tout au long de sa course. Finalement, après avoir franchi la ligne d’arrivée, qu’elle ne fut pas sa surprise d’apprendre qu’elle était arrivée première et qu’elle s’était qualifiée pour une course plus importante qui aurait lieu prochainement. Ce qui est étonnant dans cette histoire est que cette femme s’est retrouvée dans une véritable course, sans rien avoir demandé, et qu’elle en est sortie vainqueur. Elle partait pour une course mineure mais elle s’est retrouvée en lice pour un véritable marathon, découvrant au passage son véritable potentiel. Il en va de même avec nous : en venant à Christ, nous nous sommes retrouvés malgré nous dans une course. Dieu ne nous a pas donné la vie en Christ uniquement pour être sauvé mais pour devenir, comme Abraham, une source de bénédictions. Il a pour chacun de nous une course spécifique, un appel, un ministère. Il nous a donné des dons et des talents spirituels et naturels de sorte que nous les mettions au service des autres. Si la crainte de ne pas y parvenir vous ralentie, sachez que vous n’êtes pas seul mais que le Seigneur Se tient à vos côtés. Son amour et Sa bonté vous accompagnent et Il ne vous abandonnera jamais. Il ne vous demanderait jamais de faire quelque chose sans vous soutenir et vous donner les moyens de le faire. Vous ne faites rien de votre propre force, mais avec la force et l’onction qu’Il vous donne. Il suscitera également les bonnes personnes à vos côtés pour vous aider à réaliser les projets qu’Il vous confie. La seule chose dont nous avons besoin est l’obéissance. Jésus a demandé un jour à Pierre de jeter son filet, bien qu’il semblait ne plus y avoir de poissons. Pierre lui a dit «selon ta parole» (Luc 5.5) et il a obéit. De même, vous pouvez dire : «Seigneur, uniquement parce que tu me l’as dit, je vais le faire». A la fin de votre course, alors peut-être pourrez-vous dire avec l’apôtre Paul : «Désormais, la couronne de la justice m’est réservée…» (2 Timothée 4.8). Olivier Moulin

Commenter cet article